nouloulett

Vaccins

156 posts in this topic

Faire suivre vite et bien

avec vous

lou

________________________________

jj crevecoeur étant actuellement censuré par son serveur il nous demnde de vous transmettre son courriel n°7 :

Citation:

LES GOUVERNE-MENTEURS NOUS DÉCLARENT LA GUERRE

Madame, Monsieur,

Chers amis,

J’ai très peu de temps pour vous écrire.

C’est important que vous receviez cette information le plus rapidement possible. Et que vous la répandiez (car, il ne faudra pas compter sur les journalistes prostitués et muselés pour informer les populations de ce qui suit).

Les Etats-Unis viennent de décréter l’état d’urgence sanitaire, ce samedi midi (heure de Montréal). Pour beaucoup, ça semblera très banal comme information.

Mais pour ceux capables de lire entre les lignes, cette déclaration d’Obama est une déclaration de guerre contre l’humanité. Dans quelques jours, je ne serais pas étonné que d’autres pays suivent l’exemple des USA, ou que, tout simplement, l’Organisation du Mensonge Systématique (OMS) donne le coup d’envoi d’un état d’urgence sanitaire mondial.

Le 10 septembre 2009, j’avais envoyé un courriel à tous mes contacts. Ce courriel contenait deux parties. Dans la première partie, je posais 26 questions troublantes à propos de cette soi-disant pandémie de grippe porcine. Cette partie a été publiée sur des dizaines de blogs et de sites Internet, envoyée à des centaines de milliers de personnes et traduite dans près de dix langues. Dans la deuxième partie, je proposais un scénario possible de ce qui allait se dérouler. Peu de gens l’ont transmis et beaucoup m’ont critiqué (j’ai même perdu beaucoup d’amis et de connaissances à cause de ce passage). On me reprochait d’être un prophète d’une prétendue apocalypse annoncée, de bonimenteur de rue prêchant la fin du monde. C’est même la raison pour laquelle, dans un premier temps, je n’ai pas reproduit ce passage sur mon site Internet.

À cette époque, je vous expliquais comment créer une pandémie de toutes pièces.

Pourtant, je ne suis pas voyant. Je n’ai pas de boule de cristal. Et je ne suis pas complice des crapules qui siègent à l’OMS, à la tête des compagnies pharmaceutiques, à la tête des ministères de la Maladie et à la tête des médias. J’ai simplement essayé de me mettre à leur place, et je me suis demandé comment je ferais pour exterminer une bonne partie de la population des pays dits développés.

Petit retour en arrière : voici mon texte écrit la nuit du 9 au 10 septembre dernier (dont on pouvait dire, à l’époque que c’était un délire paranoïaque) :

Il y a, par contre, une question que je vais poser ici et à laquelle je vais répondre, car beaucoup de mes interlocuteurs ne comprennent pas cela. La question est : comment un virus aussi bénin va-t-il s’y prendre pour tuer des millions de personnes ? Ça, c’est la question à un million de dollars !!!

Eh bien c’est l’histoire des pandémies du passé qui nous apporte la réponse. La recette est simple (en douze étapes, déjà expérimentées pendant le XXe siècle, avec des succès divers) :

1. on annonce qu’un foyer d’une nouvelle grippe vient d’apparaître au Mexique et que c’est très grave, car c’est un virus animal qui s’est transmis à l’homme !

2. on annonce ensuite 250 morts en une semaine, pour rectifier ensuite le décompte à 8 morts. Mais tout le monde a retenu qu’il y avait eu beaucoup de morts dès le début (ça ne vous rappelle rien, ça : le 11 septembre, on nous a annoncé à la télévision 40 à 50.000 morts dans les Twin Towers – ce qui a justifié la croisade contre l’axe du Mal – puis, on a révisé le nombre de morts à 2.974) ;

3. on annonce à grand renfort de publicité quotidienne que ce terrible virus se propage à une vitesse incroyable sur toute la planète (alors que par ailleurs, aucun laboratoire du monde ne dispose de la souche du virus pour confirmer que c’est bien ce virus qui est en cause, et pas le virus ordinaire – on reconnaît par ailleurs que la grippe porcine ne présente aucun symptôme spécifique par rapport à ceux de la grippe ordinaire – alors, comment font-ils pour compter le nombre de cas ???) ;

4. devant le peu de virulence dudit virus, on nous annonce que ce gentil virus (finalement) va muter et va devenir TRÈS méchant, et que l’on sait qu’il va muter à une date précise (celle de la sortie des vaccins, quelle coïncidence quand même !) ;

5. pendant tout ce temps, on prépare des produits en laboratoire dont on dit qu’ils sont des vaccins, et dans lesquels on mélange deux souches de la grippe porcine, deux souches de la grippe aviaire et une souche de la grippe humaine (cocktail tout à fait explosif, lorsqu’il sera injecté dans le corps !). De plus, on rajoute (en plus grande quantité que d’habitude) des adjuvants (formaldéhyde, aluminium et squalène) et des conservateurs (thimérosal, composé à base de mercure), reconnus pour leur grande toxicité ;

6. peu avant la sortie des soi-disant vaccins (qui sont en réalité, ici, des armes bactériologiques), les médias se déchaînent pour nous annoncer qu’il y a une recrudescence de cas de grippe. Même si les médecins ne prennent plus la peine de vérifier s’il s’agit bien du même virus, le peuple est tellement hypnotisé qu’il ne réfléchit plus. Il est persuadé que la mutation annoncée est en train de se réaliser ;

7. on annonce aussi que tous les vaccins ne seront pas disponibles immédiatement et qu’il y aura des chanceux qui pourront en bénéficier tout de suite, et d’autres devront attendre jusqu’à quatre mois pour enfin recevoir le vaccin salvateur !

8. dès la sortie des premières armes bactériologiques déguisées en vaccins, le bon peuple apeuré court se faire vacciner volontairement, dans les centres spécialement préparés à cet effet (et encadrés par des militaires). Ici au Canada, les gens s’inscrivent sur des listes d’attente pour être certains d’être parmi les premiers vaccinés !

9. dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels. Dans le même temps, les adjuvants auront mis par terre le système immunitaire. La Tamiflu sera utilisé pour provoquer une surinfection (cas déjà observés dans plusieurs pays) entraînant immédiatement la mort de la personne. Conséquence : il y aura des milliers de morts parmi les premières populations vaccinées ;

10. on nous dira alors que, malheureusement, ce qu’on craignait est arrivé : le virus a muté sous une forme mortelle. On attribuera la cause des décès au virus, et pas au gentil vaccin censé nous protéger ! Une panique s’emparera de la population, qui réclamera qu’on les vaccine d’urgence ;

11. vu la gravité de la situation sanitaire, vu les troubles engendrés, d’une part par ceux qui réclameront avec force leur vaccin, d’autre part par ceux qui accuseront les autorités sanitaires de génocidaires, l’état d’urgence sera déclaré dans tout le pays et le plan de vaccination obligatoire sera mis en place ;

12. ceux qui refuseront de se faire vacciner devront se cacher ou disparaître pendant un temps suffisamment long, à moins qu’on ne les fasse disparaître dans des camps de concentration prévus à cet effet.

Ça, c’est ce que j’avais écrit le 10 septembre 2009. À cette époque, nous en étions à l’étape n° 5.

Ceux qui ont gardé un peu de lucidité auront compris pourquoi les médias se sont déchaînés depuis le 15 octobre, en nous annonçant que la deuxième vague de grippe A (H1N1) (étape n° 6) allait se déchaîner. Juste au moment où les vaccins sont enfin prêts ! Quelle coïncidence, quand même. Quand on pense que le virus aurait pu muter dans l’hémisphère sud pendant tout l’hiver, il ne s’est rien passé !!! C’est quand même extraordinaire, non. Voir, par exemple : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/grippe-a-h1n1/200910/21/01-913719-la-deuxieme-vague-de-la-pandemie-arrive-plus-tot-que-prevu.php ou encore : http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/200910/22/01-913752-debut-de-la-deuxieme-vague.php ou encore : http://www.pandemiedegrippe.com/2009/09/24/la-deuxieme-vague-de-grippe-a-h1n1-est-commencee-en-france/ .

Ces derniers jours, on nous a annoncé qu’il y aurait moins de vaccins que prévu (étape n° 7), histoire d’augmenter encore la panique générale. Voir par exemple : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/21/01011-20091021FILWWW00740-h1n1-penurie-de-vaccins-aux-etats-unis.php ou encore : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/09/18/003-oms-grippe.shtml

Aux Etats-Unis, par contre, ils ont déjà commencé à vacciner les gens, depuis le 6 octobre (étape n° Cool.

Mais les gens n’ont pas été vaccinés avec les vaccins injectables préparés contre le H1N1 (ils n’étaient pas prêts), mais ils ont été vaccinés avec un vaccin dont PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE, n’a parlé pendant les cinq mois et demi de propagande de peur. Ce vaccin, j’ai découvert son existence le mardi 6 octobre 2009, après ma conférence donnée à Québec. Il s’agit d’un vaccin intranasal, appelé FluMist (littéralement brouillard de grippe). Lorsque j’ai entendu l’interview du docteur Rima Laibow (

), lorsque j’ai lu plusieurs de ses articles relatifs au FluMist ( http://www.healthfreedomusa.org/docs/TamiFlu.pdf ), mon sang s’est glacé d’effroi. Pourquoi ? Pour quatre raisons :

* Premièrement, le FluMist contient deux séquences d’ADN génétiquement modifiées du virus de la grippe H5N1 (le virus de la grippe aviaire). Ce sont les deux séquences qui manquent actuellement pour transformer le virus naturel H5N1 en un virus pandémique extrêmement mortel ;

* Deuxièmement, le FluMist contient le virus vivant, et non atténué, contrairement aux autres vaccins, ce qui le rend évidemment beaucoup plus dangereux. Je rappelle que le vaccin oral Sabin contre la polio contenait, à l’époque, un virus vivant. Lors de campagnes massives de vaccination faites par l’OMS partout dans le monde, ce vaccin a été reconnu responsable de la recrudescence spectaculaire des cas de polio, ce qui a obligé l’OMS de stopper ses campagnes ;

* Troisièmement, les fabricants du FluMist (MedImmune) avertissent dans la notice du vaccin ( http://www.medimmune.com/pdf/products/flumist_pi.pdf ) que la personne qui vient de recevoir ce vaccin est potentiellement contagieuse pendant 21 jours. Car les virus vivants vaporisés dans les muqueuses nasales peuvent être réexpulsés pendant trois semaines. MedImmune recommande donc aux personnes vaccinées de se tenir à l’écart de toutes les personnes immunodéprimées. Ils ajoutent d’ailleurs dans la même notice que ce virus peut être très dangereux pour les personnes immunodéprimées recevant le vaccin. Quand on sait qu’aux Etats-Unis, on compte 65 millions de personnes immunodéprimées, quand on sait que les vaccinations de masse ne prévoient plus les procédures de diagnostic médical avant la vaccination, on imagine le carnage que ça peut faire chez les vaccinés immunodéprimés et dans l’entourage des vaccinés au FluMIst ;

* Quatrièmement, je me suis souvenu d’un article que j’avais lu en mai 2009, écrit par un des grands opposants français à cette campagne de vaccination de masse, le Docteur Marc Vercoutere ( http://www.lepost.fr/article/2009/09/04/1681457_dossier-grippe-a-les-3-documents-emis-par-le-docteur-marc-vercoutere.html ). Ce qu’il disait avait retenu toute mon attention : Le virus H1N1 (humain-porcin) est très contagieux, mais très peu virulent (ça, on l’a constaté). Le virus H5N1 (aviaire) est très peu contagieux, mais très virulent (ça aussi, on l’a constaté, puisque seulement 248 personnes sont mortes entre 1998 et 2008 de la soi-disant pandémie de grippe aviaire). Par contre, si le virus H1N1 entrait en contact avec le virus H5N1, il pourrait se produire une commutation qui créerait un virus résultant de la combinaison H1N1 + H5N1 qui serait à la fois très contagieux et très virulent.

Ce dernier point, la combinaison des différentes souches, je l’avais mentionné à l’étape n° 9. Sauf que je m’étais trompé sur la méthode. Je pensais que ce mélange serait fait au sein des vaccins officiellement préparés. En fait, le FluMist était un moyen bien plus pratique pour contaminer non seulement les vaccinés, mais aussi l’entourage des vaccinés. Pas étonnant que les Etats-Unis n’ont commandé que 40 millions de doses. Amplement suffisant pour contaminer également l’entourage porteur du virus H1N1.

Aux Etats-Unis, on observe depuis quelques jours, une augmentation du nombre de morts de la grippe, que les autorités attribuent, évidemment, à la mutation du virus H1N1 sous une forme beaucoup plus dangereuse et mortelle que la souche qui a circulé jusqu’à présent (étape n° 10). Évidemment, personne ne pensera à attribuer la cause de la mortalité à la vaccination. Bien sûr que non. De toute façon, le peuple hypnotisé par six mois de propagande médiatique ne réfléchit plus. Pour eux, c’est trop tard, et personne ne pourra rien faire.

C’est là que la logique voudrait qu’on arrête de vacciner, même quand on croit à l’efficacité du vaccin. Car si le virus mute, le vaccin préparé depuis fin mai 2009, ne sera plus d’aucune utilité. Mais ça, c’est un détail qui ne dérangera même pas les experts prostitués du Monde entier à la solde des consortiums pharmaceutiques.

C’est la raison pour laquelle il a été très facile pour le très méritant prix Nobel de la Paix, Barak Hussein Obama (c’est son vrai nom), de décréter l’état d’urgence sanitaire (étape n° 11), qui est l’étape préalable à l’instauration d’un état totalitaire et dictatorial. Je rappelle quand même que la FEMA (Federal Emergency Management Agency) aura la gestion de toute cette campagne de vaccination massive que j’annonce comme obligatoire depuis fin août. Quand on sait, par ailleurs, que c’est à la FEMA qu’on a confié la gestion des 800 camps de concentration vides disséminés sur tout le territoire des Etats-Unis, ça donne des frissons. Mais on n’en est pas encore là, mes amis. Ça, c’est l’étape n° 12 que je vous prédisais le 10 septembre dernier.

Dans les autres pays :

À noter que la France sera, d’après moi, le premier pays européen à déclarer l’état d’urgence sanitaire. En effet, son Führer Nicola SS arkozy ne voudrait quand même pas être à la traîne de son modèle américain, le dictateur Obama. Comme le FluMist n’est pas autorisé en Europe, la stratégie est différente, mais le principe est le même. Il faut savoir qu’un premier lot de vaccins a été livré à la France le 27 août dernier, en provenance de l’entreprise pharmaceutique la plus criminelle du monde : Baxter (je vous rappelle que c’est Baxter qui avait contaminé 72 kg de matériel vaccinal en février 2009, en mélangeant « par accident » le virus de la grippe H3N2 à celui de la grippe H5N1 – je ne recommence pas mon explication sur les commutations. C’est la même chose que ci-dessus). Ces vaccins livrés fin août à la France sont très certainement des vaccins contenant le virus de la grippe aviaire H5N1, issus de ce qui avait été produit antérieurement par Baxter en préparation de la pandémie de grippe aviaire (il faut bien recycler les invendus, non ?). D’ailleurs, il est impossible que ce soit des vaccins contenant le H1N1 – les délais de fabrication étant trop courts, par rapport à la date de livraison de la souche Californienne qui a servi à la production des vaccins. Ces vaccins ont été gardés sous haute surveillance militaire à Miramas, en Provence (Sud de la France). Et ce sont eux qui sortent les premiers...

* Mon hypothèse intuitive (jusqu’à présent, toutes les intuitions que j’ai depuis mai 2009 se sont avérées exactes, mais je peux me tromper) : les premières personnes vaccinées en France le seront avec le vaccin contre le H5N1 (mais, on ne leur dira pas). Les vaccinés qui seront déjà porteurs du H1N1 risquent de vivre une commutation entre le H5N1 vaccinal et le H1N1 présent dans le corps et faire des complications, et en mourir probablement.

