shakti

Manipulation pour rendre l'école obligatoire

66 posts in this topic

Effectivement Bluetansy, ma remarque était fort désagréable et je m'excuse pour le terme "manipulé" à ton égard cependant il est vrai que dans les discussions "à risques" on a tous tendance à lire incomplètement ce que dit l'autre ou à faire de la généralisation.

Exemple tu écris : (désolée je ne sais faire que le copier-coller) :

"Là tu émets un jugement sur cette communauté...ce que je me refuse à faire avec les éléments dont ej dispose, même si je le répète, je ne me sens pas en confiance avec des personnes aussi omnubilées par la religion"

Suite à ma phrase :

"Quant au formatage des enfants par l'E.N (je n'ai jamais dit et loin de là que cette dernière était parfaite, j'en ai  assez bavé avec certains membres) pour moi il n'y a pas pire formatage que le mode de vie en circuit fermé que l'on impose aux enfants vivant dans certaines communautés fermées  (formatage intellectuel, confessionnel....), aucune possibilité de partir à la découverte des autres : enfin de ceux qui ne mangent pas comme vous, ne prient pas comme vous, ne vivent pas comme vous, ne pensent pas comme vous. Quant au site internet : rien de plus qu'une vitrine commerciale"

Je n'ai pas parlé de cette communauté en particulier,  j'ai écrit "certaines communautés" et je défendais seulement l'idée que les enquêtes étaient nécessaires et que s'il n'y en avait pas, cela serait anormal. Que l'on ne pouvait pas se fier à une vitrine commerciale  internet. Shatki semblle avoir été ébloui par leur site et s'est indigné de l'enquête.

Et là je ne comprends pas l'indignation que soulève cette descente dans la communauté. Que l'on ne soit pas d'accord sur les propos ridicules tenus  et que l'on s'indigne de la relation visite de la communauté et nouveau décret sur l'éducation, là je suis d'accord.

Pour moi certains jugements manque de nuances, et souvent sur le forum  c'est toujours tout noir ou tout blanc. Oui cela m'agace d'y trouver des jugements en bloc.

Pour les vaccins, effectivement parfois il s'agit de faire un choix diabolique. Je trouve ridicule de vacciner les petites filles contre la rubéole.... il suffit d'attendre jusqu'à l'âge de la procréation, on a la chance d'avoir des tests efficaces.

Pour moi qui passe mon temps au jardin : je ne ma pose aucune question : c'est la vaccination tétanos.

Ma fille a longtemps hésité pour son bébé qui est en crêche concernant la vaccination méningite.... et je me gardais bien de lui donner le moindre conseil, seuls les parents peuvent faire ce choix, elle a "tenu" pendant des mois et puis un jour le bébé de sa collègue 7 mois, dans une autre  crêche mais très proche, est mort d'une méningite. Au moindre petit symptôme de fièvre... ma fille n'en dormait plus, alors un jour elle m'a dit "je fais vacciner". Elle attendait de moi une réponse, elle vivait déjà beaucoup d'angoisse concernant la santé de son bébé, je n'allais pas la culpabiliser, donc  ma réponse "tu as fais ce choix réfléchi donc tu as fait le bon choix". Là, effectivement,  c'est le choix diabolique mais lire la mort d'un bébé inconnu dans les faits divers d'un journal n'a pas la même portée que vivre la mort du bébé de sa collègue de travail.

Personnellement, je pense que le ROR n'aurait jamais dû exister mais va le dire aux parents d'enfants restant avec des séquelles très lourdes suite à la rougeole !

Quand j'étais petite la diphtérie faisait des ravages, n'oublions pas les ravages qu'elle fait toujours en Europe de l'Est !!!

Ce qui n'est pas normal c'est la vaccination de masse de tous les vaccins existant sur les marchés., mais il est vrai, et loin de moi l'idée de culpabiliser ceux qui refusent toutes les vaccinations, la vaccination de masse protège ces derniers, et cela ne me choque absolument pas, je dirais même "tant mieux" ! mais contre le tétanos rien ne les protégera ! Ces parents me disent "nous sommes vigilants aux blessures, etc...."c'était également la maladie des couturières, la petite piqûre mortelle de l'aiguille, et puis les enfants ne restent pas dans les jupons de leurs parents.....,

"Oui j'ai vécu en "communauté"  pendant un an : la plus belle année de ma jeunesse".

"Alors là je ne comprends vraiment pas tout..."

Le terme "communauté" englobe beaucoup, beaucoup de regroupements de personnes forts différents des uns des autres !

Pour l'école à domicile, je suis tout à fait d'accord avec toi, parfois l'enfant est incapable d'expliquer son "mal-être" et que c'est aux parents de prendre la décision. Ce que j'ai écrit concernait UNIQUEMENT les parents qui décident avant même que l'enfant ait fait le moindre essai de l'école parce que eux ont eu une mauvaise expérience.Ils transfèrent sur leurs enfants leur propre vécu, et là cela me semble être une décision un peu autoritaire de leur part.

Quant aux enfants au QI plus élevé comme ta fille Blue, là il y a un réel problème. Il faut que les parents soient à la hauteur pour combler toutes les incapacités de l'E.N.

"Les parents qui déscolarisent confinent rarement leurs enfants, je ne parle pas de communautés qui déscolarisent mais de parents ordinaires...Bien au contraire, ils ont bien souvent tellement la crainte de ne pas socialiser leur enfant correctement qu'ils l'ouvrent au monde plus que des parents qui ne font pas ce choix par des activités et des rencontres multipliés...

Certains enfants sont plus heureux dans le cadre scolaire...mais d'autres sont plus heureux à la maison et dans cette discussion, ce qu'on défend, c'est le droit au bonheur de ces enfants-là..."

Il ne faut pas oublier également qu'un enfant peut être très heureux à l'école certaines années et très malheureux au moment de la pré-adolescence ou inversement. Là encore je défends : rien n'est tout blanc ou tout noir.

Et puis , nous sommes tous ou pratiquement tous ici dans le milieu "Bobo-baba-écolo" :-), il faut bien quand même un peu d'auto-dérision, pour ne pas se prendre trop au sérieux  ! Mais, dans beaucoup de familles on ne considère pas l'éducation scolaire des petites filles comme une priorité : sujet trop vaste, juste une parenthèse.

