zazoun

effets psychologiques du désencombrement...

39 posts in this topic

Je m'étais dit que je profiterais de mon déménagement pour virer tous les produits "toxiques" qui traînaient encore sous mon évier et dans ma SDB...(et à voir la poussière qui c'est accumulée dessus, je ne les utilisais vraiment pas souvent! ^_^ )

Et bien, c'est fait!!!!! :36:

Je n'ai pas sû attendre plus longtemps!! Et, c'est fou, mais je me sens comme "libérée"!!

Seulement, comme je trouve que le gaspillage n'est pas une solution non plus, je les ai donnés à une amie qui elle, n'est pas encore prête à changer radicalement de mode de vie... Mais j'y travaille!! ^_^

Et me voilà en route, plus tôt que prévu, pour le grand ménage selon Raffa!!! Quel bonheur!!! Merciiii Raffa!!! :4-bisou:

Bon, je dois encore me plonger souvent dans mon petit livret, mais je suis sûre que tout cela va devenir des automatismes, comme tous les autres déjà acquis depuis longtemps!

J'attends quand même ma vieille bicoque avec impatience (J-13!!) pour pouvoir tout faire pour évoluer dans un environnement le plus sain et respectueux possible de ma santé et de cette bonne vieille Terre.

Voilà, j'avais juste envie de partager cette petite expérience avec vous!!!! :blushing:

Et si vous avez d'autres domaines auxquels vous pensez, pour effectuer des changements comme ceux là, n'hésitez pas!! Toutes les idées sont les bienvenues!! Même s'il y en a déjà tout plein sur ce forum!

Bonsoir à vous tous!

PS: je ne sais pas si j'ai posté ceci au bon endroit??? (pastapé, pastapé!!)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je comprends bien ce que tu veux dire : ça m'a fait la même chose quand j'ai viré le micro-ondes, et encore plus la télé !!

:36::36::36:

Quel GRAND soulagement ! :lol::lol::lol:

J'essaie aussi de petit-à-petit de me débarasser de produits d'entretien achetés (plus de produits KKbeurk, mais je voudrais carrément ne plus acheter de produits du tout). Je me sens encore trop dépendante des multi-nationales, et je me dis que tout ça était auparavant fait à la maison : je devrais donc pouvoir y arriver ! :P Evidemment, Raffa est d'une grande aide !! Merci Raffa ! :fleurs:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Avez-vous déjà entendu parler de "désencombrement"? Ca fait le même effet que ce que vous décrivez.

Suite à un échange sur un autre forum, j'ai pondu ceci :

http://www.simplepratique.net/dossiers/des...combrement.html

Dans le point 11/, je parle des effets psychologiques du désencombrement. C'est surtout de cela dont vous parliez je pense.

Zazoun, si tu déménages bientôt, ça pourrait bien t'intéresser. 13 jours c'est un peu court, mais peut-être que l'idée pourra germer afin de ne pas encombrer le nouveau lieu. Ou alors, une autre possibilité : faire quelques caisses à part, en fonction de ce qui pourrait être évacué, mais les déménager tout de même, et les laisser un an dans une remise, cave ou grenier, sans les vider (sauf si réel besoin bien sûr). Et après un an, évacuer purement et simplement (vendre, donner, échanger, recycler) ou alors trier ce qu'on récupère ou pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Alter et Calispera :flowers:

Wouaaïïïïïïïïïïïïeee, c'est vrai, LE MICRO-ONDES!!!!!! Vindjûûûûûûûû suis pas encore prête à le virer celui là :furious: !!!

Mais je ne l'utilise vraiment pas souvent du tout!!! (J'essaie de me déculpabiliser là... paaaas bieeeennnnn!!! ;) )

Je me dis aussi que pour le moment dans mon appart, j'ai une taque éléctrique!! Donc, quand je veux me faire réchauffer quelque chose, cela prend beaucoup plus de temps qu'au MO... Donc plus de dépense d'électricité, donc plus de pollution... mais moins de mauvaises ondes...!!!! Aïe aïe aïe, que faire? Qu'en pensez-vous?

...... Aaaaaah, dans ma vieille bicoque, j'aurai le gaz!!!! :36:

Pour ce qui est de la TV, elle n'entrera pas chez moi!! :nono: Ca c'est sûr depuis un petit temps déjà!! :flowers:

Le "désencombrement", jamais entendu parler, en ces termes là en tout cas!! Mais je te remercie bien fort de l'info!!!

J'en ai pris note et je lirai ça, dès que j'aurai un peu plus de temps (car là, boulot boulot <_< ) Cela a l'air de me convenir tout à fait!!!

Cela rejoint sûrement l'idée du Feng-Shui de "faire circuler les énergies" en se débarrassant de ce dont on a plus besoin, ce qui n'a plus bougé depuis 2ans, des habits que l'on a plus mis...???