* Autre hypothèse intuitive : comme la France est à peu près le seul pays qui exige une traçabilité absolue de la vaccination ( http://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-vaccination-anti-h1n1-tous-demasques-!_2031.htm et http://mondesante.com/pandemies/grippe-a/base-de-donnees-gestion-et-%20suivi-des-vaccinations-contre-la-grippe-a-254.html ) (où l’on notera soigneusement le numéro du lot dispensé à une personne), j’imagine qu’il se pourrait que la deuxième injection se fasse avec un vaccin contenant, lui, le virus H1N1. Histoire d’être sûr de provoquer la fameuse commutation tant attendue H5N1 + H1N1. On retrouve, dans les deux cas, l’étape n° 9.

Donc, attendez-vous, chers amis Français, que la France décrète, elle aussi l’état d’urgence sanitaire dans quelques jours, car c’est dans ce pays que la deuxième vague va frapper dur ! Entraînant, à sa suite, la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans tous les pays européens. Et que mes amis belges ne se croient pas protégés par l’amendement obtenu il y a quinze jours, garantissant la liberté de vaccination ! Si l’OMS déclare l’obligation, pour tous les pays signataires de sa charte, de procéder à des vaccinations de masse, le gouvernement belge et Madame Onkelinx auront beau jeu de déclarer que ce n’est plus sous leur contrôle...

Concernant le Québec, sachez que je suis extrêmement inquiet de la tournure des événements. Nous assistons à une monopolisation des médias par les irresponsables de Maladie Publique et à un durcissement du ton de la part de plusieurs ministres de la Maladie. Quand j’entends que les infirmiers et infirmières refusant la vaccination sont menacés d’être mis à pied sans compensation salariale, quand j’entends le Ministre Bolduc interdire les médecins de donner leur avis à leurs patients en matière de vaccination sous peine de sanction (suspension ou radiation de l’ordre des médecins), quand j’entends le même Ministre menacer d’instaurer l’état d’urgence sanitaire (en faisant appel à la loi votée en décembre 2001), quand j’entends que les Etats-Unis viennent de décréter l’état d’urgence, et vu notre proximité géographique, je suis certain que la vaccination sera obligatoire au Québec avant la fin de l’année 2009. De toute façon, la ministre fédérale de la Maladie, Leona Aglukkaq a déclaré, à deux jours d’intervalle que la vaccination ne serait pas obligatoire, d’une part, et que son objectif était de vacciner 100 % de la population !

Autres armes utilisées contre nous :

Dans les propos que je vous ai tenus, j’ai omis de vous parler de deux facteurs potentiellement favorables à l’hécatombe.

Je n’ai pas le temps de les développer.

Le premier, je l’avais déjà mentionné dans un de mes précédents courriels (d’ailleurs, vous pouvez les relire tous sur mon site Internet, dans la section articles) : c’est le rôle néfaste et mortel du Tamiflu. En effet, j’avais remarqué que la plupart des personnes jeunes et en bonne santé qui mourraient de Détresse Respiratoire Aiguë ou de surinfection bactérienne pulmonaire avaient pratiquement toutes été traitées au Tamiflu, dans les heures précédant leur décès. Voir, entre autres (mais j’en ai des dizaines) : http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=126123 . Ce qui m’avait fait dire, d’ailleurs : « Lorsqu’on vous parlera de quelqu’un mort de la grippe, vérifiez s’il a été vacciné juste avant ou s’il a reçu du Tamiflu. Depuis que cette information s’est répandue, la presse ne mentionne plus cette information lorsqu’elle relate la mort d’une personne en bonne condition (sauf la grippe).

Le deuxième, c’est qu’il y a eu, depuis mars 2009, une très grande intensification de Chemtrails dans le ciel, aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord (je n’ai pas d’informations pour les autres continents). Une référence, parmi des milliers d’autres : http://www.chemtrails-france.com/ . Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de traînées répandues dans le ciel par des avions volant à haute altitude, qui imitent les traînées de condensation que font les avions de ligne. Vous savez, ces traînées blanches qu’on voit à l’arrière des avions. Les vraies traînées demeurent dans le ciel maximum une minute, car ce n’est que de l’eau et les gouttelettes se dispersent rapidement (quand j’étais petit, j’avais du plaisir à observer cela). Les Chemtrails (littéralement, traînées chimiques) sont disséminés dans le ciel par une série d’avions volant dans deux directions perpendiculaires, créant ainsi un quadrillage. À la différence des traînées de condensation, non seulement ces traînées ne disparaissent pas en une minute, mais au contraire, elles grossissent et finissent par se rejoindre, plombant le ciel bleu d’une lourde chape de nuages gris en quelques heures. Un biochimiste britannique participant à ces opérations a révélé, l’été dernier, que ces traînées chimiques contenaient des aérosols précurseurs à base de Baryum radioactif, qui réagiront une fois en contact avec les composants du vaccin, pour provoquer une propagation rapide du virus H1N1 (voir la page 4 du document http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/2026651703.pdf ). Virus qui, bien entendu, retombent sur nos têtes régulièrement... Vous ne me croyez pas ? La prochaine fois que le ciel est dégagé, jetez un oeil dehors. Si vous trouvez des traînées persistantes, sachez qu’elles sont chimiques !

Concrètement, que faire ?

* Tout d’abord, ne pas paniquer. Quand vous entendrez que le nombre de morts augmente, vérifiez (une fois de plus) si c’est parmi les vaccinés. Si c’est le cas, vous saurez la position à prendre par rapport à ce vaccin.

* Rappelez-vous aussi qu’en aucun cas, un vaccin ne renforce le système immunitaire. Au contraire, chaque vaccination est une agression qui affaiblit un peu plus le système immunitaire (je n’ai pas le temps de développer cela, mais ce que je vous dis est basé sur 25 ans de lectures relatives à la vaccination). Donc, quand on conseille aux personnes à risque de se faire vacciner en premier (les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées, les personnes atteintes de maladie chronique, etc.), je crains qu’il ne s’agisse d’un remake du massacre des innocents relaté dans la Bible !

* Protégez vos enfants. Je vous avertis que, dans quelques jours, des unités mobiles débarqueront dans les écoles pour vacciner tous vos enfants. Rien ne garantit que le consentement des parents sera demandé (étant donné la soi-disant urgence). Certaines sources avancent la date du 5 novembre pour la France. À votre place, je donnerais, dès à présent, un congé à durée illimitée à mes enfants. Rater une année scolaire n’est rien face au danger mortel de cette campagne de vaccination.

* En aucun cas, ne suivez les consignes qui vous seront données. Ne vous présentez pas aux centres de vaccination. De toute façon, ils n’ont pas assez de place dans les prisons pour mettre deux-tiers de la population. C’est la loi du nombre qui vous protègera, et aussi, votre détermination à ne pas céder à la panique ou à l’intimidation (je sais de quoi je parle, moi qui suis attaqué par les médias, les responsables politiques, les citoyens, sans compter les attaques que je reçois au niveau occulte contre moi (magie noire, rituel vaudou, etc.).

* Prenez soin de votre système immunitaire par des moyens naturels. Et les moyens les plus naturels sont encore l’amour, le rire, le mouvement, l’alimentation saine, le repos. Vous pouvez aussi, pourquoi pas, vous aider avec de la vitamine C. Prévoyez aussi du chlorure de magnésium, excellent en cas de début de grippe ( http://www.onnouscachetout.com/le-chlorure-de-magnesium ). Et les lavements du docteur Gerson sont redoutables d’efficacité pour drainer le foie et les canaux biliaires (voir http://artdevivresain.over-blog.com/article-21645622.html ).

* Continuez à diffuser de manière large ces informations. Plus il y aura de gens au courant, moins les gouvernements auront de marge de manoeuvre dans leurs mensonges. Nous sommes en train de gagner la bataille de l’information, ne l’oubliez pas ! En France, il n’y a plus que 17 % des Français qui acceptent la vaccination. En Allemagne, il n’y en a pas beaucoup plus !

* Enfin, n’oubliez pas que tout cela est une merveilleuse opportunité pour nous de grandir en conscience et en Puissance, dans notre souveraineté individuelle ! L’ombre a toujours travaillé au service de la lumière. Ne l’oubliez pas.

Alors, bonne campagne de désobéissance à tous et à toutes !

Restons debout et conscients !

Jean-Jacques Crèvecoeur

Montréal (Québec)

PS : Voici les liens pour trois de mes interventions dans les médias au Québec. Pour ceux qui ont de la difficulté à me comprendre à la lecture.

* Sur LCN, avec Jean-Luc Mongrain, le 30 septembre 2009 : http://videos.lcn.canoe.ca/video/42812260001/mongrain-partie-iii/

* Sur Radio-Canada, avec Paul Arcand, le 21 octobre 2009 : http://www.985fm.ca/chmp/audio/audioplayer.php?url=http://mediacorus.corusquebec.com/webcorus/audio/content_Audio/242861.mp3

* Sur LCN, avec Denis Lévesque, le 23 octobre 2009 : http://videos.lcn.canoe.ca/video/46106057001/emission-du-23-octobre/

Share this post


Link to post
Share on other sites

copié de http://www.votresante.org/poster.php

Clair, net et précis !

Bonne lecture et prenez soin

loulie la dragonne

________________________________

Les vaccins agissent comme des OGM

Les vaccins actuels, en particulier les vaccins recombinants, qui sont des chimères, agissent comme des OGM et représentent un danger nouveau pour l’humanité. En mariant de l’ADN animal à de l’ADN humain ou à de l’ADN végétal, puis en l’introduisant dans le corps, nous brisons les protections naturelles qui ont toujours empêché que les espèces ne se croisent et ne produisent des monstres ; la nature ne le tolère pas.

Dès que l’enfant paraît, de mauvaises fées se penchent sur son berceau pour inscrire au trèfonds de son cerveau la malédiction pasteurienne “Le microbe t’assaillira et malade tu seras.”

Pire, ces mauvaises fées poursuivent les parents et martèlent dans leur tête, déjà si troublée par la venue du bébé, des mots que l’écho répète à l’infini “Vaccination égal protection”. L’enfant grandit petit à petit et à chaque dent qui naît, à chaque pas chancelant réalisé, à chaque mot babillé, les mauvaises fées virevoltent pour rappeler, baguette levée, la règle qu’il ne faut pas enfreindre : “Vaccination ou sanction”.

Difficile dans ce contexte de garder la tête froide. Un petit être sans défense, plein de potentiel, porteur de tous les espoirs, dans lequel les parents ont mis tous leurs rêves, pourra‑t-il survivre sans vaccinations ? C’est alors que surgissent des visions d’horreurs où se mêlent dans un fondu enchaîné, les flashes de la télé, les oiseaux de mauvais augure qui font la pluie et le beau temps dans les médias, les paroles suaves des conseillers en affaires familiales, les invectives du médecin traitant, et tout s’embrouille, l’enfant pleure, saigne, se tord, vomit, devient blême. “Au secours, mon enfant est en danger”, s’écrit la maman affolée et toute bouleversée. Elle téléphone au docteur, qui aussitôt la rassure: “Passez demain à mon cabinet !” Ouf ! la maman se rassérène et se libère de ses angoisses en les confiant au papa qui vient de rentrer de son travail, la tête pleine de soucis. Tous deux s’accusent de négligence : “Il faut le vacciner tout de suite, parce que si jamais…”

Mais, les mauvaises fées ne disparaissent pas après le premier acte, elles reviennent : “Et les rappels !”, clament‑elles. Les parents consultent le calendrier vaccinal, fixé au frigo par un magnet. “Mon Dieu, on a laissé passer la date, va falloir tout recommencer!” L’angoisse resurgit et les visions d’horreurs se multiplient : le bisou de la cousine, le bac à sable du parc, la baignade avec les petits camarades, le genou écorché, la chute de vélo, tout peut devenir un drame. Alors, vite, on prend rendez‑vous chez monsieur X, le sauveur à la seringue.

Et ainsi de suite, tout au long de la vie, la peur nous conduit.

Mais elle nous conduit où ?

Elle nous conduit là où les autres veulent nous mener.

Un bon conseil, laissez la peur entre les mains de ceux qui la manipulent et redressez la tête. Les manipulateurs cesseront, alors, de l’utiliser.

La nature ne connaît pas d’inventions sans nécessité

Vous avez mis la peur au vestiaire et vous allez bien dormir. Maintenant, regardons les choses en face. Vous êtes une maman comblée et un papa comblé ; bébé profite, s’épanouit, vous sourit, découvre émerveillé ce qui l’entoure ; il dort comme un chat après la tétée ; le prodige d’une vie en devenir est sous vos yeux. Oui, c’est bien un prodige. Une si petite chose capable de continuer sa progression jusqu’à atteindre 1,80 mètre et 90 kilos simplement en mangeant et en respirant ! Quelle extraordinaire performance ! En plus, même si mamy a remarqué qu’il ressemblait beaucoup à papy, il est unique, car, comme l’a dit Tchekhov, qui aurait été un farouche opposant au clonage : “L’état normal d’un homme est d’être original.”

Reconnaissons que la nature seule, ou le “Grand Créateur”, ou bien “l’intelligence universelle”, donnez‑lui le nom que vous voudrez, a conçu une merveille. Croyez‑vous que ce “Grand Créateur” se serait dit tout à coup, à la fin du XVIIIè siècle : “Zut, j’ai oublié les vaccinations !” ? D’ailleurs, comme l’a dit très justement Léonard de Vinci : “La nature ne connaît pas d’inventions sans nécessité.”

Le bébé sait se protéger des agressions extérieures grâce tout d’abord à des défenses naturelles

Comment ce prodige est‑il possible ? Grâce à trois compères inséparables : le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Ils s’épaulent, communiquent entre eux et surveillent tout ce qui se passe dans le corps. Systèmes d’alerte, de contrôle, d’échanges. Eh bien, parlons‑en.

• Le système nerveux n’est pas complètement fonctionnel au début de la vie. Ce n’est que lorsqu’il est recouvert d’un tissu nourricier et protecteur (la myéline) qu’il devient opérationnel et que ses cellules et leurs multiples connexions peuvent fonctionner. Or la myéline ne recouvre l’ensemble des axes nerveux qu’à la fin de l’adolescence, après la puberté. Avant cela le système nerveux n’a qu’un rôle passif : comme une mémoire, il emmagasine toutes les expériences vécues et les émotions. Une fois solidifié, le système nerveux prend les commandes de l’organisme et contrôle tout grâce à la rapidité de son système d’information.

• Le système endocrinien (on dit aussi hormonal ou glandulaire) prépare l’action du système nerveux. Il gère tous les phénomènes généraux du corps et agit sur tous les organes en distribuant des hormones dans le sang. Il détermine, par conséquent, l’individu dans sa spécificité. Il est prépondérant dans l’enfance. A l’âge adulte, il est arrivé à maturité et sera performant pour aider le système nerveux à prendre les commandes de l’activité de l’individu. Ensuite, il va progressivement s’éteindre jusqu’à disparaître avec le grand âge.

• Le système immunitaire est immature à la naissance. Il va avoir son apogée puis fonctionner au meilleur de sa forme pour enfin décliner légèrement en fin de vie. Chez le nouveau‑né, il est peu élaboré mais essentiel. Il sera fortifié par l’allaitement maternel.

Le bébé sait se protéger des agressions extérieures grâce tout d’abord aux défenses naturelles que sont la peau (les agents infectieux ne peuvent la traverser), les muqueuses (plus fines que la peau et qui ont un rôle d’absorption), les sécrétions, notamment de la sphère respiratoire (qui constituent une barrière à la pénétration des germes ; on constate l’augmentation des mucosités lors d’un phénomène inflammatoire, rhume, rhino…), la motricité intestinale (qui est accélérée en présence de certaines toxines microbiennes pour limiter leur contact avec la paroi intestinale, les coliques et la diarrhée contribuent à l’élimination de ces toxines) et la flore bactérienne (constituée de germes qui sont des hôtes pacifiques et utiles à la vie de l’organisme, essentiels dans la sphère intestinale et gynécologique ; il faut savoir qu’il existe 100 000 milliards de germes pour 10 000 milliards de cellules dans un même organisme, soit 10 fois moins de cellules que de germes).

A la naissance, l’enfant n’a qu’une immunité naturelle

Au fur et à mesure qu’il est confronté à son environnement, il fait connaissance avec des éléments extérieurs pas toujours bien intentionnés. C’est alors qu’il construit progressivement un système de défense plus élaboré et plus personnel comportant une mémoire, c’est l’immunité spécifique.