Mes filles ont étudié les religions en 6ème : cela ne m'a absolument pas choquée. Elles étaient enseignées dans le programme "histoire" au même titre que les dieux égyptiens, l'Iliade et l'Odyssée. Difficile d'enseigner l'histoire du moyen-âge, sans cette approche, qui n'est que "guerres de religions" et puis les tragédies de Racine et d'autres font référence à des personnages bibliques. Mais comme toi, je surveillais de près cet enseignement, je complètais et j'ajoutais mon grain de sel.

Maintenant que les enfants scolarisés turcs aient à apprendre les religions y compris la bible et l'histoire du christianisme dans un cadre HISTORIQUE (et non pas CONFESSIONNEL) ne me choque absolument pas. Leur pays d'accueil étant la France, il est normal qu'ils aient les mêmes cours que les écoliers français ! Cela serait de la descrimination négative.

Si j'allais m'installer dans un pays musulman, j'y trouverais obligatoirement un enseignement religieux et d'une seule religion. Le sachant, j'accepte ou je pars  ! Ouille ouille, qu'ai-je dit là :-) Je sens bien que ce n'est pas en odeur de sainteté sur le forum :-)

Désolée, ce post n'est pas très organisé, c'est un peu bric-à-brac mais je travaille téléphoniquement en même temps, alors je perds un peu le fil de mes idées.

Eugénie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais te répondre en vrac aussi...mais sache que déjà là je trouve ton discours plus cool et plus sur le terrain de l'échange et moins de l'agressivité, de la "pique"...

Ce qui est gênant dans la "descente" chez cette communauté, c'est juste, tu emploies bien le bon mot...l'aspect "descente" et non un simple contrôle...et ce qui est gênant, c'est cet acharnement...soit on a un truc à leur repproher, on le trouve et on agit, soit il n'y a rien et on leur fout la paix...

Et surtout ce qui est je le répète, c'est que cette descente serve de prétexte à des réformes sur l'enseignement à la maison.

Pour l'enseigement concernant a Bible, je le répète, il s'agit de français et non d'histoire (je l'ai déjà écrit, j'aurais mieux compris dans cette matière) et cela tient vraimentune énorme place (plus d'un mois sur le sujet déjà !!!) et c'est cette "lourdeur" qui peut déranger des enfants musulmans, surtout sans la moindre allussion immédiate à la "valeur" littéraire d'autres textes religieux... A priori la "règle" de la France, c'est que l'éducation soit laïque...ce n'est pas la règle des pays muslmans (et c'est bien pour ça que je n'aimeras pas y vivre...pour aller dans ton sens je serais bien du genre à me promener respectueusement vêtue en tant que touriste compte tenu des règles d'un pays), de ce fait, on peut comprendre un certain étonnement et le sentiment de se faire "filouter" de la part des musulmans en France dans ce contexte tel que je le vis peut être, très localement...

Si un adulte a terriblement mal vécu la scolarisation, qu'il se sent la possibilité d'instruire son enfant, en prenant toutes les dispositions pour lui assurer une vie sociale équilibrée, je ne considère pas son choix comme autoritaire...c'est juste un choix comme un autre...qui ne lèse a priori pas plus son enfant que le choix de la scolarisation par des parents pouvant faire autrement...et que eux, tu ne songeras pas à taxer d'autoritarisme...Et ce choix est très compréhensible non ? Difficile de demander à une personne ayant immensément souffert de quelque chose de l'appliqer à son propre enfant simplement parce que c'est le choix majoritaire...

Quand un enfant qui était bien à l'école s'y sent mal à lpréado ou à l'ado, ce n'est pas dû à l'école mais à un malaise ponctuel qu'il convient de l'aider à régler...ce n'est pas une différence profonde et durable et en règle générale, cet ado est en rupture avec bien d'autres choses que l'école...

Comme tu le dis, rien n'est noir ou blanc et c'est justement pour pouvoir gérer tout le panel des gris que le droit à l'enseignement à la maison doit être maintenu.

Blue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui puis ce n'est pas forcément parcequ'on a mal vécu l'école qu'on ne veut pas y envoyer ses enfants. Ce peut-être pour des divergences sur la manière d'enseigner (y'a qu'à voir comment les enfants écrivent et lisent avec la nouvelle méthode en Belgique c'est du n'importe quoi !!), la manière d'évaluer les connaissances et les compétences, le fait que certains parents refusent le système punition/recompense (dont je suis, enfin je ne suis pas parent mais je suis contre ce système) qui est à la base du système de "point" dans le milieu scolaire, le fait que certain parents sont contre l'enseignement tel qu'il est fait (bcp de théorie, de par coeur, peu de mise en situations, pas de respect du rythme de l'enfant, ni d'encouragement dans le developpement de l'apprentissage choisi dans ses centres d'intérêts, ni dans le développement de stratégies de coopération pour arriver à un but etc.) la matière enseignée, les devoirs (trop ou pas assez), l'encadrement (trop ou pas assez), le sport et les sorties sur le terrain (jamais assez), la cantine, les distributeurs, les pubs dans le matériel scolaire bref un tout.

Personnellement je n'ai jamais pensé à la raison "mal-être des parents à l'école " comme raison de ne pas scolariser ses enfants. Moi j'ai adoré l'école, et détesté à partir du cm2 jusqu'à l'entrée au lycée (et j'ai vraiment très mal vécu cette époque, pas à cause des profs ni des cours, mais des élèves). Pourtant si j'ai un enfant et si c'est faisable, ce ne sera que pour l'entrée en 6e ou 3e (en première ou 4e secondaire pour les belges) que j'envisagerai la scolarisation (à moins d'une demande de l'enfant avant).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je n'ai pas parlé de cette communauté en particulier,  j'ai écrit "certaines communautés" et je défendais seulement l'idée que les enquêtes étaient nécessaires et que s'il n'y en avait pas, cela serait anormal. Que l'on ne pouvait pas se fier à une vitrine commerciale  internet. Shatki semblle avoir été ébloui par leur site et s'est indigné de l'enquête.

Eh bien, si ça ce n'est pas encore du procès d'intention... cela semble ta spécialité.

Si j'ai donné ce site, c'est simplement pour que chacun ait une autre version que celle des médias, que chacun puisse aller y voir sur place éventuellement mais surtout savoir de qui on parle.

