biocoopcahors

Biocoop J'attends Vos Questions

75 posts in this topic

bonjour,je travaille dans une biocoop depuis maintenant 2 ans et je pense que le probleme de vient pas de"biocoop" a proprement parlé mais plutot des la maniere que chaque gerant emploi .....en fait comme chaque magasin est independant ,le gerant gere son magasin comme il l'entand ce qui est logique...malheureusement certain d'entre eux ne sont plus dans l'esprit de la bio mais plutot dans l'esprit "profit".....bien entendu je ne dis pas qu'ils sont tous comme ca heureusement...mais pour ma biocoop c le cas et je trouve ca dommage......

Et oui, on est passé d'un système associatif à coopératif, puis glissement vers du privé à caractère purement spéculatif.

Il y a 15/20 ans, non seulement BIOCOOP a commencé à fermer les yeux sur les opportunistes qui se sont appropriés ces structures (par des procédés peu scrupuleux), mais a encouragé le mouvement.

Les nouveaux propriétaires n'ont pas eu beaucoup de résistance, face à des adhérents qu'ils ont facilement berné.

Derrière l'image rassurante de BIOCOOP, la plupart n'ont même pas réalisé que leur biocoop n'était plus une coopérative, mais que quelques malins s'étaient accaparé le capital et surtout un fond de commerce gratuitement, dans un secteur particulièrement juteux (certains se sont gavés et continuent).

Ne me parlez pas de BIOCOOP, j'ai trop vu l'hypocrisie de leur système.

Rien à voir avec le témoignage de notre gérant exemplaire : désolée, mais comme l'on voit, ce témoignage n'est pas représentatif de ce que j'ai pu constater ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si les biocoop etaient si soucieux de mettre l'ecologie en avant nous y verions plus de produits locaux , moins de produits aux origines un peu douteuse , je remarque qu'il ni a pas de tracabilite visible pour le client sur la plupart des produits en vrac. DANS MA BIOCOOP il n'y a pas un miel regional chose que je vais trouver dans une gms classique. Le probleme est qu'il y a une quasi totale liberté pour les gerant de Biocoop, avec sans doute une preference pour travailler au maximum avec les plateformes de distributions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
, avec sans doute une preference pour travailler au maximum avec les plateformes de distributions.

Bonjour,

Il me semble même que les "grands cerveaux" de biocoop ont fixé un seuil obligatoire (83% ?) de produits en vente en provenance des plate-forme.

Je sais que les magasins sont régulièrement visité par des cadres de biocoop qui s'assurent de ce %age et font des remontrances si ce seuil n'est pas atteint.

Le but étant bien évidemment d'augmenter la part d'achat sur centrale, donc les remises de fin d'année consenties par les fournisseurs aux dites centrales.

Ceux qui travaillent en Biocoop peuvent certainement nous en dire davantage.

Bien cordialement,

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne suis plus du "métier" mais comme les magasins membres du réseaux sont tenus d'avoir une comptabilité aux normes biocoop, je pense qu'il est facile aux hautes instances de voir la proportion de leurs achats hors centrale ou pas ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui en effet chando il y a une question de pourcentage de produits a commander via la plateforme..il me semble que c autour de 70%.....en fait plus le pourcentage est elevé plus les remises le sont aussi....

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Le probleme est qu'il y a une quasi totale liberté pour les gerant de Biocoop, avec sans doute une preference pour travailler au maximum avec les plateformes de distributions."

tout à fait thierry (!) enfin presque... depuis qq mois, une obligation d'achat de certains produits est mise en avant (ça s'apelle le Tronc d'Achat Commun) et à moins d'avoir une dérrogation pour certaines références (par ex un producteur local qui fait le même genre de produit), il semble qu'on doit acheter environ 90% du TAC - ou peut être 83%, j'ignore. On a droit à 20 produits TAC non achetés sans dérrogation (en tout cas moi pour mon rayon frigo).

