Sign in to follow this  
Followers 0
Guest Manue

Adaptation De L'école Aux Besoins De L'enfant ?

22 posts in this topic

Bonjour,

Je suis à la recherche de témoignages de parents qui peuvent m'apporter une aide sur leurs vécus ou leurs impréssions sur la scolarité de leurs enfants.

J'ai un petit garçon de 11 ans doux et rêveur, qui est rentré en classe de 6ème et j'ai été horrifiée d'entendre la principale du collège, et confirmé par les parents, nous dire qu'ils avaient un minimum de 2 heures de devoirs chaque soir !!!!

Je ne me sens pas prête pour prendre comme alternative, l'école à la maison. Mais, je me demande, si néanmoins, l'enseignement que l'on nous présente, peut tenir compte des besoins et du rtyhme de l'enfant. J'en doute.

On habite dans un petit village des Yvelines, où mon petit garçon avait la chance jusqu'à présent, de pouvoir bénéficier de petits effectifs dans sa classe (jusqu'en CM2, il y avait environ 17 élèves), mais maintenant au collège, ils sont environ 28/30 par classe.

Alors, ce jour de rentrée des classes, me laisse très perplexe. Vos vécus, témoignages, aides (même sur des sites internets qui abordent le problème), me seront d'un grand secours et je vous en remercie vivement par avance.

Je crois que l'enfant doit malheureusement, s'adapter aux besoins de l'école, plutôt que l'inverse. peut-il s'épanouir dans ce contexte ? a t'il sa place, sans qu'un "bourrage" de crâne soit fait par le corps enseignant, et involontairement, par nous parents ?

Merci d'avance de vos témoignages.

Manue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai appris que l'école n'était pas obligatoire, mais l'enseignement. Comme le dit, Eric dans une de ses discussions, cela demande un très long cheminement personnel et un travail en "famille" pour adopter comme alternative, l'école à la maison.

Personnellement, je ne suis pas "prête" à adopter cette solution. Y a t'il des parents, qui ont réussi à "trouver" des compromis, des astuces, un sport particulier etc... pour que leur enfant se sente tout simplement bien à l'école ?

En discutant avec certaines mamans, je me rends compte, que soit leurs enfants ( collégiens), effectivement ont une "réussite" scolaire, mais le prix à payer pour l'enfant est un grand stress et pour certains (pas tous) développent des insomnies, psoriasis, eczéma,... de plus elles sont acharnées perpétuellement sur l'enfant, pour les devoirs le soir !!! :furieux:

Ou pour certaines mamans, qui m'avouent que leur enfant, va à l'école sans aucune motivation, ni envie, et que du coup il est complètement déconnecté des cours.

Merci de vos témoignages.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Manue,

Il existe dans votre région une école Steiner. Ici à Strasbourg, nos enfants en fréquentent une. Vous connaissez peut-être, sinon il pourrait être intéressant d'en discuter ici. Nous avons des amis qui font l'école à la maison, nous avons beaucoup de respect pour ce qu'ils font, les enfants ne sont pas enfermés et ont une vie sociale plutôt riche, mais nous amenons nos enfants à l'école, nous allons repeindre la salle, faire des travaux, fabriquer avec les élèves des grandes classes des jeux pour la cour des petits, tout cela avec du matériel écolo... Les élèves ont une quinzaine par classes, chacun accompagné dans son évolution. Mais je ne vais pas remplir des pages si vous connaissez déjà, qu'en pensez-vous ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Mathias de ta réponse,

En effet, il existe bien une école Steiner à Montesson (département 78) et je connais les principes "Steiner", mais malheureusement je ne peux envisager cette solution au quotidien, car cette école est beaucoup trop éloignée de mon domicile, environ 70 km.

Je suis consciente d'être dans une sorte d'impasse ; je n'ai actuellement, comme seule solution, que le collège public. J'avais envisagé à un moment, de placer mon enfant dans une école privée sous tutelle de l'éducation nationale : l'école Notre-Dame. Je n'ai pu retenir non plus cette solution, car c'est une école de compétition et d'orgeuil scolaire. But : 100 % de réussite au bac. Cette optique ne va pas du tout au caractère de mon enfant, ni d'ailleurs le mien !!!!!!!! :pleur:

Je m'interroge beaucoup... faut-il absolument "rentrer dans le moule", afin que l'enfant ne soit pas catalogué trop vite par le corps enseignant, en échec scolaire, parce qu'il ne correspond pas à leurs attentes, avec au bout, une impasse via un métier choisi en fonction des places disponibles, et pas forcément accepté par l'enfant.