Celle‑ci est associée à l’intervention d’une carte d’identité biologique individuelle appelée HLA (Human Leucocyte Antigen) sous la commande du code génétique. On comprend bien que c’est dans la confrontation nécessaire avec son environnement que s’élabore l’immunité spécifique et donc l’identité immunitaire de l’enfant, mais cela se fait grâce à l’intervention préalable de l’immunité naturelle. Le respect de cette hiérarchie naturelle est indispensable à la construction d’un “moi immunitaire” fort. Autrement dit, sans immunité naturelle, il ne pourrait pas élaborer une immunité spécifique. L’enfant n’est capable de distinguer le “soi” de ce qui est différent du “soi” (appelé aussi “non‑soi”) qu’à travers un apprentissage sous la protection de son immunité naturelle. Si l’on respecte cet apprentissage dans son déroulement normal, la qualité des acquisitions et l’efficacité du système immunitaire peuvent être garanties.

Le système immunitaire se perfectionne sans cesse au cours de la vie

Vous avez compris que votre enfant sait se défendre dès qu’il naît. Il faut voir maintenant les différentes étapes qui marquent la consolidation de ses défenses.

Les trois premières semaines de la vie sont une mise en marche de tous les éléments vitaux dont dispose le bébé. Il est protégé (normalement) par les anticorps que sa mère lui a transmis. Ces anticorps peuvent perdurer, dans son organisme, plusieurs semaines. On considère qu’il commence à fabriquer vraiment les siens vers l’âge de 6 semaines. Les liens entre la mère et l’enfant sont très forts durant cette période.

De six mois à 2 ans, à part les poussées dentaires bien désagréables, c’est une période de calme sur le plan infectieux. Les glandes surrénales confèrent robustesse et vigueur au bébé. Si des infections sévères se produisent, cela témoigne d’une faiblesse structurelle de l’organisme.

Entre 2 ans et 7 ans, c’est là un moment essentiel dans l’acquisition de l’identité.

En effet, l’enfant passe du stade de bébé indifférencié à celui de petit garçon ou petite fille, ceci sous l’effet de la glande thyroïdienne, glande de l’émotion et de la sensibilité.

L’enfant est extrêmement réactif et présente de fortes poussées de fièvre dues aux sécrétions thyroïdiennes qui activent les combustions dans tous les tissus. La fièvre est un mécanisme de nettoyage et d’élimination qu’il faut respecter. La fièvre tue les bactéries et elle nettoie, en les brûlant, les déchets qui menacent l’organisme d’encrassement. Elle accroît le débit des liquides physiologiques, en parti-culier dans le foie, organe essentiel de détoxification. Vous le savez bien, c’est la période des maladies infantiles qui rendent les enfants rouges, boutonneux, enflés fatigués et plaintifs.

Mais quand ils en ont triomphé, ils ont mûri, grandi, gagné en conscience. Il s’agit de maladies qui ne sont que des réactions de défense utiles, qui indiquent une immunité combattante, contrairement aux maladies de dégénérescence (cancer, sida, etc.) qui indiquent que le système immunitaire est inopérant.

On peut expliquer la permanence de ces “mues douloureuses”, qui marquent un passage obligé, par le fait que nous avons gardé en mémoire dans nos gènes toute l’histoire de l’humanité écrite au cours de millénaires. En quelques jours, resurgissent les soubresauts qu’ont connus nos lointains ancêtres et qui ont marqué l’espèce de façon indélébile. Les maladies infantiles sont une résurgence de ce passé et elles sont nécessaires à la maturation de notre “moi”.

De 7 ans à la puberté, le système immunitaire termine son installation.

Cette période est sous le contrôle de l’hypophyse, la glande qui produit les hormones de croissance. Parallèlement, le thymus, glande qui fabrique les cellules du système immunitaire (les lymphocytes T, T comme thymus) et qui a commencé à décroître dès l’âge de 2 ans, va se mettre en retrait après 6 ans, pour se retirer définitivement quand la glande génitale entre en activité et achève de préparer l’individu à son statut d’adulte.

L’identité immunitaire est alors considérée comme acquise. Quelle belle mécanique ! Immature à la naissance, le système immunitaire se perfectionne sans cesse au cours de la vie en synchronisation avec l’élaboration de la personnalité de l’individu. Et c’est grâce à ses capacités d’adaptation, pour toujours assurer l’identité de l’être, que notre espèce a pu survivre aux innombrables agents pathogènes et à leurs mutations.

Les événements de l’existence forgent le caractère, disaient nos grands‑pères, et ils avaient raison. Il faut se heurter à la réalité et faire fonctionner les capacités de lutte de notre système de défense. Autrement dit, il faut rencontrer les germes pour être plus fort.

Cela ne veut pas dire qu’il faut maintenir autour de soi des bouillons de culture microbienne et vivre dans la crasse, par exemple. L’hygiène est la règle d’or de la santé. Non, il faut tout simplement laisser œuvrer le système immunitaire et ne pas l’entraver ni le perturber. Il fera son office et combattra la maladie mieux que quiconque. Certes, il faudra parfois l’aider, si la charge pathogène est trop forte ou si les agressions extérieures se conjuguent (stress, fatigue, émotions…), mais avec sagesse et bon sens.

Dans ce tableau, pas de place pour la peur ni l’angoisse, génératrices de maladies. La confiance dans nos forces est notre assurance sur le chemin de la santé. “Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui”, dit un proverbe chinois. L’enfant doit vivre sa vie d’enfant, à son rythme, l’adolescent doit passer sa crise, pour que l’être humain devienne vraiment un adulte. Et ce n’est pas être “ringard” que de dire cela. Ne craignez pas les éventuels ricanements des mauvaises fées.

Pourquoi les hommes s’évertuent à dérégler une machine aussi performante que le corps humain ?

Que constate‑t‑on ?

Un paradoxe : la santé dans le monde tend à se dégrader, alors même que la connaissance et les techniques progressent. Il serait temps de se demander pourquoi. Pourquoi les autorités n’approuvent que des solutions qui mettent en danger l’être humain ? Pourquoi les hommes s’évertuent à dérégler une machine aussi performante que le corps humain ? “C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas”, se lamentait Victor Hugo.

Toutes les grandes épidémies du passé, dont les vaccinalistes agitent le spectre à tout bout de champ, sont nées dans un contexte de stress, de bouleversements écologiques et d’accumulation de miasmes. Seules les mesures d’isolement, de soins aux malades, et d’hygiène générale ainsi que l’amélioration des conditions de vie ont permis leur disparition. On peut y ajouter les remèdes issus d’une meilleure connaissance du fonctionnement du corps humain. En aucun cas, les vaccinations de masse n’ont eu raison de ces épidémies.

A ceux qui vous disent qu’on a éradiqué des tas de maladies grâce à la vaccination, demandez : “Lesquelles ?”. Aux mêmes qui disent qu’on sauve des vies en vaccinant, demandez : “Sauvées de quoi ?”. La mort n’est pas l’aboutissement d’une maladie infantile. Quant aux autres maladies contre lesquelles on vaccine, les moyens prophylactiques et curatifs existent et c’est sur ces moyens que doivent porter les efforts tant financiers qu’humains.

Qu’ont apporté les vaccinations au monde moderne ?

Globalement et en toute objectivité, le bilan est vraiment désastreux. Les “bienfaits” des vaccinations ? Les voici :

1. Les désordres immunitaires

Les vaccinations empêchent le système immunitaire de fonctionner normalement. Celui‑ci, surchargé, finit par faire n’importe quoi ne comprenant plus les messages qu’il reçoit. Il peut notamment fonctionner à l’envers et générer des maladies auto-immunes, maladies qui étaient extrêmement rares avant l’ère de la vaccination. Leur augmentation, aujourd’hui, est considérable. On substitue à notre système de défense des artifices et une pseudo-protection moins efficace et non durable (il faut faire des rappels). On oblige l’enfant à faire plusieurs maladies à la fois (avec les vaccins multiples) alors que naturellement le corps ne fait jamais plusieurs maladies en même temps.

2. Les maladies virales et les maladies chroniques

Les vaccinations nous aident à changer de maladie. Les vaccins à virus (variole, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite A et B, fièvre jaune, rage, varicelle, polio, grippe) nous ont entraînés vers l’émergence de maladies virales aujourd’hui innombrables alors qu’auparavant les maladies bactériennes prédominaient. Celles‑ci étaient plus spectaculaires (forte fièvre, éruption, etc.) mais on en sortait vainqueur la plupart du temps, à moins d’une vulnérabilité particulière. Les maladies virales sont très difficiles à soigner et prennent des formes sournoises difficiles à diagnostiquer. Elles accentuent la dégradation du terrain. Le plus grave, c’est l’installation dans les populations de maladies chroniques dégénératives de pronostic grave (sida, cancer…) à cause du pouvoir transformant des virus vaccinaux et de l’effondrement du système immunitaire.

3. Les maladies génétiques

Les virus vaccinaux, en pénétrant dans le génome des cellules, peuvent engendrer des altérations chromosomiques ou d’autres effets plus subtils qui peuvent être hérités par les générations suivantes. Selon la loi de l’entropie, plus on agit dans l’Ordre, plus on crée le Désordre. Ainsi, les petits‑enfants sont susceptibles d’hériter de leurs grands-parents une maladie dite “génétique”, appelée ainsi parce qu’on ne sait pas expliquer son origine. Aujourd’hui, une soixantaine de maladies “orphelines” sont répertoriées, et la liste s’allongera. Les atteintes des vaccinations sont bien loin de se limiter à celles qui se produisent dans les heures et les jours qui suivent l’inoculation. Il faut se préoccuper des effets sur le long terme, qui sont hélas, comme on le voit, souvent irréversibles.

4. La dégradation des fonctions du cerveau

La plupart des virus ont une affinité pour le système nerveux et vont s’y loger directement, à l’abri des anticorps. Et c’est là qu’ils font le plus de dégâts (encéphalite, méningite, atteinte de la myéline, tumeur…). Les bactéries et les toxines, qui sont infectées brutalement dans l’organisme, ne sont pas en reste; elles suivent le même tracé.

La vaccination crée un état de choc entraînant irrémédiablement des lésions et des altérations cognitives ainsi que des troubles caractériels dont la société entière paie les conséquences. Combien d’enfants handicapés après vaccination se retrouvent en institution ? Combien de familles sont détruites par le handicap d’un ou de plusieurs enfants ? Une chape de plomb recouvre ce problème et c’est la loi du silence qui règne.

5. La facilitation du franchissement de la barrière des espèces

Les vaccins actuels, en particulier les vaccins recombinants, qui sont des chimères, agissent comme des OGM et représentent un danger nouveau pour l’humanité. En mariant de l’ADN animal à de l’ADN humain ou à de l’ADN végétal, puis en l’introduisant dans le corps, nous brisons les protections naturelles qui ont toujours empêché que les espèces ne se croisent et ne produisent des monstres ; la nature ne le tolère pas.

Depuis le premier vaccin (antivariolique), des cellules animales ont été introduites dans le corps humain, créant une passerelle entre l’homme et l’animal. Certes, des micro-organismes cohabitent chez plusieurs espèces et peuvent parfois provoquer des zoonoses (maladies transmises de l’animal à l’homme). Mais avec les vaccinations, ce n’est pas le même processus : l’homme “s’animalise” et brouille son identité. Problème suffisamment inquiétant pour que l’Académie des sciences et l’Académie de médecine se soient penchées sur le lien entre maladies humaines et maladies animales à l’Institut de France en juin 2004.

6. La fausse sécurité

En laissant croire que “vaccination égal protection”, que “se vacciner, c’est éviter la maladie” (publicité pour le vaccin antihépatite B), les gens pensent qu’avec cette combinaison de protection ils peuvent tout faire. La vaccination leur enlève la notion de responsabilité et les pousse vers des conduites à risque. On aboutit exactement à l’inverse de ce que devrait être une vraie prévention. Résultat, les maladies sexuellement transmissibles sont en expansion avec réapparition de la syphilis. Et ce n’est qu’un exemple.

L’homme moderne ne se rend pas compte du chantage : croire à la vaccination, sinon c’est l’enfer. La vaccination balaie la peur et installe la foi, voire le fanatisme dans ses formes extrêmes. Pourtant, il ne s’agit pas de religion, mais de médecine. On aboutit exactement à l’inverse de ce que devrait être une vraie science. Résultat, on continue à nier les pathologies consécutives au vaccin contre l’hépa-tite B, pourtant patentes, parce que l’on est dans la croyance. Et ce n’est qu’un exemple. N’est‑ce pas l’OMS elle‑même qui a parlé d’une “confiance exagérée dans le BCG”… ? (cf. Le DOTS, éd. ALIS)

7. La dépendance

La vaccinologie est la plus extra-ordinaire machine à conditionner les individus. Nous sommes devenus complètement dépendants d’un système basé sur l’acceptation des drogues.

Notre corps a été “obligé” de recevoir des injections répétées de produits “non naturels” et il est devenu permissif à tout. Des cellules animales, des métaux lourds, des toxiques avérés, de l’ADN trafiqué, etc., tout ce qui se trouve dans un vaccin ouvre la porte à l’acceptation des autres “cocktails nocifs”. Le chemin est tracé vers l’addiction aux drogues douces ou dures, à la “mal-bouffe”, aux OGM, à l’air vicié, à l’abrutissement télévisuel, au dopage sportif, et j’en passe. Vous pensez qu’il n’y a pas de lien ?

Réfléchissez et vous verrez que les vaccinations façonnent un être humain malléable, soumis et vulnérable et, par conséquent, en demande constante d’aide, même pour des petits bobos ou chagrins, donc prêt à tout. Même si d’autres éléments sont en jeu dans ce processus, les vaccinations sont le facteur le plus sournoisement destructeur.

8. La désinformation

Depuis Pasteur, le mensonge a fait son entrée officielle en science. Il n’y a pas de domaine où le mensonge soit plus flagrant qu’en vaccinologie. Le jour où Pasteur a approuvé l’imposture de son complice Brouardel (cf. Courrier d’ALIS, n° 40, p. 34), nous avons été embarqués dans un système de supercherie, de faux-semblants, de tromperie, de fraude, d’improbité sans nous en rendre compte.

Et cela dure depuis plus d’un siècle. Tous les acteurs du scénario vaccinal sont englués dans la désinformation, dont ils sont eux‑mêmes victimes, tout autant que le public, qu’ils maintiennent volontairement dans l’ignorance. Nier les accidents vaccinaux, ne publier que ce qui est favorable aux vaccinations, biaiser les résultats des études, être juge et partie dans les questions litigieuses, falsifier les rapports d’expertise, faire du chantage pour que règne la loi du silence, tel est le tableau que l’on peut dresser en ce début de siècle lorsque l’on évoque le domaine de la vaccination. Avouez que cela fait tache sur la haute idée que l’on se faisait de la science !

Vivre sans vaccinations ? Vous avez maintenant, je suppose, une réponse personnelle à cette question. Tout est dans notre corps et dans notre cerveau. Face à l’angoisse permanente dans laquelle nous plonge la médecine d’aujourd’hui, ayez un sursaut salutaire, retrouvez votre conscience et faites usage de votre bon sens. Ce n’est pas difficile. Ne vous nourrissez pas de catastrophisme, ceux que manient cette arme de pouvoir s’amusent de vous voir trembler. Ne leur donnez pas ce plaisir. Affichez votre belle confiance dans la vie. C’est dans les périodes qui paraissent ténébreuses qu’il faut, au contraire, montrer sa vitalité, en réalisant qu’on a eu peur pour rien, qu’on a cru à des sornettes. Bien sûr, vivre c’est prendre des risques, mais que l’on choisit et qui composent notre destin. La “science”, par contre, nous offre une panoplie de dangers bien plus redoutables. Devons‑nous les choisir sans réfléchir ?

Françoise JOËT,

présidente de l’association ALIS

Bibliographie :

L’Enfant autrement, sous la direction du Dr Louis D’Aste, éd. Du Graal, 1995.

Médecine anthroposophique, Dr Victor Bott, éd Triades, 1987.

La Rançon des vaccinations, Simone Delarue, 1988, Ligue nationale pour la liberté des vaccinations.

Le DOTS, éd. ALIS, 2001.

Live Viral Vaccines, Pr Richard DeLong, 1996, Carlton Press, New York.

"Giorgio TREMANTE, "Majeur et vacciné ou le droit de vivre", traduction Jean PILETTE, 2005, vendu par l'association ALIS.