Ensuite, j'ai clairement mis ce sujet sur le terrain de la manipulation médiatique ayant pour but de modifier la loi sur l'enseignement à domicile, car c'est surtout de cela sont il s'agit aujourd'hui. Comme l'a dit blue, il s'agit "d'attaquer l'arbre pour abattre la foret". Le reste n'est que de la poudre aux yeux pour faire passer la pilule liberticide plus facilement. Je pense que d'ici le 19 décembre, on en entendra encore parler, car lorsque des politicards sont décidés à restreindre des libertés, ils préparent soigneusement le terrain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis désolée Shakti pour moi un site internet c'est du vent, du pipeau et ne renseigne absolument pas sur ce qui se passe à l'intérieur d'une communauté. Pour voir ce qui se passe réellement il faut y vivre pendant plusieurs mois donc j'ai trouvé ce conseil bien bien naïf d'aller voir le site pour connaître cette communauté.

Bluestansy : non mon second post n'est pas plus cool que le premier. Effectivement il y a eu mauvaise humeur de ma part de  voir déformer mes propos, je ne le cache pas.... mais qui aime ?

"Ce qui est gênant dans la "descente" chez cette communauté, c'est juste, tu emploies bien le bon mot...l'aspect "descente" et non un simple contrôle..." .... J'ai simplement repris le terme employé par Shatki dans son premier post. Si je suis o.k sur les enquêtes et contrôles, je ne suis pas forcément d'accord sur les méthodes employées.

Vous ne voulez voir que les aspects positifs de l'enseignement à domicile parce que vous vous sentez, et je suis sûre que l'êtes, des parents responsables, honnêtes pour qui le bonheur de vos enfants est votre premier but, mais si l'on abordait la question en soulevant tous les problèmes s'y rapportant, cela serait beaucoup plus intéressant.

Quant au procès d'intention, moi quand je lis tout ce que vous pouvez écrire sur les instit. et profs, merci beaucoup pour ceux et celles qui se défoncent tous les jours.

Eugénie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euh j'insiste, je n'avais pas déformé mais carrémetn lu de travers...et je m'en suis excusée...

Ben si tu ne veux pas être cool ni m^me qu'on trouve que tu le deviens...euh...reste, que veux tu qu'on te dise...

Bien entendu, il y a aussi et même globalement plutôt des profs et instits très bien, hélas, de plus en plus brimés par le système et qui ont du mal à accepter l'évolution de l'éducation nationale...

Avant de passer son CAPES, ma fille a déjà à l'esprit qu'il y aura les programmes, ce qu'elle montrera lors des inspections...et ce qu'elle fera au quotidien au sein de sa classe...et que cela risque fort de ne pas être identique...Bon, la discipline qu'elle a choisie peut lui eprmettre plus de latitudes que d'autres je pense...Je sais aussi qu'elle louche sérieusement du côté de l'enseignement associatif, des écoles privées et de l'art-thérapie...

Je trouve asez révélateur que pas mal de futurs profs (je n'ai pas entendu ce genre de discours que dans la bouche de ma fille) en soient déjà à envisager de biaiser par rapport au système...

On en est surtout à coincer avec le système, ses carences et ses incompétences, les problèmes particliers avec des profs n'ont été évoqués qu'en rapport avec la mise en question de la compétence des parents...

Blue

Share this post


Link to post
Share on other sites

depuis combien de temps est-ce qu'il est possible, selon la loi, d'enseigner le programme dans un cadre autre que celui de l'ecole publique-privée ?

est-ce qu'on ne peut pas dire que cette position est revelatrice de leur objectivité ? (jusque la !) si l'ed.nat. elle-meme accepteces deux alternatives c'est bien que ca ne la derange pas. alors pourquoi est-ce qu'il faudrait que nous, nous positionnons pour ou contre specifiquement ? les deux existent, il faut que les deux continuer a exister, c'est tout. les deux sont peutetre meme complementaires au cours d'une scolarité donc...

ensuite les decisions des parents sont toutes differentes les unes des autres ; par contre, la decision de mettre son enfant dans une ecole classique n'est pas toujours, elle, une decision, mais une necessité (manque de moyens financiers, humains, etc.).

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'école toujours en point de mire... Ne serait-ce pas la société d'une façon générale à remettre en question ?

Mais qui produit les dirigeants de nos sociétés, nos politiques, nos décideurs et forceurs de tourner en rond ?

C'est bien l'école non ?

Toutes ces personnes sont forcément passées par là, puis grandes écoles / ENA ...etc ?

Pour quel résultat aujourd'hui...?

Eric

L'école est la seule et unique responsable de l'évolution de la société et de la monopolisation du pouvoir. Les être humains sont tous des imbéciles qui ont été formatés par des professeurs puissants soumis au grand politique.

Et sinon, tu es sûr qu'ils sont tous passés par là ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
(...)j'ai clairement mis ce sujet sur le terrain de la manipulation médiatique ayant pour but de modifier la loi sur l'enseignement à domicile, car c'est surtout de cela sont il s'agit aujourd'hui.(...)
C'est d'ailleurs quelque chose qu'on pourrait te reprocher ;) Ton titre n'est pas du tout objectif et l'EN a les raisons qu'elle a pour écrire sa conclusion (dans l'article) et toi tu en rajoutes pour l'orienter à ta convenance.

(je n'ai pas dit que je n'étais pas d'accord... juste que présenter un sujet de cette façon ne permet pas, malgré le site, de ne pas prendre partie en le lisant et en allant voir le site... à mon avis)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous ne voulez voir que les aspects positifs de l'enseignement à domicile parce que vous vous sentez, et je suis sûre que l'êtes, des parents responsables, honnêtes pour qui le bonheur de vos enfants est votre premier but, mais si l'on abordait la question en soulevant tous les problèmes s'y rapportant, cela serait beaucoup plus intéressant.

hum tu as lu le reste du forum sur le sujet ? Parceque des questions sur la faisabilité/la difficulté/ le pour et le contre y'en a pas mal quand même. Ici nous parlons du problème de l'interdiction éventuel de cette instruction. Si tu veux parler des problèmes que cela peut générer rien n'empêche de créer un nouveau sujet sur la question.  Voir un "Pour/contre l'enseignement à la maison". Tant que cela reste dans le respect des convictions et des décisions de chacun

Quant au procès d'intention, moi quand je lis tout ce que vous pouvez écrire sur les instit. et profs, merci beaucoup pour ceux et celles qui se défoncent tous les jours.