Il est clair que les biocoop sont à considérer d'une double manière :

*** comme un réseau GMS, puisque il est clair que :

-> les petit biocoop (< 100m²) semblent n'être plus désirés par la "maison mère" (d'après plusieurs témoignages);

-> plus un gérant achète à la plateforme, plus il a de réductions intéressante (le pourcentage de remise augmente en fonction du CA réalisé par le biocoop);

-> nombres de produits sont déréférencés pour de multiples raisons (fournisseurs pas en mesures d'approvisionner en assez grande quantité pour une plate forme; diversité importante de produits plus difficile à gérer en plateforme);

-> les produits certifiés uniquement selon les critères culture/transformation Nature & Progrès ou Demeter sont mal vus par la plateforme : un produit accepté en biocoop l'est car il porte la mention du label officiel français AB de Ecocert ou Qualité france, ou encore l'hexagone officiel de l'Europe. Les label demeter et N&P étant plus exigeants, stricts et éthique que le AB tant appelé Bio, ne-pourrait on pas voir là un lobbying de Ecocert sur le réseau Biocoop?

-> dernièrement le TAC vient 'foutre en l'air' l'indépendance des gérants, car même s'il ont encore leur société, il perdent une liberté non des moindres : celle de boycotter librement & sans conséquence certains produits.

*** Celà dit, à part biomonde, je vois mal qui peut rivaliser (pour l'instant) avec un réseau de magasin qui permet aux producteurs locaux de remplir les rayons du moment qu'il sont certifiés AB. Celui où je bosse, il y a du miel régionnal ! Et il y a un minimum de "tracabilite visible pour le client sur la plupart des produits en vrac" (les étiquette sont écrite en police <10 mais on peut y voir le nom de la boite qui fournit et le pays d'origine).

En conclusion, c'est au consommateur de choisir par ses achat le monde qu'il souhaite pour demain: un monde d'industrie de transformations, de monoculture agro-industrielle (peut être certifiée AB, avec le tampon d'ecocert ou autre) ou un monde de production relocalisée, de fruit et légumes variés, de biodiversité, de méthode réellement à l'ancienne (avec par ex, la traction animale, nul besoin de monoculture, de tracteurs géants et d'essence, aucun intérêt de viser le but de la grande exploitation dont le but est de vendre des centaines de tonnes de marchandises) et pas seulement "certifié biologique" ou "certifié à l'ancienne".

Cette semaine, une cliente nous a ramené de la mache dans laquelle il y a du mika (la plateforme qui dit ça), on dirait des miettes de feuilles d'allu friables jaune qui sont dans la terre (la mache est pas très bien lavée). La cliente n'est pas rassurée et moi non plus, mais je pense qu'il s'agit de monoculture et pour que ça pousse il faut des engrais (certifiés bio, mais d'origine minérale, donc...???!). Bon, je suis pas pour la dellation mais c'est la SCEA primalot qui fournit cette mache. Qu'en pensez vous?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceci dit, biocoop, c'est le top!

C'est un groupe qui offre une certaine marge de liberté aux entrepreneurs (qui va certainement se réduire dans le futur, si l'écologie continue à être simplement vue comme la réduction d'émission des gaz à effets de serre et le fait de manger des produit certifiés ou de saison), et ça mérite une chanson.

Allez, tous en coeur :

Avec Biocooop, je positive!

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'agriculture bio ne peut etre envisagé en monoculture car c'est la rotation des cultures qui permet de mieux gerer les problemes sanitaires (parasites du sols, carences maladies des plantes, mauvaises herbes).

Actuellement on voit se developper, du plus en plus de monoculture "bio" a grande echelle.

Le reseau Biocoop ne permet pas le developpement de petite stucture de production.

Je remarque que le peu de producteurs locaux present dans les rayons du magasin que je frequente, on une relation extraprofessionnelle avec le gerant du magasin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En "final" ,les Biocoop ,n'ont donc plus aucun fonctionnement coopératif ,n'est-ce pas ?

:noexpression:

Ben, encore un truc à relancer... Des achats locaux coopératifs, si nécessaire...

Pourquoi pas ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
En "final" ,les Biocoop ,n'ont donc plus aucun fonctionnement coopératif ,n'est-ce pas ?

:noexpression:

Ben, encore un truc à relancer... Des achats locaux coopératifs, si nécessaire...

Pourquoi pas ?

Je pense qu'il est utile de faire vivre les petites et tres petites stuctures, il n'y a rien de mieux pour faire vivre beaucoup de monde de leur travail, on oubli les labels onereux et on s'appuie sur la confiance et la transparence.

