Colline

Membres
  • Content count

    28
  • Joined

  • Last visited

About Colline

  • Rank
    Membre habitué
  • Birthday 04/01/64

Contact Methods

  • Website URL http://
  • ICQ 0

Profile Information

  • Commune Fayence (83)
  • Centres d'intérêt randonner, chanter, planter des arbres, observer les oiseaux, danser le rock, écouter et jouer (un tout petit peu) de la musique, nager, discuter de tout ce qui touche à la vie (alimentation, agriculture, architecture, politique, philosophie, spiritualité, éducation...), et plein d'autres choses. <br />Bref, j'aime la vie et la nature très nature !
  1. Instinctothérapie

    Il y a, 3 ou 4 fois par an, des week-end "crus" pour se rencontrer, discuter, échanger, soutenir ceux qui découvrent, etc. C'est très sympa et ça aide ... ; et puis cela permet de rencontrer plein de gens qui vivent cela, chacun à sa façon, et le partage est riche. Bref, positif !
  2. Recherche De Contacts Bio Dans Le 06

    Bonjour, je ne suis pas loin non plus, entre Var et A.M. A propos de bons plans, il y a la Biocoop de Mouans-Sartoux, Z.I. du Tirragon, où ils sont très sympas, ils ont du choix et les meilleurs prix de la région, entre Grasse et Cannes.
  3. Bonjour Alanis, comme Liloo, j'ai été surprise de ce que tu annonces comme menu pour la journée, et je pense, comme elle, que tu fais beaucoup de repas dans la journée et avec beaucoup d'aliments différents ! A priori, j'aurais tendance à conseiller seulement 2 repas par jour, éventuellement + une tisane ou un peu de miel en rayon ou un peu de fruits ou un peu de céréales crues ou un peu de noisettes ou amandes ou noix, etc., le matin, si tu as vraiment faim, et seulement au début. Ensuite, il vaudrait mieux simplifier les 2 repas par jour, en dissociant le plus possible ; par ex : - midi : fruits crus seuls, si possible, sinon avec un peu de "ou... ou...", comme j'ai déjà indiqué pour le matin ; - soir : légumes crus + une seule sorte d' "aliment protéiné" : - oléagineux (avocats, olives crues, tournesol, sésame, etc.) ; - ou céréales crues trempées (riz, riz sauvage, blé, petit épeautre, seigle, avoine, ...) et/ou légumineuses crues trempées (lentilles, pois chiches, fèves, haricots, soja, ...) ; - ou protéines animales (lait ou oeufs, ou poisson, ou viande, etc.), toujours crues de préférence... Mais si tu dois cuire encore tes aliments, je te conseille tout d'abord de suivre, même dans le cuit, la simplification des repas que j'ai indiquée au-dessus, et ensuite, de ne cuire que les légumes verts (courgettes, haricots, artichauts, ...), et d'éviter la tomate, le chou et les épinards cuits, très acides et corrosifs. Eventuellement, si tu y tiens, cuire le poisson, à l'eau ou vapeur. Evite les céréales cuites, surtout le blé, et les oléagineux (pure graisse cuite). Pour la viande, crue ou cuite, il vaut mieux éviter dès qu'il fait chaud, mais éventuellement, quand il fait très froid dehors, même cuite, le corps peut mieux supporter car il va le brûler vite pour se défendre du froid). Voilà, je ne vais pas tout détailler à nouveau, et, comme à Chaton, je te conseillerais d'aller voir le forum sur l' "instinctothérapie" ; ainsi, tu comprendras peut-être mieux, et tu auras tous les débats. Bon courage ! Et d'accord avec Eric pour dire que beaucoup de gens prônent la cuisine pour ne pas bousculer des millénaires de traditions culinaires, et par peur de la "nouveauté", telle que l'homme l'a pourtant pratiquée pendant des millions d'années en ne s'en portant que mieux... ! (et les animaux encore aujourd'hui).
  4. Bonjour, bravo, je crois que tu sens bien les choses. Par contre, il ne s'agit pas "d'arrêter pour des mois" de consommer un aliment parce qu'il racle la gorge ou pique ! Il s'agit simplement d'essayer d'en consommer, isolé de tout autre aliment, sans mélange et sans accommodation de quelque sorte que ce soit, de préférence s'il sent bon, et de n'en consommer que très peu, ou tout au moins de s'arrêter dès que l'on ressent quelque chose de désagréable (piquant, gratte la gorge, fade, etc.), ou même dès que c'est moins agréable. Bonne continuation et bon courage, mais cela en vaut la peine car, à un moment, on parvient à comprendre, apprendre à faire confiance à son corps, ne plus perdre du temps à faire de la cuisine (c'est donc tout bénéfice... !), et enfin à maîtriser sa santé et devenir plus libre !
