Bebert

Membres
  • Content count

    83
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bebert

  1. In Vin Bio Veritas

    Quatrième édition du salon des vins bios, In Vin Bio Veritas...
  2. In Vin Bio Veritas

    Salon des vins bios en Auvergne!... Gratuit, festif et convivial... On vous attend nombreux!..
  3. Caviste en vins bios

  4. Premier Vol

    Quel sens de la poésie, linaigrette... Bienvenue, Bourdon!
  5. vins bio et sulfites

    Aucune "alchimie". Juste de la chimie. Mais il y a encore des "phénomènes" inexpliqués, parce que les chercheurs n'ont pas encore cherché/trouvé. Pas parce qu'il y a quelques chose de mystérieux/mystique... Un exemple: Il n'y a que quelques années que l'on sait que ce sont les levures qui produisent un peu de SO², qu'on retrouve quelques fois dans le vin alors que le vigneron n'en a jamais utilisé...
  6. Salut Salut

    Bonjour et bon courage pour tout! Un ville de merde, un boulot de merde, tu pars de loin! Tu n'en auras que plus de mérite quand tu seras là ou tu veux aller.
  7. vins bio et sulfites

    Puisque c'est comme ça, moi aussi, j'y vais de mon lien! La charte de la FNIVAB: http://www.fnivab.org/CharteVersion082.pdf
  8. vins bio et sulfites

    Et non!.. Je ne suis pas vigneron. Ni dans le saintpourçinois, ni ailleurs. C'est vrai que, quand j'ai vendu ma librairie, c'était l'objectif. Avec formation à Beaune à la clef. Mais la vie en a voulu autrement (sans entrer dans les détails), à mon grand regret. Je me contente donc de vendre le vin des autres... Si tu veux en savoir plus, tu vas sur mon profil. Concernant ta question, il y a plusieurs niveaux de réponses. De manière générale, ce sont effectivement des levures (ce sont des champignons) qui pour vivre et se développer consomment le sucre contenu dans le jus de raisin et rejettent de l'alcool (et du CO² + dégagement de chaleur). Et pour être plus précis, ce sont trois types de levures qui vont se relayer. Arrivées aux environs de 14°d'alcool, gavées de sucres et inhibées par le milieu alcoolique, elle meurent. La fermentation alcoolique est donc terminée. Ça tombe bien, en général, il n'y a plus de sucre à transformer car le vigneron a récolté son raisin entre 12 et 14° potentiel. Quand c'est un bon vigneron et que la météo le lui permet. Et pour ne parler que des "vins secs". Voilà pour le mécanisme. Ensuite, il faut savoir que ces levures sont présentes dans notre milieu naturel. Sur la pruine du raisin, sur les murs du chais ou sur le pressoir... C'est ce qu'on appelle les levures "indigènes". Théoriquement, et souvent pratiquement, si on ne fait rien, un fois le raisin ou le jus raisin en cuve, elle vont intervenir toutes seules et commencer leur travail. Mais ça va prendre plus ou moins de temps avant qu'elles ne commencent et la fermentation peut ne pas être régulière ( c.à.d. arrêt et reprise de façon assez aléatoire de la fermentation). Bref, on ne peut pas contrôler complètement ce processus. Donc il y a des risques de voir le vin/jus de raisin se transformer en vinaigre, à cause de la bactérie acétique. Mais d'un autre coté, chaque "lieu" a "ses" levures. Et elles donnent des caractéristiques olfactives propres au vin qu'elles vont "faire". Qui peuvent ne pas être les mêmes d'une année sur l'autre. Ce qui, à mon sens, est un intérêt pour l'amateur de vin... Mais c'est un autre débat. Pour pallier aux risques, on peut "protéger" la vendange avec du SO² (pas trop non plus, les levures elles n'aiment pas ça!). Bon, encore un autre débat... Ou bien ensemencer la (les) cuve(s) avec des levures exogènes (qui ne sont pas du coin) qui ont été sélectionnées ici ou la, en France ou ailleurs, séchées et qui au contact d'un liquide, vont reprendre vie. Si elles ont été sélectionnées, c'est parce qu'elles ont certaines "qualités". Par exemple, elles ne vont pas s'arrêter de travailler toutes les cinq minutes (pour la pause cigarette/syndicale, comme les "indigènes" ). Ou alors, elle vont développer certains arômes qu'un vigneron a envie d'avoir dans son vin de manière constante d'une année sur l'autre (fraise, acacias...), mais avec quelques fois des dérives inattendues (bananes). Donc avec ces levures, le processus de la fermentation alcoolique est maitrisé (je schématise, hein...). La contrepartie, c'est que la plupart du temps, elles sont plus "fortes" que les levures indigènes. Elles finissent donc par les remplacer (dans le chais) et on se retrouve donc, à terme, avec une certaine standardisation des vins (ce n'est qu'un des paramètres, hein!). Ce que recherchent certains vignerons/industriels... Et puis, il y a aussi les levures OGM... No comment! Pour terminer, le point de vu "légal". En conventionnel, tout est autorisé, bien sûr... Même les OGM. En bio, la charte FNIVAB permet l'utilisation de levures sèches-sélectionnées-exogènes (rayer la mention inutile), mais (encore heureux) pas les levures OGM. Attention, autoriser ne veut pas dire que tous les vignerons les utilisent. Au contraire, beaucoup de vignerons bios n'achètent pas leurs levures. En biodynamie, la charte Demeter les autorise, mais de manière très restrictive. De toutes façon, 99,99% des vignerons en bio-d ne les utilisent pas. Quant aux "bidons suspects" que tu as pu apercevoir au moment des vendanges, je penche plutôt pour du SO². Les levures exogènes sont vendues en sachet. Pas trop rébarbatif?.. Et suffisamment clair? Bon, j'ai essayé d'être accessible et synthétique. C'est sûr que si un vigneron passe par là, il trouvera des choses à redire. Et je ne parle même pas d'un œnologue...
  9. vins bio et sulfites