Cela pourrait contrer les difficultes qu'a l'argent a rester dans l'economie reelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

beaucoup d'interrogation légitime sur l'evolution d'un reseau, qui est bien loing de ses origines. Mais, nous savons tous que ce n'est pas le BIO qui est verteux, c'est les hommes. Biensur dans un réseau politique comme biocoop certains joue de leurs influances, les manipulations sont courantes les ambitions nombreuses. Mais je crois sincèrement, et peut etre que les nouveaux dans la coopérative sont les plus impliqué dans le projets. que le projets biocoop c'est un projet humain. Aujourd'hui les chiffres la croissance peuvent faire oublier les origines, et les enjeux font parfois oublier l'essentiel qui est de cultivé son jardin comme candide. Mais le plus grand frein que j'ai vécu et que les les "nouveau" bio peuvent vivre, c'est la remise en doute de notre investissement personnel et notre détermination a défendre les valeurs auquels nous croyont telque le respect de l'envionement, le respect des humains et des animaux. Les historiques sont souvent les premiers a nous remettre en cause. Alors qu'il devrait faire le bilan de leurs actions : le bio 2 % de la production, bravo on peut que faire mieux, le commerce de proximité...disparu que des enseigne nationnalle de fond de pension. L'ecologie, jamais on a autant poluer que les 30 derniere années. Les humains, tous les jours on renie nos acquis sociaux, on cultive la reussite et on exploite la misere. Je crois que nous sommes né dans une impasse, et que pour s'en sortir il faut casser des murs. J'ai cassé les miens, je suis parti du system pour lequels j ai ete formater, et pas par opportunisme, je gagner deux fois mieux ma vie avant et je travaillais presque deux fois moins. Mais par envie de changer les choses, a ma hauteur, autour de moi, et c'est deja pas mal. Comment ? en créant dans mon métier une autre facons de faire. Je travaille depuis 16 ans dans le commerce, j ai ete gerant dans trois enseignes différentes, et ma clonclusion personnel sur ce métier, c'est que biocoop joue dans une cours ou les grands sont telments grands qu'il ont perdu la dimension humain de leurs raison d'être. Et la force de biocoop n'est pas que comptable, elle est avant tout humaine.

Soyez fort

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, je voulais savoir quel est l'intérêt d'avoir mise en place une plate-forme logistique à Paris ? merci de bien vouloir me répondre. J'ai besoin de quelles idées pour ma rédaction.

édit modération : sujet combiné. Pourquoi ne pas leur poser directement la question sur le site biocoop.fr ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, je voulais savoir quel est l'intérêt d'avoir mise en place une plate-forme logistique à Paris ? merci de bien vouloir me répondre. J'ai besoin de quelles idées pour ma rédaction.

édit modération : sujet combiné. Pourquoi ne pas leur poser directement la question sur le site biocoop.fr ?

La plate forme de l'ouest était completement saturée ; de plus ce n'est pas tres "developpement durable" de faire venir des camions tous les jours de l'ouest vers le nord, la région parisienne et l'est de la France ! Nous avons donc maintenant 4 centres - dont un à Sainte Geneviève des Bois - vers lesquels les produits en provenance des producteurs et transformateurs convergent pour être ensuite répartis vers les magasins de la région ; des échanges de marchandises se font aussi entre ces 4 centres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si les biocoop etaient si soucieux de mettre l'ecologie en avant nous y verions plus de produits locaux

Je suis un peu surprise par cette affirmation : je ne connais qu'une biocoop (et pas mal d'autres magasins bio, en France et à l'étranger), mais en tout cas cette biocoop est celle qui a, de loin, le moins grand choix de fruits et légumes. Pourquoi ? Parce que uniquement légumes de saison et locaux. Même moi j'avoue avoir fait la moue là-bas certains jours où il n'y avait que des pommes en hiver... :blushing: Mais en tout cas, je peux témoigner que tous les autres magasins bio que je connais font "moins bien" en la matière. Donc je crois vraiment que c'est une question de gestion plus que de réseau...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette semaine, une cliente nous a ramené de la mache dans laquelle il y a du mika (la plateforme qui dit ça), on dirait des miettes de feuilles d'allu friables jaune qui sont dans la terre (la mache est pas très bien lavée). La cliente n'est pas rassurée et moi non plus, mais je pense qu'il s'agit de monoculture et pour que ça pousse il faut des engrais (certifiés bio, mais d'origine minérale, donc...???!). Bon, je suis pas pour la dellation mais c'est la SCEA primalot qui fournit cette mache. Qu'en pensez vous?

