Sign in to follow this  
Followers 0
Eric

Les Dessous De La Grande Distribution

14 posts in this topic

Si vous avez une connection de bonne qualité, téléchargez la conférence de de Christian Jacquiau sur les dessous de la grande distribution. Edifiant !

Lien : Les dessous de la GMS

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que penser de biocoop lorsque cette coopérative bio accepte les produits de la multinationale Novartis (producteur du maïs transgénique) par la marque SOY (produit soja).

D'autre part, il y a 3 ans j'ai acheté un tapis de sol ludique pour mon fils chez biocoop. Ce produit de marque HABA d'à peine 1 mêtre carré coûtait entre 400 et 500 francs.

En arrivant à la maison je découvre que ce produit était fabriqué en Chine... arf injustifiable !

J'ai ramené le produit et me suis fais rembourser...

Acheter des produits SOY chez biocoop c'est financer Novartis et indirectement sa production OGM...

Comment Biocoop peut justifier ce choix de fournisseur ?

Autre question qui me gêne avec Biocoop :

Son journal consom'action, qui le finance ? Est ce que comme dans la grande distribution Bioccop s'amuse à faire peser le poids de sa communication sur ses fournisseurs ???

Pendant qu'on y, est ce que bioccop devant le poids grandissant de sa capacité commerciale : l'usage des marges arrières a t il fait son apparition ???

Pour moi aujourd'hui la vigilance est de mise sur tout les réseaux commerciaux Bio, car c'est à ce prix que le bio restera humain et respectieux de tous et de la planète.

Soyons vigilants et résistants à la dégradation du bio

Mathias

Share this post


Link to post
Share on other sites
Que penser de biocoop lorsque cette coopérative bio accepte les produits de la multinationale Novartis (producteur du maïs transgénique) par la marque SOY (produit soja).

En effet, que penser de tout ça. Quand nous vivions à Rouen, le gérant de la biocoop animait des conférences, allait aux réunions de paysans bio, et il était toujours prêt à prendre des produits locaux.

Ici à la biocoop, les petits producteurs locaux avec lesquels nous travaillons ont beaucoup de mal à être présent dans la magasin qui préfère parfois compléter ses palettes en Bretagne...

Pour parler de ça, j'ai ouvert un nouveau sujet "Biocoop et éthique"

Par contre pour ce qui est de la GMS, on essaie d'y aller au strict minimum. Il y a encore des trucs qui coincent : sacs poubelle, rasoirs, pellicules photo...et autres bricoles qui font qu'on y va qd même de temps en temps, en "apnée" :D

Voilà, sinon, je serai intéressé par les réactions à la conférence. Ce n'est pas mon genre de mettre des infos "anti" sur ce site, mais je me suis fait piéger à Noêl à devoir argumenter en quoi les GMS c'était pas génial, alors j'ai cherché un peu de matière... ;)

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour et merci pour votre site.

Je viens réagir car je viens de recevoir votre dernière lettre d'info par e-mail et dans celle-ci vous faites allusion à ce forum " Biocoop ou hypermarché ?"

Croyez-vous que l'hypermarché soit tout noir et biocoop tout blanc? personnellement je ne crois pas.

L'hypermarché est loin d'être un lieu idéal où les pratiques commerciales soient respectueuses des fournisseurs ET des clients (sans parler des salariés). OK, nous le savons tous.

Mais si ce système de distribution a pris une telle ampleur en France, c'est aussi grâce aux appuis politiques locaux et/ou nationaux. Et qui choisit les élus locaux et nationaux? nous-même.

Nous sommes tous responsable de ce qui nous arrive. c'est avec ce type de site , de débat, de lieu d'information que tout cela pourra évoluer.

Biocoop est-elle LA solution? pour moi non. Même si cela paraît mieux que les hypers, ne peut-on pas se poser la question sur ce qu'il y a derrière Biocoop? BioCoop se déclare être un réseau de magasins indépendants. Tout cela pour ne pas dire que Biocoop est une franchise. Mais qui détient vraiment le pouvoir dans Biocoop? qui a chaque fois qu'il y a un débat sur la bio est intérrogé? le petit commerçant de la biocoop du coin? Non. Un dirigeant Biocoop.

