Cecile

Membres
  • Content count

    182
  • Joined

  • Last visited

About Cecile

  • Rank
    Membre régulier

Contact Methods

  • Website URL http://
  • ICQ 0

Profile Information

  • Commune Paris
  1. LA CE ENGAGE LA DESTRUCTION DE LA BIO Uzès, le 19 Janvier 2006 - Le 21 Décembre 2005, la Commision Européenne a rendu public un nouveau projet de règlement sur la production biologique destiné à être débattu jusqu'à Janvier 2009. Nous apprenons qu'elle a aujourd'hui l'intention de le faire adopter dans la précipitation par les Etats dès 2006. Ce projet remet en question un demi-siècle de travail et de concertation qui a mobilisé des milliers de consommateurs, de producteurs, de tranformateurs et de distributeurs pour construire et mettre en pratique les fondements d'une agriculture respectueuse de la santé de l'homme et de la terre. Au nom du développement illusoire du marché, il veut faire de l'agriculture biologique une agriculture chimique et génétiquement modifiée. Niant sa contribution à la santé des populations et ne reconnaissant ces apports à l'environnement et au développement rural que dans ses déclarations d'intention, ce projet tente de réduire la bio à un segment de marché ne pouvant plus se présenter comme une alternative aux dégats sanitaires, environnementaux et sociaux de l'agriculture industrielle. Prétendant abandonner le système des dérogations, ce règlement voudrait supprimer l'interdiction des produits chimiques de synthèse pour les végétaux et la limitation de leur utilisation pour le traitement des animaux. Il s'agit de faire ainsi disparaître le principe fondateur de la bio qui est justement né pour s'opposer au déferlement de la pétrochimie dans les champs et les assiettes. Cette interdiction serait remplacée par une recommandation à utiliser des produits naturels lorsqu'ils sont disponibles sur le marché. Il suffira ainsi aux firmes de ne pas demander d'autorisation de mise sur le marché pour les substances naturelles indispensables à la bio ou d'imposer des réglementations les interdisant, pour obliger les agriculteurs bio à utiliser leurs produits chimiques. Et si cela ne suffisait pas, des dérogations sont tout de même réintroduites si elles paraissent nécessaires pour des raisons économiques. Sous prétexte d'alignement sur la réglementation générale, la Bio devrait tolérer une pollution constante d'OGM au seuil de 0,9 % et perdre toute possibilité de rester une agriculture sans OGM. Elle ne pourra ainsi plus exiger les mesures indispensables pour se protéger des contaminations. 0,9 % aujourd'hui, c'est inévitablement, par accumulations successives, 3 %, 5 %, 10 % demain. L'"unicité du concept" de cette bio délavée interdira toute possibilité aux mentions privées, comme la marque AB, la soil association, naturland... de défendre des positionnements plus strictes que la règle de base. En France particulièrement, il devrait de fait, interdire la fédération Nature et Progrès, la promotion d'une bio se souciant sans ambiguïté, des attentes sociales et environnementales des consommateurs. L'équivalence des normes interdirait toute garantie du respect de l'approche globale de l'agriculture biologique qui serait remplacée par un contrôle des seuls risques de fraudes apparentes, contrôle pouvant être effectué en interne par les entreprises qui imposent aux paysans des contrats d'intégration. Ainsi l'absence de résidus pourra remplacer le respect global du vivant et le cout de ces contrôles continuera à éliminer les petits producteurs qui refusent l'intégration. Enfin, les futures modifications de ce réglement échapperaient à tout controles démocratiques pour ne dépendre que des procédures de la comitologie* et des choix de la Commission. Les quelques avancées que constituent l'acceptation d'une réglementation pour le vin, ou la possibilité d'exempter de la charge financière du contrôle du plus petit distributeur bio, ne doivent pas cacher la volonté évidente de liquider toute vraie agriculture biologique. Nature et Progrès appelle tous les consommateurs et professionnels bio à opposer à cette proposition de réglement un refus massif et demande au gouvernement de mandater ces représentants pour transmettre aux autorités européennes ce même rejet. Contact : Guy Kastler, chargé de mission, téléphone : 04-68-91-28-95 Fédération de producteurs et de consommateurs de produits bio depuis 1964 68 boulevard Gambetta 30700 Uzes téléphone : 04-66-03-23-40 Fax : 04-66-03-23-41 http://www.natureetprogres.org ______________________________________________________________ *pratique qui permet à la Commission de consulter séparemment dans de multiples comités des experts qu'elle a elle-même nommés, pour ensuite décider comme elle veut sans aucun contrôle démocratique.
  2. J'en profite, en tant que personnel gréviste de l'université paris 3, pour vous dire que les étudiants sont en général très posés, motivés et informés. Sur le stand d'info de ma fac : une revue de presse, des exemplaires de la loi sur l'égalité des chances, des panneaux de libre expression. Chez nous des débats sur la précarité sont organisés avec des intervenants professionnels et acdémiques (enseignants, économistes, inspecteurs du travail, personnel de la médecine du travail etc...) Ne croyez pas les médias !!! Il faut rappeler que la première violence est la violence sociale, ce sont les plus faibles qui en sont victimes. Elle s'exerce chaque jour, insidieusement. Nos étudiants, s'ils réagissent parfois avec violence, ne font qu'utiliser le seul langage qu'on leur ait appris.
