Sign in to follow this  
Followers 0
anne

Dépôt De Paniers Bio

19 posts in this topic

Bonsoir,

Je ne sais pas trop où mettre ce message, dans quelle rubrique..... en fait c'est une demande d'aide pour une histoire qui me tracasse. Pour faire vite : voilà, je tiens depuis 18 mois environ une boutique associative relais Artisans du Monde en Auvergne dans une petite ville de 5000 habitants. Depuis 1 an, la boutique sert également de lieu de dépôt pour les paniers bios qui viennent d'une ferme d'insertion. Donc 18 familles viennent tous les vendredis soirs chercher leur panier bio... : le problème que je rencontre c'est que sur ces 18 familles, deux seulement savent ce qu'il y a d'autres dans la boutique, les autres s'en foutent royalement, ils viennent juste chercher leur panier, bonjour-bonsoir (et encore) et basta. J'ai essayé de leur expliquer le fonctionnement de l'association : que nous sommes tous bénévoles (en fait on est deux), que la vente des produits équitables et bio (épicerie bio-équitable) ne sert qu'à payer les producteurs et le loyer de la boutique, qu'on fait ça uniquement pour leur rendre service, l'autre dépôt étant à 12 kms, que nous sommes militants, etc, etc... et ils ne comprennent pas qu'en m'achetant ne serait-ce qu'une tablette de chocolat par semaine (1.70 € par exemple), ils contribuent à faire "vivre" l'association et à nous aider moralement à continuer dans cette direction. Ca serait juste un petit geste pour montrer leur aide, mais non, les explications, les petits mots dans le panier, rien n'y fait.... qu'est-ce que je dois faire, continuer ou leur dire simplement que j'arrête le dépôt parce que je ne me sens pas respecté dans ma démarche ? Je culpabilise en me disant que je ne montre par l'exemple de l'entraide, qu'il faudrait que je sois au-dessus de tout ça sinon les choses n'avanceront jamais, mais j'ai aussi l'impression d'être le neu-neu de service.... Donnez moi votre avis, s'il vous plait, j'ai vraiment besoin d'être épaulé. Un grand merci.

Anne

Share this post


Link to post
Share on other sites

comme disait une psy avec laquelle je travaillais : quand on est deux dans une barque te qu'il n'y en a qu'un qui rame ... on tourne en rond!!!!

je lancerai facilement un ultimatum!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

je vois que c'est toujours un peu pareil :rolleyes: Anne tu me ramènes plus de 10 ans en arrière, avant que ne soient créées les amaps, j'avais voulu soutenir une initiative de paniers en biodynamie en servant de dépôt gratuit, je pensais naïvement que les paniéristes s'intéresseraient un peu à ce qu'il y avait à la coop bio :rolleyes: en fait ils venaient et repartaient à une ou 2 exceptions sans acheter, et certains même nous en voulaient s'ils ne trouvaient pas leur bonheur dans le panier, comme si nous y étions pour quelque chose.

j'en ai souffert jusqu'à ce que les choses s'arrangent d'elles-mêmes : un des membres du réseau de paniers a proposé de faire dépôt à son tour, ils étaient débarrassés de la corvée de venir à la coop ! :flowers:

en fait tu culpabilises là où eux ne se doutent de rien, on a du mal à imaginer à quel point les gens peuvent cloisonner et ne focaliser que sur un aspect à la fois, en l'occurence leur panier et rien d'autre !

ou bien ils pensent que vous y trouvez votre compte...

si ces gens se connaissent un peu entre eux, tu peux essayer de te confier aux 2 familles motivées qui pourraient peut-être transmettre tes doléances, tu peux aussi faire un papier glissé dans les paniers ;) où tu expliques ton ressenti ( énergique façon ultimatum !!)

si après tout ça ça continue et qu'il s'avère qu'ils ne viennent que pour leur intérêt, qu'ils se trouvent donc un autre point de dépôt !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses, Mireille, j'ai déjà essayé le papier glissé dans les paniers, l'ultimatum..., j'ai essayé la discussion, l'échanges, les explications, etc.... certaines familles font déjà du co-ramassage de paniers... mais c'est vrai ce que tu dis, qui est-ce qui en souffre dans l'histoire c'est toujours nous, et quand tu parles de 10 ans en arrière ça ne me rassure pas vraiment. Pourtant on m'avait prévenu hein ! La ferme prépare 750 paniers par semaine pour tout le département du Puy de Dôme, et on m'avait dit tu verras ça ne te rapportera rien du tout.... je me croyais sûrement plus maligne... D'ailleurs des dépôts ont déjà arrêté, c'est dingue hein, les gens vont devoir faire 12 kms de plus avec des horaires plus draconiens mais non, ils ne veulent pas comprendre.