  5. Bonjour Chaton ! Je suis d'accord avec le fait de bien mâcher, c'est essentiel ! D'accord aussi sur le fait que le cuit peut entraîner une addiction, comme une "drogue", surtout les céréales cuites (c'est du sucre aussi... !), d'où ta difficulté à arrêter de les consommer : mais les autres ont raison : pas de culpabilisation ! La volonté de progresser, en actes, même progressivement, suffit : car on a une énergie très forte pour AGIR ; par contre, si on n'agit pas, cette énergie se transforme en STRESS qui peut prendre différentes formes (culpabilité, peurs, etc.). Pour te permettre d'agir, peut-être puis-je t'apporter des infos supplémentaires : - tu peux déjà commencer par consommer des céréales crues, en petites quantités, car elles sont nécessaires (d'où la difficulté d'"arrêter" complétement les céréales cuites sans les remplacer par des crues) : 1 à 2 cuillères à café par jour de graines complètes à germer (toutes les céréales - épeautre, riz, seigle, avoine, sarrazin, etc., selon tes goûts) que tu fais tremper de 12 à 24 heures dans l'eau (cela suffit normalement comme quantité quotidienne pour un adulte, mais c'est à titre tout à fait indicatif, car cela peut varier d'une personne à l'autre, en fonction des besoins du moment, des périodes de l'année, etc.). Et tu peux faire pareil avec toutes les graines (légumineuses, oléagineux), quantité selon les besoins. - je pense aussi que si tu es ballonnée en mangeant cru, c'est que tu fais des salades composées et/ou assaisonnées. En effet, si tu lis le poste nommé "instinctothérapie", tu en sauras toutes les raisons et tu comprendras mieux ce qui t'arrive ; cependant, pour faire court et te répondre quand même rapidement, la raison en est que lorsque tu as besoin d'un aliment , celui-ci te paraît bon à l'odeur et au goût, et si tu n'en as pas besoin ou risque de te faire "nettoyer" trop violemment, soit il ne sent rien (pas besoin), soit il sent mauvais (besoin mais dangereux => n'en prendre qu'une toute petite quantité !) ; et quand tu le manges, s'il est très bon, tu continues, si cela devient fade, pâteux, amer, acide, astringent, ..., bref, désagréable, ou même seulement moins agréable, c'est que tu n'en as plus besoin. Le problème, c'est que quand tu fais une salade mélangée ou si tu assaisonnes un aliment, tu ne peux plus sentir et goûter cet élément isolé et ainsi, sentir que ton corps n'en veut plus ; un exemple : tu manges un kiwi ou un ananas ; tout à coup, ou peu à peu, cela dépend des fois, cela devient piquant, ou acide (ce n'est pas le fruit qui a changé de goût mais ton corps qui ne produit plus les substances chimiques nécessaires pour neutraliser la bromélaïne de l'ananas, par ex., et cette substance acide commence à te piquer la langue ; si tu insistes, cela peut aller jusqu'au saignement ... !) ; ou une tomate, quand ce n'est plus un besoin, elle devient fade ou acide : et là, la plupart des gens, au lieu d'arrêter d'en manger, mettent du sel, ou la consomme en salade avec de l'huile, ou avec des avocats pour redonner du goût ou adoucir, selon les cas. Et donc, en faisant cela, soit ils consomment un aliment qui est toxique pour eux, ou pour lequel ils en consomment une dose excessive, soit ils dépassent les besoins généraux du corps ; ou bien encore, ils mangent ensemble des aliments lesquels, mis en présence, ont des réactions chimiques qui peuvent donner ces ballonnements : il y a beaucoup d'explications possibles à ce phénomène, mais tous peuvent s'expliquer. Un exemple personnel : je n'aime presque aucun des choux communs : chou rouge, lisse, frisé, etc. ; et bien si je me fais une salade avec choux, carottes, raisins secs et huile d'olive, je vais être ballonnée, essentiellement parce que je n'ai pas besoin de choux, ou alors une infime quantité (un mince batônnet coupé dans une feuille), alors qu'en salade, je me mets en situation d'en manger 2 ou 3 feuilles entières, dépassant ainsi largement mes besoins ! L'essentiel est de pouvoir gérer la quantité exacte dont le corps a besoin, et cela, seul le corps peut t'en informer à travers l'odorat et le goût : l'odorat pour détecter l'aliment utile, le goût pour gérer la quantité, presque au gramme près (pour l'ail, par exemple, et toutes les plantes en phytothérapie instinctive). Voilà pour aujourd'hui ; je te propose d'aller voir le poste "instinctothérapie" où tu auras toutes les discussions sur le sujet, avec les arguments et explications, y compris les avis contraires. Bonne continuation !
  6. A L'aide !