Et puis où se trouve la richesse quand on oppose un système (biocoop) à un autre ( l'hypermarché)? les petits producteurs par facilités préfèrent fournir biocoop que des commerçants indépendant.

La richesse existe quand il y a diversité. Donc faisons en sorte qu'il puiise exister d'autres solutions d'approvisionnement bio que l'hyper et biocoop.

Enfin pour revenir à l'hyper, reconnaisons aussi que par ce circuit de distribution (au combien criticable), le commerce équitable a pu aussi connaître une percée en France. Dommage que cela se face par ce circuit, non respectueux de ces propres fournisseurs.

Mais pour demain se pose la même question pour la bio. Comment faire pour toucher un plus grand nombre, permettre à chacun de pouvoir s'alimenter correctement sans pour autant devoir faire un sacrifice financier important parfois insupportable? Croyez-vous que biocoop oeuvre dans ce sens? Je ne crois pas.

Il y a un grand débat à mener, de grandes réflêxions pour faire en sorte que la bio puisse se développer, se démocratiser et offrir des garanties sûres quant à la qualité et l'origine des produits.

Et cela devra passer par une industrialisation plus importante. Comment faire pour éviter les triches, les abus, la détérioration ou dégradation des aliments?

Patrick Aubagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Que penser de biocoop lorsque cette coopérative bio accepte les produits de la multinationale Novartis (producteur du maïs transgénique) par la marque SOY (produit soja).

(...) Acheter des produits SOY chez biocoop c'est financer Novartis et indirectement sa production OGM...

Comment Biocoop peut justifier ce choix de fournisseur ?

salut Mathias ;-)) nos amis Biocoop se sont justifiés abondamment sur le sujet dans Biocontact qui leur avait tout de suite offert ses colonnes, il y a quelques années, en 1999, aussitot après la parution de l'article du Diplo "main basse sur les produits bio" ( qui n'a pas pris une ride ! ) sur le référencement de soy par la centrale d'achats biocoop.

d'après ce que j'ai retenu de ce déballage, on y mettait entre autres en avant le côté humain ( cf. un des slogans de soy " au début nous étions 2..." ) l'aventure de la filière du soja français, l'amitié, etc. puis, les affaires, les investissements, vous savez ce que c'est, il y avait eu des problèmes financiers, la boîte a été rachetée, et le racheteur a fini par être racheté à son tour par... Novartis, le géant ne sachant même pas que dans une de ses multiples poupées russes, il y a une minuscule boîte qui fait du bio avec une filière de soja bio français qu'il faut absolument soutenir etc etc. voilà c'était dans ce goût-là...

Biocoop ne pouvait pas ainsi "lâcher" des amis de longue date - et très gros clients, ramifiés chez d'autres marques bio qui utilisent des ingrédients Soy- , qui finalement se portent plutôt bien chez le géant, pourquoi s'en détacher et regagner son indépendance alors ?

Quant au boycott de cette marque, on ne peut pas dire qu'il ait été relayé par les médias de la mouvance bio, il faut dire aussi que c'est dans le réseau biocoop qu'il s'achète le plus de revues alternatives, et que soy est un bon annonceur ( on n'avait pas tous accès à internet à l'époque ). cela a suscité une grande gêne quand même, mais qu'on s'est empressé d'effacer. Les tenanciers de biocoop ( qui ne sont plus des coop mais majoritairement des sarl, ou des S.A ) ont répété les instructions de la hierarchie et tout a été prestement oublié. voili voilà !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

je trouve dommage de limiter l'alternative à "hypermarché ou biocoop", et ce ne sont pas les agriculteurs qui font beaucoup d'efforts pour développer la vente directe qui me contrediront.

Le bio n'est pas une finalité, ce qui compte c'est la qualité des produits, la qualité de la relation entre producteur et consommateur et la préservation de l'environnement. Or, quand un réseau de distribution ne se préoccupe que du label AB on est tout simplement dans une démarche marketing.

L'effort principal en 2004 et 2005 doit porter sur la multiplication et sur la consolidation des réseaux de distribution alternatifs afin qu'il y ait une vraie concurrence entre eux et qu'ils ne se reposent pas sur une clientèle captive comme a pu le faire la grande distriution après ses efforts de baisse des prix dans les années 60 et 70. Il en est de même de Biocoop, de son réseau de distribution et de sa centrale d'achat.