    Moi, c'est ton prénom/pseudo que j'aime bien... Bon, je veux bien continuer. Faut juste me poser des questions. Après, si je peux, j'y répond! Je suis sûr qu'il y a pleins d'interrogations qui taraudent ton esprits, Solveig... Comme tout(e) bon(ne) amateur(trice) de vins! Allez! Lance toi!
  10. Je comprends tout à fait la position d'olivierdauch... C'est vrai qu'on aspire tous à avoir un comportement plus écolo-responsable dans une société plus juste et moins consumériste. Mais il y a la réalité de tous les jours. Et il faut comprendre que tout le monde ne peut pas du jour au lendemain changer radicalement de style de vie. Tant mieux pour ceux qui le peuvent. Mais ne jetons pas la pierre à ceux pour qui les enjeux sont complexes et n'engagent pas qu'eux. Juste un exemple que je connais un peu. Il faut trois ans pour convertir une exploitation agricole du "conventionnel" à la certification bio. Ce n'est pas un hasard... Et pour en revenir au problème, taxer le fioul, pourquoi pas, mais ce sont effectivement les moins riches qui en pâtiront. Le baril à 300 dollars...OK, quand d'autres moyens de transports seront mis en place. Sinon, c'est encore les moins nantis qui vont trinquer. Et à titre personnel, je me chauffe au bois depuis 15 ans.
  11. Produits Bio Et Budget

    Budget alimentation: 500 à 600 euro par mois pour deux. Incluant un ou deux restaus. On essaye d'acheter un max de bio en grande distribution... (pas frapper, hein!) et on complète avec ce qu'on trouve au Biocoop et chez le maraicher (qui a un rayon bio) du coin. Trois "problèmes": - Le pain. On n'a pas encore trouvé un pain bio à notre gout... Donc on continue avec du non bio. :-(( - La viande rouge. Idem. Pas satisfait de la "production" locale, quand on en trouve. Donc on en mange plus. :-(( - Le fromage. Gros consommateur!.. (normal avec le vin...) La aussi en recherche d'un fromager qui vend de bons fromages bios. :-(((
  12. Nouvelle Nouvelle