Voilà maintenant deux ans que je fais les marchés (2 par semaine) plus la boutique depuis 18 mois, et c'est très dur. J'en avais déjà parlé sur ce forum il y a plus de deux ans et vous m'aviez tous donné très gentiment des conseils, je me suis lancée, je ne regrette pas même si c'est dur (j'ai encore 4 enfants à la maison) mais en ce moment j'avoue avoir une baisse sérieuse de moral, j'ai l'impression que tout le monde s'en fout.... tout le monde me dit c'est bien, c'est courageux, le bénévolat (35 h par semaine), etc...bravo..... mais je suis toute seule je ne trouve pas d'autres bénévoles pour m'aider, c'est lourd, les enfants en on marre aussi, je ne compte plus les we (salons, marchés divers....). Bon allez faut que j'arrête de me plaindre, il y a quand même de sacrés bons moments et c'est c'est moments là justement qui me font tenir.

Merci à vous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

excuse-moi Anne je n'avais pas fait le lien que c'était toi, je me souviens maintenant.

Tu peux largement considérer que tu as fait ta part. si c'est pour se pourrir la vie, ça n'est pas la peine d'insister, tu verras un jour il se produit un déclic- qui est d'ailleurs en bonne voie;)- et tu arrêteras tout pour faire autre chose ( ou même rien mais au moins tu seras soulagée d'un grand poids).

moi j'ai tenu tant que les bons moments équilibraient les aspects nettement moins sympas, le tout sur une longue phase de culpabilisation, mais ça a fini par s'arranger et le monde ne s'est aps arrêté de tourner pour autant ;)

tu verras bien ensuite comment ça se passe, ce qu'il faut éviter c'est d'y laisser trop de plumes, courage et n'hésite pas à revenir en parler ici ou en mp :coeur-anime::flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Anne,

Je te trouve très courageuse. Le fait de faire un dépôt est déjà une action militante pour faire connaître et développer les paniers bio. Mais je pense également qu'il faut que ton investissement et ta motivation soit reconnue à juste titre. Pourquoi n'êtes-vous que deux bénévoles ? Peut-être qu'en lançant un appel sur ce forum, d'autres te rejoindrons...

Quoiqu'il en soit, si l'association ne marche pas du fait que les gens ne s'y intéresse pas, tu ne peux pas culpabiliser. Il faut du temps...

Je n'ai pas vraiment de solution à t'apporter, d'autant que tu en as déjà essayé pas mal. Mais n'y aurait-il pas moyen de réunir les dix-huit personnes un soir, genre "salon tupperware" pour leur parler qu'au-delà des paniers, il y a toute une démarche solidaire et de commerce équitable. Peut-être seront-ils nombreux à venir et t'écouter. Peut-être aucun... Mais dans ce cas, tu peux arrêter le dépôt et ne faire que les marché où les gens motivés, j'en suis sur, viennent te voir et discuter autour.

Tu peux également parler de ton malaise auprès de tes amis. Certains parleront de ton investissement auprès de leurs collègues, leurs amis, leur famille et de cette façon, d'autres personnes, sensibilisées et militantes, viendront te voir.

Dans tous les cas, tiens-nous au courant et bon courage. Ton action est noble et mérite d'être applaudie :victory:

Mais à trop donner aux autres, on oublie souvent de se servir soi-même...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à vous pour vos réponses, vos encouragements et vos points de vue.... je vais continuer à réfléchir. En fait je me donne jusqu'à ce we où nous avons une grande foire écobiologique à Chateldon (63) où bien sûr tout le réseau bio de la région et d'un peu plus loin va se retrouver, ce sera l'occasion de discuter, de rencontres, etc.... avec promis une décision au bout !