Il est dommage que La Halle au bio (site internet) ait dû arréter son activité l'an dernier, c'était un bel exemple d'alternative efficace.

Depuis 2003, Paysans.fr (www.paysans.fr) a pris le relais de la distribution à domicile de produits bio frais proposés par les producteurs du Sud-ouest chaque semaine et il me semble que leur priorité est plus celle de la qualité des produits et de la relation que celle du Label ou de la marque à tout prix.

Bref, ne nous contentons pas de reproduire le même modèle de consommation que celui qui a fait la fortune des grandes surfaces : faire confiance les yeux fermés à une enseigne et à ses marques et labels pour dégager notre responsabilité d'acteur, même si s'il s'agit de l'enseigne Biocoop, des labels AB ou Commerce équitable !

Si je peux éviter cette paresse du consommateur et que j'accepte de "faire les courses" autrement qu'en remplissant un caddie je pourrais enfin me libérer du modèle de distribution unique français "caddie-magasin-centrale d'achat".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

J'ajouterai qu'en matière de vente directe, il y a aussi le réseau cocagne :

http://www.reseaucocagne.asso.fr/

Cela marche par distribution hebdomadaire d'un "panier" de légumes de saisons à des abonnés.

J'ai contacté les jardins de Marcoussis, qui ont un point de distribution à Paris, mais ils ne peuvent pas satisfaire toute la demande!

C.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je suis enchantée :D de vous avoir découvert et je vais vous expliquer comment je vous ai trouvé.

Depuis plus de trente ans je me nourris et nourrais ma famille qu'avec des aliments bios :) . J'ai la chance depuis plusieurs années d'habiter à côté d'une ferme et d'un maraicher bios. Mais de temps en temps j'achetais à la maison diététique à Tournai et j'avais remarqué qu'ils vendaient du tofu de Novartis :furieux: aussi je l'ai ai interpellé très gentiment à ce sujet. Ils m'ont souri et n'ont rien dit. une autre fois j'ai insisté et j'ai même ajouté que cela me choquait. le patron m'a répondu que cela se vendait bien et l'éthique :heart: ais-je ajouté. Entre-temps j'ai découvert que l'eau Mont Roucous provient de Danone :furieux: et l'ai aussi fait remarquer, comme ils veulent continuer à vendre ces produits j'ai décidé de leur écrire pour leur expliquer que s'ils étaient intègres ils retireraient ces produits en donnant la raison de leur geste, sinon qu'ils ne me verront plus.

A la ferme bio, ils vendaient aussi Mont Roucous, mais eux ,depuis ma remarque s l'ont retiré de la vente. Voilà que ce vendredi je vois dans le comptoir de la ferme des boites de soya Novartis je me suis indignée :angry: , ils n'étaient pas du tout au courant de ce fait. Ils voudraient que je leur fournisse la preuve de ce que j'avance aussi je suis venue voir sur Googel et après avoir écrit Soy de Novartis je vous ai trouvé. :)

Savez-vous qu'en Belgique vient de se former un groupe sous l'impulsion de Paul Lannoye? Le Grappe, et pour leur première action ils organisent un forum à Bruxelles sur Yvan Illich le 20 novembre...le même soir que la conférence de Pierre Rabhi à Ath!

Le Grappe: groupe de recherche et d'action d'écologie politique. Il sera aussi un groupe de pression.

Moi j'ai écrit un livre qui s'appelle "Cette vie que nous assassinons".

Et je fais une mini-conférence sur le thème de la maman le 17 octobre, je peux envoyer le texte à ceux que cela intéresse.

Mon fils ainé défend les indiens et boliviens en Bolivie au risque de sa vie et va écrire un livre: le pillage de la Bolivie par les multinationales!