Il s'agit de vermiculite. C'est une roche proche de l'amiante extraite au Canada (dans les même gisements que l'amiante) et en Afrique australe. La cliente n'a peut être pas tord car au Canada les mineurs qui extraient cette roche ont les mêmes maladies que ceux qui travaillent l'amiante. Pour l'Afrique australe on n'a pas de données... Mais c'est parfaitement autorisé en bio.

C'est utilisé pour recouvrir les graines semées en mini motte (avec de la tourbe donc). Les producteurs l'utilisent car c'est léger et moins cher que le sable qui convient parfaitement, mais qui est lourd (coùt de transport) et qu'il faut désinfecter (cout de traitement). De plus ces mini mottes sont très généralement plantées sur des bàches dites biodégradables mais qui en fait ne le sont que (très?) partiellement. De plus en plus de légumes sont cultivés ainsi, la mâche donc mais aussi épinards, navets, poireaux, carottes de printemps et bien sûr les salades et d'autres légumes. Avec le développement de grosses structures bio (j'ai lu un article: 800 hectares en Allemagne avec plusieurs milliers de saisonniers polonais!)cela tend à se généraliser, peu ou pas de désherbage, les mottes sont justes posées sur les trous des bâches (machine ou à la main pour les petites structures). Il y a une rationalisation des couts et un développement du travail répétitif pour une mains d'oeuvre bon marché, lentement mais surement le bio glisse vers l'agro-industrie et les convertions économiques (et non par choix) se multiplient dans les régions de tradition maraichaire comme le Leon en Bretagne.

cordialement

Share this post


Link to post
Share on other sites

et pourtant je lis dans vermiculite horticole

Caractéristiques:

* couverture de semis : meilleure germination

* croissance racinienne rapide

* support pour eau et engrais

* bonne relation air-eau

* absorbe plusieurs fois son poids en eau

* chimiquement inerte, imputrescible, inodore et stérile

* ne contient pas de source de maladies

* effet écologique

* PH neutre à légèrement alcalin selon son origine.

* contient des éléments nutritifs comme par exemple du

potassium, du calcium et du magnésium

Share this post


Link to post
Share on other sites

Biocoop aujourd'hui me dégoûte et perd son âme, derrière la devanture il y a rien, même ceux qui veulent faire du local, -150 km vont être sanctionner. c'est malheureux que certains prennent le miel sur leur plateforme et non en local. Biocoop a réussit de faire des magasins des esclaves de la centrale sans être propriétaire des murs.

Plus personne ne démarche les magasins en direct ou très peu, le mot centrale revient en permanence, à croire qu'ils ne sont pas chez eux dans leur magasin, ils sont soumis à la centrale afin d'avoir la plus belle carotte en fin d'année, la remise.

Des Biocoop montrent encore l'exemple du référencement en direct, du militantisme, c'est de plus en plus rare, on peut citer les Biocoop de Paris, Retour à la terre,, Mr Clairefond, qui pourtant décriée par certains, lui respecte les valeurs de l'indépendance et donnent la chance en direct aux petits fournisseurs, ce mec au niveau management il a tout compris.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour et bienvenue Marcbio (merci de passer par la case présentation comme c'est l'usage ici), je me demande si bioc*op a jamais eu une âme ;)

Je ne suis plus les développements de cette enseigne depuis longtemps mais j'ai cru comprendre qu'il y avait un certain nombre de magasins qui quittaient le "réseau" suite à la baisse notamment du pourcentage toléré de produits qui ne passent pas par la centrale d'achats, dont bien sûr les produits locaux... ça serait intéressant de savoir ce qu'ils deviennent (en faisant en sorte que ça ne soit pas de la pub non plus, charte oblige ) et si leur clientèle suit leur démarche !

Share this post


Link to post
Share on other sites
et si leur clientèle suit leur démarche !
Je pense que la clientèle suis la démarche, simplement par obligation.