Belle et douce journée à vous tous! :fleurs:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour qu'on puisse mieux s'y retrouver plus tard, je me suis permis de modifier le titre du sujet*

merci Calispera :flowers:

*initialement "Juste Un Petit Partage D'expérience! :-)" rubrique Ecologie intérieure et santé pratique (qu'il faudrait peut-être changer aussi ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Calispera,je viens de lire le lien que tu indiques sur le désencombrement.Je viens de déménager petit à petit et au fur et à mesure je me suis débarrassée de beaucoup de choses en donnant à droite et à gauche.On me regardait avec un air "surpris" lorsque je disais que j'éprouvais un soulagement à chaque fois et que tous ces objets ne me manquaient pas, les ayants "effacés" complétement de mon esprit,même s'ils correspondaient à de nombreux souvenirs,bons ou moins bons...il y en avait qui dataient de...40ans!!! Celà me rassure,j'ai retrouvé exactement les mêmes sensations que tu expliques.C'est parfois difficile à exprimer à ses proches et ses amis,mais parfois, celà les amène à réfléchir ;) Quant aux produits kakabeurk,depuis que Raffa nous a édité son petit livret du grand ménage,plus de soucis!merci encore Raffa.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca me rappelle complètement un livre lu cet été sur "l'harmonie de la maison par le Feng Shui" (Karen Kingston) dans lequel il est écrit que tous les objets que nous gardons "au cas où" nous mettent dans une situation de préparation du subconscient à un manque à venir. Nous sommes donc dans la peur.

Les choses accumulés sous les lits aurait une influence sur le sommeil (il faudrait n'avoir qu'un lit dans une chambre !)

"Les objets accumulés sur le dessus des placards sont comme des problèmes qui restent suspendus au-dessus de vous et qui attendent d'être résolus."

J'ai enfin trouvé une bonne excuse pour virer les cadeaux de Noël de ma belle-mère ! :D

Elle suggère aussi d'éliminer les relations improductives, les amis avec lesquels nous devont faire une effort pour communiquer, ceux auxquels on ne veut pas répondre quand ils appellent. En bref, se désemcombrer des personnes négatives !

Mais c'est un autre sujet !

Share this post


Link to post
Share on other sites
......ma belle-mère ! :D

Elle suggère aussi d'éliminer les relations improductives, les amis avec lesquels nous devont faire une effort pour communiquer, ceux auxquels on ne veut pas répondre quand ils appellent. En bref, se désemcombrer des personnes négatives !

Mais c'est un autre sujet !

Je ne suis pas sûre que ce soit un autre sujet, surtout si l'on considère le côté psychologique du désencombrement.

Il y a quelques mois (janvier 2008) un petit livre a été édité chez Jouvence : "se désencombrer de l'inutile" écrit par Rosette Poletti et Barbara Dobbs.

Vu que le sujet m'intéresse, je me le suis bien vite procuré. Ca vaut la longueur d'un dossier dans un magazine, à peine plus. Et le désencombrement y est regardé sur bien d'autres facettes, jusqu'à aller du côté spirituel. J'aurais presque intitulé ce livre "faites une thérapie sans thérapeute" car la place du réel désencombrement y est bien mince. Ce que je voulais en tout cas signaler, c'est que le désencombrement peut être à la source de pas mal de nettoyage mental, qui peut aller bien plus loin que sortir de notre mémoire les objets et le bagage émotionnel qui les accompagne.

Et la comparaison au Feng Shui, j'avoue que je n'y avais jamais trop songé, car je pense que le Feng Shui est un savoir bien ancien, donc bien établi , bien construit, et j'aurais tendance à alors considérer le désencombrement comme d'un niveau très primitif en comparaison.

Quant au fait de se désencombrer des personnes négatives, je pense que ça peut en effet aider très fort (mais l'expression est assez méprisante je trouve , pour les personnes concernées, par rapport à la conception des relations, en fait, je peux utiliser relations négatives). Et par la suite, il s'agira non plus d'éloigner certaines relations (ce qui est tout de même encore quelque chose d'assez négatif) que d'attirer les relations positives. Mais pour cela il faut bien plus qu'un désencombrement, en fait, j''aurais envie de dire qu'il faut rénover notre intérieur de fond en comble si au départ on est plutôt entouré de gens négatifs. Car n'oublions pas que "qui se ressemblent s'assemble" et inversément, si on attire les relations négatives, c'est qu'on fonctionne sur un mode négatif soi-même.