Ce que j'aime bien dans ce que je fais c'est aussi de "travailler"avec les producteurs locaux. Outre que nous sommes un relais Artisans du Monde, j'essaye aussi d'être une"vitrine" pour le bio local (farines, huiles, jus de fruits, tisanes, confitures, sirops, miel, nougats...) c'est très intéressant et j'ai de l'admiration pour ces gens-là qui se débattent avec encore plus de problèmes que nous.

Je n'ai pas été présente pendant un moment mais je suivais quand même un peu l'actualité du forum et je constate Mireille que tu es toujours là, à donner de bons conseils, à remonter le moral, à ajuster le tir. Merci d'être là et merci de nous faire profiter de ton expérience. Que fais-tu aujourd'hui ? Et comment fais-tu pour avoir toujours le moral ?

Quand tu dis que la terre ne s'arrêtera pas de tourner, bien sûr c'est ce que je me dis aussi, un jour je passerai sûrement à autre chose, (???) mais j'ai tellement envie d'apporter ma pierre à l'édifice, j'ai tellement envie que les gens comprennent qu'il faut faire quelque chose au lieu de rester dans son p'tit coin, qu'il y a nos enfants derrière.... Y a peut-être aussi un peu d'autosatisfaction, le fait de se sentir un tant soit peu utile, va savoir.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo c'est un très grand pas de te poser une limite/échéance. C'est bien beau de poser sa pierre à l'édifice, mais s'il n'est pas demandeur il va finir par se retourner contre toi- pas consciemment bien sûr- mais c'est toi qui va te pourrir la vie et celle de ton entourage avec des problèmes que tu te retrouveras seule à ressentir :rolleyes:

je noircis sans doute le tableau et ne veux surtout pas projeter mon vécu, mais il y a des fois où c'est pas la peine d'insister. on ne fait pas boire les ânes de force, et puis même si la prise de conscience écolo et la recherche de solutions pour sauver la planète, c'est dans l'air, ce n'est pas un concours non plus, les secteurs du bio et de l'écologisation de l'économie suivent leur chemin et il vaut mieux se dire que toute les petites choses que tu fais seront toujours récupérées par la grande distribution à son profit, ce que je ne percevais pas à l'époque, mais d'un autre côté d'en être conscient ça fait tomber dans un certain cynisme et ça coupe pas mal les ailes... :rolleyes:

tu as impulsé une initiative qui se doit d'être collective, si tu te retrouves seule, ça n'est pas normal, teste bien ton "public" pour voir jusqu'à quel point il te suivrait, c'est dur mais en apprivoisant un peu la lucidité et le réalisme, tu te feras une meilleure idée de la situation.

le plus difficile pour moi a été d'admettre que les gens n'étaient pas du tout sur la même longueur d'ondes que moi et que je m'épuisais en vain, car dès qu'ils avaient passé la porte ils allaient au supermarché, sans beaucoup de remises en questions du système par ailleurs.

internet, blog, sites, forums... m'ont vraiment beaucoup aidée. il m'a falu 1 an au moins pour me remettre, admettre d'être passée pour la reine des c... mais le ridicule ne tue pas et je me sens plus lucide qu'avant sur toute la mouvance bio etc. J'ai désormais du temps pour moi, je me repose et profite de ma famille, de ma maison, je fais de la poterie, et des activités créatrices que je m'interdisais en faisant passer mes "idéaux coopératifs" avant tout.

une bien triste erreur que j'ai hâte de rattraper :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Anne,

Je me retrouve dans ton découragement mais j'ai mis un terme à mon expérience avant qu'elle ne me mine (ruine) trop. J'ai fermé ma société il y a 1 mois. Courte expérience de 15 mois. Lorsque j'ai créé ma petite société de livraison de produits bio, je souhaitais simplement proposer localement des produits "secs" 20 à 30 % moins chers que dans les boutiques (j'avais très peu de frais - hormis les charges sociales et je ne comptais pas me donner de salaire). Le statut de SARL me permettait simplement d'avoir accès aux fournisseurs pour l'épicerie.

Malgré les tracts dans les boites aux lettres, une présence sur le marché, j'ai dû abandonner - je payais de ma poche toutes les charges.

Comme toi, quand une cliente repartait avec simplement un paquet de riz, je me demandait : "elle ne consomme pas d'huile ? de farine ?" Comme Mireille, je me doute bien que le caddie du supermarché devait bien déborder lui !