Les magasins bio sont effectivement assez peu courant dans de nombreux endroits, donc à part faire de grande distance, il n'y a guère trop le choix.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon premier post sur ce forum sera un post de mécontentement! Je travaille dans une boutique affiliée au réseau biocoop et je suis consterné par l'envers du décor; alors, certes, je sais pour avoir lu le témoignage de Denis que toutes les biocoop ne fonctionnent pas sur le meme modele, mais je souhaite quand meme apporter ma pierre à l'édifice et surtout j'attends vos avis à ce sujet. Tout d'abord, je trouve hallucinant de voir qu'un réseau de magasins qui se dit "ethique" propose des produits à base d'huile de palme et communique sur les supposés bienfaits de l'huile de palme issue de filière "bio", sous prétexte qu'elle est produite en Colombie et non en Indonésie, ou la plantation de palmiers à huile est responsable de la déforestation la plus immonde qui soit, tout ça pour refourguer une huile à bas prix et qui exige peu de main d'oeuvre. En gros, pour biocoop, il y a des combats justes comme les OGM ou les energies renouvelables, et le reste. Depuis plusieurs années, le réseau cherche à s'étendre par tous les moyens, et communique de plus en plus sur ses "valeurs" telles que le commerce équitable, le maintien d'une agriculture de proximité, des engagement sociaux auprès des salariés du groupe, et j'en passe. Je tiens à préciser que je ne mets pas toutes les biocoop sur le meme plan, les gerants ont peu de liberté d'action, ils sont "tenus" par le réseau d'acheter 90 pour cent de ce qu'ils proposent en magasin à la plateforme d'achat du groupe, qui référence de moins en moins de produits achetés à de petits producteurs. Par exemple les fruits et légumes sont achetés à la plateforme, le reste est acheté à Rungis, et provient majoritairement d'Espagne, quid du maintien d'une agriculture de proximité???? Quid des gateaux emballés sous plastiques, des emballages individuels, des savons à l'huile de palme ou d'anesse, des laits infantiles au lait de jument etc..Vers quelle "bio" se dirige le réseau, et comment pouvons nous encore continuer a lui faire confiance quant à ses supposés engagements? Je crains qu'une fois de plus, et c'est bien triste, que l'appat du gain ait pourri une alternative à la grande distribution. Cela fait vingt cinq ans que je fréquente le réseau et je vois que ce qui se profile à l'horizon n'est pas beau à voir, les biocoop vont finir par devenir des supermarchés, ou certes on ne vendra que des produits estampillés "bio", mais sans se poser plus de questions que ca. Vos avis m'interessent et vos alternatives egalement

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Kemikor et merci de ton témoignage, d'autant plus précieux que tu y travailles. Il y avait déjà un sujet sur la question, j'ai fusionné. Je t'invite à le parcourir.

90% d'achats à la plateforme, c'est énorme, au début c'était beaucoup moins... normal qu'il y en ait qui quittent le réseau, s'ils en ont les moyens. Je me demande si un jour ou l'autre une grande enseigne de grande distribution ne va pas racheter le réseau... à suivre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Habitant en Bretagne , nous sommes assez riches en petits producteurs , pour acheter bio et local nous avons monté un "microréseau" entre amis pour acheter en gros farine , oeufs , viande que nous allons chercher à tour de rôle puis redistribuons ... le reste c'est Biocoop + échange de légumes du potager pour ceux qui en ont un !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Katell, tu as bien de la chance parce que c'est la croix et la bannière en Ile de France! Meme si l'offre de magasins spécialisés dans la bio est pléthorique, elle n'est pas suffisamment ethique à mon gout pour toutes les raisons que j'ai enoncees plus haut, meme si je fais le plus gros de mes achats en biocoop, faute de mieux. Les marchés bio de Paris sont décevants, peu de producteurs, trop de maraichers qui s'approvisionnent à Rungis et pratiquent les prix de la grande distribution. J'aimerais integrer un groupement d'achats en IDF, mais je ne sais pas s'il en existe, si quelqu'un en connait un, je suis preneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le gros avantage de la province c'est sur ! mais ça ne s'est pas non plus fait tout seul ... il a fallu fouiner pour trouver les petits producteurs qui ne vendent pas en direct habituellement ...ceci dit c'est plutôt un plaisir de se perdre en campagne avec une adresse sur un bout de papier , ça fait un peu chasse au trésor ...les enfants adorent aussi !

Je te souhaite de trouver une alternative satisfaisante .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un certain nombre de biocoop de Paris ont été repris par Naturalia! Ce qui fait qu'on trouve parfois deux Naturalia à 200m de distance, avec les mêmes produits. Le réseau Bio c bon semble davantage privilégier le local.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now