Blue l'a très bien dit. Le problème ce n'est pas les profs mais le système éducatif, les programmes, les paradigmes qui y sont représentés.

Moi au contraire je respecte enormément les profs. Je ne voudrais pas leur place pour tout l'or du monde !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Figurez-vous que je suis prof. des écoles (dans le temps on disait institutrice  ;)) et j'adore mon métier. J'ai toujours voulu faire ça et maintenant que j'y suis, je me régale. Parfois, c'est difficile, mais je ne changerais de métier pour rien au monde  ;).  C'est vrai, je suis débutante et j'ai le temps de changer d'avis  :tete-cogne:. Je n'ai même pas encore ma classe, pour le moment je suis balancée dans une école un jour, dans une autre le lendemain.  :sorcerer:

J'aime mon métier car il me permet aussi de sensibiliser et de transmettre les valeurs auxquelles je crois. Oui, le développement durable est au programme en cycle 3 (ce2, cm1, cm2) !

Rassurez-vous, ça m'étonnerait qu'on touche à l'instruction en famille. Un enfant qui va à l'école coûte cher à l'Etat, un enfant qui n'y va pas ne coûte rien. Vous me suivez ? Vous croyez vraiment qu'avec les pressions budgétaires que nous subissons en ce moment nous allons rendre l'école obligatoire ? J'en profite pour ajouter qu'un enfant qui va dans le privé coûte moins cher qu'un enfant qui va à l'école publique ? L'Etat finance donc allégrement le privé. Vous me suivez toujours ?  :P

Blue, c'est vrai qu'on doit respecter les programmes, c'est vrai aussi qu'on peut les détourner, mais globalement on a une relative liberté (sauf l'année de stage). Je t'assure aussi qu'il y a des inspecteurs intelligents qui nous laissent libre de notre pédagogie. Il y a aussi des c... mais on fait avec. L'avantage de cette profession c'est aussi que notre supérieur hiérarchique n'est pas toujours derrière notre dos !

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'en profite pour ajouter qu'Alain prônait une école sans distinction sociale et séparée du monde extérieur  : "L'école est un monde clos et qu'il faut garder étranger au monde du travail". Je pense cependant qu'on ne peut mettre des enfants sous une cloche, justement parce qu'éduquer, c'est aussi donner les outils pour comprendre et déjouer les pièges de la société. On apprend par exemple à lire des images pour comprendre comment les publicités nous manipulent par exemple. Bien-sûr, ce travail peut se faire aussi à la maison, si les parents en ont les moyens intellectuels.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma première réponse s'est envolée, la deuxième n'aura surement pas la fraîcheur de la première !

Blue : "Ben si tu ne veux pas être cool ni m^me qu'on trouve que tu le deviens" quand j'ai écrit "non mon second post n'est pas plus cool que le premier" j'ai oublié de terminer ma phrase "non mon second post n'est pas plus cool que le premier qui l'était déjà" Cela m'apprendra à faire plusieurs choses à la fois.

En fait, je suis d'accord avec vous globalement : ne pas interdire l'instruction à la maison, ce sont juste les a-côtés qui me font tiquer.

J'ai demandé à plusieurs jeunes 25-40 ans s'ils étaient d'accord concernant le formatage qu'ils auraient subi au cours de leurs études par le sytème de l'enseignement ou les profs ! Ils m'ont regardée comme si je parlais chinois. Les pauves sont débiles sant le savoir, bon y'avait mes deux filles dans le lot,  telle mère, telles filles, mais oui Blue je rigole !

Raffa "Si tu veux parler des problèmes que cela peut générer rien n'empêche de créer un nouveau sujet sur la question"

Non merci Raffa je ne suis pas kamikaze.

Eugénie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a quelques jours un battage médiatique a été déclenché autour de la Communauté de Sus, appelé par les médias "la secte de Tabitha Place" après la descente de l'inspection académique où les médias et G Fenech ont tenus des propos mensongers ou frisant le ridicule.
Visite surprise à la communauté Tabitha's Place

Elle est soupçonnée de dérive sectaire par l'inspection académique.

Par Julie LASTERADE

QUOTIDIEN : mercredi 22 novembre 2006

IIs vivent sans télé ni radio, ils ne connaissent ni Zinedine Zidane ni Johnny Hallyday. Mais ils ont un site Internet. «Notre vie est simple et pure, annoncent les membres de la communauté Tabitha's Place. Venez nous voir !» Hier, la commission d'enquête sur l'influence des mouvements sectaires sur les mineurs les a pris au mot. Ils ont organisé une visite surprise au château de Sus (Pyrénées-Atlantiques) avec l'inspecteur d'académie. Ils savaient qu'aucun enfant n'était scolarisé. Ils sont venus contrôler leurs connaissances et, pour la première fois, l'inspecteur ne les a pas prévenus. Ils calculent, ils écrivent et ils lisent, «mais ils ne sont pas capables de restituer le sens de ce qu'ils lisent», assurait hier Georges Fenech, président de la commission. Ils parlent de l'école publique comme «d'un lieu où des folies se commettent», rapporte-t-il. Robes longues et cheveux lâchés pour les filles, queues de cheval obligatoires pour les garçons. Leurs derniers livres étudiés parlaient de la loutre ou du pic-vert, la dernière leçon d'histoire, du père Noël. D'après les visiteurs, les adultes «à l'élocution rudimentaire» qui les éduquent sont tous membres de la communauté. Aucun gourou affiché, une vie accrochée aux paroles de la bible, aucun mur d'enceinte pour les retenir. Mais aucun des enfants ne sort. Tous sont nés ici. Ils voyagent parfois en Argentine ou en Espagne, mais pour rejoindre l'une de leur communauté. «Ils sont élevés dans l'idée que le monde extérieur est mauvais. Ces enfants vivent dans un monde virtuel», continu Georges Fenech. Combien sont-ils à Sus ? Mystère. Au moins cinquante d'après les membres de la commission. Mais aucun adulte du château n'a pu leur avancer un chiffre exact, ni même leurs dates de naissance. Les premiers examens médicaux n'ont décelé aucune maltraitance physique. Mais pas de trace de vaccination non plus. Pas sûr non plus qu'ils aient tous été déclarés à l'état civil. «Ils pourraient disparaître sans que personne ne s'en aperçoive», s'alarme la commission d'enquête. Elle remettra son rapport mi-décembre. Mais si les textes autorisent l'enseignement dans les familles, elle sait déjà qu'elle réfléchira à une mesure contre la possibilité des communautés à créer leur propre école.