Dès lors, il ne s'agit pas de faire un choix un jour et de mettre en acte le lendemain. Il faut se nettoyer de nos croyances, certitudes, conditionnements. Il faut remodeler nos façons de penser, modifier notre mentalité, changer nos attitudes et comportements, travailler notre manière de communiquer, et surtout, d'abord : mieux nous connaître nous-mêmes, et être capable de s'écouter, et encore plus important, connaître nos propres côtés négatifs, les accepter, et en développer le pendant positif (sublimer en quelque sorte). Well, un sacré boulot ;)

Je vais nuancer tout de même. Il y a des relations qui nous amènent systématiquement à fonctionner de manière négative, et d'autres pas. Dans ce cas s'en distancer peut en effet nous aider. Et nuance dans la nuance ;) : si on veut vraiment faire du chemin, au bout d'un moment, on peut aussi apprendre à fonctionner positivement avec ces gens, et même les amener à fonctionner plus positivement quand elles sont avec nous, et si on est très doué, à les faire fonctionner plus positivement tout court ;)

Car de toute façon on ne choisit jamais totalement notre entourage, et il est aussi bien possible que nous puissions aimer très fort des personnes avec qui nous avons des relations négatives, faut-il dès lors les éloigner?

On parlait désencombrement? hmm.... ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Se désencombrer des relations qui nous apportent du négatif... ça c'est un sujet auquel j'ai souvent pensé!

je n'ai toujours pas d'avis fixe lol. j'ai juste expérimenté ces derniers jours que les efforts sont parfois contre-productifs (mais en fait ce n'était pas la première fois que le vis) et je trouve que faire des efforts pour aider les gens à aller vers plus de positif est vraiment fatigant. Et puis essayer de faire abstraction de ce qui nous gêne chez eux (quand on a essayé de leur faire changer ça et qu'on a échoué) peut aussi faire l'effet d'une bombe à retardement... le jour où en a marre de faire des efforts et de faire abstraction, et qu'on sort aux gens d'une manière désagréable ce qu'on avait toujours essayé de dire avec diplomatie... hum hum...

dur dur les relations avec les autres...

Share this post


Link to post
Share on other sites
....et je trouve que faire des efforts pour aider les gens à aller vers plus de positif est vraiment fatigant. Et puis essayer de faire abstraction de ce qui nous gêne chez eux (quand on a essayé de leur faire changer ça et qu'on a échoué) peut aussi faire l'effet d'une bombe à retardement... le jour où en a marre de faire des efforts et de faire abstraction, et qu'on sort aux gens d'une manière désagréable ce qu'on avait toujours essayé de dire avec diplomatie... hum hum...

dur dur les relations avec les autres...

J'en conviens tout à fait, et ne m'en sens pas encore du tout capable, mais je pense que si on fait assez de chemin, on peut parvenir à faire cela, pas forcément de manière intentionnelle (l'idée n'est pas de changer les autres), mais parce que la bienveillance ferait tellement bien partie de nous, parce que nous serions suffisamment ouvert aux autres, et aurions appris à respecter correctement nos propres limites etc. Cela ne nous fatiguerait plus de la même manière, et nous le ferions avec plaisir, sans risque d'accumuler les rancoeurs, car nous ne fonctionnerions plus dans ce registre.

Ok ok, je rêve, mais la réalité n'est jamais qu'une utopie du passé ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui c'est sûr essayer de changer le fonctionnement des gens, c'est vraiment naïf... mais quand on n'arrive pas à les supporter tels qu'ils sont lol??? bon, il faut travailler ENCORE sur soi même pour les accepter, je suppose...

du coup, dans cette perspective, le désencombrement n'est pas forcément le mot exact pour parler des gens, mais seulement pour les objets lol.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien, on peut dire que je pense à toi, Calispera, à chaque fois que je boucle une caisse!! ;)

Je fais des heureux dans mon entourage et mets beaucoup moins de trucs que prévu dans mes cartons!!! Je me sens déjà plus "légère", même si j'ai encore beaucoup de travail à faire de ce côté là!! ^_^

Parfois je me dis aussi que si moi je m'en débarrasse... pourquoi les autres s'en embarrasseraient-ils??

Mais c'est vrai que je suis bien contente quand je récupère qq chose de quelqu'un d'autre... C'est toujours tout neuf pour moi, hihihi...

Quant à me "désencombrer des relations négatives" j'y travaille aussi (ça fait longtemps ça ;-) mais cela ne se fait jamais sans heurts! Et il y en a tellement...

Mais comme le dit Muguet, "apprendre à quelqu'un de "négatif" à fonctionner positivement" est non seulement fatigant mais aussi super dangereux si on y est pas formé!! La relation risque très fort de nous faire dégringoler à partir d'un moment. On risque de s'épuiser!!

Et puis... est-ce possible de faire changer quelqu'un? Est-ce judicieux?

Je n'y crois plus trop... On peut évoluer, mais changer... dur dur...