    Coucou, je comprends tout à fait ce que tu ressens : bienvenue au Club ! Je crois que tous ceux qui aspirent à trouver un sens à leur vie sont dans ce cas lorsqu'ils sortent de l'adolescence et qu'ils se trouvent confrontés aux contradictions de la société actuelle, et même du monde actuel ... Mais c'est plutôt sain. Par ailleurs, je citerais un auteur que j'ai bien aimé (pas pour tout, mais certaines choses, en tous cas, dont celle-là "...ce petit être qui se croit seul parce qu'il est unique..." (c'est de Gilbert CESBRON, dans "Une abeille contre la vitre"). Je crois aussi qu'il faut chercher à découvrir quel sens tu veux donner à ta vie ; par rapport à cela, je crois que l'homme est constitué d'un besoin fondamental : celui "d'être aimé" ; nous attendons tous des autres qu'ils nous aiment... et nous oublions parfois de "donner de l'amour"... Or pour être aimé, il faut d'abord être "aimable" et donner soi-même ce que l'on attend de l'autre : "Fais à l'autre ce que tu voudrais qu'il te fasse", et j'ajouterais : "... et sans attendre de retour". Et un jour, à force de donner, d'être "l' Amour" pour les autres, on finit aussi par recevoir. Mais il est vrai que pour pouvoir donner, il faut avoir reçu : en général, l'amour de la mère, lorsqu'il est "suffisamment bon", nous donne une première idée de l'Amour que Dieu est prêt à nous donner, dès qu'on se tourne vers Lui pour le Lui demander. Il est cette source inépuisable d'Amour en nous, qui peut nous combler même si on ne reçoit pas, au départ, d'amour de "l'extérieur" : chacun peut lui donner le nom qu'il préfère (l'Energie, la Vie, l'Amour, etc.) : pour moi, cela ne me gêne pas de la nommer Dieu (sans référence à la religion, mais seulement au principe d'Amour qui est à l'origine de notre création, nous ayant créé pour que, librement, nous nous tournions vers Lui et nous L'aimions). Même si cela ressemble à la religion, il ne s'agit pas de cela, mais bien du message d'Amour que (pour moi) Dieu nous a toujours adressé et que l'Homme a toujours refusé, méconnu ou transformé sous forme de religions, religions qui, maintenant, nous font fuir, parce qu'elles sont la déformation (et malformation ou caricature atroce et incompréhensible) de la proposition originelle : Renouer, en soi, avec cette source d'Amour, est, pour moi, vital. Et là, on n'a plus besoin de personne (dans un premier temps) pour être comblé ; par contre, une fois nourri, aimé, comblé en soi, on doit donner de l'Amour à tous nos "frères" pour pouvoir aussi s'en faire aimer, pour que cela devienne un échange merveilleux pour tous : mais ce don doit être libre (un pur bonheur, et non pas un sacrifice !) et ne pas attendre de retour (d'où la nécessité d'être déjà comblé par ailleurs) ; et ensuite, si les 2 donnent ... les 2 reçoivent, et cela devient un merveilleux échange ; et si l'un ne donne pas alors que l'on donne soi-même, un autre nous le donnera, et celui qui ne donne pas finit par s'exclure tout seul... sans jugement, sans haine... C'est la vie, avec la Loi d'Amour. Alors bienvenue dans la Vie !
  7. Bonjour, j'aimerais bien rencontrer d'autres personnes dans l'est du Var / limite Alpes-Maritimes, pour échanger, s'entraider, et voir projets en communs ? Je m'intéresse à tout, et plus particulièrement à l'agricuture, l'éducation, et tout ce qui tourne autour de la vie, donc à peu près tout ..., surtout sur le côté pratique des choses. J'ai envie de faire pas mal de choses mais c'est mieux à plusieurs... A plus tard ?
  8. Instinctothérapie