    Et les autres? Y sentent le gaz? Allez, bienvenue quand même!
  13. Tiierri

  14. Bonjour à Tous

    Bienvenue Paftequila!
  15. Marie-odélie

    Bonjour Marie!
  16. vins bio et sulfites

    Ouf! Heureusement que tu as trouvé la réponse à ta question avant de me la poser, car je dois avouer que je suis complètement sec sur le sujet des effets médicaux des polyphénols... Sur les cépages teinturiers (Teinturier du Cher ou Alicante-Bouschet, par exemple), ils étaient plantés pour remonter en couleurs les vins qui en avaient besoin. Car riches en anthocyanes et souvent à la pulpe rouge. Ces cépages ne sont pas vinifiés seuls, ou rarement, car ils donnent des vins plats, manquant de corps et de finesse. De plus ils sont souvent plus sensibles aux maladies. N'ayant pas été autorisés en AOC, ils sont en voie de disparition.
  17. vins bio et sulfites

    Allez, fais pas ta timide!.. Pose-la, ta question!..
  18. Kikoo

    Bien le bonjour à toi tout seul...
  19. Le capitalisme doit il disparaître ?

    Personne n'a essayé de le dissoudre dans l'alcool?
  20. Petite Loutre

    Bonjour, bienvenue et bon courage!
  21. vins bio et sulfites

    J'ai l'impression de repasser mes UC biologie et vinifs au CFPPA... Oui, certains cépages contiennent davantage d'anthocyanes que d'autres. Le Pinot noir plus que le Gamay et le Cabernet franc plus que le Merlot, par exemple. Ensuite, les conditions de culture font varier le taux dans le raisin. Par exemple ces facteurs améliorent la quantité: -Surface foliaire élevée -Bon équilibre général de la plante -Sélection massale qualitative à petites baies Et puis, les méthodes de vinification ont leur importance également. Le foulage, une prémacération fermentaire et le pigeage/ remontage vont permettre d'extraire davantage d'anthocyanes. Enfin, l’élevage en fût de chêne favorise les combinaisons entre tanins et anthocyanes et donc la stabilisation de la couleur car le vin est oxygéné très lentement par les pores du fût. Les anthocyanes seules ne sont en effet pas stables dans le vin ; elles doivent se combiner, entre elles et/ou avec les tanins, pour faire des molécules plus grosses et plus stables dans le temps. Voilà, voilà.. J'ai quelle note, maitresse?..
  22. Bien d'accord avec toi Nico! Mais sur ta première phrase... Pour le reste, je te trouve un peu excessif. Bien sûr, on aspire tous à un monde avec Mais tout le monde ne se déplace pas par plaisir... Pour certains, c'est une partie intégrante de leur métier, et ils ne peuvent l'exercer autrement. Un exemple que je connais bien. Celui de mon épouse. Elle est infirmière libérale en milieu rural. Comment fait-elle ses tournées? En vélo? A moins de se doper à l'EPO, et je n'y tiens pas plus que ça, elle ne pourra plus assurer toute ses tournées. (Il lui est arrivé de le faire, l'été, quand elle était en ville, et elle le fait à moto, qui consomme moins, actuellement. Quand il fait beau, hein). Travailler moins? Je l'imagine bien dire: "Ah non, Mr Trucmuche, demain je ne viendrais pas vous faire votre prise de sang. C'est la journée ou je travaille moins. Comment? je suis la seule infirmière du secteur? Çà c'est dommage..." Travailler chez soi? Moi, j'aimerai bien, je la verrais plus souvent... Autre dialogue possible: "A partir de demain Mme Machin, votre pansement, vous viendrez vous le faire faire chez moi. Ah, vous n'avez pas le permis, pas de voiture, et à 80 ans vous ne voulez pas le passer. Vous avez raison, en plus la voiture ça pollue!.. Bien, prenez un taxi! A vous êtes grabataire, donc intransportable. Et l'ambulance? Trop chère et pas remboursé par la sécu. Tant pis, on va laisser nécroser. On amputera et on n'aura plus de problème. De toute façon, à 80 balais, votre jambe, elle sert plus à rien!" Les transports en communs? Je vois bien les discussions pour définir les tournées entre le médecin, le kiné et l'infirmière. Tout les trois dans la même voiture pour la bonne cause. Je prends le pari que l'infirmière tue le médecin et qu'elle se fait zigouiller par le kiné, avant trois jours. Le médecin et le kiné, je m'en bats les c.... Mais j'aime ma femme! Alors, il y a la solution "finale". Tous les malades dans les hôpitaux. On réduit les émissions de CO². Plus d'embouteillage, sauf pour aller à l'hosto... Voilà l'idée géniale! Ah, mais c'est le contraire qui se pratique. Ça coute trop cher de soigner en hôpital, ceux qui pourraient l'être chez eux... Zut! Le trou de la sécu, je l'avais oublié. Et bien les malades n'ont qu'à payer! Et ceux qui n'ont pas les moyens? Qu'ils aillent crever ailleurs! Et puis ça manque encore d'humanité dans les centres hospitalier... Les malades préfèrent être chez eux... Merde alors! Y sont malades, on les soigne, y vont pas avoir des exigences, en plus! Alors comme disait Sempé: "Rien n'est simple! Tout se complique..." C'était mon trait d'humour du jeudi. Prisonniers du bitume, bonne journée!
  23. vins bio et sulfites

