therese

Membres
  • Content count

    182
  • Joined

  • Last visited

About therese

  • Rank
    Membre régulier

Contact Methods

  • Website URL http://www.construire-sain.com/biosommaire.htm
  • ICQ 0

Profile Information

  • Commune plaine des vosges
  1. faudrait se bouger les fesses

    c'est "sens et découverte"
  2. Lecture

    Bonjour Soleil, Ton message me touche. Tu es active: tant qu'il y a de l'énergie, il y a de l'espoir! Demande de l'aide à un médecin qui pratique la méthode Beljanski. En parallèle, il faut vider ton sac de tout ce qui t'a fait mal, t'a boulerversée, t'étouffe... Cela peut t'aider à guérir, et en tout cas à trouver la sérennité. Je te souhaite encore beaucoup de bonheur.
  3. Pharmacie De Voyage

    Merci pour vos tuyaux! c'est pour l'Amérique du sud... Et pour le mal des montagnes: Coca en 7ch? ou autre chose?
  4. Anesthesie Generale

    Il n'y a pas de drogue en homéopathie... L'idée de l'opium en 30ch me paraît intéressante, mais Kristo, en as-tu fait l'expérience?
  5. Quelques idées pour constituer une trousse à pharmacie pour un voyage à l'étranger, en homéo, phyto... (éloignement des insectes, problèmes intestinaux, mal des montagnes etc...)? Edit admin : Kristo ayant, pour des raisons personnelles, supprimé l'intégralité de ses messages ainsi que les sujets commencés par lui sur le forum, cela peut perturber, voire rendre incompréhensibles certaines discussions. Merci de votre compréhension.
  6. Y-a-t-il un coq au milieu de tes poules??...
  7. L'effet pervers, s'il y avait une crise de la viande, c'est que beaucoup d'éleveurs labourent leurs prairies naturelles pour y faire de la culture intensive. Bilan écologique négatif! Cette idée de taxe semble un peu simpliste...
  8. Les vrais bergers ne se reconnaitront pas dans ce genre de brute.
  9. Oui Michel, je crois que tout le monde est assez d'accord avec toi: si la collectivité prenait ses responsabilités et travaillait en bonne intelligence avec les locaux et les paysans, il y aurait moyen de sauvegarder certains animaux. (parfois, on dirait que tu fais exprès de te faire passer pour un ours...). Concernant les autres problèmes évoqués pus haut (pollenisateurs/pesticides...) c'est démoralisant que les choses n'avancent pas plus vite. On a l'impression de s'agiter dans un verre d'eau. Enfin il faut persévérer. J'ai envie de croire au phénomène du centième singe mais je me demande comment éveiller les gens sur tous ces sujets qui nous préoccupent.
  10. Pas si facile... Cela passe par l'abandon des pesticides, et là, c'est une vraie révolution face aux montres de l'agrochimie. C'est pas gagné. L'enjeu et la difficulté me semble beaucoup plus grands que la sauvegarde des grands prédateurs. On focalise l'attention sur quelques problèmes symboliques, ou touchant l'émotionnel, et pendant ce temps, le rouleau compresseur continue d'empoisonner le monde. Certes, la sauvegarde de certaines espèces en disparition, de la flore et de la faune, la protection d'écosystèmes menacés: c'est important. Mais il ne faut oublier les combats essentiels dans lesquels on devrait se mobiliser massivement. Le scandale des pesticides en est un. La maison brûle: on peut essayer de sauver quelques meubles, mais rassemblons nous surtout contre l'incendie.
  11. Bonjour à Toutes Et à Tous

    Bravo!! j'espère que vous ferez des émules dans votre région. On est trop peu nombreux c'est vrai, mais c'est en s'engageant comme vous le faites qu'on fait avancer les choses.
  12. Catherine tu exagères... Je pense que Michel et Alain finiraient par s'entendre autour d'un vin de groseille... Si on réintroduisait le loup près de chez Michel, avec des Alain (écolos engagés aux côtés des paysans bio) comme voisins et que la collectivité prenne en charge les aménagements nécessaires et les risques, alors peut-être que Michel serait prêt à tenter l'aventure?? Pour relativiser, il me semble qu'on parle beaucoup de la survie des ces grands prédateurs (peut-être des symboles ou des mythes dans notre culture?...) mais il y a beaucoup d'espèces qui périclitent ou disparaissent, et qui ont un rôle plus important dans les écosystèmes. (ex: les abeilles)
  13. Encore un dialogue de sourds... je ne pense pas que Michel prône l'esclavagisme, le productivisme ou autre chose de ce genre. Il réclame simplement un peu de considération pour ceux qui travaillent tous les jours dans la nature. Il est vrai que dans ce pays, les paysans sont un peu méprisés... La première chose, avant de faire des grands discours, seraient d'encourager concrètement (même si cela demande un effort) le maintient et le développement d'une agriculture paysanne et biologique. C'est la seule façon de concilier nature et production alimentaire. Sinon, on peut continuer à encourager l'agriculture industrielle et, à côté, créer des réserves naturelles pour se donner bonne conscience.
  14. F1

    Une plante F1, c'est la première génération d'une lignée hybride (c'est à dire croisement de deux lignées différentes). Ces plantes ne sont pas forcément stériles, mais les générations suivantes vont perdre certains caractères obtenus en F1. Donc pour répondre à ta question, je pense que selon les cas, les trois réponses sont possibles: faut essayer. Une lignée pure, comme c'est le cas des variétés anciennes (sélection naturelle obtenue au bout de nombreuses générations) a des caractères biens fixés et ne va donc pas dégénérer. Pour les esprits scientifiques, faut aller voir du côté de Mendel.
  15. Oui, le manque d'humilité et de respect de l'Homme pour la nature mène à des catastrophes. Mais n'est-ce pas aussi une forme de domination de vouloir imposer telle ou telle espèce dans un écosystème? Il me semble que la question de la réintroduction de prédateurs est un dialogue de sourds... Ces opérations ne peuvent réussir que si elles sont menées en collaboration avec les gens qui vivent dans ce milieu. Sinon, c'est voué à l'échec: soit c'est le prédateur qui crève ou les éleveurs. Etant à la fois paysanne et écolo, je ne me permettrais de juger ces problèmes qu'en les vivant sur place et aussi en étudiant les autres exemples, réussis ou non, ailleurs. C'est aussi de la "supriorité hautaine" de vouloir diriger la nature depuis un bureau. Il faudrait d'abord limiter notre impact sur la nature avant de vouloir la recréer artificiellement.