    Merci, j'aime bien aussi ! Tant mieux, tu as sans doute aussi une bonne hérédité. Et il est certain que si tu manges beaucoup de légumes et de fruits, des céréales, légumineuses, etc. et en bio (?), c'est déjà plus sain que beaucoup de gens. Pourtant le problème est de voir dans la durée, et vu les problèmes des personnes âgées, même mangeant bio, il faut voir jusqu'au bout ... Je te souhaite que cela dure le plus longtemps possible! Il y a aussi ce que l'on transmet à ses enfants ; et je connais une personne qui fumait, se droguait, etc. : elle se portait à merveille, mais sa fille, lorsque elle a eu ses petites dents, celles-ci sont sorties toutes pourries, sans parler d'autres problèmes de santé. Cela fait quand même mal au coeur. Sans aller jusque là, je connais des gens qui mange "relativement sainement" et bio, et qui sont souvent malades quand même... Pour ma part, je tiens à finir en bonne santé et en pleine forme jusqu'au bout...
  9. Instinctothérapie

    Justement, l'odorat et le goût ne sont pas parasité par l'intellect, c'est bien pour ça qu'ils permettent de renouer avec un véritable instinct alimentaire. Par contre, ces deux sens sont complètement perturbés par la cuisine, dont c'est justement le rôle: en effet, une simple tomate, si elle n'a plus de goût ou devient fade ou acide ou autre parce que ton corps n'en veut plus, il suffit que tu mettes du sel dessus et le tour est joué : tu trompes ton instinct et tu peux la manger. Idem pour tous les aliments ; même lorsque je propose des pêches extra bonnes à mon père, comme il est déjà surchargé de sucres (il mange traditionnellement et assez mal), et bien il la trouve fade (arrêt instinctif) ; et bien il met du sucre et la mange quand même. Alors il n'y a plus rien à dire... En ce qui concerne notre santé, elle est bonne tant que l'on se tient à notre alimentation : dès que l'on mange quelque chose de cuit (pas une fois seulement et en petite quantité, ça le corps peut le gérer), mais 2 ou 3 fois et des quantités dites "normales", là le corps réagit ; et l'entourage traditionnel de dire : "tu vois, tu as attrapé froid !" en refusant de faire le lien avec les 3 jours passés à manger comme eux... Bon, c'est 16 ans d'expériences vécues ainsi par milliers et sur plusieurs centaines de personnes (car nous sommes assez nombreux à manger ainsi, à nous connaître et échanger nos expériences, certains depuis plus de 40 ans), mais pas de quoi convaincre qui que ce soit, si ce n'est soi-même... !
  10. Instinctothérapie

    "Il y peu aussi y avoir le plaisir de manger. Il ne faut pas ranger tout dans le panier : manque affectif, c'est trop simple." Justement, quand le plaisir diminue, pourquoi continuer à se remplir alors que le plaisir n'est plus au rendez-vous ? Si on a encore faim, autant allez trouver un aliment qui convient mieux, le plaisir du précédent étant épuisé... Après, quand on n'a plus faim, pourquoi continuer à manger ? Ce n'est plus du plaisir. Cela me parait simple et logique. Et en ce qui concerne les animaux, ils mangent selon leurs besoins, et en fonction de la nourriture disponible. S'ils mangeaient au point d'avoir une indigestion, ils seraient impitoyablement éliminés. Et je n'ai jamais vu ni entendu parlé d'un lion qui s'est fait mangé parce qu'il ne pouvait plus bouger à cause d'une indigestion. Tu me diras que personne n'était peut-être là pour le voir, mais on voit bien déjà avec tous les animaux sauvages surveillés par les scientifiques : il n'a jamais été rapporté ce type de comportements. Et pourtant, il y en a des études là-dessus. J'ai même vu récemment une émission sur l'auto-médication des animaux pour combattre leurs parasites ou se remettre en forme après des conditions climatiques difficiles qui les ont affaiblis : les scientifiques n'ont pas encore élucidé comment ces animaux pouvaient consommer justement les plantes dont ils avaient besoin ... J'ai ma petite idée là-dessus, mais ces braves scientifiques vont bien arriver un jour à trouver tout seuls, et à nous l'expliquer enfin en long en large et en travers pour que tout le monde puisse en faire autant. Entre instinct et apprentissage, les animaux, tant qu'ils ne sont pas perturbés par les hommes, se débrouillent mieux que nous... A nous d'être assez intelligents pour, au moins, prendre des leçons et revenir, grâce à ces braves animaux, à une vie plus naturelle. En ce qui concerne les courses pour la famille, le plus souvent, la famille fait le marché ensemble, c'est effectivement le mieux, et c'est un moment très agréable. Mais en général, je demande ce que veulent les autres, et très vite, une maman ou la personne qui gère la crudine connaît et repère vite les besoins. Et puis on tape un peu plus large, pour avoir un peu de choix, pouvoir sentir et goûter autre chose que ce à quoi on pense, justement, et, par l'odorat et le goût, faire la nique à l'intellect. On prend aussi les nouveautés (nouvelle saison d'un fruit, d'un légume) quand ils ont bien démarré, etc. En général, au bout de quelques temps, on est calé sur les saisons et c'est assez facile ; les menus sont simples et pas très variés car, comme c'est expliqué plus haut (ou sur oplf, je ne sais plus), quand c'est la saison d'un fruit ou d'un légume, il est très bon, on s'en régale et on n'a pas envie d'autre chose ; et quand ça diminue, arrive de nouveaux fruits et légumes et on change peu à peu, au fur et à mesure. Bref, c'est bien fait...
  11. Instinctothérapie