    A titre personnel, je n'ai pas de religion sur les sulfites. Bien sûr, je ne soutiens pas les vignerons qui matraquent le vin avec le maximum autorisé. On aura un vin qui sentira le soufre et donnera mal à la tête et à l'estomac. Sans compter que le SO² détruit les vitamines B1, mais aussi certains arômes. Et à très forte dose, il durcit les vins rouges et assèche les tannins. Quant aux vins blancs liquoreux, il leurs donne une bouche pâteuse. Mais d'un autre coté, il m'est arrivé de déguster des "sans-soufre" au fort nez de "réduit" (odeur de basse-cour, très désagréable dans un vin) qui ne s'évaporait pas à l'aération. Voire plus ou moins "madérisés" (oxydés). Ainsi que des blancs dont la très belle robe jaune brillante virait au brun diarrhée après une heure dans la bouteille. Et un vin, ça peut aussi être le plaisir de la vue. Il est donc très difficile de se montrer manichéen en la matière... Que l'on produise des vins sans sulfites pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent en boire, et qui acceptent le risque en ouvrant une bouteille qu'elle puisse avoir un "défaut", certes. Mais on ne peut pas empêcher un vigneron de protéger son vin par une faible dose de SO² à la mise, sous peine de se griller à l'export. Surtout quand on sait que 75% des vins bios sont exportés...
  24. vins bio et sulfites

    Le problème du transport est double. De chez le vigneron à ma "cave" et de ma "cave" au client. Dans les deux cas de figure, il faut éviter que le vin séjourne un week-end dans un camion, sous une bâche qui fait étuve. ou sur un quai non climatisé, en plein soleil. Les départs propriété se font les lundi et mardi, et je réceptionne les caisses 48 à 72 h plus tard. Les départs de chez moi se font le mardi, pour une livraison impérative le vendredi au plus tard. Les petites quantités (>12) en 48h maxi et les plus importantes (<12) en 72h maxi. De plus, j'envisage de ne pas faire d'expéditions du 15 juillet au 15 aout. Enfin, dans un rayon de 60 km autour de chez moi, je fais moi-même les livraisons. Et mon break est climatisé. Ceci dit, tous les vins ne sont pas sans SO² et y a pas que les sulfites dans la vie... Même si je comprends très bien ceux qui y sont allergiques. Si un admin pouvait transformer la "raison" en raisin... édit : c'est fait, mais que cela ne devienne pas une habitude hein