Merveilleuse soirée à vous tous. :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et bien, on peut dire que je pense à toi, Calispera, à chaque fois que je boucle une caisse!! ;)

Hehe, heureuse d'apprendre que quelqu'un pense à moi ;) Tant que ce n'est pas avec hargne ;)

Je fais des heureux dans mon entourage et mets beaucoup moins de trucs que prévu dans mes cartons!!! Je me sens déjà plus "légère", même si j'ai encore beaucoup de travail à faire de ce côté là!! ^_^

Attention tout de même de ne pas te défaire de choses importantes dont tu pourrais encore avoir besoin dans le futur. Car se désencombrer dans la rapidité permet ce genre de distraction. J'ai moi-même évacué des rideaux que je jugeais inutile, et un logiciel dont je pensais ne plus avoir besoin (ancienne version windows). Ces deux désencombrements-là, m'ont pas mal pesé par la suite.

J'avais évacué les rideaux de ma chambre à coucher, car j'en avais deux paires superposées. Et j'ai dû mettre la paire de côté en plein hiver. En été, quand je ne l'avais plus, et qu'il faisait clair à 4 heures du matin, j'ai pesté quand je ne pouvais plus dormir. La paire évacuée (moins belle et moins chaude) était plus foncée et plus opaque.

Et la vieille version windows était en fait utile lors du reformatage du pc, pour installer de vieux logiciels : impossible de les installer avec de nouvelles versions windows. Je m'en suis aperçue bien sûr, en reformatant, argh ;)

Parfois je me dis aussi que si moi je m'en débarrasse... pourquoi les autres s'en embarrasseraient-ils??

Mais c'est vrai que je suis bien contente quand je récupère qq chose de quelqu'un d'autre... C'est toujours tout neuf pour moi, hihihi...

C'est une question que je me suis posée la première fois que j'ai participé à un « grand don » http://granddon.free.fr/index2.htm à Bruxelles. Je me défaisais de babioles dont les gens allaient s'encombrer. Même si ça leur faisait plaisir, je soignais à ce qu'ils s'engorgent de superflu dont je ne voulais plus. Au deuxième grand don, j'y ai un peu réfléchi et n'ai donné que des choses que je n'utilisais plus mais qui n'étaient pas trop superflues (pas de purs gadgets – plutôt livres, cd, vêtements). Je pense que dans un sens, on ne peut pas s'attendre à ce que tout le monde fasse le même chemin que nous, mais en leur donnant n'importe quoi, c'est aussi un peu une manière de les encourager à aller dans l'autre sens. Je ne tiens pas à avoir des comportements missionnaires pour tenter que les gens vivent comme moi, mais de là à agir en sens inverse, cela ne me paraît pas souhaitable non plus.

Mais bon, faut pas non plus commencer à disserter sur chaque objet dont on se débarrasse, sinon on ne désencombrera jamais ;)

Quant à me "désencombrer des relations négatives" j'y travaille aussi (ça fait longtemps ça ;-) mais cela ne se fait jamais sans heurts! Et il y en a tellement...

Mais comme le dit Muguet, "apprendre à quelqu'un de "négatif" à fonctionner positivement" est non seulement fatigant mais aussi super dangereux si on y est pas formé!! La relation risque très fort de nous faire dégringoler à partir d'un moment. On risque de s'épuiser!!

En effet, plus on en parle, plus je me rends compte que pour en arriver là, faut avoir fait un sacré bout de chemin, et que pas 1% de la population en est là, alors autant sans doute ne pas se faire d'illusion, surtout que je dis moi-même que je n'y parviendrais probablement pas ;)

Et puis... est-ce possible de faire changer quelqu'un? Est-ce judicieux?

Je n'y crois plus trop... On peut évoluer, mais changer... dur dur...

Il y a deux questions là. Et je répondrais oui à tout les deux.

On peut être un facteur de changement pour les autres (je parle théoriquement là), par notre mode de fonctionnement, parce qu'on met bien nos limites, parce qu'on communique sainement, etc. et qu'on amène d'une certaine manière l'autre à faire pareil (je ne parle pas de ce que j'ai coutume de faire, mais d'une situation idéale). Notre propre comportement va influencer celui de l'autre, non seulement au sein-même de la relation, mais parce que tout cela va le-la titiller (consciemment ou non), et le-la faire progresser. Il ne s'agit pas d'en avoir réellement l'intention, mais les choses peuvent se passer ainsi, tout naturellement.

En avoir purement l'intention serait plutôt même malsain.

Et quant à la question d'évoluer ou de changer, ben j'ai appris qu'on pouvait faire les deux.

En premier lieu on va évoluer dans le sens de faire tomber toutes les croyances intégrées par erreur, on va devenir plus conscient, se connaître mieux, se gérer mieux etc. S'accepter mieux aussi. En quelque sorte, évoluer c'est être de plus en plus soi-même, dans le sens : plus pur et plus conscient, et guéri des blessures de la vie.

Mais si on va plus loin dans l'évolution, on peut aussi choisir de devenir ce qu'on n'est pas encore. On entre déjà un peu dans le spirituel alors.