    allo allo ! on a été coupés : je continue : ... qui n'a jamais fait de bêtise ? L'important est de comprendre et de progresser. Du moins, c'est ce que je crois.
  12. Instinctothérapie

    Que tu aies acheté ou cueilli tes fruits et légumes, tu en choisis plusieurs, de saison, et puis tu n'as qu'à laisser faire l'instinct, càd. sentir chaque aliment et manger celui qui sent bon, et qui a bon goût, jusqu'à ce qu'il soit moins bon ou que tu te sentes repu ; et ainsi de suite avec plusieurs aliments, et sans aller jusqu'à se faire exploser ventre, comme n'importe quel animal. Mais, sans jugement ni méchanceté aucune, il me semble que tu cherches simplement toutes les bonnes (et les mauvaises) raisons pour ne pas y croire, car alors ta conscience te dirait que tu dois le faire : et cela, ta gourmandise n'est peut-être pas prête à l'accepter ... ? mmmh ? Et tu en as tout à fait le droit, sans avoir besoin de te débattre comme ça ! Chacun a la conscience qu'il peut et qu'il veut bien. Si tu veux vraiment prouver que cela ne fonctionne pas, il n'y a qu'une solution, c'est l'expérimenter sincèrement, honnêtement, et sur un temps significatif (minimum 3 semaines - mais cela ne permet que de détoxiner un peu -, je dirais plutôt plusieurs mois, si ce n'est deux ou trois ans sans interruption, pour en voir tous les bénéfices). Pour moi, cela fait maintenant bientôt 16 ans que j'essaie de prouver que cela ne fonctionne pas, mais rien à faire, je ne trouve pas la faille, sauf si je suis de mauvaise foi et de mauvaise volonté, en dépassant les arrêts instinctifs, en dépassant la sensation de réplétion, alors que je sens bien, instinctivement, que c'est "stop" ; mais la liberté spécifique à l'homme, le besoin de compenser les manques affectifs par un trop plein gastrique, etc., font que je ne respecte pas toujours l'instinct, qui, lui, pourtant, ne me trompe pas ... Cependant, malgré ces petits écarts de tenue, je garde le cap et continue car cela me va très bien, j'ai beaucoup de plaisir, je suis en bonne santé depuis des années ainsi que ma fille de 15 ans, jamais malade, et puis je gère les petites incartades : cela fait partie de la vie : qui n'a
  13. Instinctothérapie

    Pour les chats de Pottenger, c'est déjà ça : le cru a fait ses preuves, le cuit aussi ! Pour les animaux sauvages, ils sont sous observation scientifique, ce que je disais, et se portent plutôt très bien. Le jeûne (forcé, par manque de nourriture) aiguise leurs sens et les rend encore plus aptes à percevoir une proie : on sait, toujours par les scientifiques, que beaucoup d'animaux sentent un aliment potentiel à grande distance. Quant à se souvenir des milliards d'anonymes déjà morts et oubliés, et qui ont cru faire quelque chose de mémorable : on peut toujours rêver... Et encore, quid de l'amour ? Mais chacun est libre, justement, de croire ce qu'il veut, faire ce qu'il veut, et éventuellement de disparaître.
  14. Instinctothérapie