Cordialement Eléonore

Share this post


Link to post
Share on other sites

:D Bonjour Eléonore, ton message me va droit au coeur et j'espère que tu nous fera partager tes expériences ! ce que tu dis de soy/novartis est très juste, Mont Roucous/Danone ( ça je l'ignorais, il faut suivre ! mais je n'en achète ni n'en vends car elle est vraiment trop chère pour nous). Pour soy/novartis, il faut dire que c'est un peu compliqué... il y a un bon résumé sur http://www.lesensdenosvies.org/lesite/bio/...y-novartis.html ;) ... leur dernier argument c'est de dire en gros : oui, c'est vrai on appartient à Novartis, MAIS on soutient le soja bio français et si vous arrêtez d'acheter on ne pourra plus essayer de retrouver un jour notre indépendance, arguments qui étaient déjà les mêmes en 1999, date de l'article "Main basse sur les produits bio" qui n'a pas pris une ride je trouve... http://www.lesensdenosvies.org/lesite/arti...n/main-bio.html

je m'occupe d'une petite coop bio indépendante où l'on ne vend pas de produits soy, ni Evernat ou marques appartenant au groupe distriborg et autres multinationales, ce n'est pas facile... On ne vend pas grand chose en fait, mais que des choses essentielles, enfin on essaye, chaque jour est une nouvelle découverte et c'est très enrichissant sur tous les plans sauf financier ;) , mais l'essentiel est que bon an mal an la coopérative arrive à payer ses fournisseurs et s'autosuffise dans la joie et la bonne humeur ! Merci et Bravo pour tout ce que tu fais et au plaisir de te lire ! :heart:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si vous avez une connection de bonne qualité, téléchargez la conférence de de Christian Jacquiau sur les dessous de la grande distribution. Edifiant !

Lien : Les dessous de la GMS

Eric

bonjour

j'ai vu l'an dernier une conférence de Christian Jacquiau(au forum social de H- Savoie)

je conseil à tous le livre.

"citation"Enfin pour revenir à l'hyper, reconnaisons aussi que par ce circuit de distribution (au combien criticable), le commerce équitable a pu aussi connaître une percée en France. Dommage que cela se face par ce circuit, non respectueux de ces propres fournisseurs. "

sur ce point de vu M. jacquiau est encore plus critique, je ne développerai pas. encore pire ici en Suisse merdonald vend du café "commerce équitable" un comble

entre Hyper et bio coop , j'ai fais une brève comparaison hier à Annecy : un reblochon fermier est moins cher en bio-coop que en face au champ.

idem pour pas mal d'articles dés que on cherche la qualité même à l'hyper du coin on paye cher.

robloch' fermier

bio: 15€ kg

non bio: 16.5€ kg

non fermier,non bio:11/12€ kg

Share this post


Link to post
Share on other sites

:bravo: c'est bien deutz de citer des exemples de prix ! je me demande si les gens regardent tant les prix que ça, j'entends pour ceux qui ont "les moyens" et/ou des exigences de qualité ou alors c'est qu'ils ne vont que là et n'ont donc pas les moyens de comparer : j'ai vu récemment chez intermarché des oeufs non bio "fermiers" libre-parcours à 2.45 € les 6, contre en coop 2.40 € ( AB mention Nature&Progrès ), oeufs bio à intermarché mas d'auge ou lustucru je ne sais plus : 3.46 € les 6 :wacko: des pommes fuji non bio à 2.75 €/kg : en bio 2.77 €/kg etc. Je ne vois pas comment empêcher les gens d'aller vers la grande distribution, c'est une disposition d'esprit, soit on a compris soit on joue le jeu.

Ce que je constate pour mon négoce coopératif ;) c'est que comme la majorité des gens vont d'abord au supermarché et complètent en bio, ils se sont déjà faits avoir avant, si en plus ils ne viennent que pour acheter en coop un article précis qu'ils savent moins cher comme je le constate de plus en plus souvent :( , alors qu'ils prennent la voiture exprès pour ce faire :??: , les supermarchés ont encore un très bel avenir devant eux !

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense que la clientèle des supermarchés non bios et des marchés/magasins/grandes surfaces bio n'est pas la même. Il se développe par contre actuellement une concurrence entre ces trois derniers. Moins entre supermarchés non bios et commerces bios...