  3. Si, moi !!! Seule contrainte : il faut les cuisiner un peu pour que je les mange Soupe aux orties (avec pdterre, oignon, sel, poivre et origan) Quiche aux orties http://www.naturosante.com/rubriques/recet...recette.php?152 Lasagnes aux orties http://www.supertoinette.com/recettes/lasa...rties_in_de.htm Bouillon aux orties http://plantes.sauvages.free.fr/pages_rece...aux_orties_.htm Bière d'ortie http://plantes.sauvages.free.fr/pages_rece...re_d_ortie_.htm On peut aussi les faire sécher et les introduire ainsi dans des préparations, comme le pain, par exemple.
  4. oups !!! j'avais pas vu !!! C'est que les messages s'additionnent vite sur ce fil...
  5. Je viens d'avoir une pub à l'instant. La boîte qui fait de la pub, c'est pas Carrefour, c'est Carrefour internet, société de "webcommerçants". En cherchant un peu sur internet "regie CI", nom écrit sur le côté droit de la banière, voici ce qu'on peut trouver : http://www.clicanoo.com/forum/viewtopic.php?id=1508
  6. Moi aussi à l'instant et ce matin. J'ai Firefox.
  7. Moi aussi je l'ai eu par J.-P. Sacré lui ! Pour en revenir au livre, je suis contente que quelqu'un "de l'intérieur" vienne en quelque sorte justifier la recherche d'une meilleure alimentation. On me dit parfois que je suis un peu caricaturale dans ma manière de percevoir les grandes entreprises comme des "grands méchants"... il faut dire qu'elles mettent tout le temps le paquet pour qu'on les perçoivent comme "nos meilleurs amis". Des amis qui nous veulent beaucoup de bien...
  8. hum... les grands esprits se rencontrent... je me demande qui te l'a envoyé, Abacab... http://forum.eco-bio.info/index...?showtopic=1470
  9. Voici un article du Canard Enchaîné (vacciné contre le H5N1...) du 22 février: Un livre qui énerve l’agroalimentaire L’arrière-cuisine des grandes marques de l'agroalimentaire: c'est ce que raconte un livre soigneuse-ment boycotté par la presse, histoire de ne pas fâcher les annonceurs que sont Danone, Nestlé, Uni-lever, Kellogg's et consorts. Quatre mois après sa sortie, « N'avalons pas n'importe quoi! » – c'est le titre du bouquin – n'a récolté que cinq malheureux articles. Et pas une ligne bien sûr dans la presse féminine, d'habitude friande de conseils diététiques. Pour raconter la tambouille secrète des rois du yaourt enrichi ou du biscuit allégé, l'auteur de « N'avalons pas n'importe quoi » partait pourtant avec un avantage. Une fois son diplôme de l'Essec en poche, Fabiola Flex a travaillé deux ans au département marketing d'Unilever France (Boursin, Knorr, les glaces Magnum, Fruit d'Or, Iglo ... ), où elle faisait tester à des consommateurs « cobayes » les nouvelles recettes du groupe. « On regardait par exemple dans un plat cuisiné riz-poisson jus-qu'où l'on pouvait diminuer la quantité de poisson au profit du riz, qui coûte moins cher, sans pour autant que les gens aient l'impression de manger du riz au poisson », explique-t-elle au Canard. Des vérités sur lesquelles l'agroalimentaire s'est décarcassée pour que la presse ne tartine pas. Car on y trouve la réponse à des questions comme: « Les produits sans sucre sont-ils vraiment sans sucre ? » ou « Un yaourt allégé est-il meilleur pour notre santé que son cousin non allégé souvent moins cher ? » Sauf que, cette fois, et c'est ça qui coince, les marques sont citées. On y apprend par exemple que les céréales Special K-feuilles de chocolat, tant vantées par Kelloggs, sont sept fois plus grasses et trois fois plus sucrées que les basiques grains de riz soufflés Rice Crispies. Qu'il suffit de dix biscuits de régime Vivis aux fruits rouges pour avaler l'équivalent énergétique d'un cheeseburger avec 70 calories en prime. Ou encore que les Plaisirs aux abricots Taillefine de Danone, affichent en têtes de gondoles leurs « 8 % de matière grasse seulement », alors que les traditionnelles barquettes aux abricots plafonnent en toute discrétion à 2,5 %. Autre preuve que les géants de l'agroalimentaire nous font gober n'importe quoi au prix fort en nous faisant croire que c'est pour notre bien : l'auteur raconte que lorsque Nestlé décide de réduire la quantité de gras de ses céréales au chocolat Chocapic la firme communique à tour de bras sur le 0,5 g de gras pour 100 g qu'elle enlève, mais rajoute par derrière 7 g de sucre. Fabiola Flex a pu mesurer la « censure » contre son livre jusque dans son propre club de gym. « Le responsable de mon club dans le 15ème arrondissement de Paris m'avait proposé une soirée si-gnatures. Les affiches étaient prêtes, et au dernier moment c'est tombé à l'eau. On m'a expliqué que la direction du groupe aurait mis son veto parce qu'ils vendent des biscuits et des barres Lu dans leurs distributeurs. » C'est ce qui s'appelle sucrer les infos qui dérangent... « N'avalons pas n'importe quoi », par Fabiola Flex (Éditions Robert Laffont/Denoël), 168 p., 18 €. Le Canard Enchaîné 22 février 2006
  10. Contraception Alternative Et Naturelle