Des parents, ont-ils essayé du yoga, tai-chi ou autre qui a permis à leur enfant de pouvoir évacuer son stress, de se sentir mieux ?

L'école à la maison est-ce vraiment la solution ?

Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Manue,

Je ne pense pas que l'école à la maiosn soit LA SOLUTION. Simplement, dans notre cas, c'est un choix que les enfants ont fait et que nous accompagnons, dans la mesure où il n'y a aucune autre alternatiive. Pas d'école parrallèle, perpendiculaire ou Steiner à moins d'une heure de route. Alors que faire ? Il n'y a pas 36 solutions !

C'est comme l'accouchement à domicile. C'est soit l'hopital soit la maison ! Il n'y a pas de solution intermédiaire (miason de naissance...), donc il faut assumer des choix assez radicaux si ce qui nous est proposé en standard ne nous correspond pas...

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Eric,

Merci de ton message. Ce que tu y dis, est bien évident pour moi et j'en suis tout à fait consciente que je n'ai pratiquement aucune alternative. Mes enfants ont eu la chance de pouvoir cotoyer durant leur période primaire, des instituteurs de village, où les classes étaient en tout petits effectifs, il y avait de la communication entre parents - enseignants - enfants, beaucoup de considération pour le rthyme de l'enfant, pas ou très peu de violence dans les cours de récré, en bref de la "génorisité humaine" tout simplement.

Maintenant on est confrontés au gigantisme d'un collège, mes enfants connaissent très rapidement, puisque cela fait une semaine de la rentrée, la violence verbable, agressive de la part des autres enfants, mais aussi des professeurs, surcharge de devoirs.

Bien sûr Eric, que malheureusement quand on accepte pas le système, on s'en sépare, et encore, si l'on peut, mais cela n'empêche pas beaucoup d'interrogations et d'être désemparés devant une situation que pour le moment on subi tous ensemble, faute de ne pas pouvoir encore trouver un autre cheminement.

Manue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma fille n'a que 2 ans, mais je pense deja a la prochaine rentree scolaire; va t elle rentrer "normalement" a l'ecole publique du quartier des septembre prochain...nous sommes en region parisienne, j'avoue que l'idee de ma fille au milieu de je ne sais combien de petits ( 20 ? 25 ? 30?) , avec ce bruit, cette agitation, tout ce temps, ca me fait peur; je vais commander le guide annuaire des ecoles differentes, pour voir si par hasard il n'y a pas a coté de chez moi une ecole montessori ou steiner (et encore, je m'y connais peu; il est difficile de s'informer, je trouve); connaissez vosu d'autres moyens de trouver ce genre d'ecole ? Il y a aussi un probleme financier; pour le moment je ne travaille pas; si je dois reprnedre un plein temps avec 3h de transports par jour pour payer l'ecole, je trouve l'equilibre etrange...Comme vous le dites, pas de solution miracle...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Nounoulett,

La région parisienne connaît une "forte" concentration d"écoles dites alternatives, type Steiner ou Montessouri (pour le département du 78 ou j'y habite, tu as une école à Montesson et une autre à Vernouillet, cette dernière assurant les 3 années de maternelle).

Les tarifs sont, à mon avis, extrêmement élevés, il faut compter environ 100 000 francs ou 25 000 euros pour les 3 ans de maternelle si tu souhaites placer ton enfant à Montessouri. Ce n'est pas à portée de toutes les bourses, et de ce fait, une sélection et un tri financier s'effectue dès l'inscription, puisque les enfants sont pour la plupart, issus de milieux dits très favorisés, cela fait presque un peu "vase clos". Mis à part ce côté négatif et un peu élitiste, le type d'enseignement dispensé tient énormément compte de la personnalité et des besoins scolaires de l'enfant, et respecte l'enfant dans sa globalité (en résumé).