D'autres médias ont dit qu'un enfant était décédé dans cette communauté du fait d'un manque de soins alors qu'il avait une malformation cardiaque. Bref, cela fait 10 ans que cette communauté est persécuté sans résultat judiciaire mais beaucoup de traumatismes pour les enfants.

Ils ont un site http://www.douzetribus.com et restent ouvert au monde pour ceux qui veulent se renseigner par eux meme.

Cette histoire très médiatique est en fait un prélude à une nouvelle chasse aux sorcières via un rapport qui doit etre remis le 19 décembre et préparé par un groupe parlementaire avec G. Fenech à sa tete. Parmi les buts de ce groupe on trouve la remise en question de la liberté de scolarisation ou non en rendant l'école obligatoire pour tous.

."Nous avons l'intention, dans le rapport que nous allons rendre le 19 décembre, de rendre plus opérationnel le principe de contrôle par l'inspection académique, et sans doute devrons-nous travailler aussi sur l'obligation de scolarisation, car il n'apparaît pas tout à fait logique que l'on puisse maintenir des enfants hors du monde", a déclaré sur Alain Gest, député UMP et vice-président de la commission d'enquête sur les sectes, sur iTélé

http://clubobs.nouvelobs.com/article/2006/...122.FAP6562.xml

Je crois qu'il va falloir suivre cela de près pour les parents qui ont fait le choix de l'instruction à la maison.

M'enfin !!!!!

ça me scandalise !!!!!!!!

Je suis chrétienne, moi aussi, et bien que je ne vivrais pas de cette façon dans un isolement total (qui est extrême selon moi) je suis aussi "accrochée aux paroles de la bible", je porte aussi "les cheveux  longs" , je regarde "peu la télé"  (je préfère un bon bouquin!!!!!)

...  et qu'on se le dise, j'éduquerai mes enfants dans mes convictions, jusqu'à ce qu'ils soient en âge de choisir eux-même cette voie ou  une autre...   

va-t-on me mettre aussi en prison ????????????????????

Vive la liberté de penser, de croire ou de choisir....!!!!!    démocratie vous avez dit ??????

"ils ne connaissent pas zidane"  c'est vrai que ça change le cours de la vie d'idolâtrer un joueur de foot (qui ne donne pas tjs le bon exemple soi-dit en passant)   

sans ces REPERES FIABLES et SAINS, ils vont être traumatisés c'est sûr !!!!!!!!!!!!!!!!!      :24:

étudier les pics-verts !  quelle torture, c'est un scandale, mais que fait donc amnesty ?     :tete-cogne:

Perso, je m'inquièterais plutôt de nos enfants de 15 ans qui ne savent pas aligner trois ligne de textes sans fautes d'orthographes lamentables...   

mais c'est sûr que  "Zinedine Zidane"  c'est plus simple à écrire... 

à pleurer franchement....

:shuriken:   

hum... mon coup de gueule passé...  je reviens sur le sujet:

:victory:  OUI à la liberté de CHOIX quant à l'instruction des enfants.   :victory:

Après tout, il existe bien des écoles catholiques (en Belgique du moins)  et ça n'est pas condamnable pourtant, kesk'on leur raconte là dedans?    :whistling:    (on ferait bien d'y faire une descente tiens!)

>>>> tout est discutable.   

Moi j'ai fait l'école parcours classique (bien que artistique) et donc, pas catho.  J'ai parfois été choquée d'entendre des profs se moquer ouvertement en classe de la foi ou de dire que Dieu "ça n'était que de la connerie" ...   

>>>> nous voilà confronté à un problème de neutralité...    alors laïcité laïcité... hien...

> oui oui mais laïcité forcée, non merci. 

... je ne suis pas d'accord...    la foi relève... de la foi et de la religion. 

Personne n'a le droit d'y intervenir sur la liberté de cette religion,

En tant qu'enseignant, c-a-d, en tant que personne ayant un "pouvoir" sur nos enfants, en plus, c'est GRAVE.  Pour nos enfants, ce que dit le prof est "vrai" ...   

bref je m'égare encore...

Je ne pense pas que "la coupe du monde"  ou "zidane"  soit dans aucun programme scolaire....   l'excuse donnée par les politiques est donc nulle et non advenue !!!!   

le problème, est-ce le fait que les enfants ne regardent pas la télé ?   

quel rapport avec leur non-scolarisation (ou plutot leur scolarisation différente...)   

un enfant peut aller à l'école et vivre dans un foyer "sectaire" où la télé est banie et le monde entièrement diabolisé....         alors au fond, quel est le problème???????     l'école ou la télé ?

c'est en effet une belle manipulation médiatique qui a 2 axes d'idées qui se répandront dans l'esprit des gens: 

1- "les enfants en dehors de l'école sont associaux, et c pas 'bien' l'école doit être obligatoire"    ?

2- "la foi profonde est dangereuse, (même quand elle ne fait pas de mal, même si elle est pacifique) qui sont ces extraterrestes qui vivent leur convictions jusqu'au bout" ? 

(nb: notez qu'elle se répandra... par la télé,  :24: :24:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suite (et fin?) de l'histoire, sur lemonde.fr:

"Deux anciens adeptes de Tabitha's place racontent leur parcours

AFP 05.12.06 | 19h38

Consultez les dossiers, l'analyse approfondie des grands sujets d'actualité.

Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

n couple d'anciens adeptes de la communauté de Tabitha's place ont raconté mardi devant la commission parlementaire d'enquête sur les sectes leurs conditions de vie et celles de leurs enfants pendant les cinq ans et demi passés à Sus-Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques).

Ce couple d'une quarantaine d'années, qui a demandé l'anonymat, est arrivé à Tabitha's place en décembre 1998, pour "une visite de quatre jours" et en est parti en juillet 2004 avec ses quatre enfants (entre 17 mois et quatre ans et demi, le dernier étant né pendant leur séjour).