Il s'agit plus alors de travailler nos défauts pour en faire, d'une certaine manière, des qualités. Cela peut être aussi le fait de développer des qualités ou capacités qui étaient endormies jusque là, mais qui vont pas mal nous transformer. Et cela peut amener à changer l'orientation de vie, changer d'entourage, changer les habitudes, la manière de vivre etc.

Malheureusement, pas mal de gens sautent la première étape, faisant du spirituel, sans avoir nettoyé le terrain d'abord, et ça donne pas mal de dégâts je trouve. C'est comme de construire un étage supérieur dans une vieille demeure dont les murs de bases ne sont pas bien solides.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

ça me fait penser à "l'action non agissante" des Chinois...

Je suis bien d'accord là-dessus : plus nous sommes ouverts aux autres (et à ce qu'ils sont en nous également) et plus les choses agissent de manière non intentionnelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

ça me fait penser à "l'action non agissante" des Chinois...

Je suis bien d'accord là-dessus : plus nous sommes ouverts aux autres (et à ce qu'ils sont en nous également) et plus les choses agissent de manière non intentionnelle.

Bonjour Shelly,

Ce que tu dis là me rend curieuse, et pourrais probablement très fort m'intéresser. Pourrais-tu en dire plus, ou renvoyer vers quelque chose (une site?) qui en parle?

Share this post


Link to post
Share on other sites

'Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde' Ghandi

C'est inscrit sur la page d'accueil de ce site, et il me semble que ça tombe en plein dans le mille par rapport à cet échange ...

Dans ce cas, on n'essaie pas de changer l'autre , mais on lui montre une autre façon de fonctionner qui pourrait peut-être lui convenir.

à elle/lui de choisir, et ce choix sera d'autant plus porteur qu'il est effectué par la personne elle même, sans pressio, ni harcèlement ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
'Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde' Ghandi

C'est inscrit sur la page d'accueil de ce site, et il me semble que ça tombe en plein dans le mille par rapport à cet échange ...

Dans ce cas, on n'essaie pas de changer l'autre , mais on lui montre une autre façon de fonctionner qui pourrait peut-être lui convenir.

à elle/lui de choisir, et ce choix sera d'autant plus porteur qu'il est effectué par la personne elle même, sans pressio, ni harcèlement ...

De quel site parle-tu Renaud? J'ai reparcouru l'échange rapidement, et ne l'ai pas trouvé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben sur www.eco-bio.info tout simplement

c'est la première page d'accueil, qui selon le navigateur, ne s'affiche peut-être plus dès la deuxième visite ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me suis aussi déjà demandée si, quand on est parfaitement "nettoyé" intérieurement, les personnes négatives peuvent encore nous supporter... Bref, si se débarasser des relations négatives ne se fait pas naturellement, quand les personnes sentent, par exemple, que leurs critiques ne nous touchent pas. Je prends exemple sur ma grand-mère maternelle. Elle a des tas de beaux côtés mais se réfugie parfois derrière une critique acerbe qui la rend parfois insupportable pour la famille. Elle ne le fait jamais avec moi, parce que je me dis "bonne-maman est comme ça" et que donc, ça ne me touche pas du tout. Ceci dit, j'offre une prise de choix aux gens qui piègent les naïfs, ce qui me donne parfois du souci...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Elbereth,

Je me suis aussi déjà demandée si, quand on est parfaitement "nettoyé" intérieurement, les personnes négatives peuvent encore nous supporter...

Je pense qu'elles nous supportent encore, mais ne nous recherchent plus. On ne les passionne plus. Mais c'est surtout l'inverse qui se passe à mon avis. Quand nous parvenons à fonctionner positivement (en fait, pas négativement), les gens négatifs ne nous interpellent plus, ne nous passionnent plus. Nous les remarquons comme avant, mais sans être pris dans leurs jeux, et nous ne jouons plus ces jeux-là non plus, donc nous tournons notre regard vers d'autres personnes, celles qui nous élèvent. Et ces personnes (négatives) ne nous remarquent plus non plus.

Et en fait, arrêter de fonctionner négativement, ne consiste pas à s'empêcher de fonctionner sur des registres négatifs, il s'agit surtout de cultiver les registres positifs, mais bon, c'est je pense un très long chemin.

Souvent je m'amuse à juger mon niveau d'évolution dans ce registre. Quand je vois que les gens qui cherchent ma compagnie, ou aiment échanger avec moi, sont les gens plutôt assez négatifs, j'en tire certaines conclusions ;)

Cela peut d'ailleurs changer selon mes humeurs. Les jours où je suis très positive, les gens positifs viennent vers moi, et les jours où je suis dans le registre négatif, je vois les gens négatifs acourir, et les gens positifs ne me remarquent pas, ou se détournent carrément. Souvent alors j'en prends conscience et aimerais fuir les premiers et attirer les seconds ;)

Ils me renvoient à mon propre état mental, que je n'aime plus trop.