Si tu es intéressée tu peux en tapant sur internet ou les pages jaunes, trouver les coordonnées des écoles ; question lecture, tu peux te procurer dans les librairies différents livres écrits par Mme Montessouri ou Mr Steiner, qui te permettront de connaître leur vision de l'éducation et de l'enseignement des enfants.

J'ai actuellement un enfant qui est rentré en 6ème cette année, et de l'avis même des enseignants et de la principale, la violence entre enfants, s'accroît d'année en année et ils sont même surpris par la déferlante de violence des enfants dès la 6ème. Je suis en ce momement, dans l'impasse avec mon enfant, l'école reflétant le monde actuel, dur, dur... d'expliquer cet univers qu'il vit au quotidien.

Je comprens tes doutes!

Manue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Il y a aussi les écoles du réseau Anen (http://www.anen.fr), comme l'école nouvelle Emilie Brandt à Levallois .. Celle-ci, où mon fils a passé deux ans avec bonheur, est sous contrat avec l'état, et les frais de scolarité sont donc plus abordables que pour les écoles Steiner, qui elles doivent supporter l'intégralité de leurs frais de fonctionnement.

Les écoles de la région parisienne sont de toutes façons le reflet du mode de vie général qui y règne, et, dans le contexte des questions éducatives que l'on peut se poser en tant que parent, le choix de son lieu de vie devrait être pris en compte, plutôt que de chercher des réponses compensatoires (Ce que j'ai fait pendant plusieurs années, avec des enfants scolarisés dans des écoles alternatives en RP, jusqu'à "émigrer" dans un petit coin de province, où les contextes éducatifs sont tout à fait satisfaisants, au sein même de l'éducation nationnale, simplement parce les gens y sont mieux dans leur vie).

Cordialement,

athnae

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout cela fait un peu peur, non ? Sachant que meme le fait de "retourner" en province ne'st pas non plus a "long terme" LA SOLUTION, les problemes emmigrant aussi la bas, il ne faut pas de voiler la face; il y a aussi le fait qu'on ne peut vivre de l'air du temps, qu'il y a moins de chomage sur la RP, et oui je suis d'accord, on est sans doute trop frileux.

Je vais sans doute dire qq chose de bete, mais y a t il qq chose qui interdise de monter de petites structure d'"echange de competence", et de temps pour que des enfants, je pense aux petits, par exemple sorte de "jardin d'enfant" pour les pré-maternelle, peut etre surtout ceux dont la mere est au foyer et qui je pense ont besoin de rencontrer des petits comme eux, et de nouer des relations suivies avce ces petits de les connaitre (ca ne se fait pas au toboggan du parc); cela "geré" par ces memes mamans, (papas ?); par exemple ma fille a 2 ans, je suis avec elle a la maison en ce moment (mais les finances et d'autres problemes...), j'accueillerais avec plaisir 1 ou 2 autres petits de 18 mois a 3 ans par exemple pourqu'ils jouent ensemble ou bien els emmener "decouvrir qq chose, en se promenant en foret, allant au parc avec eux, visiter un eferme...selon l'age. ca permet aux autre smamans d'avoir un peu de temps, de se "refaire une fraicheur", car parfois c'est dur (je trouve) d'avoir toujours son enfant. Je pense a uen matinee, nos petits etant bien a faire la sieste chez eux...cela dit, il manque "le lien", le tissus de connaissances partageant les memes (a peu pres, au moins des bases communes) principes.

Pour l'ecole elle meme, effectivement, si on parle de 100 000F, c'est incroyable; en meme temps on imagine le salaire d'1 instit (+ charges sociales), le materiel; cela me semble quand meme tres cher...

en region parisienne, je trouve qu'on parle surtout du 92, et du 78; le reste, il n'y a rien..enfin, vers chez moi; vous le connaiseez, le guide des ecoles differentes ?

(pardon d'avoir ete si longue)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Ce que tu souhaites est un peu de convivialité avec d'autres mamans. Vous pouvez à mon avis vous regrouper, sans avoir une structure type association loi 1901 et effectuer des échanges, idées, partages d'activités ludiques par exemple.

En plaçant une annonce tu pourrais avoir des réponses.