Quant aux prix du bio il sont à mon avis corrects, du moins chez moi : je suis épicier bio sur les marchés. Mes oeufs sont à 2,10 euro, et même 1,50 à 1,80 selon calibre si j'ai du surplus à moi. Mes pommes oscillent entre 1,50 et 2,85... et j'ai été surpris de trouver au peu plus loin un chèvre frais non bio à 2,60 alors que chez moi il faut 2,25... :-)

Sinon il y a le fait - et j'ai expérimenté - que la plupart des clients ne regardent pas les prix, mais ils pensent probablement qu'ils n'ont de toute façon pas le choix : je peux vendre mes pommes à 2 ou 3 euros - elles partent pareil... alors il y a le commerçant qui veut faire de l'argent ou a besoin d'argent (c'est très différent) et celui qui est raisonnable, tout en n'étant pas trop coincé financièrement... j'espère que c'est moi :-) Le côté intéressant et sympathique de ce genre de commerce individuel "artisanal" c'est d'ailleurs la possibilité - et il m'arrive parfois d'en faire usage si je suis financièrement mal - c'est d'augmenter certains de mes prix entre 10 et 100% et tout le monde n'y voit que du feu... :-) mais c'est juste le temps de m'en sortir et je n'hésite pas à l'expliquer à mes clients qui sont parfaitement compréhensifs une fois que la confiance règne. Cette liberté me permet régulièrement dans l'autre sens de demander moins cher (sans d'ailleurs qu'ils s'en rendent compte) à des gens que je connais bien pour n'être pas trop riches :-)

Dans un autre rayon je ne crois pas que ce soit une solution de taper sur les grandes surfaces dans la mesure où l'on n'a pas d'alternative réaliste à proposer : en faisant de la traçabilité il faudrait admettre que si l'on veut supprimer les grandes surfaces c'est la société entière que l'on remet au cause car elle ne serait plus viable. Il faudrait donc avant cela avoir autre chose à proposer en remplacement. En refusant p.ex. des produits provenant de multinationales vous supprimez des emplois... c'est ce que j'explique à mes clients qui me questionnent au sujet de certaines grandes marques.

pierre/geispe

Share this post


Link to post
Share on other sites
En refusant p.ex. des produits provenant de multinationales vous supprimez des emplois... c'est ce que j'explique à mes clients qui me questionnent au sujet de certaines grandes marques.

En acceptant des produits de multinationales tu en supprimes bien plus encore... chaque emploi créé par une multinationale représente plusieurs emplois supprimés dans le petit commerce ou dans l'artisanat.

Les multinationales font des économies d'échelles sans pour autant répercuter ces économies sur le client final... l'argent va vers l'actionnaire final et les dirigeants de la multinationale (et stock options et salaire outranciers).

Pour chaque emploi (d'esclave) créé chez Carrefour au SMIC ou pire à temps partiel non désiré... combien d'emplois supprimés dans le petit commerce à des salaires qui étaient supérieurs. La dynamique économique de la base est de plus en plus brisée par des monopoles commerciaux totalitaires...

Les grandes surfaces n'existent pas encore en Grande Bretagne et de nombreux emplois ont été conservés grâce à cela... et les centres villes vivent toujours grâce à cela.

La corruption des politiques français ont autorisé et continue toujours à le faire, la construction des hyper-marchés... Ils ont mis en place la précarité car derrière la grande distribution il y a les marques et leur industrie prise à la gorge par l'appétit féroces des monopoles du commerce en France... le prix à payer... une plus grande productivité et une réduction d'effectif...

Après ça, les politiques peuvent toujours parler de créer des emplois...

Peut être est il temps d'orienter son regard ailleurs que sur l'emploi... c'est la concentration du capital et du pouvoir par les multinationales qui détruit peu à peu ce qu'il reste de lien humains et de distribution des richesses.

Mathias

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Geispe,

Voici un témoignage très instructif.

Je me permets seulement de réagir sur la conclusion. Certes supprimer les grandes surfaces et autres multinationales du jour au lendemain, implique des pertes d'emploi gigantesques. Mais il faut envisager l'avenir autrement en pensant une évolution lente et progressive en réorientant les emplois vers des activités de proximité comme la votre. Il faut inverser la tendance actuelle : 1 emploi créé dans la grande distribution correspond à plusieurs (2, 3 .. 5 ?) emplois supprimés dans des commerces de proximité et inversement...

Il est primordial de comprendre qu'une partie importante de l'argent dépensé dans une grande surface (ou tout autre multinationale) est extraite du circuit local pour rémunérer les actionnaires, la structure administrative et financière, les dirigeants, les publicitaires (et TF1 au passage). A contrario, l'argent dépensé chez un "petit" a plus de chance d'être réinvesti localement pour des emplois locaux.

Bonne soirée. Alain

PS : en affichant mon message, je découvre la réaction de Mathias qui va dans le même sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0