En fait, ça fait partie de la loi de l'attraction d'une certaine manière : les semblables s'attirent.

Et pour Renaud, merci pour l'info :) J'avoue que j'ouvre directement le forum, via mes bookmarks (favoris) et ne passe pas par la page d'accueil. Mais maintenant que tu me le rappelles, je m'en souviens, et c'est quelque chose qui me touche (d'où ma question), car mon propre site s'appelle « se changer soi pour changer le monde ». Il va dans la même direction. Je viendrai sans doute le présenter quand il sera prêt, je suis en train de le reconstruire, et ça prendra je pense encore quelques lunes – je patauge encore avec le programme informatique ;) Et c'est vrai que cet échange a pris aussi une part de cette direction. Je me rends compte que de plus en plus de gens font leur cette préoccupation.

C'est très motivant, car ça ne peut que faire tache d'huile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

par rapport aux discours négatifs (je dis discours plutôt que "gens" car personnellement, il m'arrive aussi d'avoir des discours négatifs, par exemple sur l'environnement, mais pour autant je ne me perçois pas comme quelqu'un de négatif, et je suppose que ceux que vous classez dans les gens négatifs pensent la même chose d'eux lol... mais non, je ne suis pas une gens négative lol!!!!)...

donc, par rapport aux discours négatifs que le gens tiennent en réponse à un discours enthousiaste que j'ai tenu, je ne sais jamais quelle attitude adopter.

j'ignore si je dois pointer le côté négatif et pessimiste du discours (surtout si c'est fréquent chez la personne???) ou si je dois essayer d'expliquer les raisons de mon enthousiasme (sachant que l'autre peut juste essayer de casser mon enthousiasme et que je risque de me fatiguer à développer un discours qu'on n'entendras pas)... ou si je dois me taire...

que faites vous dans ces cas là?

le "désencombrement" dans ce cas, ce serait probablement de se taire, enfin je veux dire, de ne pas chercher à convaincre l'autre... mais je trouve ça triste en fait de renoncer à parler avec les autres des choses qui comptent vraiment...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Muguet,

par rapport aux discours négatifs (je dis discours plutôt que "gens" car personnellement, il m'arrive aussi d'avoir des discours négatifs, par exemple sur l'environnement, mais pour autant je ne me perçois pas comme quelqu'un de négatif, et je suppose que ceux que vous classez dans les gens négatifs pensent la même chose d'eux lol... mais non, je ne suis pas une gens négative lol!!!!)...

C'est vrai que de targuer les gens de négatifs ou positifs n'a pas vraiment de sens. Ce sont les attitudes qui le sont. Et certaines personnes ont tendance à nourrir la tendance négative, d'autres la tendance positive. Et nous sommes tous plus ou moins dans l'un ou dans l'autre. Cela dit, certains seront dans le registre (au pif pour l'exemple) -10 à +3 et d'autres dans le registre -1 à +10.

Le discours n'étant dès lors que le résultat de l'attitude. Et l'attitude étant un mix de pensées, de ressentis, de comportements qui vont dans un sens ou dans un autre, mais jamais de manière tout à fait figée. Enfin, je veux dire que c'est comme ça que je le conçois en ce moment, c'est pas une théorie « vrai de vrai » ;)

Le présent forum permet de voir des gens très divers à ce sujet. Il y en a que je n'ai jamais vu parler en négatif, et je les admire énormément. Ils ont un impact très grand par ce qu'ils disent, une sorte d'aura, et ils sont très appréciés. ...... Et je ne les vois jamais participer sur des échanges à tendance plus négative, où on dénonce, s'indigne, vitupère, critique, et fait la valse des joutes argumentaires.

donc, par rapport aux discours négatifs que le gens tiennent en réponse à un discours enthousiaste que j'ai tenu, je ne sais jamais quelle attitude adopter.

j'ignore si je dois pointer le côté négatif et pessimiste du discours (surtout si c'est fréquent chez la personne???) ou si je dois essayer d'expliquer les raisons de mon enthousiasme (sachant que l'autre peut juste essayer de casser mon enthousiasme et que je risque de me fatiguer à développer un discours qu'on n'entendras pas)... ou si je dois me taire...

que faites vous dans ces cas là?

Je pense qu'il faut sentir à quel point la personne est ouverte à ce moment là. Parfois nous sommes à ruminer du négatif, mais une petite porte vers le positif nous fait changer de registre illico. Parfois, à l'inverse, quoiqu'il arrive, nous ne sommes capables que de rester dans le fond du trou avec notre négatif. Et puis, il se peut aussi qu'on fonctionne en négatif pour un domaine qui nous est cher et où nous souffrons, et que nous puissions fonctionner en positif dans les autres domaines (en sachant aussi que un domaine peut influencer les autres, délaver, en quelque sorte).