Des enfants sains même sans médecin, Dr Robert Mendelsohn, éd. Soleil, 1989.

Les Vérités indésirables. Comment on falsifie l’histoire ‑ le cas Pasteur”, Dr Philippe Decourt, Archives Claude-Bernard, 1989.

http://www.alis-france.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Campagne de plainte contre la campagne de vaccination !!!

"... Maître Jean-Pierre Joseph a déposé devant le Doyen des Juges d'Instruction du TGI de Grenoble une plainte contre X pour tentative d'administration de substances nuisibles à la santé pouvant entraîner la mort, au nom de 9 habitants de l'Isère, dont une professionnelle de santé et un député.

Nous publions avec la présente le texte de cette plainte, afin qu'elle soit le plus rapidement possible utilisée par des centaines de parties civiles et déposée en nombre dans les tout prochains jours devant les différents Tribunaux de Grande Instance français.

Nous appelons donc tous les citoyens libres et souverains qui ont compris les enjeux et les mensonges de la campagne de vaccination qui a commencé dans toute l'Europe - tout en suscitant une résistance civile remarquable - à prendre connaissance de cette plainte et du mode d'emploi que nous vous en proposons, en se regroupant en collectifs d'une douzaine de parties civiles pour des dépôts effectifs dès que possible."

http://www.politiquedevie.net/Medecines/VaccinsPoisonsResistanceCivile9521.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites

Antoine Achram (Docteur en médecine), à propos de l"épidémie de vaccination":

"Lors de la grippe dite "espagnole",le seul pays ayant eu aucun mort fut la Grêce où il n'y eut également aucun vacciné" "Présence de nanoparticules...détruisent à petit feux les cellules du corps" "possibilité de présence d'une puce" "Ne vous faites pas vacciner !"

http://www.dailymotion.com/video/xawlts_grippe-a-h1n1-antoine-achram-docteu_lifestyle

Sur le site qu'il partage avec A. Givaudan :http://sois.fr/clips_audio_video/

Share this post


Link to post
Share on other sites

H1N1 : S'ORIENTE-T-ON VERS UN "GRIPPE GATE" ?

"Le député Jean-Marie Le Guen, médecin, président du Conseil d’Administration de l'AP-HP, a qualifié jeudi 29 octobre, la campagne vaccinale contre la grippe H1N1 comme "un gigantesque bide »..."

http://www.viadeo.com/hub/affichefil/?hubId=002mtazf997nkuf&forumId=002ylh0gc8g4wu7&threadId=00223qsq67f005mv#1143005

Share this post


Link to post
Share on other sites

Message de JJCC du 6 novembre:

Extrait:

"Pour revenir à mes inquiétudes, je lis tous les signes avant-coureurs de la militarisation de cette campagne de vaccination. Si je dois encore m’aventurer à une nouvelle prédiction, je pense sincèrement que ce qui se passe en Ukraine devrait nous donner une bonne idée de ce qui va se passer dans tous les pays, progressivement. Fermetures des écoles, interdiction des réunions, panique des foules face à la pénurie de médicaments, vaccinations forcées, contrôle de la circulation dans certains territoires, fermeture des frontières, et j’en passe. Pourtant, comme d’habitude, les chiffres ne semblent pas justifier ces mesures exceptionnelles. Le discours du président me fait froid dans le dos : il est cousu de mensonges, de manipulations, de contre-vérités. Mais au-delà de tout cela, quand on connaît la présence de la sinistre compagnie Baxter en Ukraine, on pourrait se demander si la soudaine explosion de morts là-bas n’a pas été purement et simplement provoqué par une contamination volontaire des citoyens (par les airs – Chemtrails ou par les eaux). Baxter n’en est pas à sa première expérience criminelle, rappelez-vous ."

http://www.jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=124:courriel-8&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

Share this post


Link to post
Share on other sites

NB:

Actuellement en France:

Création de réseaux de veille citoyenne autour des écoles (objectifs à préserver en priorité).

Création de liste de N° de tél à contacter en cas d'urgence. (Personnes prêtes à intervenir rapidement et ayant réfléchi/visualisé par avance à un mode opératoire "non-violent").

Dans l'optique de soustraire - gentiment, pacifiquement, etc - les enfants dont les parents l'ont décidé, à une possible opération de vaccination inopinée...

Paix, Force et Joie !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des nouvelles de l'Autriche ( et de l'enquête menée suite à la plainte déposée par Jane Burgermester):

"Un chef de police autrichien est forcé de démissionner alors qu'il enquêtait sur Baxter.

Werner Autericky, chef de l'Office de Vienne pour la Protection de la Constitution et la Lutte contre le Terrorisme, a démissionné, apparemment suite à des pressions externes.

L'unité de Mr Autericky était l'une des équipes de police chargées d'enquêter sur la filiale de Baxter dans la ville d ' Orth an der Donau, et sur la contamination par le virus actif de la grippe aviaire de 72 kilos de vaccins, dont la même compagnie Baxter est responsable.

A en croire une annonce faite par l'ORF ( la chaîne de télévision d'état autrichienne) Ernst Geiger, un chef de police ayant travaillé, durant sa suspension pour corruption, pour le milliardaire Frank Stronach et sa compagnie,devrait être désigné pour remplacer Mr Autericky.

Quelle sorte d'enquête crédible peut être attendue de Mr Geiger, dont l'ancien employeur est un proche associé de ces mêmes grandes compagnies pharmaceutiques et bancaires internationales[/i]?"

(La "routine" quoi...)

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=911%3Aun-chef-de-police-autrichien-est-force-de-demissionner-alors-quil-enquetait-sur-baxter-&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64〈=en

Share this post


Link to post
Share on other sites

je joins cette missive extraite de

http://www.votre-sante.com/suite.php?dateedit=1256542302

longue mais toujours bonne à rappeler en mémoire et si joliment étudié par la présidente d' Alis

je recopie ici entièrement car quelques fois les liens ne sont plus valables .....disparaissent en quelque sorte,

il restera au moins ça sur la toile, pour quelqu' un qui veut se donner la peine de lire jusqu' au bout, il en restera toujours quelque chose de bon pour vous ou vos proches, c 'est pour cette raison que je partage -

Amicalement

Les vaccins agissent comme des OGM

Les vaccins actuels, en particulier les vaccins recombinants, qui sont des chimères, agissent comme des OGM et représentent un danger nouveau pour l’humanité. En mariant de l’ADN animal à de l’ADN humain ou à de l’ADN végétal, puis en l’introduisant dans le corps, nous brisons les protections naturelles qui ont toujours empêché que les espèces ne se croisent et ne produisent des monstres ; la nature ne le tolère pas.

Dès que l’enfant paraît, de mauvaises fées se penchent sur son berceau pour inscrire au trèfonds de son cerveau la malédiction pasteurienne “Le microbe t’assaillira et malade tu seras.”

Pire, ces mauvaises fées poursuivent les parents et martèlent dans leur tête, déjà si troublée par la venue du bébé, des mots que l’écho répète à l’infini “Vaccination égal protection”. L’enfant grandit petit à petit et à chaque dent qui naît, à chaque pas chancelant réalisé, à chaque mot babillé, les mauvaises fées virevoltent pour rappeler, baguette levée, la règle qu’il ne faut pas enfreindre : “Vaccination ou sanction”.

Difficile dans ce contexte de garder la tête froide. Un petit être sans défense, plein de potentiel, porteur de tous les espoirs, dans lequel les parents ont mis tous leurs rêves, pourra‑t-il survivre sans vaccinations ? C’est alors que surgissent des visions d’horreurs où se mêlent dans un fondu enchaîné, les flashes de la télé, les oiseaux de mauvais augure qui font la pluie et le beau temps dans les médias, les paroles suaves des conseillers en affaires familiales, les invectives du médecin traitant, et tout s’embrouille, l’enfant pleure, saigne, se tord, vomit, devient blême. “Au secours, mon enfant est en danger”, s’écrit la maman affolée et toute bouleversée. Elle téléphone au docteur, qui aussitôt la rassure: “Passez demain à mon cabinet !” Ouf ! la maman se rassérène et se libère de ses angoisses en les confiant au papa qui vient de rentrer de son travail, la tête pleine de soucis. Tous deux s’accusent de négligence : “Il faut le vacciner tout de suite, parce que si jamais…”

Mais, les mauvaises fées ne disparaissent pas après le premier acte, elles reviennent : “Et les rappels !”, clament‑elles. Les parents consultent le calendrier vaccinal, fixé au frigo par un magnet. “Mon Dieu, on a laissé passer la date, va falloir tout recommencer!” L’angoisse resurgit et les visions d’horreurs se multiplient : le bisou de la cousine, le bac à sable du parc, la baignade avec les petits camarades, le genou écorché, la chute de vélo, tout peut devenir un drame. Alors, vite, on prend rendez‑vous chez monsieur X, le sauveur à la seringue.

Et ainsi de suite, tout au long de la vie, la peur nous conduit.

Mais elle nous conduit où ?

Elle nous conduit là où les autres veulent nous mener.

Un bon conseil, laissez la peur entre les mains de ceux qui la manipulent et redressez la tête. Les manipulateurs cesseront, alors, de l’utiliser.

La nature ne connaît pas d’inventions sans nécessité

Vous avez mis la peur au vestiaire et vous allez bien dormir. Maintenant, regardons les choses en face. Vous êtes une maman comblée et un papa comblé ; bébé profite, s’épanouit, vous sourit, découvre émerveillé ce qui l’entoure ; il dort comme un chat après la tétée ; le prodige d’une vie en devenir est sous vos yeux. Oui, c’est bien un prodige. Une si petite chose capable de continuer sa progression jusqu’à atteindre 1,80 mètre et 90 kilos simplement en mangeant et en respirant ! Quelle extraordinaire performance ! En plus, même si mamy a remarqué qu’il ressemblait beaucoup à papy, il est unique, car, comme l’a dit Tchekhov, qui aurait été un farouche opposant au clonage : “L’état normal d’un homme est d’être original.”

Reconnaissons que la nature seule, ou le “Grand Créateur”, ou bien “l’intelligence universelle”, donnez‑lui le nom que vous voudrez, a conçu une merveille. Croyez‑vous que ce “Grand Créateur” se serait dit tout à coup, à la fin du XVIIIè siècle : “Zut, j’ai oublié les vaccinations !” ? D’ailleurs, comme l’a dit très justement Léonard de Vinci : “La nature ne connaît pas d’inventions sans nécessité.”

Le bébé sait se protéger des agressions extérieures grâce tout d’abord à des défenses naturelles

Comment ce prodige est‑il possible ? Grâce à trois compères inséparables : le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Ils s’épaulent, communiquent entre eux et surveillent tout ce qui se passe dans le corps. Systèmes d’alerte, de contrôle, d’échanges. Eh bien, parlons‑en.

Le système nerveux n’est pas complètement fonctionnel au début de la vie. Ce n’est que lorsqu’il est recouvert d’un tissu nourricier et protecteur (la myéline) qu’il devient opérationnel et que ses cellules et leurs multiples connexions peuvent fonctionner. Or la myéline ne recouvre l’ensemble des axes nerveux qu’à la fin de l’adolescence, après la puberté. Avant cela le système nerveux n’a qu’un rôle passif : comme une mémoire, il emmagasine toutes les expériences vécues et les émotions. Une fois solidifié, le système nerveux prend les commandes de l’organisme et contrôle tout grâce à la rapidité de son système d’information.

Le système endocrinien (on dit aussi hormonal ou glandulaire) prépare l’action du système nerveux. Il gère tous les phénomènes généraux du corps et agit sur tous les organes en distribuant des hormones dans le sang. Il détermine, par conséquent, l’individu dans sa spécificité. Il est prépondérant dans l’enfance. A l’âge adulte, il est arrivé à maturité et sera performant pour aider le système nerveux à prendre les commandes de l’activité de l’individu. Ensuite, il va progressivement s’éteindre jusqu’à disparaître avec le grand âge.

• Le système immunitaire est immature à la naissance. Il va avoir son apogée puis fonctionner au meilleur de sa forme pour enfin décliner légèrement en fin de vie. Chez le nouveau‑né, il est peu élaboré mais essentiel. Il sera fortifié par l’allaitement maternel.

Le bébé sait se protéger des agressions extérieures grâce tout d’abord aux défenses naturelles que sont la peau (les agents infectieux ne peuvent la traverser), les muqueuses (plus fines que la peau et qui ont un rôle d’absorption), les sécrétions, notamment de la sphère respiratoire (qui constituent une barrière à la pénétration des germes ; on constate l’augmentation des mucosités lors d’un phénomène inflammatoire, rhume, rhino…), la motricité intestinale (qui est accélérée en présence de certaines toxines microbiennes pour limiter leur contact avec la paroi intestinale, les coliques et la diarrhée contribuent à l’élimination de ces toxines) et la flore bactérienne (constituée de germes qui sont des hôtes pacifiques et utiles à la vie de l’organisme, essentiels dans la sphère intestinale et gynécologique ; il faut savoir qu’il existe 100 000 milliards de germes pour 10 000 milliards de cellules dans un même organisme, soit 10 fois moins de cellules que de germes).

A la naissance, l’enfant n’a qu’une immunité naturelle

Au fur et à mesure qu’il est confronté à son environnement, il fait connaissance avec des éléments extérieurs pas toujours bien intentionnés. C’est alors qu’il construit progressivement un système de défense plus élaboré et plus personnel comportant une mémoire, c’est l’immunité spécifique.

Celle‑ci est associée à l’intervention d’une carte d’identité biologique individuelle appelée HLA (Human Leucocyte Antigen) sous la commande du code génétique. On comprend bien que c’est dans la confrontation nécessaire avec son environnement que s’élabore l’immunité spécifique et donc l’identité immunitaire de l’enfant, mais cela se fait grâce à l’intervention préalable de l’immunité naturelle. Le respect de cette hiérarchie naturelle est indispensable à la construction d’un “moi immunitaire” fort. Autrement dit, sans immunité naturelle, il ne pourrait pas élaborer une immunité spécifique. L’enfant n’est capable de distinguer le “soi” de ce qui est différent du “soi” (appelé aussi “non‑soi”) qu’à travers un apprentissage sous la protection de son immunité naturelle. Si l’on respecte cet apprentissage dans son déroulement normal, la qualité des acquisitions et l’efficacité du système immunitaire peuvent être garanties.

Le système immunitaire se perfectionne sans cesse au cours de la vie

Vous avez compris que votre enfant sait se défendre dès qu’il naît. Il faut voir maintenant les différentes étapes qui marquent la consolidation de ses défenses.

Les trois premières semaines de la vie sont une mise en marche de tous les éléments vitaux dont dispose le bébé. Il est protégé (normalement) par les anticorps que sa mère lui a transmis. Ces anticorps peuvent perdurer, dans son organisme, plusieurs semaines. On considère qu’il commence à fabriquer vraiment les siens vers l’âge de 6 semaines. Les liens entre la mère et l’enfant sont très forts durant cette période.

De six mois à 2 ans, à part les poussées dentaires bien désagréables, c’est une période de calme sur le plan infectieux. Les glandes surrénales confèrent robustesse et vigueur au bébé. Si des infections sévères se produisent, cela témoigne d’une faiblesse structurelle de l’organisme.

Entre 2 ans et 7 ans, c’est là un moment essentiel dans l’acquisition de l’identité.

En effet, l’enfant passe du stade de bébé indifférencié à celui de petit garçon ou petite fille, ceci sous l’effet de la glande thyroïdienne, glande de l’émotion et de la sensibilité.

L’enfant est extrêmement réactif et présente de fortes poussées de fièvre dues aux sécrétions thyroïdiennes qui activent les combustions dans tous les tissus. La fièvre est un mécanisme de nettoyage et d’élimination qu’il faut respecter. La fièvre tue les bactéries et elle nettoie, en les brûlant, les déchets qui menacent l’organisme d’encrassement. Elle accroît le débit des liquides physiologiques, en parti-culier dans le foie, organe essentiel de détoxification. Vous le savez bien, c’est la période des maladies infantiles qui rendent les enfants rouges, boutonneux, enflés fatigués et plaintifs.