    Bonjour ! J'avoue que je n'ai pas trop le courage de tout aller chercher et vous recopier ici, mais je vous propose d'aller voir sur les forums de oplf (onpeutlefaire), notamment : dans Décroissance "Concrètement, vous faites quoi..." et dans Alimentation : "Crudivorisme", "Plantes sauvages", "Manger sain, équilibré, éthique", etc. et vous aurez tout le débat sur : + pourquoi manger cru ? (parce que c'est plus écologique, ... quand on le fait intelligemment), + comment manger cru ? (plein de détails), + que l'instinct ne fonctionne pas ( ou très mal) avec les aliments dénaturés, et que dans ce cas, c'est plus souvent les envies psychologiques qui fonctionnent, avec toutes les erreurs et conséquences que cela comporte (surcharges, maladies, non compréhension des causes, etc.). Alors bien sûr, le problème est que l'homme, contrairement à l'animal, à une liberté qui lui permet de faire même le contraire de ce qui est bon pour lui : à savoir inventer des aliments pour tromper l'instinct (y compris tromper l'instinct de l'animal qui, lui, n'a pas la capacité de faire de telles inventions mais en subit quand même les conséquences : un animal nourrit avec la cuisine humaine développe les mêmes maladies que l'homme). Pour ce qui est de : comment sait-on que les animaux nourris "naturellement" sont en bonne santé ? Et bien par l'observation sur site et les expériences de tous les scientifiques qui les étudient, et notamment l'expérience des chats de Pottenger, et beaucoup d'expériences sur les souris (car elles se reproduisent vite, ce qui permet de mesurer les conséquences sur plusieurs générations ; cela a permis d'observer que, nourries naturellement, elles restent vives, paisibles et en bonne santé, et nourries à la façon des hommes, elles deviennent agressives, obèses, et développent toutes les maladies humaines, y compris les dégénérescences génétiques et la stérilité). Maintenant, qu'en est-il de l'homme, de Dieu, ... ? C'est une question très personnelle, mais j'ai tendance à penser qu'il peut être intéressant de se demander pourquoi la terre est là, pourquoi nous sommes là, et si notre existence a un sens ? Les plus grands scientifiques ont tendance à penser cela mais chacun est libre de croire, penser, réfléchir à ça, ou au contraire, ne pas vouloir se poser la question. Pour moi, je trouve parfaitement absurde d'exister, d'aimer des personnes, ... et puis disparaître comme si rien de tout cela n'avait existé ! Ce serait alors une torture de pouvoir penser et désirer aimer toujours, ne jamais se quitter, si cela devait arriver ainsi ! Si je pensais comme ça, je me suiciderais tout de suite, car pour moi, la vie n'a d'intérêt que par les possibles qu'elle laisse présager, comme préparation à autre chose, parce que sinon, manger, uriner, déféquer, dormir, travailler (surtout dans notre société de fous !), et tout ça pour quoi ?, cela ne me dirait rien, même avec les quelques plaisirs de l'existence ... Pour moi, cela prend son goût dans la dimension spirituelle, la possibilité de vivre heureux "ici bas", comme on dit, si on fait ce qu'il faut, et faire ce qu'il faut, c'est aussi rendre possible une vie future, même si on a du mal à l'imaginer maintenant ; mais je l'imagine à partir des plaisirs et des bonheurs les plus forts que je connaisse, et qui sont d'origine spirituelle : expériences relationnelles d'amour avec ceux qui m'entourent : le bonheur de mes proches, le mien, souvent dû au Coeur. La vie matérielle seule ne pourrait me combler, et cette vie spirituelle, ces Amours, pour moi, c'est cela qu'il faut se rendre capable de continuer ailleurs, mais à certaines conditions (devenir le Bien, n'être plus qu'Amour, se perfectionner, etc. avec tous les actes concrets que cela devrait entraîner dans notre vie matérielle... Bref, je dois partir, à plus tard, et désolée pour la longueur, mais c'est parti du coeur !
  15. Instinctothérapie

    Ce serait dommage ... Je me rappelle que c'était un tel plaisir d'être enceinte ! Alors à bientôt de vos nouvelles ?