En ce qui concerne l'école, pour répondre au message précédent, notre famille a justement "émigré" dans un petit village des yvelines et la scolarité a été satisfaisante comme je le disais, jusqu'en CM2, (parce que petits effectifs, enseignants plus disponibles et plus heureux d'enseigner)

après tu retrouves à plus ou moins long terme dans les écoles, les problèmes récurrents type violence, enseignement qui ne correspond pas à tes souhaits, etc. , aussi bien au collège qu'au lycée, et cela partout que cela soit ici ou ailleurs en France, ce n'est à mon avis que déplacer géographiquement un problème.

On peut se poser beaucoup de questions : écoles publiques, écoles parallèles mais chères ou lointaines.... le problème est sans solution, et la seule issue, reste comme le dit Eric, dans l'école à la maison avec un accompagnement de son enfant. Mais pour cela il faut un long cheminement familial. Pour mon cas, je n'y suis pas arrivée, et le pas est extrêment dur à franchir.

manue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pardon pour les oublis : ;)

- merci pour l'adresse ANEN

- en ce qui concerne les adresses tu peux taper : www/steiner-waldorf.org afin d'avoir la liste des écoles en France

- en ce qui concerne Montessori : www.montessorienfrance.com pour la liste, mais qui n'est pas complète, mais éventuellement appelle une école, ils pourront te dire s'il y en a une dans ta région.

manue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne suis pas sure que l'ecole a la maison et rien que ca soit LA SOLUTION, meme dans un monde ideal; je crois que les enfants sont quand meme heureux de se retrouver entre eux, jouer, apprendre avec d'autres personnes que leurs parents; si on joue a "un monde ideal", alors, a mon avis il y aurait des structures montessori, steiner ou autres pas trop cheres (tout en comprenant qu'on "investi" aussi pour ses enfants, l'ecole gratuite c'est peut etre bien mais ca a un cout, et chacun en est il conscient au point de le respecter ?) et les parent sauraient du temsp partagé avec leurs enfants (et pourquoi pas ceux des autres) pour "enseigner", apprendre, partager plutot ce que la vie autours de nosu est toute prete a nous enseigner...

De toutes façons, plsu il y aura de demande plus iul y aura d'offre, + "les gens" seront informes, + ils voudront un enseignement respectueux, + certains "s'y colleront" pour creer les structures dont nous revons (se renseigner pour savoir "et si on s'y mettait aussi ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites

je connais un groupe de personnes qui sont en train de mettre en place une école alternative dans le finistère. il y a déja 9 enfants en prévision.

je pense que l'on apprend autant voir plus hors du systeme scolaire classique (pédagogie de projet...), mais que la présence d'un groupe est primordiale. trop souvent les enfants non scolarisés sont aussi désocialisés car privés d'enfants de leur age et entouré d'adultes.ils murissent plus vite, mais perdent un mon sens un peu de la magie de l'enfance, non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne sais pas si c'est "la magie de l'enfance", mais je crois aussi que "rencontrer ses semblables" est essentiel (regardez nous, ici ! :blink: ); ca apprend plein de choses ! et a en rencontrer aussi quand on est grand, dialoguer, preter, partager, s'eng.., se rabibocher, voir comment les autres fonctionnent, l'autre le voisin, le pote, le beau pere, le pays plus loin !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'aime pas l'école! Et pourtant il y a 20 ans que je n'y vais plus.

Problème numéro un : mon aînée 16 ans! Scolarité cahotique malgré (où grâce ou à cause...) un QI supèrieur à 120. Tristesse à l'école depuis le CE1, redoublement 6ème (allez leur dire que c'est pas une punition...), mise en "échec scolaire" (oh le diagnostique affreux et réducteur!) et pour un peu ils me l'aurait mis en "échec de vie" ces c.... Résultat une quatrième inachevée pour cause de phobie scolaire et déscolarisation médicale à l'appui. Que faire ensuite? L'école à la maison? Pas trop réalisable, il faut être ultra-disponible et puis difficile pour une gamine en totale rupture sociale. Il faut bien qu'elle vive son adolescence! Donc, rentrée 2004, tentative de rescolarisation en troisième en maison familiale. Autre rythme que l'alternance! Et ça a fonctionné! Aujourd'hui le brevet n'est plus utopyque et elle sait ce qu'elle veut faire. Devinez! Educteur spé! Comme c'est étonnant : elle veut aider les ados en difficulté. Donc, l'an prochain premiers pas avec une orientation en BEP sanit-social... ce qui veut dire à nouveau système scolaire classique. J'espère que tout ira bien!