Mais quand ils en ont triomphé, ils ont mûri, grandi, gagné en conscience. Il s’agit de maladies qui ne sont que des réactions de défense utiles, qui indiquent une immunité combattante, contrairement aux maladies de dégénérescence (cancer, sida, etc.) qui indiquent que le système immunitaire est inopérant.

On peut expliquer la permanence de ces “mues douloureuses”, qui marquent un passage obligé, par le fait que nous avons gardé en mémoire dans nos gènes toute l’histoire de l’humanité écrite au cours de millénaires. En quelques jours, resurgissent les soubresauts qu’ont connus nos lointains ancêtres et qui ont marqué l’espèce de façon indélébile. Les maladies infantiles sont une résurgence de ce passé et elles sont nécessaires à la maturation de notre “moi”.

De 7 ans à la puberté, le système immunitaire termine son installation.

Cette période est sous le contrôle de l’hypophyse, la glande qui produit les hormones de croissance. Parallèlement, le thymus, glande qui fabrique les cellules du système immunitaire (les lymphocytes T, T comme thymus) et qui a commencé à décroître dès l’âge de 2 ans, va se mettre en retrait après 6 ans, pour se retirer définitivement quand la glande génitale entre en activité et achève de préparer l’individu à son statut d’adulte.

L’identité immunitaire est alors considérée comme acquise. Quelle belle mécanique ! Immature à la naissance, le système immunitaire se perfectionne sans cesse au cours de la vie en synchronisation avec l’élaboration de la personnalité de l’individu. Et c’est grâce à ses capacités d’adaptation, pour toujours assurer l’identité de l’être, que notre espèce a pu survivre aux innombrables agents pathogènes et à leurs mutations.

Les événements de l’existence forgent le caractère, disaient nos grands‑pères, et ils avaient raison. Il faut se heurter à la réalité et faire fonctionner les capacités de lutte de notre système de défense. Autrement dit, il faut rencontrer les germes pour être plus fort.

Cela ne veut pas dire qu’il faut maintenir autour de soi des bouillons de culture microbienne et vivre dans la crasse, par exemple. L’hygiène est la règle d’or de la santé. Non, il faut tout simplement laisser œuvrer le système immunitaire et ne pas l’entraver ni le perturber. Il fera son office et combattra la maladie mieux que quiconque. Certes, il faudra parfois l’aider, si la charge pathogène est trop forte ou si les agressions extérieures se conjuguent (stress, fatigue, émotions…), mais avec sagesse et bon sens.

Dans ce tableau, pas de place pour la peur ni l’angoisse, génératrices de maladies. La confiance dans nos forces est notre assurance sur le chemin de la santé. “Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui”, dit un proverbe chinois. L’enfant doit vivre sa vie d’enfant, à son rythme, l’adolescent doit passer sa crise, pour que l’être humain devienne vraiment un adulte. Et ce n’est pas être “ringard” que de dire cela. Ne craignez pas les éventuels ricanements des mauvaises fées.

Pourquoi les hommes s’évertuent à dérégler une machine aussi performante que le corps humain ?

Que constate‑t‑on ?

Un paradoxe : la santé dans le monde tend à se dégrader, alors même que la connaissance et les techniques progressent. Il serait temps de se demander pourquoi. Pourquoi les autorités n’approuvent que des solutions qui mettent en danger l’être humain ? Pourquoi les hommes s’évertuent à dérégler une machine aussi performante que le corps humain ? “C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas”, se lamentait Victor Hugo.

Toutes les grandes épidémies du passé, dont les vaccinalistes agitent le spectre à tout bout de champ, sont nées dans un contexte de stress, de bouleversements écologiques et d’accumulation de miasmes. Seules les mesures d’isolement, de soins aux malades, et d’hygiène générale ainsi que l’amélioration des conditions de vie ont permis leur disparition. On peut y ajouter les remèdes issus d’une meilleure connaissance du fonctionnement du corps humain. En aucun cas, les vaccinations de masse n’ont eu raison de ces épidémies.

A ceux qui vous disent qu’on a éradiqué des tas de maladies grâce à la vaccination, demandez : “Lesquelles ?”. Aux mêmes qui disent qu’on sauve des vies en vaccinant, demandez : “Sauvées de quoi ?”. La mort n’est pas l’aboutissement d’une maladie infantile. Quant aux autres maladies contre lesquelles on vaccine, les moyens prophylactiques et curatifs existent et c’est sur ces moyens que doivent porter les efforts tant financiers qu’humains.

Qu’ont apporté les vaccinations au monde moderne ?

Globalement et en toute objectivité, le bilan est vraiment désastreux. Les “bienfaits” des vaccinations ? Les voici :

1. Les désordres immunitaires

Les vaccinations empêchent le système immunitaire de fonctionner normalement. Celui‑ci, surchargé, finit par faire n’importe quoi ne comprenant plus les messages qu’il reçoit. Il peut notamment fonctionner à l’envers et générer des maladies auto-immunes, maladies qui étaient extrêmement rares avant l’ère de la vaccination. Leur augmentation, aujourd’hui, est considérable. On substitue à notre système de défense des artifices et une pseudo-protection moins efficace et non durable (il faut faire des rappels). On oblige l’enfant à faire plusieurs maladies à la fois (avec les vaccins multiples) alors que naturellement le corps ne fait jamais plusieurs maladies en même temps.

2. Les maladies virales et les maladies chroniques

Les vaccinations nous aident à changer de maladie. Les vaccins à virus (variole, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite A et B, fièvre jaune, rage, varicelle, polio, grippe) nous ont entraînés vers l’émergence de maladies virales aujourd’hui innombrables alors qu’auparavant les maladies bactériennes prédominaient. Celles‑ci étaient plus spectaculaires (forte fièvre, éruption, etc.) mais on en sortait vainqueur la plupart du temps, à moins d’une vulnérabilité particulière. Les maladies virales sont très difficiles à soigner et prennent des formes sournoises difficiles à diagnostiquer. Elles accentuent la dégradation du terrain. Le plus grave, c’est l’installation dans les populations de maladies chroniques dégénératives de pronostic grave (sida, cancer…) à cause du pouvoir transformant des virus vaccinaux et de l’effondrement du système immunitaire.

3. Les maladies génétiques

Les virus vaccinaux, en pénétrant dans le génome des cellules, peuvent engendrer des altérations chromosomiques ou d’autres effets plus subtils qui peuvent être hérités par les générations suivantes. Selon la loi de l’entropie, plus on agit dans l’Ordre, plus on crée le Désordre. Ainsi, les petits‑enfants sont susceptibles d’hériter de leurs grands-parents une maladie dite “génétique”, appelée ainsi parce qu’on ne sait pas expliquer son origine. Aujourd’hui, une soixantaine de maladies “orphelines” sont répertoriées, et la liste s’allongera. Les atteintes des vaccinations sont bien loin de se limiter à celles qui se produisent dans les heures et les jours qui suivent l’inoculation. Il faut se préoccuper des effets sur le long terme, qui sont hélas, comme on le voit, souvent irréversibles.

4. La dégradation des fonctions du cerveau

La plupart des virus ont une affinité pour le système nerveux et vont s’y loger directement, à l’abri des anticorps. Et c’est là qu’ils font le plus de dégâts (encéphalite, méningite, atteinte de la myéline, tumeur…). Les bactéries et les toxines, qui sont infectées brutalement dans l’organisme, ne sont pas en reste; elles suivent le même tracé.

La vaccination crée un état de choc entraînant irrémédiablement des lésions et des altérations cognitives ainsi que des troubles caractériels dont la société entière paie les conséquences. Combien d’enfants handicapés après vaccination se retrouvent en institution ? Combien de familles sont détruites par le handicap d’un ou de plusieurs enfants ? Une chape de plomb recouvre ce problème et c’est la loi du silence qui règne.

5. La facilitation du franchissement de la barrière des espèces

Les vaccins actuels, en particulier les vaccins recombinants, qui sont des chimères, agissent comme des OGM et représentent un danger nouveau pour l’humanité. En mariant de l’ADN animal à de l’ADN humain ou à de l’ADN végétal, puis en l’introduisant dans le corps, nous brisons les protections naturelles qui ont toujours empêché que les espèces ne se croisent et ne produisent des monstres ; la nature ne le tolère pas.

Depuis le premier vaccin (antivariolique), des cellules animales ont été introduites dans le corps humain, créant une passerelle entre l’homme et l’animal. Certes, des micro-organismes cohabitent chez plusieurs espèces et peuvent parfois provoquer des zoonoses (maladies transmises de l’animal à l’homme). Mais avec les vaccinations, ce n’est pas le même processus : l’homme “s’animalise” et brouille son identité. Problème suffisamment inquiétant pour que l’Académie des sciences et l’Académie de médecine se soient penchées sur le lien entre maladies humaines et maladies animales à l’Institut de France en juin 2004.

6. La fausse sécurité

En laissant croire que “vaccination égal protection”, que “se vacciner, c’est éviter la maladie” (publicité pour le vaccin antihépatite B), les gens pensent qu’avec cette combinaison de protection ils peuvent tout faire. La vaccination leur enlève la notion de responsabilité et les pousse vers des conduites à risque. On aboutit exactement à l’inverse de ce que devrait être une vraie prévention. Résultat, les maladies sexuellement transmissibles sont en expansion avec réapparition de la syphilis. Et ce n’est qu’un exemple.

L’homme moderne ne se rend pas compte du chantage : croire à la vaccination, sinon c’est l’enfer. La vaccination balaie la peur et installe la foi, voire le fanatisme dans ses formes extrêmes. Pourtant, il ne s’agit pas de religion, mais de médecine. On aboutit exactement à l’inverse de ce que devrait être une vraie science. Résultat, on continue à nier les pathologies consécutives au vaccin contre l’hépa-tite B, pourtant patentes, parce que l’on est dans la croyance. Et ce n’est qu’un exemple. N’est‑ce pas l’OMS elle‑même qui a parlé d’une “confiance exagérée dans le BCG”… ? (cf. Le DOTS, éd. ALIS)

7. La dépendance

La vaccinologie est la plus extra-ordinaire machine à conditionner les individus. Nous sommes devenus complètement dépendants d’un système basé sur l’acceptation des drogues.

Notre corps a été “obligé” de recevoir des injections répétées de produits “non naturels” et il est devenu permissif à tout. Des cellules animales, des métaux lourds, des toxiques avérés, de l’ADN trafiqué, etc., tout ce qui se trouve dans un vaccin ouvre la porte à l’acceptation des autres “cocktails nocifs”. Le chemin est tracé vers l’addiction aux drogues douces ou dures, à la “mal-bouffe”, aux OGM, à l’air vicié, à l’abrutissement télévisuel, au dopage sportif, et j’en passe. Vous pensez qu’il n’y a pas de lien ?

Réfléchissez et vous verrez que les vaccinations façonnent un être humain malléable, soumis et vulnérable et, par conséquent, en demande constante d’aide, même pour des petits bobos ou chagrins, donc prêt à tout. Même si d’autres éléments sont en jeu dans ce processus, les vaccinations sont le facteur le plus sournoisement destructeur.

8. La désinformation

Depuis Pasteur, le mensonge a fait son entrée officielle en science. Il n’y a pas de domaine où le mensonge soit plus flagrant qu’en vaccinologie. Le jour où Pasteur a approuvé l’imposture de son complice Brouardel (cf. Courrier d’ALIS, n° 40, p. 34), nous avons été embarqués dans un système de supercherie, de faux-semblants, de tromperie, de fraude, d’improbité sans nous en rendre compte.

Et cela dure depuis plus d’un siècle. Tous les acteurs du scénario vaccinal sont englués dans la désinformation, dont ils sont eux‑mêmes victimes, tout autant que le public, qu’ils maintiennent volontairement dans l’ignorance. Nier les accidents vaccinaux, ne publier que ce qui est favorable aux vaccinations, biaiser les résultats des études, être juge et partie dans les questions litigieuses, falsifier les rapports d’expertise, faire du chantage pour que règne la loi du silence, tel est le tableau que l’on peut dresser en ce début de siècle lorsque l’on évoque le domaine de la vaccination. Avouez que cela fait tache sur la haute idée que l’on se faisait de la science !

Vivre sans vaccinations ? Vous avez maintenant, je suppose, une réponse personnelle à cette question. Tout est dans notre corps et dans notre cerveau. Face à l’angoisse permanente dans laquelle nous plonge la médecine d’aujourd’hui, ayez un sursaut salutaire, retrouvez votre conscience et faites usage de votre bon sens. Ce n’est pas difficile. Ne vous nourrissez pas de catastrophisme, ceux que manient cette arme de pouvoir s’amusent de vous voir trembler. Ne leur donnez pas ce plaisir. Affichez votre belle confiance dans la vie. C’est dans les périodes qui paraissent ténébreuses qu’il faut, au contraire, montrer sa vitalité, en réalisant qu’on a eu peur pour rien, qu’on a cru à des sornettes. Bien sûr, vivre c’est prendre des risques, mais que l’on choisit et qui composent notre destin. La “science”, par contre, nous offre une panoplie de dangers bien plus redoutables. Devons‑nous les choisir sans réfléchir ?

Françoise JOËT,

présidente de l’association ALIS

Share this post


Link to post
Share on other sites

un lien très intéressant où une flopée de grands toubibs se déclarent contre les vaccinations !

http://artemisia-college.org/actu/fichiers/2351.pdf

N avez vous pas remarqué depuis quelques temps que des liens sans cesse plus nombreux deviennent inutilisables ?

J ai l'impression qu'une censure un peu discrète auparavant se fait désormais au grand jour : de plus plus de liens ne fonctionnent plus apres quelques heures ou qq jours d'exposition.

J'écris pour savoir si cela vient de mon ordi ou si rellement le site artemesia college est fermé.

Vous arrivez à vous connecter ?

Ca fait qq temps qu on entend parler d'une mise en place d'un contrôle du net... avec l'impact qu'à eu internet sur la campagne de vaccination, il est plus que jamais dans le collimateur, les effets de la censure se font déjà ressentir... triste monde

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Franck, ça va ?

Je n'arrive pas à me connecter.

Peut-être qu'il y a des problèmes de bande passante, ou l'hébergement a rpis fin ?

Toujours est-il que j'aimerais mieux qu'on n'ait pas à s'inquiéter...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Franck, ça va ?

Je n'arrive pas à me connecter.

Peut-être qu'il y a des problèmes de bande passante, ou l'hébergement a rpis fin ?

Toujours est-il que j'aimerais mieux qu'on n'ait pas à s'inquiéter...

Ben ouais je fais aller, merci :)

... malgré les évènements, le fait que je me maudis de m'être réincarné en ce monde, il faut garder le moral!

Ha ce que j'aurais voulu me réincarner dans un autre système solaire ou une autre galaxie, sur une planète habitée par une espèce plus évoluée que la notre, une espèce ayant une spiritualité qu'on a pas ou qu'on aura dans 300 000 ans, une spiritualité faisant de leur monde un monde ou la vie serait juste du bonheur à l'état pur...

Une anecdote qui pourrait être justement anecdotique, mais qui est en fait révélatrice de notre monde : je sors du cinéma cet après midi et je demande au directeur de m'offrir une place gratuite en guise de geste commercial pour pallier au fait que le film s'est arrêté 7 minutes en plein milieu, toutes lumières allumées... Il me répond qu'il n'y a eu aucun problème technique, que désormais le cinéma impose des entractes à leurs clients !! Il foute en l'air les films en les coupant en plein milieu pendant presque 10 minutes pour gagner quelques euros, car ainsi quelques personnes descendront peut être au rez de chaussé pour acheter des pop corns !

Ça reflète parfaitement notre monde : peu importe que les initiatives soient absurdes, qu'elle détruisent un moment de plaisir et de détente pourvu que ça rapporte quelques euros. (à l'image d'autres domaines où peu importe que des initiatives soient même meurtrières pourvu qu'elles rapportent de l'argent)

Je m'égare, merci donc pour ta réponse MissTrixie, le site du college artemesia semble donc etre détruit...

Bonne soirée :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exact pour artemisia.

Comme indiqué ici, ce qu'il reste du site est encore accessible via ce lien ( que l'accueil ).A suivre...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exact pour artemisia.

Comme indiqué ici, ce qu'il reste du site est encore accessible via ce lien ( que l'accueil ).A suivre...

Merci Mireille. Je mets en copié collé le texte de cette page que tout le monde puisse se rendre compte de la gravité de la situation.