C'est dans cette communauté qu'une délégation de la commission a fait le 21 novembre une visite surprise et y avait rencontré un groupe d'enfants vivant coupés du monde.

Le père était cordonnier-bottier en Isère et a rencontré la secte par hasard à l'occasion d'un salon où les adeptes exposaient des objets de sellerie de leur fabrication. Ils ont sympathisé, parlé artisanat puis valeurs morales, sens du partage, etc., et ont été invités à venir à Tabitha's place.

Au bout de quelques jours, le père a pris la décision de rester sur place avec femme et enfants. Depuis plusieurs années, il était "habité par le désir de vivre l'Evangile". Sa femme semble avoir été nettement moins enthousiaste, disant qu'elle s'était crue au Moyen-Age.

Ils ont détaillé l'emploi du temps des adeptes : lever à 5H00, une heure d'aérobic, lever des enfants, 6H00 prière en commun, 7H00 petit déjeuner (millet et oignon cru), travail, 12H30 déjeuner (riz complet, légumes du jardin, oeufs quelquefois, yaourt et dessert le jour de shabbat), travail l'après-midi, une heure de prière, dîner, travail à nouveau...

Ils ont tous les deux insisté sur l'extrême sévérité de l'éducation des enfants qui "doivent obéir au premier commandement", sinon ils sont frappés à coup de canne d'osier. Les enfants sont convaincus de leur devoir d'obéissance au point qu'ils en viennent à réclamer eux-mêmes la punition quand ils ont "mauvaise conscience".

C'est d'ailleurs la rebellion de leur fils qui a servi de déclencheur : l'enfant avait refusé de réclamer la punition, il a donc été exclu de la classe et son père, qui lui donnait raison, a été prié de s'en occuper lui-même. La mère étant également plus ou moins exclue, la famille s'est retrouvée ensemble, hors de la présence constante des autres adeptes, "a pris le temps de réfléchir" et décidé de partir.

Il a encore fallu plusieurs mois pour réussir à sortir de là, ce qui "n'est pas facile quand on n'a plus d'argent, que la famille n'est pas forcément prête à vous aider après ces années de séparation", a dit le père.

Ils ont ainsi laissé entendre qu'ils avaient perdu leur patrimoine dans l'aventure, sans toutefois donner de détails car une procédure judiciaire est en cours.

La famille vit maintenant en Bretagne. Les enfants ont quelques problèmes scolaires et relationnels. Ils ne parlent que très rarement de leur séjour à Tabitha's place, ont dit les parents.

Le couple d'anciens adeptes a confirmé l'isolement des adultes et des enfants, qui ne sortent pas de la propriété dont les portes sont pourtant ouvertes : ils ont été convaincus que le monde extérieur est dangereux et qu'il vaut mieux rester au sein de la communauté."

Share this post


Link to post
Share on other sites

:ermm:  Si ces propos sont vrais alors en effet, il y a de quoi s'interroger.  La "rude vie" qu'ils mènent ne me choque pas tant est qu'elle soit leur choix.  après tout, on peut vivre "au moyen âge" si ça nous chante. 

Par contre la brutalité envers les enfants là je suis  :furious:

Maintenant dans ctte histoire, à moins d'aller voir par soi-même, il restera toujours un  :what: quant à ce qu'il s'y passe vraiment.

m'enfin,  :zero: déception quand même...  :dry:    no comment, comme dirait l'autre...

Raffa ! tu me donnes envie de bailler !!! déjà que j'ai dur de me mettre au boulot ce matin  ;) 

:37: :37: :37: :37: :37:

Suite (et fin?) de l'histoire, sur lemonde.fr:

"Deux anciens adeptes de Tabitha's place racontent leur parcours

AFP 05.12.06 | 19h38

Consultez les dossiers, l'analyse approfondie des grands sujets d'actualité.

Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

n couple d'anciens adeptes de la communauté de Tabitha's place ont raconté mardi devant la commission parlementaire d'enquête sur les sectes leurs conditions de vie et celles de leurs enfants pendant les cinq ans et demi passés à Sus-Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques).

Ce couple d'une quarantaine d'années, qui a demandé l'anonymat, est arrivé à Tabitha's place en décembre 1998, pour "une visite de quatre jours" et en est parti en juillet 2004 avec ses quatre enfants (entre 17 mois et quatre ans et demi, le dernier étant né pendant leur séjour).

C'est dans cette communauté qu'une délégation de la commission a fait le 21 novembre une visite surprise et y avait rencontré un groupe d'enfants vivant coupés du monde.

Le père était cordonnier-bottier en Isère et a rencontré la secte par hasard à l'occasion d'un salon où les adeptes exposaient des objets de sellerie de leur fabrication. Ils ont sympathisé, parlé artisanat puis valeurs morales, sens du partage, etc., et ont été invités à venir à Tabitha's place.

Au bout de quelques jours, le père a pris la décision de rester sur place avec femme et enfants. Depuis plusieurs années, il était "habité par le désir de vivre l'Evangile". Sa femme semble avoir été nettement moins enthousiaste, disant qu'elle s'était crue au Moyen-Age.

Ils ont détaillé l'emploi du temps des adeptes : lever à 5H00, une heure d'aérobic, lever des enfants, 6H00 prière en commun, 7H00 petit déjeuner (millet et oignon cru), travail, 12H30 déjeuner (riz complet, légumes du jardin, oeufs quelquefois, yaourt et dessert le jour de shabbat), travail l'après-midi, une heure de prière, dîner, travail à nouveau...

Ils ont tous les deux insisté sur l'extrême sévérité de l'éducation des enfants qui "doivent obéir au premier commandement", sinon ils sont frappés à coup de canne d'osier. Les enfants sont convaincus de leur devoir d'obéissance au point qu'ils en viennent à réclamer eux-mêmes la punition quand ils ont "mauvaise conscience".

C'est d'ailleurs la rebellion de leur fils qui a servi de déclencheur : l'enfant avait refusé de réclamer la punition, il a donc été exclu de la classe et son père, qui lui donnait raison, a été prié de s'en occuper lui-même. La mère étant également plus ou moins exclue, la famille s'est retrouvée ensemble, hors de la présence constante des autres adeptes, "a pris le temps de réfléchir" et décidé de partir.