Problème numéro 2 : mon second, tout juste 14 ans. Profil : enfant précoce et le sentiment fréquent que les profs sont souvent humainement limités. Particularité : dit ce qu'il pense et pense toujours. Sinon, bien dans son époque, sportif, meneur dans son relationnel, respectueux de l'individualité. En troisième dans un collège privé où il se trouve depuis la sixième, dans une classe pour enfant "précoce". Il s'y retrouve plutôt bien même si le discours ne me plait pas toujours. "Vous êtes l'élite" (Hitler ne disait pas déjà un truc comme ça?) ou encore "Vous avez fait moins bien que les autres ou votre attitude est moins bien que cellle des autres troisièmes". Bon, il le vit bien mais quel dommage de tenir un tel discours à des gosses. Si les parents font pareil ça donne d'affreux prétentieux qui ne feront rien parce que tout leur est dû!

Problème numéro trois : mon dernier, huit ans tous neufs, en CE1. Je viens de le changer d'école en 24 heures parce que dans sa primaire publique de secteur les instits et la direction avaient tendance à prendre les gosses pour des punching-balls physiques et moraux. Cheveux tirés, coups de règle... Quand j'ai osé protester on m'a menacé de l'assistante sociale. On croit rêver, non? Désolée mais je n'élève pas mes enfants à l'humiliation et à la violence. mon bout'chou est depuis trois semaines dans le privé. Pas le choix, il existe une école Freinet publique pas loin de chez moi mais je ne dépend pas du bon secteur.

Voilà! Qu'en pensez-vous? Depuis dix ans, je me pose la question de la descolarisation mais bon je n'ai pas passé le cap! En dépit de tout je crois à la sociabilisation qui enrichit!

Non, vraiment, je n'aime pas l'école!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel dommage que personne n'ai eu envie d'échanger sur le sujet, mais bon... En attendant, j'ai eu de bonnes nouvelles. Ma fille a eu son brevet! Jolie victoire qui a changé la donne dans la vision de son avenir. Aujourd'hui, elle sait qu'elle peut réussir. ouf! Son frère l'a eu aussi et dans la foulée la fameuse option "contingentée" qu'il estime être un passeport pour S, lui qui veut faire médecine. Et le bout'chou est épanoui dans sa nouvelle école et ne s'en fait plus pour le CE2. Voilà! Alors merci aux enseignants qui nous ont aidé et tant pis pour les autres. Ciao!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne me sens pas prête pour prendre comme alternative, l'école à la maison. Mais, je me demande, si néanmoins, l'enseignement que l'on nous présente, peut tenir compte des besoins et du rtyhme de l'enfant. J'en doute.

bien sur que non.Ce n'est pas du tout son but.On, lui impose un rythme et invente des besoin sans repondre au vrai.Le tout enferlmé et assis soumis a l'autorité d'un fou qui se croit superieur et qui utilise la peur comme arme.

Notre société n'est pas adaptées a l'individu ce sont les individus qui essayent de s'y adapter.

par cpntre il y a des ecoles avec des philosophie differente comme montessori ou steiner.

Share this post


Link to post
Share on other sites
En discutant avec certaines mamans, je me rends compte, que soit leurs enfants ( collégiens), effectivement ont une "réussite" scolaire, mais le prix à payer pour l'enfant est un grand stress et pour certains (pas tous) développent des insomnies, psoriasis, eczéma,... de plus elles sont acharnées perpétuellement sur l'enfant, pour les devoirs le soir !!!  :furieux:

Ou pour certaines mamans, qui m'avouent que leur enfant, va à l'école sans aucune motivation, ni envie, et que du coup il est complètement déconnecté des cours.

Merci de vos témoignages.

oui c'est une horreur.QUi ne date pas de lon,gtemps popur moi.Le lycée c'est pas mieux.