Pour la petite histoire, j'ai même découvert qu'une "amie" achetait ses produits en magasin !! Là, je suis tombée de haut. J'ai parfois l'impression d'être une extra-terrestre tellement les autres me sidèrent par leurs comportements.

J'ai choisi de considérer cette "aventure" comme une expérience et non comme un échec. Et je préfère penser à la gentillesse de Marie-Odile ma plus fidèle et régulière cliente qu'au manque d'intérêt des autres.

Si j'habitais ta région, je viendrais volontiers te filer un coup de main !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà, le temps a encore passé trop vite.....Je vous tiens au courant : donc de nouveau je craque début juin car cela fait maitenant 1 an que j'accueille les paniers bios et toujours rien de nouveau du côté des bénéficiaires de ces paniers, donc j'en parle au directeur de la ferme Le Biau Jardin qui me répond que la décision m'appartient, même topo du côté de l'autre maraîcher, tout le monde est d'accord donc pour mettre en place (ENFIN !!!) une cotisation à l'association L'Orange Bleue pour venir retirer son panier. Cela concernait 28 familles. Première famille, première claque.... j'en pleurais presque, de dépit mais aussi de culpabilité. Tampis elle ira chercher son panier ailleurs, j'ai appris plus tard qu'elle se le fera carrément livrer, gratuitement. Ensuite tout s'est enchaîner rapidement, la plupart ont dit oui sans sourciller (Ah si j'avais su....), d'autres ont dit qu'ils réfléchissaient (aujourd'hui ça fait trois semaines qu'ils réfléchissent ! demain vendredi c'est leur dernier jour de réflexion, après j'arrête). Bref, résultat plus de la moitié à dit oui sans problème. Demain, lors de la récup des paniers, j'organise un petit pot d'anniversaire à la boutique pour fêter les deux ans de l'association.

Ah au fait, je demande 12 E par an = 1 E par mois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Anne je trouve ton expérience bouleversante :4-bisou:

profite bien de l'apéro ( manque cruel de smileys trinqueurs :rolleyes: ben quoi ya pas de mal ;) ) et surtout protège-toi :coeur-anime: qui t'aime te suive :gardecoe:

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour,

moi je pense à un petit quelque chose tout bête...

travaillant dans une boutique bio je me retrouve quotidiennement confrontée à ce genre de problème de communication. Pourquoi ne pas demander l'accord de tes producteurs de paniers pour glisser un vendredi un petit "mot doux" dans les paniers expliquant ta démarche et ses conditions de "survie". Un texte bref, restant rigolo et non culpabilisant...

Comme ça les personnes pourront réfléchir en famille tranquillement plutôt que d'être confrontés à ton regard...car je sais à quel point parfois le message passe difficilement lorsque quelqu'un de réellement passionné et engagé tente de partager son point de vue...(ça sent le vécu lol...)

J'affiche souvent au magasin des petits textes ou des petites histoires concernant par exemple l'entraide et les clients finissent par venir m'en parler eux-mêmes...

courage et ne te laisse pas abattre je suis sûre que ces personnes sont simplement dans l'ignorance...

:coeur-anime:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Nan,

Tu sais pour le coup des petits mots doux...... en fait j'ai déjà donné ! J'ai fait passer un mot dans les paniers en février, la semaine d'après deux ou trois familles ont effectivement acheté un paquet de riz ou du chocolat puis plus rien. Mais j'avais la pêche, et au salon Primevère j'ai assisté à une conférence où il était entre autres question d'entraide, j'en suis ressortie encore plus forte : "oui c'est sûr je vais tenir le coup, je vais leur prouver qu'on peut rendre service de façon totalement désintéressée... etc....." puis le temps a passé, rien n'a changé, le mois de mai a été difficile financièrement (il faut bien payer les fournisseurs et le loyer), le moral en a pris un (petit) coup donc il y a trois semaines j'ai décidé de refaire passer un mot, en mains propres en expliquant le pourquoi du comment. Et comme je disais dans le message d'hier la moitié à été choquée, c'est le cas de le dire (y en a même qui ne trouvait pas ça équitable..... ! que je demande une cotisation ! Vas comprendre !), l'autre moitié à payé tout de suite, avec le sourire et m'a soutenu dans cette démarche.