    Je crois que certains peuples utilisent l'allaitement jusqu'à un âge tardif pour réguler les naissances.
  11. Bonjour à tous et bon courage à ceux qui se lancent dans la fabrication du pain. Je l'ai fais environ 8 mois, mais maintenant je n'ai plus le temps :pleur: et je n'ai pas la place dans ma cuisine pour mettre une map. Je me suis mise aux chapatis pour le matin, un vrai régal !! Pour répondre à Willaub : séparer le levain du sel est nécessaire seulement pour les machines à pain. Le sel, par ses propriétés antiseptiques, a tendance à inhiber le fonctionnement du levain, il faut donc que les deux éléments entrent en contact au dernier moment possible. Or, les cycles de machines à pain commencent souvent par une "mise à la bonne température" qui peut durer jusqu'à 20 minutes, d'où l'intérêt de séparer sel et levain. Pour répondre à Nicolas : Je crois que ce qui fait lever le pain, c'est le gluten (qui forme une sorte de "maillage" qui retient les bulles de gaz qui font que ça gonfle) Or la farine de seigle en contient peu, et le sarrazin pas du tout. Je crois que ça ne gonflera pas plus avec de la levure !
  12. oui, mais pour produire autant de CO2 que maintenant, l'homme va devoir passer 100% de ses journées à couper du bois... et la femme et l'enfant aussi... Pas le temps d'être au chaud dans sa maison ! Filounomix, je suis beaucoup moins optimiste que toi, il me semble que ça se fera dans le sang et les cris... enfin, heureusement pour nous, comme dit geispe, on n'a pas de pétrole. Les américains n'ont donc aucune raison de nous envahir... sauf si on élit un président communiste, ou de n'importe quel parti qui ne leur plaît pas, ils peuent toujours dire "libérons la France de la dictature et apportons leur la démocratie !" Ceux qui vont vraiment en pâtir dans les decennies futures sont les populations pauvres dans les pays qui ont du pétrole. Nous, on sera juste irradiés car il n'y aura plus d'énergie pour démanteler les centrales nucléaires qu'on sera obligés de laisser pourrir... Bref, ce sera la joie, quoi.
  13. Et si on se demandait si l'Europe ne va pas envahir (économiquement, j'entend...) les pays "émergents" ? On parle des Etats-Unis comme des grands méchants, mais honnêtement, quand on voit les pourparlers de l'OMC et ce que l'Europe essaye de faire accepter aux pays les plus pavres, honnêtement ça fait honte. D'ailleurs, ça n'étonne personne que Pascal Lamy passe sans souci de commissaire Européen à directeur général de l'OMC... Ainsi les petits burkinabés seront abreuvés de produits européens comme nous sommes abreuvés de produits américains.
  14. Bon, alors moi je propose que tu mentes comme une arracheuse de dent : Tu lui demande de discuter avec elle en privé et tu lui explique ce c'est un peu dur pour toi d'en parler et que tu préfèrerais que ça reste entre vous... alors tu lui racontes sur le mode de la confidence que tu es toi-même ex-fumeuse et que tu as du arrêter pour question de santé - des nodules au poumon gauche, passages répétés à l'hôpital, opérations chirurgicales et interdiction FORMELLE de fumer ou d'être dans des milieux enfumés sous peine de faire des rechutes. Le but étant de rivaliser avec les meilleurs films hollywoodiens, et de lui tirer peut-être quelques larmes. Elle sera plus que ravie de ne jamais fumer en ta présence. Avec un peu de chances tu vas la faire flipper et elle va commencer à se poser des question et peut-être vouloir arrêter... Bon, d'accord, c'est pas très honnête, mais la fin justifie les moyens. Et puis après tout, c'est vrai que la cigarette ça te fait tousser et que c'est mauvais pour ta santé, alors c'est pas vraiment un mensonge, tout au plus de l'exagération...