Il a encore fallu plusieurs mois pour réussir à sortir de là, ce qui "n'est pas facile quand on n'a plus d'argent, que la famille n'est pas forcément prête à vous aider après ces années de séparation", a dit le père.

Ils ont ainsi laissé entendre qu'ils avaient perdu leur patrimoine dans l'aventure, sans toutefois donner de détails car une procédure judiciaire est en cours.

La famille vit maintenant en Bretagne. Les enfants ont quelques problèmes scolaires et relationnels. Ils ne parlent que très rarement de leur séjour à Tabitha's place, ont dit les parents.

Le couple d'anciens adeptes a confirmé l'isolement des adultes et des enfants, qui ne sortent pas de la propriété dont les portes sont pourtant ouvertes : ils ont été convaincus que le monde extérieur est dangereux et qu'il vaut mieux rester au sein de la communauté."

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raffa ! tu me donnes envie de bailler !!! déjà que j'ai dur de me mettre au boulot ce matin   ;) 

:37: :37: :37: :37: :37:

Je m'étais trompé de smiley hier soir  :rolleyes: j'étions fatiguée ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et plus de détails sur lexpress.fr:

"Sectes

Tabitha's Place: des adeptes racontent

LEXPRESS.fr, avec Reuters

Un couple d'anciens adeptes de la communauté biblique Tabitha's Place a raconté mardi à l'Assemblée nationale leurs six années passées reclus dans un château des Pyrénées-Atlantiques avec leurs enfants

evant la commission d'enquête parlementaire sur les sectes, le couple, Michel et Anne-Marie, a raconté les longues journées de travail au rythme des saisons, les repas frugaux, l'absence de médicaments, la surveillance constante et le "compte en banque qui se vide au fur et à mesure". Les enfants des deux adeptes ont été éduqués en dehors du système scolaire et non suivis médicalement durant ce séjour.

"Très subtil, en douceur"

"Ils disaient que c'était la foi qui les animait, mais c'est une très bonne idée de business en se servant de la naïveté de gens comme moi", a expliqué le père, qui a pris la décision de rejoindre la communauté en décembre 1998. "Tout était très subtil, en douceur, avec des gens qui ont toujours le mot Dieu à la bouche". Les parents ont surtout été interrogés sur la situation de leurs quatre enfants, dont la petite dernière est née au château de Sus-Navarrenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, où Tabitha's Place est installée depuis le début des années 80.

Le 21 novembre, des membres de la commission se sont rendus dans les Pyrénées-Atlantiques pour une visite surprise, découvrant 18 enfants en âge d'être scolarisés, ne connaissant ni internet, ni Zidane, ni Johnny Hallyday. Au total, la communauté compterait 120 membres, dont une soixantaine d'enfants mais les responsables de Tabitha's Place, également appelée "Ordre apostolique", n'ont pas fourni de chiffres exacts.

"Enfant à l'image du Crucifié"

Ses membres ont eu plusieurs fois maille à partir avec la justice, notamment pour soustraction aux obligations légales des parents (refus de scolarisation et de vaccination). En 2001, un couple a été condamné à douze ans de réclusion criminelle pour avoir laissé mourir leur enfant de 19 mois. Il souffrait d'une malformation cardiaque et a été découvert en état de malnutrition avancée.

"Le but de Tabitha's Place n'est pas de faire (des enfants) des citoyens mais des disciples de Yashuah", le nom hébreu de Jésus, a expliqué le père de famille, coordonnier-bottier avant d'être enrôlé. "Ils doivent être dans la soumission totale [...] des enfants purs, sans péché [...] des disciples à l'image du Crucifié". On leur apprend notamment qu'ils "mourront avec joie". A chaque "désobéissance", ils sont "corrigés" avec une baguette en osier.

Les membres de la commission ont voulu savoir pourquoi ils étaient restés si longtemps au détriment de l'éducation de leurs enfants, à qui des membres ont enseigné des rudiments de français et de mathématiques mais seulement l'histoire de l'Ancien Testament "On vivait comme si on était dans un pays étranger, on nous disait que la société autour était le mal personnifié, Satan etc... Vous n'avez pas envie de mettre vos enfants au monde dans les ténèbres", a avancé la mère de famille, qui a accouché sans assistance médicale, perdant deux litres de sang et mettant des mois à s'en remettre.

"Problème citoyen"

Les parents, qui étaient arrivés dans la communauté pour un "séjour de quatre jours", n'ont trouvé le courage de s'enfuir qu'à l'été 2004, rescolarisant leurs enfants en Bretagne.

"Les croyances des uns et des autres, ce n'est pas notre problème. Notre problème c'est le problème citoyen et républicain que pose les enfants", a expliqué le rapporteur de la commission, le député PS des Ardennes, Philippe Vuilque, promettant une "réaction à la hauteur" dans le rapport à venir. La commission, dirigée par le député UMP du Rhône Georges Fenech, doit rendre le 19 décembre un rapport sur "l'influence des mouvements sectaires et les conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs".

Elle a réalisé pour cela une trentaine d'auditions, notamment d'anciens membres du Soka Gakkai, un mouvement bouddhiste prosélyte répertorié comme secte par plusieurs rapports parlementaires."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi qui suis toujours étonnée que des bouts de rapport de l'inspection soient apparus sur la place publique, qui suis aussi surprise de la tournure des propos qui sont nés ici et surtout là à cause des conclusions du journaliste, je me dis que la visite de l'Inspection Nationale peut être aussi positive...

Share this post


Link to post
Share on other sites
la mère de famille, qui a accouché sans assistance médicale, perdant deux litres de sang et mettant des mois à s'en remettre.

:mellow: 

Ca sent pas une peu l'extrapolation tout ça ?    mhm snif snif  :menteur: à mon avis ... 

Je remets pas nécessairement en doute l'expérience de cette famille...

mais comme par hasard hien...  et bien sûr on va insister sur les points sensibles et remettre une couche. 

ça sent le journalisme partial et pittoyablement larmoyant.

Pffff on dirait un reportage sur RTL tiens... (les belges reconnaîtront...)