Après ça on ne pourra plus dire : ouais c'est la théorie du complot, les attaques de sites exprimant une opinion contraire à des intérêts politiques et industriels ne se voient que dans les films ! (d'ailleurs il faudrait qu'ils arrêtent de taxer toute contradiction comme la résultante d'un imagination déviante dénonçant une certain complot, eux qui sont sans cesse en train de dire que les sectes sont partout, tapies dans l'ombre, des sectes qui se battent pour détruire toute action bénéfique venant des pouvoirs politiques ou industriels, des sectes omniprésentes cherchant à faire le mal. Si ça, c'est pas une théorie du complot, je ne sais pas ce que sait !!)

Mais regardez où nous en sommes !! Pourquoi espérer que cela s'arrête en si bon chemin ?? Tout cela ne peut aller que s'empirant. Ce n'est pas du défaitisme, tous les faits sont là, devant notre nez, nous sommes déjà dans une démocratie tellement déguisée qu'elle se révèle en fait être depuis quelques temps une dictature douce !!

A quand la dictature assumée, à quand la dictature dévoilée ?

Ça me fait penser au présentateur, Patrick Sébastien : il a tellement conscience de la masse des changements depuis quelques décennies, masse invisible pour la plupart d'entre nous car constituée très lentement au fil des années, qu'il va créer un parti politique pour que les gens se réveillent. C'est révélateur comme signe : un présentateur de télévision se sentant obligé de fonder un parti politique en raison de l'évolution de la société qu'il juge insoutenable.

PS : je lance un appel : si quelqu'un a enregistré le doc PDF du site artemesia college listant les dizaines de médecins donnant leurs avis sur la vaccination (avec photos donc et graphique en fin de doc), j'aimerais bien l'avoir (il faudrait le mettre en piece jointe ici)

Merci

Trop dérangeant, le site Artemisia Collège a été attaqué et détruit

DERNIER COMMUNIQUE EMANANT DU PRESIDENT

DE L'ASSOCIATION "ARTEMISIA COLLEGE"

sur le vaccin

Bonsoir,

Notre site d’Artémisia Collège est, depuis 17 h (environ), définitivement détruit.

Mais nos adresses e-mails sur l’URL «artemisia-college.org» ne peuvent plus rien recevoir pour le moment (devrait redevenir normal, mail délai inconnu).

Donc, si vous avez envoyé ce vendredi 25, à l’une de ces adresses, vous pouvez le refaire sur celle de ce mailing.

En sachant néanmoins que même les adresses sous «orange.fr», vos mails sont parfois classés «spam» de façon anormale, et donc susceptibles d’être perdus.

NB: Nous avons aussi une URL du nom de notre président d’AC, et qui est également provisoirement HS.

Que s’est-il passé?

Suite à des intimidations (on va dire ça comme ça), venant du DCRI, nous avions décidé de renoncer à fermer le site le 20/09/2009, comme prévu, cette date n’étant pas choisie au hasard, mais correspondant au début de la phase active d’application du plan scélérat «pandémie-vaccination».

A partir de là, nous savions que notre provocation ne pouvait qu’entraîner une réaction rapide.

Nos informations confidentielles confirmant cette analyse.

Mais, pour être franc, nous sommes tout de même étonnés de voir nos analyses et infos être aussi justes et précises.

En espérant que nous nous trompons pour la suite des événements (il n'en tient qu'aux citoyens)...

L’attaque a commencée mercredi 23 vers 23 h.

Tout a pu être réparé le jeudi 24 au matin, mais nouvelle attaque vers 16 h.

Réparation immédiate, mais depuis ce matin (vendredi 25), le service d’email de tout notre hébergeur a été mis hors service «depuis notre site».

Cette situation intenable, a obligé notre hébergeur à le sacrifier. Comme il est impensable de le reconstituer (les sauvegardes sont ce que le visiteur voit, mais ce n’est pas la version technique, qui elle est détruite entièrement), ce qui serait un travail énorme, alors même que nous ne le souhaitons pas, il ne reste plus que les captures que nous vous avons conseillé de faire…

Entre la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), avec qui nous sommes toujours en «relation», la CIA et un service annexe du Mossad, l’identification des attaquants n’est pas certaine.

En fait, nous pencherions pour un nouveau service de l’armée, qui est spécialement chargé, dans le cadre du «plan», de détruire les sites qui informent vraiment…

Nos amis du Réseau Voltaire ont souvent connu cela, outre des sabotages «classiques », leur site a été détruit entièrement, et a demandé des semaines (des mois?) pour être reconstruit et installé hors zone OTAN.

Nous n’en avons ni les moyens, ni la volonté, d’autant plus que nous, nous sommes encore en zone OTAN, contrairement au journaliste Thierry Meyssan, créateur du Réseau Voltaire, qui dû fuir la France pour sauver sa vie.

Merci à ceux qui ont proposés de nous héberger, mais vous comprendrez que ce n’est pas notre seule préoccupation. Pas de panique, on s’adaptera.

De toute façon, nous voulions le fermer par précaution… Et à présent, la personne qui n’est pas informée sur le coup monté de cette fausse pandémie, à partir d’un virus artificiel, et sur ce vaccin-poison, c’est qu’elle est sur la Lune…

Elle n’a plus aucune excuse, et doit comprendre que par les temps qui courent, il n’y a pas de droit à la connerie, mais un devoir d’intelligence.

Bon, en quelque sorte, c’est la médaille du travail bien fait, faut le voir comme ça…

Le 20/09/2009, c’était vraiment bien vu! Tout s’accélère depuis, nous nous étonnons nous-mêmes…

C’est vrai que nos informateurs ne sont pas n’importe qui… Une autre explication, peut-être…

Allez, et prenez soin de vous…

JP, pour AC

PS: Il faut savoir que de multiples témoignages nous indiquent qu'il est de plus en plus difficile de tranférer les mails d'informations.

Aux USA, même le téléphone fixe pose des problèmes, et il faut s'attendre à en avoir sur les portables, notamment sur les SMS.

Y compris en recevant des faux SMS (technique maîtrisée et employée par la CIA, notamment pour faire circuler de fausses infos en Iran, comme déjà indiqé).

PS2: Nous voulions préciser que nous étions en parfaite santé, sans tendance suicidaire et que nous étions d’une extrême prudence sur la route.

Mais à quoi bon dire ça, puisque aucun média ne s’intéresserait à notre sort, et que le peu de justice que nous avions est repris en main (de fer)…

Rappel des dernières infos dérangeantes:

«Voici l'histoire de ce biologiste israëlien qui aurait voulu avertir de la supercherie du vaccin, et arrêté par le FBI (extrait):

Professeur Moshé avait demandé dans une émission de radio en direct par le Dr A. True Ott, diffusée sur la République de radiodiffusion qui prétend être un microbiologiste qui voulaient apporter la preuve à un procureur des États concernant les vaccins H1N1 de la grippe porcine entachée étant produit par Baxter BioPharma Solutions. Il a dit que le but du laboratoire Baxter ukrainien était en fait produire une arme biologique, déguisée en un vaccin.

Il a affirmé que «le vaccin contient un additif (adjuvant) destiné à affaiblir le système immunitaire».

«Alors, s’il y a une seule chose à retenir, comprenez au plus vite que ceux qui vous poussent à vous faire vacciner sont d’authentiques salopards*, comme ceux qui vous disaient que le nuage de Tchernobyl n’était pas au-dessus de la France, ceux encore qui écoulaient délibérément des stocks de sang contaminé alors qu’ils vous disaient qu’il n’y avait pas de risques, idem pour l’hormone de croissance, etc., etc., etc.».

*Salopard ne doit pas être pris comme une injure, dans la mesure où c’est le mot utilisé à l’égard du médecin urgentiste Patrick Pelloux, par le ministre de la Santé elle-même… (Rappelons que c’est lui qui a attiré l’attention des autorités sur l’hécatombe de la canicule de 2003…).

Appel à ne pas collaborer à cette folie!

Policiers, gendarmes, militaires, souvenez-vous que le tribunal de Nuremberg a dit que nul n’était tenu d'obéir à un ordre inhumain.

Or, inoculer de gré ou de force à des hommes, des enfants, des femmes enceintes, un produit ("vaccin"), contenant des poisons, des virus, aptes à répandre une épidémie, à faire baisser les défenses naturelles, à générer des maladies invalidantes, chercher à rendre malades des milliards de gens sur Terre... voire à les tuer au point de parler de créer des fosses communes en France... c'est quoi, à votre avis?

Mais il n'y a pas que vous à qui cet appel solennel s'adresse, tout le monde est visé par le Code de Nuremberg: chercheurs, élus, juges, journalistes, médecins, infirmières, enseignants...

N'obéissez pas aux ordres allant dans le sens de ce plan monstrueux, que même les assureurs ne couvrent pas!

Informez-vous, pensez à votre conscience, à tous les niveaux, du plus haut au plus bas, ne collaborez pas avec les instigateurs!

Source: http://www.lepost.fr/article/2009/09/26/1714067_dernier-communique-emanant-du-president-de-l-association-artemisia-college-sur-le-vaccin.html

Dernière minute: Curieusement le site est, à ce jour, encore accessible à partir de ce lien!!!:

http://admin.creasyweb.com/euroet4eny50qo/util/

Alors, profitez-en, pendant que c'est encore possible!!!

Et "aspirez-le" avec:

http://www.01net.com/telecharger/windows/Internet/aspirateur/fiches/1911.html

Pour Mac: Site Sucker (gratuit, simple): http://www.sitesucker.us/home.html

(notes d'utilisation EN et FR)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franck... c'est encore pire que ça !

ce qui se passe est le résultat de la négligence, de l'individualisme, et de la déresponsabilisation collective VOLONTAIRE de toute l'humanité depuis des centaines d'années

Les humains, hommes en tête, ont choisi d'appartenir à des institutions qui ont pensé, décidé, légiféré, agi, construit, orbagnisé à leur place, qui leur ont prodigué confort et sécurité EN APPARENCE au niveau artificiel et matériel et les hommes se sont laissé dépossédés de leur facultés .

Ils ont choisi d'appartenir à une entreprise ( quitte à se suicider quand cette même entreprise nous a lessivé) plutôt qu'à l'humanité , suivre les lignes de pensée du pape plutôt que réfléchir et se tenir debout tout seul, choisi de partir au bureau le matin plutôt que rester à la maison près de la famille, choisi de s'acheter le dernier logiv=ciel incontournable pour pouvoir lire les vidéos, choisi la sécurité programmée payée plutôt que l'inconnu, la technologie médicale pour tous plutôt que la condition personnelle de santé naturelle, et aller de plus en plus vite de plus en plus loin !!! et être bien mis de sa personne, avoir du beau linge sans tache, des cheveux à la mode... et c'est TOUT ÇA... tous ces petits détails qui donnent ce résultat de militarisation de la planète, de main mise sur les corps et les esprits...

alors, ou bien tu ne fais que commencer à pleurer sur ton sort ou bien tu sors

mes connections sont de plus en plus difficiles avec l,extérieur

vous pouvez aus être bien informés ( en souhaitant que votre conscience s'EN TROUVE AFFERMIE ET APAISÉE) en allant sur mondialisation.ca, votresanté.org, et je vous suggère de lire les commentaires de gens comme vous et moi sur les blog de passeportsanté.net... il est rassurant de voir une affirmation ferme et constante de la part de + en + de gens qui osent enfin se prononcer, bien qu'isolés.

Les européens, avec leur préjugés sur les américains se privent du Souffle des grnds espaces, des énergies saines qui animent encore les pensées des habiteants à la conscience opuverte sur le sol de l'amérique...il circule encore ici l'Esprit nomade qui a inspirÉ parmi les plus grandes et les plus justes nations du monde... branchez-vous mentalement sur cet espruit, lissez-nous, consultez des images, laissez-vous pénétrer par les paroles de la Sagesse de la Terre vierge... le sol de l'europe t de l'Asie sont gorgés de sang... les énergies subtiles qwu'ils émettent ne sont pas bénéfiques... elles sont, pour la majorité, mortes !! Vous êtes et resterez des êtres vivants branchés sur le vivant à la seconde où vous vous reconnaîtrez en tant que telsé

le meilleur conseil que je puisse donner est de vous débrancher mentalement et physiquement de la dépendance aux médias . écoutez, regardez, et passez votre chemin, ne vous attardez pas à les commenter, ni à chercher à réformer cette société, si réforme il doit y avoir elle doit prendre germe et racine EN VOUS

loulie

dans l'urgence

Share this post


Link to post
Share on other sites

je vous suggère si vous avez encore besoin de ''preuves'' de l'arnaque mondiale et du mensonge médiatique international, de consulter les fiches des médicaments sur le site même de GSK ... cliquer sur ''nos produits'' et lisez....

j'y ai appris que la souche utilisée au canada n,a JAMAIS été testée sur qui que ce soit et que les autorités gouvernementales santécanada) ont approuvé ''arepanrix H1N1'' à partir de tests effectués avec du H5N1, souche issue de virus présents en 2003-2004 ou 2005 ...

Le monde et les gouvernements du monde entier ne sont pas et n'ont jamais été les administrateurs bienveillants que vous avez cru................les rares individus à vouloir le bien réel de l'humanité sont quelues rares illuminé-e-s ici et là que personne n'écoute attentivement, sauf quand il est déjà bien tard...

Les conections naturelles qui conduisent à l'intelligence naturelle sont beaucoup trop endommagées par les messages sensoriels saturés et contants de TOUS LES MÉDIAS qui sont, à leur propre insu, les outils de l'ignorance collective, en vous laissant imaginer que les hommes sont tous très intelligents parce qu'ils sont capables de lire et d'écrire !!!!!

Nettoyez vos canaux naturels ...allez jouer dehors, fermer la télé plus souvent, fermer la radio, ne lisez plus les journaux au quotidien, vous n'avez pas besoin de ça pour faire une vie en bonne intelligence.

loulie

avec vous

--------------------------------

Mondialisation.ca, Le 20 novembre 2009

- 2009-11-15

Dans la défense de l’action en justice que des médecins et citoyens ont intentée pour garantir plus de transparence sur les risques et bénéfices du vaccin PandemRix en Belgique, (voir la requête en PDF) l’intimé (l’Etat Belge) niait que cette campagne de vaccination était en même temps une expérimentation (voir la première assignation).

Je reprends ci-dessous un passage du texte des appelants (l’Initiative Citoyenne de Mlle Meulemans et cie) qui exigent que le caractère expérimental de cette vaccination soit rendu claire, nécessitant un comité d’éthique, et/ou tout le moins une information non biaisée à toutes les personnes concernées, avec la signature d’un formulaire de consentement libre et éclairé pour toute personne désirant se faire vacciner.

Début de l’extrait à [ « Dans son dossier, l'intimé justifiait ses actions en se fondant sur le principe de précaution et produisait une pièce n°1 émanant de l'EMEA (non datée) et intitulée «Vaccins grippaux pandémiques A(HINl) autorises selon une procédure de dossier prototype (« Mock-up ») ».

Pour les appelants, loin d'être une « précaution », la vaccination notamment des femmes enceintes pose de graves questions et constitue une « expérimentation» interdite par la loi ;

En page 10/12, ce document indique sous le titre « FEMMES ENCEINTES » :

« Expérience avec les vaccins grippaux sans adjuvant :

Le bénéfice des vaccins grippaux a été rarement étudié de façon spécifique dans cette population, et il n’y a pas de données provenant d'études randomisées contrôlées. » Des données de sécurité des vaccins saisonniers grippaux inactives et sans adjuvant chez la femme enceinte et issue d'essais cliniques sont très limitées. »

« Expérience avec les vaccins pandémiques : Pour les deux vaccins pandémiques (Focetria/Pandemrix), il n’y a pas de données cliniques disponibles chez la femme enceinte. »

Pandemrix

Des études précliniques de toxicité sur la fertilité maternelle, l’embryon, le fœtus et le nouveau-né (jusqu'à la fin de la période de lactation) ont été réalisées chez le rat... Aucune donnée n'est disponible sur l'administration du vaccin au moment de la phase d'implantation de l'embryon. I1 n’y a pas de données disponibles chez la femme enceinte avec un vaccin qui contient l'adjuvant AS03.