Pour avoir vécu une période ou je fonctionnais très très très négativement (je change beaucoup mais n'en suis pas encore tout à fait sortie), je peux parler de mes réactions quand je rencontrais des gens qui parlaient positivement : je ne pouvais en général pas les entendre. Plus ils insistaient dans le positif, plus je poussais dans le négatif, et de la sorte, ils provoquaient l'inverse de ce qu'ils souhaitaient (et moi aussi). En me parlant des arguments qui tentaient de détruire mes opinions, on me confortait de plus belle dans ces opinions. Donc, dans ce cas, le mieux était de se taire, et je pense que les gens les plus positifs laissaient tout simplement tomber (je pouvais alors me plaindre que les gens ne s'intéressaient pas à moi ou à mes préoccupations, ou qu'ils ne comprenaient pas, etc). De la sorte, je n'étais amenée qu'à parler avec des gens qui fonctionnaient comme moi. Alors soit on s'opposait l'un à l'autre en se stimulant chacun dans notre façon négative de voir les choses (chacun sa propre boue), soit on se réconfortait de notre négatif en commun, pour mieux se déclarer victimes, indignés, pour mieux dénigrer et dénoncer les coupables etc. Avec les premiers il y avait une sorte de mépris, ou de colère, avec les seconds, une amitié fragile possible. Seulement, on ne bâtit pas du solide sur le négatif, donc ça n'allait jamais bien loin.

le "désencombrement" dans ce cas, ce serait probablement de se taire, enfin je veux dire, de ne pas chercher à convaincre l'autre... mais je trouve ça triste en fait de renoncer à parler avec les autres des choses qui comptent vraiment...

Je pense que ce n'est pas triste, c'est tout simplement une réalité. Nous ne sommes pas tous prêts en même temps à aller vers des solutions, à évoluer, etc. Si quelqu'un se montre sourd à un argument, il n'est pas utile d'insister. Le jour où il sera prêt à l'entendre, cet argument recroisera sa route, ou il s'en rappellera. Nous ne sommes pas responsables pour cela. Nous ne sommes que responsables de notre propre chemin, et si nous avons l'occasion de le transmettre à des gens qui sont demandeurs, c'est parfait, mais faire le forcing pour y arriver me semble vain.

Bon, tout ça c'est assez théorique. Je pense avoir compris cela en tout cas, surtout via mon expérience et non pas via les bouquins ou des discours extérieurs à moi, mais entre comprendre et pratiquer, ya encore beaucoup de chemin à parcourir ;)

.....Me vient une idée que j'ai apprise en communication non violente, c'est le fait que quand quelqu'un est dans un discours négatif, et qu'on ne veut ni se taire, ni s'en aller, il y a moyen de se parler sans rien chercher à lui transmettre, mais en étant dans une attitude d'écoute active. On va alors poser des questions et reformuler les réponses pour montrer qu'on comprend afin de voir d'où vient ce négatif. Et parfois cela permet de mettre en évidence que la frustration à la base d'une attitude négative, n'est pas liée à proprement parler à l'opinion négative, mais à quelque chose de personnel. Et une fois que cela est pointé du doigt, l'attitude négative peut parfois tourner vers autre chose. Une prise de conscience est en tout cas possible. Mais cela exige déjà un savoir, une expérience. Et à nouveau : celui qui fait de l'écoute active ne doit pas alors agir dans l'intention de changer l'opinion de l'autre et de le convaincre, mais de réellement comprendre ce qu'il a à dire. Il faut donc être parfois capable de faire taire nos arguments et nos beaux discours pour être capable d'entendre vraiment l'autre. Mais bon, encore une fois, c'est tout un chemin pour être capable d'en arriver là. Et je pense qu'il faut être libre dans sa tête : avoir pas mal désencombré et rangé au fond de soi ;)

Et puis une telle attitude ne peut être choisie que si l'on fait preuve de générosité, je pense qu'il y a certains choix de vie là derrière (ou alors on le fait parce qu'on est psy et qu'on est payé pour ;) )

Share this post


Link to post
Share on other sites

coucou calispera!

merci pour ta longue réponse. c'est vrai que je ne peux pas m'empêcher de vouloir remonter le moral aux gens, alors ton message m'en remet une couche sur le thème "ne pas essayer de sauver le monde" lol. et donc: laisser dire aux gens des choses négatives qui les rendent malheureux...