Je reste perplexe.    :what: 

Raffa: ok,  ;) et jsuis reveillée maintenant  :fleurs:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans mettre en cause (je ne l'ai jamais fait) les éventuelles dérives sectaires de cette communauté...Il y a encore un truc dément...c'est qu'on parle de "refus de scolarisation"...Mais ç nom de Zeus, c'est pa illégal...enfin disons pas encore au train où ça va...C'est le refus d'enseignement, d'éducation qui est interdit...

Quand au refus de vaccination et au refus de médicaments et bien je suis aussi une mère indigne alors...mes enfants ne voit pas souvent la couleur d'un remède classique et pourtant sont fort peu malades...

Tiens au passage, je risque de me faire allumer...visite médicale lundi, je vais encore leur jouer le coup du "le carnet est resté chez mon ex-mari aux dernières vacances"...mais je crains le pire, ils ont l'air tenace dans cet établissement...

J'ai aussi de la peine avec l'appariton soudaine de ces gens comme par hasard après la visite de l'Inspection académique (qui me semble pas contre normale dans le cadre du contrôle de l'enseignement à la maison).

Dans cet article on amalgame tout...C'est ça que je trouve assez révoltant...Et pourquoi alors ne parle t on pas plus des témoins de Jéovah qui refusent la transfusion sanguine ?

Quelqu'un a t il vu ailleurs trace de la condamnation judiciaire mentionnée ?

Je ne soutiens pas spécifiquement ces gens, juste je voudrais savoir où se situe a réalité et où se situe la bonne occasion de se saisir de tout un tas de trucs et de les condamner en bloc...

Blue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les médias officiels servent leurs maitres, cad les politiques et font ce qu'on leur demande de faire et de dire. Comme le fait remarque bluetansy, les termes "refus des scolarisation" apparaissent créant de fait un délit alors que ça n'en est pas un... autant dire que si c'est ainsi sur ce sujet, ça l'est sur le reste de l'article. Des gens témoignent de leur expérience dans cette communauté et on dirait presque qu'on les a forcé à y aller... pourtant, cela a été leur choix, et au lieu de l'assumer, ils se posent en victime... à moins que ce soit l'article qui les pose en victime :)

Quant à l'éducation des enfants, j'aimerais bien que les journalistes nous fassent plus souvent des articles sur les enfants maltraités, hors communauté bien sur, sur les chiffres de la pédophilie ou des blessures répertoriés dans les hopitaux, histoire de nous parler de ce qui se passe tous les jours dans notre beau pays "conforme" aux normes... mais c'est moins vendeur il parait...

Donc pour voir où cette Commission Parlementaire veut en venir il faut savoir d'où elle vient, comment elle a été créé et qui y participe, c'est édifiant :)

Anomalie d'une Commission parlementaire

Je crois qu'il faudra suivre de près le rapport qui sortira la 19 afin de voir si le "refus de scolarisation" ne devient pas réellement un délit...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben voilà on est le 19... La Commission a présenté son rapport à l'assemblée ce matin à 11h mais a, auparavant, fait une présentation à la presse...

Et quelle est l'idée que l'on retrouve dans tous les articles en ligne ?

La commission propose cinquante mesures visant à mieux protéger les enfants. Elles concernent aussi bien l'éducation (redéfinition des critères autorisant l'instruction à domicile, contrôle des organismes d'éducation à distance)...

Je vous laisse consulter les pages "Actualités" de Yahoo ou de Google pour voir un peu le traitement médiatique de cette commission...

Voici une des dépeches AFP :

La commission parlementaire sur les sectes présente son 3e rapport

PARIS (AFP) - La commission parlementaire d'enquête sur les sectes présente ce mardi son troisième rapport, intitulé "L'enfance volée. Les mineurs victimes des sectes", qui comporte 50 propositions visant à mieux protéger les enfants.

Plusieurs de ces mesures concernent vraisemblablement les conditions de scolarisation et le contrôle médical, ces sujets ayant été abondamment abordés au fil des 65 auditions qui ont rythmé le travail de la Commission mise en place le 28 juin 2006.

Présidée par Georges Fenech (UMP, Rhône), la commission a entendu des représentants de l'enseignement, des juristes, des spécialistes du phénomène sectaire, des défenseurs des victimes, le directeur du bureau central de Cultes du ministère de l'Intérieur, un pédopsychiatre et d'anciens adeptes.

La dernière audition a ainsi été consacrée à un couple d'anciens de la communauté biblique de Tabitha's place. Ils ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que les enfants de cette communauté seraient beaucoup moins coupés du monde s'ils allaient à l'école à l'extérieur.

La question du suivi médical et de la transfusion sanguine a également été longuement étudiée par la Commission. Les témoins de Jéhovah, hostiles à la transfusion, s'en sont émus et ont écrit aux membres de la Commission pour rappeler qu'ils respectaient les lois de la République et que leurs enfants allaient à l'école publique, invoquant aussi la liberté de culte. Ils estiment devoir se trouver hors du champ d'investigation de la "commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs". Les Témoins de Jéhovah avaient été considérés comme une secte dans un précédent rapport parlementaire en 1995.

D'autres associations ont exprimé leurs réserves sur les travaux de la Commission avant même qu'ils ne soient publiés, notamment l'Eglise de Scientologie, qui réfute toute référence au mouvement sectaire, et la Coordination des associations de particuliers pour la liberté de conscience (Caplc), qui conteste les statistiques qu'auraient utilisées les parlementaires.

Ce rapport parlementaire sera le troisième du genre : celui de 1995 était consacré au phénomène sectaire et celui de 1999 à l'argent des sectes.

La commission d'enquête compte 30 membres. Martine David (PS, Rhône) et Alain Gest (UMP, Somme) en sont les vice-présidents, Jean-Pierre Brard (app-PCF, Seine-Saint-Denis) et Rudy Salles (UDF, Alpes-Maritimes) les secrétaires, et Philippe Vuilque (socialiste, Ardennes) le rapporteur.

Il est on ne peut plus clair que l'instruction à domicile est visée par cette commission... 3e du genre, comme expliqué dans le doc que j'ai mis à disposition au dessus... alors que de graves problèmes concernant l'enfance (pédophilie, drogue, suicide) n'ont JAMAIS fait l'objet d'une commission parlementaire...

A suivre pour voir ce qu'il restera de ce rapport, mais vu le battage et le travail de sape, il ne faut pas espérer que cela reste à l'état de rapport, les lois devraient suivre bientot.  :sick:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now