Ce soir, le pot......... je vous raconterais.

Merci à vous, à Mireille pour votre gentillesse qui me va droit au coeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Anne je suis de tout coeur avec toi, j'espère que ton pot s'est bien passé.

Ce que je retire des expériences de chacun-ne (celle de Mireille, celle de Anne et la mienne qui fut similaire), c'est que soit on fait du bio "bobo" sous franchise, soit on se retrouve avec les "pur et dur", en fait les grincheux, les qu'ont tout vu, les on était là au début, etc... Mais des clients, des vrais, qui dépensent leurs 250 euros dans le mois, on n'en voit rarement.

Mais tout le monde est d'accord pour trouver l'idée formidable. Mais si tous ceux qui trouvent "l'idée formidable" nous laissent une partie de leur budget courses nous pouvons vivre. Sinon c'est bénévolat (bravo Anne, 35h !) et plus de vie de famille. Tandis qu'ailleurs les tarifs sont plus chers, les personnels sont salariés, et nos chers "amis" s'y retrouvent... pour parler de nous.

Mais des paroles, on n'en a plus grand chose à faire quand il s'agit d'allier notre passion avec l'envie d'en vivre. C'est comme si tout le monde se satisfaisait de la grande distribution et se lavait les mains de l'avenir des militants. Je crois que cela va totalement à l'encontre des valeurs que nous essayons de défendre.

J'ai cessé mon activité d'épicier bio, Mireille également, Anne a envie de faire une pose. Pendant ce temps, il s'ouvre des biocoops et autres satoriz à tour de bras. Cherchez l'erreur. Cela rejoint ce que je dis ailleurs sur ce forum, c'est par nos actes que les choses changent.

Mais je me demande si nous sommes vraiment nombreux à vouloir que les choses changent. Ce qui me ramène à la mémoire cette phrase : celui qui veut que les choses restent comme elles sont ne veut pas qu'elles restent (concernant la Terre, notre Mère).

Anne, une idée comme ça, demande à ma maman, elle sera peut-être enchantée de faire du bénévolat chez toi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

très lucide résumé Pascal :flowers: hein qu'on en a entendu des - " qu'est-ce que c'est bien ce que vous faites !" ;) de la part de personnes qui trouvaient tellement tout bien qu'ils ne savaient pas quoi acheter :rolleyes: et maintenant quand il m'arrive de croiser les admirateurs en question c'est "- ah qu'est-ce qu'on vous regrette ! ..." ( mouais :rolleyes: ) il vaut mieux en rire, maintenant c'est loin tout ça, mais il y a quand même une étape où ça fait mal.

Bon courage à Anne :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Anne,

Je comprends parfaitement tout ce que tu dis et je te souhaite tout le courage qu'il faut. C'est souvent le problème du monde associatif, malheureusement. Je suis présidente d'une association pour la sensibilisation à l'écologie et à la vie saine...etc et malgré des discussions passionnantes avec des amies ou diverses rencontres, je trouve peu de soutien pour mener à bien des actions militantes. Il y a souvent un gouffre entre le discours et les actes. Après beaucoup de gens pensent que le concept du bio s'arrête au fait de manger bio (et des fois ils achètent plein de produits transformés qui viennent de perpète !!!). je pense que c'est vraiment un mode de vie (proche de la Terre) une façon d'être (soi-même) et d'être avec les autres (toutes les autres formes de vie).

En tout cas j'espère que tu vas trouver des bonnes volontés pour t'accompagner et que le petit apéro fera son effet

ti pa ti pa na rivé (comme on dit en créole = petit à petit on y arrive)

:flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme suite à tout ce qui a été dit précédemment, j'ai le sentiment que la désafection des "clients" et le manque de considération de ceux qui viennent chercher les paniers tient à ce sentiment de désengagement qui est permanent dans cette société.

A voir l'engouement pour le bureau de vote, il est peut-être vain de croire que l'option "voter avec son chéquier" aie un quelconque impact. Chacun restant en phase avec ses peurs, une telle conception de l'engagement est forcément limitée. Il faudrait qu'au préalable chacun se débarrasse de ses peurs et de ses conditionnements. Il suffit de parcourir ce forum pour lire les témoignages de ces peurs et conditionnements.