« ... la sécurité des vaccins chez la femme enceinte et leur efficacité clinique sera surveillée étroitement, dans le cadre du plan de gestion de risque. Des études observationnelles sur la base de registre existant de grossesse sont planifiées. »

II est donc sur basé de cette pièce n° 1 produite par l'intimé, indiscutable que concernant l'administration du PANDEMRIX à des femmes enceintes :

1. il n'existe que quelques données pré-cliniques du PANDEMRIX qu'avec des rats

2. il n'existe pas d'étude d'efficacité

3. il n'existe pas d'étude de bénéfice

4. il n'existe aucune donnée clinique

5. il n'existe pas d'étude de toxicité

6. la situation est pré-clinique et observationnelle.

Il n'est donc pas contestable, en l'espèce, que l'administration du PANDEMRIX aux femmes enceintes revêt un caractère expérimental ; » ß fin de l’extrait.]

En Belgique nous avons entendu le professeur Nathan Clumeck sur les ondes de la télévision vouloir rejeter toute notion que cette vaccination relève d’un caractère expérimental. Nous avons aussi, suite au témoignage émouvant du professeur Yvon Englert du service de gynécologie d’Erasme, reçu la déclaration du Groupement des Gynécologues Obstétriciens de Langue française de Belgique du 2 novembre 2009, qui appellent toutes les femmes enceintes en deuxième et troisième trimestre de grossesse à aller se faire vacciner avec le PandemRix.

Ce que GGOLFB mentionne dans son communiqué concernant l’adjuvant de PandemRix c’est que les « conséquences à long terme chez le fœtus semblent être minimes et non chiffrables ».

Cette phrase est extraordinaire : ce sont nos connaissances sur les « conséquences à long terme chez le foetus » qui « semblent être minimes », et si nous donnons ce vaccin expérimental en masse aux femmes enceintes, les « conséquences à long terme » pourront être « non chiffrables », c'est-à-dire INCALCULABLES !

Revenons maintenant aux seules données pré-cliniques dont nous disposons, et que le GGOLFB semble vouloir dire que l’importance est minime : à la page 18 de la notice destinée aux patients concernant la sécurité du (PandemRix vendu au Canada sous le nom ArepanRix, nos pas si cons citoyens Canadiens peuvent prendre part des résultats de deux études sur la sécurité du Pre-Pandrix, (qui utilise la même mixture d’adjuvants ASO3 que le PandemRix/ArepanRix) C’est écrit sous la rubrique :

Pre-clinical Safety Data

“Two reproductive studies were conducted with ASO3-adjuvanted H5N1 antigen and evaluated the effect on embryo-fetal and peri-and post-natal development in rats, following intramuscular administration. Although no definite conclusion could be reached, regarding a possible relation to treatment with the H5N1 vaccine and/or the adjuvant ASO3, and other findings were considered normal, the following observations deserve to be mentioned:

In the first study, there was an increased incidence of fetal malformations with markedly medially thickened kinked ribs and bent scapula as well as an increased incidence of dilated ureter and delayed neurobehavioral maturation.

In the second study, there was an increased incidence of post-implantation loss, and the fetal variation of dilated ureter. Not all findings were observed in both studies, and hence the toxicological significance is uncertain.”

(Source: Arepanrix H1N1 Vaccine .pdf Exposed, à partir de 2 min30sec.) Traduction en Français pour l’éclaircissement du Groupement des Gynécologues Obstétriciens de Langue Française de Belgique :

Concernant la sécurité pré-clinique (la seule donnée concernant la sécurité de ce vaccin sur leur utilisation sur les femmes enceintes avant le début de l’étude OBSERVATIONELLE, notamment sur 8000 femmes enceintes qui ont été vaccinées en octobre 2009 en Suède)

« Deux études ont été menées avec l’antigène H5N1 adjuvanté en ASO3 et ont évalué les effets sur le développement embryo-foetal et péri- et post-natal chez les rats, suite à une injection intramusculaire. Bien qu’une conclusion définitive n’ait pas pu être établie vis-à-vis d’une relation possible au traitement avec le vaccin H5N1 et/ou l’adjuvant AS03, et que les autres données de l’essai semblaient normales, il convient de mentionner l’observation suivante. Dans la première étude, il y avait une incidence accrue de déformations fœtales, surtout les côtes étaient épaissies sur leur partie médiale, avec des plis anormaux, et des omoplates pliées, ainsi qu’une incidence accrue d’uretères dilatés et des retards dans la maturation neuro-comportementale. Dans la deuxième étude il y avait une augmentation de l’incidence de perte de grossesse post implantation, et de la variation fœtale d’uretère dilaté. Tous les phénomènes n’ont pas été observés dans les deux études, et donc la signification toxicologique de ces études demeure incertaine. »

Je pense que, contrairement à certains experts à l’EMEA et l’OMS, les futures mères canadiennes savent très bien lire, car j’entends des rapports qu’il y a des centres de vaccination ouverts là-bas depuis plusieurs jours qui n’ont pas vu arriver le moindre chat !

En dehors de tous les risques et incertitudes déjà connus sur ce vaccin, les lecteurs et lectrices canadiens peuvent prendre connaissance de cette information non sans importance que ce que nous savons sur l’utilisation de PandemRix/ArepanRix concernant la grossesse, c’est que dans des études de sécurité pré-cliniques, les rates enceintes qui avait reçu du « Pre-Pandrix » avec le même adjuvant ont eu des petits avec une incidence accrue de malformations, du retard dans la maturation neurocomportementale, des pertes précoces de l’embryon et des fausses couches.

Cette information ne figure ni sur www.influenza.be, ni sur le communiqué de www.ggolfb.be, mais il est pourtant de nature à intéresser aussi les femmes enceintes belges qui se demandent s’il vaut mieux se vacciner avec le PandemRix ou pas.

Il y a actuellement une bonne estimation du risque réel que l’infection « sauvage » par le H1N1 nous fait courir.

Par contre, les risques à long terme de cette vaccination de jeunes enfants et de femmes enceints sont, comme le GGOLFB le dit, « non chiffrables », c'est-à-dire INCALCULABLES.

Sachant que déjà à court terme, et par les vaccins anti-H1N1 plus classiques utilisés aux Etats-Unis, les effets secondaires commencent à être rapportés en avalanche et sachant que les études de sécurité pré-cliniques concernant les femmes enceintes était tout sauf rassurants (voir ci-dessus) et que le PandemRix contient, en dehors du squalène qui n’a jamais été évalué chez la femme enceinte, également du fœto-neurotoxique thiomersal, du polysorbate 80 et du formaldehyde, soyons un peu sérieux, et arrêtons maintenant de recommander une vaccination de masse de ce produit qui n’a nullement démontré son innocuité ou son bénéfice chez les femmes enceintes !

Membre de l’Initiative Citoyenne qui en tant que médecin exige du gouvernement belge que le caractère expérimental de la vaccination avec le PandemRix soit immédiatement communiqué par le billet de l’exigence d’un formulaire de consentement libre et éclairé à tous les médecins et les patients susceptibles de (se) vacciner. Sur ce formulaire, qui reprend les Contra-Indications absolues et relatives (maladies auto-immuns) du PandemRix, le médecin et son patient devront aussi s’engager à rapporter tout effet secondaire mal vécu, mais étant donnée les nombreuses tâches urgents quotidiens pour le médecins à accomplir, et le fait que ce rapportage n’est nullement obligatoire, mais bénévole, il est très souhaitable que le patient ai aussi un endroit ou se tourner, pour rapporter l’effet secondaire directement. L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé a mis un formulaire comme cela à disposition du public, et nous devons indiquer une site pareil sur nos formulaires en Belgique.

Il est grand temps que le rapport bénéfices/risques de cette vaccination par le produit peu étudié « PandemRix » soit analysé par un comité d’éthique indépendant, car les risques du virus « sauvage » A/H1N1 ne sont pas énormes, et ont le bénéfice d’offrir une immunité naturelle qui dure 50 ans pour les jeunes qui l’attrapent qui n’ont jamais été en contact avec ce souche H1N1.

Voir aussi l’article du Prof. (hon) Juan Gérvas Lettre au British Medical Journal (23/10/09) disponible sur le site www.asanat.org

http://initiative.citoyenne.over-blog.com/article-la-pologne-refuse-les-vaccins-h1n1-39381434.html

Quelques références :

GSK admits to serious side effects for AREPANRIX to be used in Canada, le 3 novembre 2009.

German doctors association issued warning about swine flu jab last week

Polish professor in Neurobiology & Biochemistry on Swine Flu (vidéo)

Vaccin H1N1 : l’Etat à nouveau assigné en référés

Site du GSK. http://www.gsk.ca/french/html/nos-produits/arepanrix.html,

Feuillet de renseignements sur le produit Arepanrix (sur l'expérimentation sur les rats, voir p. 20).

Dr Eric Beeth, Médecin de Famille depuis plus de vingt ans à Bruxelles.

Articles de Eric Beeth publiés par Mondialisation.ca

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite info récente (et dramatiquement prévisible) à cette page :

http://www.20minutes.fr/article/364736/France-Grippe-A-H1N1-une-femme-enceinte-perd-son-bebe-apres-s-etre-fait-vacciner.php

Une femme enceinte a perdu son bébé deux jours après s'être fait vacciner contre la grippe A (H1N1), a indiqué ce jeudi l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), chargée d'étudier la question.

Professionnelle de santé, la femme concernée était enceinte de 38 semaines, soit huit mois et demi. Elle a reçu une dose de vaccin avec adjuvant Pandemrix du laboratoire GlaxoSmithKline. L'effet de ces composants n'étant pas connus chez les femmes enceintes et les enfants, il est pourtant recommandé d'utiliser les vaccins n'en contenant pas.

«Le principe de précaution fonctionne à deux vitesses. Pourquoi cette femme a-t-elle été vacciné alors que les textes recommandent que l'on n'utilise pas de vaccin adjuvanté sur les femmes enceintes, s'interroge Patrick Pelloux (Amuf), joint par 20 Minutes. Le directeur de la Santé (Didier Houssin, ndlr) doit s'expliquer là dessus. Il est évident qu'il y a des pressions dans les hôpitaux pour inciter les personnels de santé à se faire vacciner.»

«De fortes contractions»

Du côté de l'Afssaps, on rappelle que «rien n'empêche une femme enceinte de se faire vacciner avec un vaccin adjuvanté. C'est d'ailleurs le cas par exemple en Suède, note Fabienne Bartoli, adjointe au directeur général de l'Affsaps. On applique un principe de précaution mais le médecin pouvait décider si, au vu des risques, il était préférable de vacciner sans attendre qu'un vaccin sans adjuvant soit disponible.»

Dans un premier temps, la patiente a présenté «des symptômes post-vaccinaux classiques», explique de son côté Jean Marimbert, directeur général de l'Afssaps. «Deux jours après la vaccination, elle a eu de fortes contractions» et les médecins se sont aperçu que le coeur du foetus ne battait plus, détaille-t-il.

Jean Marimbert a indiqué qu'il y avait chaque année plus de 3.000 morts in utero avec de nombreuses causes possibles comme hypertension artérielle, infection ou diabète et que 30 % des cas restaient inexpliqués. Mais, si aucune «donnée ne permet à l'heure actuelle de relier la vaccination à l'avortement», des examens complémentaires sont en cours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un dernier petit texte :

mardi 17 novembre 2009

Vaccins : Il n’y a pas que les adjuvants ...

Vaccins : Il n’y a pas que des adjuvants ; en Allemagne, des nanoparticules auraient été détectées dans les vaccins non testés contre la grippe A !

Frederick William Engdahl, né en 1944, s'exprime sur des sujets de géopolitique, d'économie et d'énergie depuis plus de trois décennies. Il collabore régulièrement à un certain nombre de publications dont Nikon Keizai Shimbun, Foresight Magazine, Grant's Investor.com, European Banker et Business Banker International. Il a participé à de nombreuses conférences internationales concernant la géopolitique, l'économie et l'énergie, et exerce une activité de conseil économique.

Il habite actuellement en Allemagne où il exerce des activités de conseil en matière de risque géopolitique et enseigne dans la Section économique de l'Université des sciences appliquées de Wiesbaden..

Son site : www.engdahl.oilgeopolitics.net.

Voir aussi un article similaire sur Alterinfo.net

1585668_2125956

Des nanoparticules ont été trouvées dans les vaccins homologués par les autorités gouvernementales responsables de la vaccination contre le présumé virus H1N1 de la grippe porcine. Depuis plusieurs années, les fabricants de vaccins expérimentent l'utilisation de nanoparticules comme moyen de « doper la charge » vaccinale. Il s’avère à présent que des vaccins, dont l’usage est homologué en Allemagne et dans d'autres pays européens, contiennent des nanoparticules sous une forme qui attaquerait les cellules saines.

En 2007, des chercheurs de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne ont annoncé dans un article de la revue Nature Biotechnology la mise au point d’une « nanoparticule pouvant fournir des vaccins plus efficaces, avec moins d'effets secondaires et à une fraction du coût des technologies vaccinales actuelles. » L'article se poursuit en décrivant les effets de leur percée : « Faisant à peine 25 nanomètres, ces particules sont si minuscules que, une fois injectées, elles circulent à travers la matrice de la membrane extracellulaire, directement vers les ganglions lymphatiques. En quelques minutes, elles atteignent une concentration des milliers de fois plus grande que dans la membrane. La réponse immunitaire peut alors être extrêmement forte et efficace. » (1)

Il n'y a qu'un seul petit problème avec les vaccins contenant des nanoparticules, ils peuvent être mortels ou du moins provoquer de graves problème de santé irrémédiables..

Les nanoparticules, promues par les grands médias comme une nouvelle révolution prodigieuse de la science, sont des particules fabriquées, immensément plus petites que les particules mortelles de l'amiante à l’origine de graves dégâts pulmonaires et de décès avant qu’elle devienne interdite. Ces particules de taille nanométrique (nm = 0,000.000.001 mètre) s’amalgament avec les membranes cellulaires de notre organisme et, selon des études récentes en Chine et au Japon, une fois introduites dans l’organisme, elles ne cessent de détruire les cellules. Dès qu’elles interagissent avec la structure cellulaire de l'organisme, elles ne peuvent plus être éliminées. La médecine moderne appelle par euphémisme ce phénomène, réaction infectieuses continue.

Depuis le scandale de l'amiante, il a été établi que les particules de la taille d'un millionième de mètre, à cause de leur force d'attraction énorme, pénètrent toutes les cellules, en détruisant tout ce qui entrent en contact avec elles. Les nanoparticules sont bien plus petites que les fibres d'amiante.

Les examens de Beijing confirment les effets mortels chez l’homme

Le fait que l'OMS, l'European Medicines Evaluation Agency, l’Institut allemand Robert Koch et d'autres organismes de santé permettraient aujourd'hui d’injecter à la population de nouveaux vaccins en grande partie non testés contenant des nanoparticules, en dit plus sur le poids du lobby pharmaceutique dans la politique européenne que sur la santé mentale ou l'intégrité morale des fonctionnaires chargés de la santé du public en général.

Le numéro de septembre 2009 du respecté European Respiratory Journal, a exposé le 19 août, et mis en ligne depuis le 21 août, un article évalué par les pairs intitulé, « L'exposition aux nanoparticules est rattachée à l’épanchement pleural, à la fibrose pulmonaire et au granulome. »

L'article décrit des examens effectués en 2008 à l'hôpital d’élite Chaoyang de Beijing (Pékin) sur sept jeunes femmes. Âgées de 18 à 47 ans, toutes les sept ont été exposées à des nanoparticules pendant 5 à 13 mois sur leur lieu de travail ordinaire. Toutes ont été admises à l'hôpital pour dyspnée et épanchement pleural ou liquide en excès autour des poumons, inhibant la respiration. Aucune des sept n'avait jamais fumé et elles n'appartenaient à aucun groupe à risque. Les médecins ont examiné avec soin toutes les possibilités et ont confirmé que les problèmes pulmonaires avaient une origine commune : l'inhalation régulière de nanoparticules dans leur usine. Elles avaient été exposées à des nanoparticules de polyacrylate.