C'est une catastrophe il faut mettre fin à ça.

Je mer apelle a l'ecole primer eje devenait tellement fou que j'etais content que par exempel,pour briser la monotone,un prof vienne toquer a la porte pour dfemander qque chose.AU moins il y avait un evenement.

En fait ,l'ecole te casse la joie de vivre(si l'entourage ne s'en est pas deja chargé) et te fait croiore que la vie n'est que souffrance ou tu ne fais que ce que les autres veule.Et que si tu sors de leur sectes tu sera sdf etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tout cela fait un peu peur, non ? Sachant que meme le fait de "retourner" en province ne'st pas non plus a "long terme" LA SOLUTION,

et oui la solution c'est de quitter ces sociétés maux-dernes et d'aller vivre a l'etat sauvage.

C'est, tres bien pour nous et pour un enfant(qui sera ne osmose avec son environnement encore plus) c'est tout simplement fabuleux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
et oui  la solution c'est de quitter ces sociétés maux-dernes et d'aller vivre a l'etat sauvage.

Bonjour à tous,

Après une grande "absence" de ce forum, le sujet me passionne toujours.

J'aimerai bien trouver, comme on dit, un "juste milieu" ne pas retourner à l'état sauvage , mais ne pas cautionner ce système scolaire, en y mettant mes enfants. Quel cruel dilemne ! Que c'est dur !

J'ai néanmoins, si je peux dire, une peu "évolué", c'est-à-dire que mes enfants continuent à se rendre dans l'école publique, mais je n'hésite pas souvent à revoir de façon différente avec eux, le travail qui est demandé à la maison, qui parfois est colossal, les enseignants sont-ils conscients ce cela ? Toute cette somme de travail demandé ? N'ont-ils pas le temps d'enseigner le programme lors de leurs cours ?

On n'hésite pas aussi à "rater" des cours pour aller visiter des musés (Louvre,Géode, Palais de la découverte, Musés d'art naïf, etc.) La région parisienne en regorge :mortderire: il y a du positif au moins de vivre à côté de Paris. Après on ratrape à la maison, le travail de la journée.

Je me suis aperçue au fil des années, que le système scolaire se focalise essentiellement sur la "somme des acquis" en remplissant comme une cruche le cerveau de l'enfant, sans s'assurer en cours de route que la cruche "ne déborde pas" ou "qu'elle est correctement remplie". Mes enfants font très peu de sorties extra-scolaires, alors c'est moi qui m'en charge.

Un des professeurs, m'a donné comme explication qu'ils ne pouvaient trop s'investir dans des sorties extra-scolaires, car cela "représentait trop de travail" et qu'ils avaient à gérer les exigences de + en + nombreuses des parents lors de ces sorties. Est-ce vrai, ou était-ce une façon détournée de m'expliquer son manque d'envie ?

Iorlan, ton témoignage me touche ; la phobie scolaire de ton enfant a t'elle durée longtemps, est-ce qu'elle a pu s'en sortir.

Je me pose la question, n'est-ce pas dû aussi au difficile cap de l'adolescence ?

Manue. :fleurs:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Manue,

Ma fille a été descolarisée de janvier à juillet 2004. A cause de l'adolescence? Oui, certainement aussi... Mais un système d'enseignement pour ados qui ne prend pas en compte la spécificité de l'adolescence me laisse perplexe... Donc oui...mais pas que... Entre les profs qui se permettent d'évoquer en pleine classe ce que l'enfant peut avoir de plus intime, les déjà racailles de 15 ou 16 ans qui te cognent "parce que t'es qu'une fille" et les gamines de cinquième qui semblent sorties de la rue saint-anne, parce qu'il faut "plaire" aux garçons pour éviter de se faire casser la figure et qu'il vaut mieux coucher que s'opposer... Et les enseignants qui, pour la plupart ne voient rien (???). Parfois, une personnalité enseignante s'insurge, mais en général elle le paie cher. La prof de français de ma fille a été la première à me dire de la descolariser... officieusement...pas officiellement... Je la comprend et je la remercie pour son aide. Je crois que cela aurait très mal fini. Alors l'école? Oui mais...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0