Il est possible alors que nous nous y prenions mal, avec juste nos bons sentiments et notre envie de bien faire. Il existe probablement une voie médiane entre l'attitude militante et l'attitude commerciale (celle des écolos nouvos qui commencent à prendre le marché). Car il s'agit bien d'un marché, et non d'une niche, et nous devrions le traiter comme tel.

J'entends les bergers crier "au loup", mais par expérience je sais que ceux qui crient ne sont pas les plus enclins à participer, de quelque façon que ce soit. Et on ne les entends jamais râler à la caisse des supermarchés "bio".

Bref, un certain nombre de facteurs brident toute initiative dans le sens de celle d'Anne (et des autres, passées, présentes) : une trop grande confiance dans le genre humain (mais peut-on faire autrement ?), une politique de prix des centrales de distribution en faveur des plus gros (exemple, on trouve des produits moins chers en magasin bio que chez le fournisseur ; dans ce cas, comment s'en sortir ?), un manque de professionnalisme (c'est ce qui fait son charme, hein ?) et de moyens.

Et pour finir, je me pose ces questions : pourquoi, d'un bout à l'autre du pays, trouve-t-on les mêmes produits (dans les magasins bios), à quelques nuances près ? Pourquoi la part des produits végétariens se trouve-t-elle réduite de plus en plus dans ces magasins ? Pourquoi l'aspect diététique du bio est-il occulté au détriment du prix et du packaging ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

parce que finalement ça se vend et que ça rapporte ?! et que le but est non pas de changer la société de consommation mais de la calquer en bio ( avec quand même quelques heureux aménagements pour la santé et l'environnement au passage...)

au final, on tend ( on n'y est pas encore et on nous le fait plutôt croire) à faire en sorte que les hypermarchés chéris de la population soient un jour totalement bios, comme ça les gens n'auront plus besoin d'aller ailleurs...

je n'ai toujours pas compris jusqu'où pourra perdurer la cohabitation superettes bios indépendantes ( plus ou moins ) et hypermarchés, mais l'important c'est que tout cela rapporte, après on verra :rolleyes:

en local, les petites initiatives comme celle d'Anne ne peuvent que se heurter à cet état de fait :crying:

avec le recul, j'en veux moins aux gens que je pensais pouvoir aider à l'époque avec mes délires de coop bio, ils sont trop dans le système encore pour comprendre et vraiment apprécier une initiative généreuse et désintéressée. Autant les gens font massivement confiance à la grande distribution et aux médias, autant dès que c'est local, individuel, la méfiance est là...

désolée de plomber le sujet d'Anne

je sors :blushing:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Complètement d'accord avec toi,.... et t'inquiètes pas tu ne plombes pas le sujet ! Je crois que ces deux dernières années m'ont fait perdre un peu de ma naïveté même si je suis aussi encore dans mes "délires", comme toi il y a encore quelques années. Pour l'instant, pas de souci, je m'accroche, j'y crois : le fait de discuter avec vous tous et de découvrir aussi d'autres sujets sur ce forum me donnent la force de continuer et de m'éclater dans ce que je fais. J'ai un super mari aussi qui me permets de le faire et je le remercie : je ne suis pas obligée de ramener un salaire à la maison ! Deux personnes m'ont rejoint pour faire quelques heures par semaine, à suivre à la Rentrée, j'attends aussi concrètement de voir comment ça va se passer.

Sinon le pot s'est très bien passé mais là encore, ce sont toujours les mêmes qui ont pris le temps de s'arrêter, les autres n'avaient pas le temps ou étaient garés en double file ou...... Tampis on a passé un bon moment. Je voulais ajouter que mes enfants, enfin les deux derniers (13 et 9 ans 1/2) sont la plupart du temps présents à la boutique et s'investissent, au moins j'aurais réussi ça ! à transmettre quelque chose, en espérant que plus tard ils reprendront le flambeau (pas de la boutique hein !) mais du militantisme, de croire en ce que l'on fait, de persévérer, d'aller vers les autres, de partager........ Enfin, tout ça c'est un autre débat.

Résultat des courses : sur 26 paniers (de deux producteurs différents) j'en ai perdu 6,

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0