évidemment ta perspective "communication non violente" est intéressante mais concrètement je vois mal comment m'y prendre car quand les gens sont dans une tonalité négative par rapport à un truc, souvent ils n'ont pas envie d'approfondir et ne sont pas prêts à se demander pourquoi.

je ne veux pas faire de hors sujet, mais je me demande en écrivant ça si c'est vraiment toujours dans notre intérêt de positiver à tout va... bref!!! :-)))

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les discours négatifs ne me fatiguent pas tant que les discours vides. Je peux avoir de la compassion pour quelqu'un de découragé, ou même pour quelqu'un de constamment "piquant", mais rien ne m'énerve plus que des "les autres profitent alors moi aussi", "j'ai vu ça à la TV donc c'est vrai" ou alors passer une soirée entière avec des gens qui ne parlent que de viande, de vin et de voitures... Le désencombrement m'a peut-être rendue un peu intransigeante. Plus j'essaye de me conformer à mes idéaux, plus je comprends l'importance d'une grande discipline personnelle, une hygiène de vie si on veut. Cela va de ne pas jeter de la nourriture à une morale sexuelle proche de la morale chrétienne. Bien entendu, j'essaye de ne pas juger les gens, de ne pas en tous cas me montrer négative, d'autant plus que je ne connais parfois pas leur vie, mais c'est un effort personnel que de ne pas reporter sur les autres les exigences que j'ai pour moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Muguet et Elbereth,

c'est vrai que je ne peux pas m'empêcher de vouloir remonter le moral aux gens, alors ton message m'en remet une couche sur le thème "ne pas essayer de sauver le monde" lol. et donc: laisser dire aux gens des choses négatives qui les rendent malheureux...

Je pense que déjà là il y a un indice. Parler de choses négatives ne rend pas forcément malheureux. C'est les vivre qui peut rendre malheureux, et en parler peut soulager. Je pense donc qu'à l'inverse, c'est parfois utile de pouvoir déposer certaines choses négatives hors de soi, tant que ce n'est pas destructeur (dans le sens qu'on n'utilise pas les autres pour des poubelles de notre poison). Quand les gens sont dans des pensées négatives et qu'ils en parlent, si on peut les écouter, ils vont se sentir reconnus dans la problématique dont ils parlent, et déjà cela peut parfois alléger leur peine, leur colère, ou leur peur. A l'inverse, s'ils parlent de choses négatives, et que nous répondons en tentant de les ramener vers des idées plus positives, nous nions en quelques sorte leur état d'âme, et ils ne vont pas se sentir reconnus. Ils vont soit alors garder leur problème pour eux, soit insister de plus belle pour nous ressasser le problème dans la conversation. Les écouter de manière active ne veut pas dire pour autant les encourager à rester là-dedans. Au contraire, ça peut parfois (pas toujours) les aider à passer à autre chose, car ils se sentent entendus, et n'ont tout simplement rien besoin de plus.

évidemment ta perspective "communication non violente" est intéressante mais concrètement je vois mal comment m'y prendre car quand les gens sont dans une tonalité négative par rapport à un truc, souvent ils n'ont pas envie d'approfondir et ne sont pas prêts à se demander pourquoi.

L'écoute active ne va jamais tenter de forcer à approfondir, juste elle en donne l'occasion. Comme il s'agit d'écoute et non de conseil ou de discours, c'est la personne qui fera ce qui lui convient. Mais déjà le fait d'être écoutée, et bien écoutée, peut amener à ce qu'elle prenne conscience de quelque chose, qu'elle parvienne à regarder son problème avec plus de distance, ou parfois même à trouver une solution.

je ne veux pas faire de hors sujet, mais je me demande en écrivant ça si c'est vraiment toujours dans notre intérêt de positiver à tout va... bref!!! :-)))

Il ne me parait pas utile de positiver pour l'autre, il est important de positiver pour soi-même, et de ne pas entrer dans le jeu négatif de l'autre.

Les discours négatifs ne me fatiguent pas tant que les discours vides. Je peux avoir de la compassion pour quelqu'un de découragé, ou même pour quelqu'un de constamment "piquant", mais rien ne m'énerve plus que des "les autres profitent alors moi aussi", "j'ai vu ça à la TV donc c'est vrai" ou alors passer une soirée entière avec des gens qui ne parlent que de viande, de vin et de voitures... Le désencombrement m'a peut-être rendue un peu intransigeante. Plus j'essaye de me conformer à mes idéaux, plus je comprends l'importance d'une grande discipline personnelle, une hygiène de vie si on veut. Cela va de ne pas jeter de la nourriture à une morale sexuelle proche de la morale chrétienne. Bien entendu, j'essaye de ne pas juger les gens, de ne pas en tous cas me montrer négative, d'autant plus que je ne connais parfois pas leur vie, mais c'est un effort personnel que de ne pas reporter sur les autres les exigences que j'ai pour moi.

Moi ces discours là me déplaisent énormément, mais ne me piègent pas. Juste, j'ai envie de me trouver ailleurs. Alors qu'avec les discours négatifs, je peux me sentir piégée, comme vampirisée, si je rentre dans le jeu de la personne. Elles peuvent donc me pomper de l'énergie de la sorte.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now