Les examens ont confirmé que les nanoparticules avaient déclenché une réaction de « super-fusion » (super-meltdown) chez les patientes. En dépit de tous les efforts héroïques des médecins, deux des sept sont mortes de complications pulmonaires. (2)

Dans leur rapport, les scientifiques ont conclu par quelque chose de si alarmant qu'il est nécessaire de le citer en entier :

Des tests immunologiques, des examens bactériologiques, virologiques et des marqueurs tumoraux, une bronchoscopie, une thoracoscopie interne et de la chirurgie thoracique assistée par vidéo ont été pratiqués. Des études sur le lieu de travail, des observations cliniques et des examens des patientes ont été menées. La présence de polyacrylate, consistué de nanoparticules, a été confirmée sur le lieu de travail. Les examens pathologiques des tissus pulmonaires des patientes montraient une inflammation pulmonaire non spécifique, une fibrose pulmonaire et des granulomes de corps étrangers sur la plèvre. Grâce à la microscopie électronique en transmission, des nanoparticules ont été observées dans le cytoplasme et le nucléoplasme de cellules épithéliales et mésothéliales pulmonaires, mais elles ont aussi été localisées dans le liquide pleural. Ces cas suscitent l'inquiétude sur le fait que l'exposition de longue durée à certaines nanoparticules sans mesures de protection et de graves dommages pulmonaires chez l'homme.

À ce jour, des études animales et des expériences in vitro ont montré que les nanoparticules peuvent provoquer des dommages pulmonaires et d'autres malignités chez l’animal, mais aucun rapport sur leur toxicité clinique chez l'homme n’avait été fait avant l'étude de Beijing.

L'étude de l'Hôpital Chaoyang de Beijing a confirmé de façon concluante que les nanoparticules provoquent aussi bien chez l'homme des dommages pulmonaires et d'autres malignités. À partir de là, quand deux des vaccins homologués, prévus pour une distribution de masse en Allemagne et ailleurs, contiennent des nanoparticules, la défaillance des responsables compétents de la santé publique et des fonctionnaires épidémiologistes à ordonner d’urgence le gel immédiat de la distribution d’un tel vaccin ne peut être assimilée qu’à de la négligence criminelle. Espérons que les autorités responsables réagiront à temps pour éviter l’éventualité d’une catastrophe sanitaire de plus grande envergure que les pires cas de grippe porcine signalés à ce jour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop d'infos tuent l'info, j'en ai conscience, mais je vous rajoute ceci à lire, le texte peut servir qq personnes à faire leur choix.

http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6781

Nombreuses fausses couches aux Etats-Unis suite au vaccin H1N1

Version imprimable de cet article Version imprimable

envoyer l'article par courriel title= Envoyer par courriel

vendredi 13 novembre 2009 par syti

(Source : Organic Health, traduction : unisfaceauvaccin.org)

Les autorités sanitaires américaines ont fait des femmes enceintes un des groupes les plus prioritaires pour recevoir le vaccin contre la grippe porcine H1N1, mais est-ce réellement sans danger pour elles et leur bébé ? Eh bien, la vérité est que les cas de fausses couches provenant de femmes enceintes qui se sont faites vacciner contre la grippe porcine H1N1 commencent à affluer de toute la nation américaine. Vaccins et grossesse ne sont simplement pas compatibles sans précautions. En fait, les notices pour les vaccins contre la grippe porcine préviennent tout simplement que la sécurité de ces vaccins pour les femmes enceintes n’a pas été établie.

Ce que vous allez lire ci-dessous devrait vous faire réfléchir. S’ils nous disent que le vaccin contre la grippe porcine n’est pas dépourvu d’effets secondaires pour les enfants de moins de 6 mois, alors pourquoi diable serait-il sans danger pour les femmes enceintes et leurs bébés ? Cela ne semble pas frapper du coin du bon sens, n’est-ce pas ?

Témoignages :

Les récits dramatiques qui suivent viennent d’un club de futures mamans dont la grossesse arrive à terme en juin 2010.

EBWashington : Je suis tellement bouleversée. J’étais tellement enthousiaste d’être enceinte après avoir essayé pendant un an. Dès que j’ai su que j’étais enceinte, j’ai rejoint ce club pour futures mamans ; je devais accoucher le 25 Juin. Nous avons deux garçons en bonne santé et je n’ai jamais fait de fausse couche. Tout allait très bien. Lundi dernier, j’ai reçu le vaccin H1N1 réduit en thimérosal (mercure en plus faible quantité pour les femmes enceintes). Le mardi matin, j’ai commencé à avoir des crampes et le mercredi j’ai commencé à saigner abondamment. Mon taux d’hormone hcg était de 50 le mercredi, ce qui est bas compte tenu du fait que j’étais alors enceinte de 6 semaines. Mais ils pensaient toujours que le fœtus était viable. Mais vendredi mon hcg est tombé à 22. Je suis en morceaux. J’avais l’impression d’avoir un bébé en bonne santé et j’ai fait cette fausse couche suite au vaccin H1N1. Mes médecins m’y ont poussée. J’ai fait des recherches sur internet. Il y a eu de nombreuses fausses couches suite au vaccin H1N1, mais elles n’ont pas été déclarées, car il est difficile de dire ce qui a entraîné ces fausses couches. J’espère que ça ne vient pas de moi. Je souhaite le meilleur à tous.

Tayla08 : Je n’ai pas de réponse à vous apporter, mais l’amie d’une amie vient d’avoir une fausse couche 2-3 jours après avoir reçu la piqûre. Elle était enceinte de 7 semaines. Elle n’avait pas d’antécédent de fausse couche... Personne ne peut dire s’il y a un lien... ça ne fait pas assez longtemps et il n’y a pas eu d’études sur les femmes enceintes. Je peux vous dire que cela m’a aidé à prendre ma décision... Je ne vais pas non plus me faire vacciner pour faire plaisir à qui que ce soit. Ma fille et moi avons toutes deux attrapé la grippe H1N1 la semaine dernière, et bien que ce soit vraiment risqué... je crois que je vais tenter ma chance. Un médecin vous dira de vous faire vacciner et l’autre vous dira le contraire... Vous devez vous fier à ce que vous dit votre coeur.

90707 : Mon cœur est avec vous car récemment, j’ai également fait une fausse couche. La grossesse devait venir à terme en juin. J’avais un cœur qui battait normalement à 6 semaines. Puis à 7 semaines et demi, mon fils a été vacciné au Flumis, qui contient le virus vivant. L’infirmière a dit de faire attention car il pourrait théoriquement le propager s’il se frottait le nez et touchait une surface, etc. La nuit suivante, j’ai fait une fausse couche et 5 jours plus tard, j’ai été diagnostiquée comme porteuse du virus H1N1. Je travaille à la maison, les enfants sont à la maison, je n’ai été nulle part pendant cette période. Donc la probabilité que tout cela soit lié est très élevée. Les patients immunodéprimés doivent se méfier du vaccin en spray nasal la grippe et rester loin des personnes vaccinées avec celui-ci pendant 21 jours.

Les témoignages suivants proviennent d’un page d’About.com consacrée au sujet...

Jo : J’ai reçu le vaccin contre la grippe (saisonnière, pas le H1N1) à 8 semaines de grossesse. Trois jours plus tard j’ai fait une fausse couche. Je n’ai aucune intention de me faire vacciner contre le H1N1.

Regrets : J’ai reçu les deux vaccins jeudi. J’étais enceinte de 9 semaines. J’ai fait une fausse couche le dimanche suivant. Plusieurs médecins m’avaient dit de me faire vacciner. Maintenant, je regrette de ne pas avoir suivi mon instinct et ne pas m’être fait vacciner du tout !

smiley : Je suis cadre dans un hôpital et on m’a dit que « les bénéfices l’emportaient sur les risques ». On m’a vacciné à 1 heure du matin et à 3 heures je commençais à saigner et à avoir des crampes. A 15 heures, j’ai fait une fausse couche. A vous de voir…

Sue : Je me suis fait vacciner contre le H1N1 et 24 heures plus tard, j’ai fait une fausse couche.

Linda Hill : Ma belle-fille était à 10 semaines de grossesse et a reçu le vaccin H1N1 vendredi, et la nuit suivante, elle a fait une fausse couche.

SoSorry : Je me sentais fin prête à recevoir le vaccin H1N1 la semaine dernière ; ils le donnaient seulement aux femmes enceintes. J’étais enceinte de 6 semaines quand j’ai reçu le vaccin et le lendemain, j’ai commencé à avoir des crampes et j’ai fait une fausse couche. J’ai déjà eu deux grossesses sans aucun problème. Mes médecins pensent que je suis folle de penser que c’est dû au vaccin H1N1, mais si personne n’examine cela de près, les autres femmes ne le sauront pas. Je regrette tellement de m’être fait vacciner.

Connie : J’ai également reçu le vaccin H1N1 le 22 Octobre 2009 et je commençais le travail le 25 Octobre, à la 16e semaine de grossesse. Nous venions d’entendre le battement du cœur du foetus et tout allait bien pour ma grossesse le 16 Octobre 2009. Puis le 28 Octobre, j’ai perdu les eaux, le 29 Octobre j’ai accouché d’un petit garçon mort-né, et personne ne peut me dire pourquoi... Tout le monde semble dire que ça ne vient pas du vaccin, mais je suis persuadée du contraire. Mon bébé se développait normalement, mais tout le monde veut innocenter la vaccination. Je veux vous dire : si vous vous faites vacciner et faites une fausse couche, alors s’ils peuvent procéder à une autopsie, faites-la.

Je suis également d’accord que quelque chose doit être fait et on devrait mieux faire attention à ce vaccin car la plupart des femmes sont informées que les fausses couches, c’est juste quelque chose qui peut arriver ; mais j’ai également eu deux enfants en bonne santé, des grossesses normales et lorsque j’ai reçu cette vaccination lors de ma troisième grossesse, mon bébé a disparu.

Sioux Falls, Dakota du Sud : J’ai reçu le vaccin H1N1 le 16 Octobre et j’ai commencé à avoir des crampes le 22. J’étais à près de 17 semaines de grossesse et ai donné naissance à un garçon mort-né le 23. Comme beaucoup d’autres femmes ici, la première chose que je soupçonnais était le vaccin H1N1. J’ai immédiatement demandé à une infirmière de l’hôpital s’il pouvait y avoir un lien. Sans hésiter une seule seconde, elle me répondit « absolument pas. » Je me méfiais du vaccin, mais j’ai suivi les conseils de mon médecin de famille en qui j’avais confiance. Dans un rendez-vous de suivi médical avec mon médecin 3 jours après la perte de mon bébé, je lui ai demandé si le vaccin aurait pu avoir des effets néfastes sur mon bébé. Il a également dit que ce n’était pas possible. Je ne crois pas que mon médecin m’ait nécessairement menti ; il a simplement suivi les pratiques acceptées tous et les opinions de son camp. Je pense toutefois qu’en tant que nation, on nous a menti. Ce vaccin N’EST PAS sans danger pendant la grossesse. Il n’y a pas eu suffisamment d’essais pour le déterminer, et les « coïncidences » sont trop nombreuses pour que ce soit autre chose que le résultat d’un vaccin produit et distribué à la hâte dans le souci d’empêcher une panique générale. J’ai lu tellement d’histoires défendant le vaccin, disant que les fausses couches sont fréquentes, mais je vous mets au défi de demander aux professionnels de santé quelle est la fréquence des fausses couches pendant le second trimestre. Mon bébé évoluait normalement et je l’avais senti bouger plus tôt dans la journée. Mes pensées vont à vous toutes qui avez eu à passer par le même brisement du coeur et sentiment de perte que j’ai eus au ces deux dernières semaines. Rien ne justifie qu’une femme ou une famille doive vivre cela. Passer l’info à toutes les femmes enceintes que vous connaissez. Je sais que si j’avais entendu dire que les femmes avaient perdu leur bébé peu après avoir reçu le vaccin, j’aurais écouté mon instinct, et j’aurais tout fait pour ne pas me faire vacciner. Peut-être alors que Wyatt aurait eu une chance de vivre.

Marina Rossi : J’ai récemment reçu le vaccin H1N1 et fait une fausse couche 3 jours plus tard. J’ai pensé que c’était peut être dû au vaccin, mais je n’ai pas demandé. Après avoir trouvé ce site, je suis sure que c’était le vaccin. Désolé pour toutes celles qui viennent de vivre une fausse couche.

Kathy-SD : Je viens d’une ville de 2000 habitants dans le Dakota du Sud. Il y a plusieurs femmes enceintes et nous sommes toutes proches de l’accouchement. Quatre d’entre nous ont reçu le vaccin H1N1 il y a 2 semaines et chacune avons commencé à avoir des contractions prématurées. Nous devons accoucher en novembre et décembre, donc nous sommes plus en avance que la plupart des femmes qui ont perdu leur bébé. Vous n’avez aucun moyen de nous dire que nos accouchements prématurés n’ont pas été causé par le vaccin H1N1. C’est « un coup de malchance » pour certains, quand les femmes sont éparpillées dans tout le pays, mais là nous parlons de 4 d’entre elles dans notre petite communauté. Mes pensées vont à vous toutes qui avez perdu votre bébé.

Ashley : Je ne suis pas sûre, mais il ne s’agit pas seulement de moi. Une personne que je connais et moi avons toutes les deux fait une fausse couche, 4 jours après s’être faites vacciner, j’étais à 6 semaines de grossesse et elle en était à 4 mois. Pas sûre que le vaccin en soit la cause et impossible de trouver plus informations, mais je suis un peu préoccupée par cette coïncidence.

Time Machine : J’ai reçu un vaccin contre la grippe durant la grossesse, j’ai immédiatement développé des symptômes incroyablement étranges (les pieds, la bouche et les mains engourdies, des palpitations, une faiblesse soudaine de mes jambes, un visage rouge vif), je me suis mise à saigner et ai fait une fausse couche à 11 semaines de grossesse. Je ne savais pas qu’il y avait du mercure dans la plupart des vaccins contre la grippe mais quand je l’ai découvert après coup, on m’a assuré que j’avais eu la formule « sans mercure ». Comme cela s’est avéré, le vaccin n’était pas complètement sans mercure et, selon le site internet de l’EPA, il avait encore 5000 fois plus de mercure que la limite autorisée pour l’eau potable, pour ne pas mentionner une liste d’autres toxines (MSG, formol, etc.).

Je n’avais pas idée de les vaccins fussent si sales. Je pensais probablement qu’ils étaient comme de l’eau stérile avec un virus mort, c’est tout.

Les symptômes étranges dont on m’avait dit qu’ils étaient « normaux lors d’une grossesse » ont duré six mois. Personne ne pouvait comprendre ce qui n’allait pas chez moi, pourquoi je ne pouvais pas monter les escaliers, pourquoi je me sentais comme si j’avais été piquée à la novocaine. J’ai appris plus tard par un livre de Jane Hightower que ce sont tous des symptômes d’exposition au mercure. Je suppose que je je fais partie des personnes sensibles. Personne dans ma famille ne va se faire vacciner contre le H1N1 ; personne ne fera plus les vaccins saisonniers, nous avons tous lu les étiquettes.

Si vous êtes une mère enceinte, s’il vous plaît ne prenez pas le vaccin H1N1 contre la grippe porcine. Au lieu de cela, faites tout ce que vous pouvez faire pour éviter les lieux publics et assurez-vous de vous laver les mains plus que vous le feriez habituellement. Prenez de grandes doses de vitamines, pour renforcer votre immunité et cherchez de nombreuses méthodes naturelles pour guérir de la grippe, on peut les trouver sur internet.

La vérité est que si vous prenez le vaccin et que quelque chose se passe, vous ne serez en mesure de poursuivre personne (merci au Congrès !). Vous porterez vous-mêmes toute la responsabilité. Ce médecin qui n’a pas cessé de vous inciter, vous dira que le vaccin ne peut pas en être la cause et que vous auriez probablement fait une fausse couche dans tous les cas.

Voulez-vous honnêtement injecter un vaccin qui peut contenir du mercure, du formaldéhyde, du polysorbate 80 (associée à l’infertilité), du Triton X100 (un puissant détergent), du phénoxyéthanol (antigel) et tout un tas d’autres ingrédients toxiques dans votre corps lorsque vous savez que votre bébé va en absorber trop et qu’il n’a pas de défenses contre la plupart de ces choses ?

Dans la très courte vidéo affichée ci-dessous, vous verrez un expert de la santé expliquer à Sean Hannity que le vaccin contre la grippe porcine n’est même pas sûr pour les femmes enceintes...

Le fait est que si vous êtes enceinte, vous avez besoin d’entendre ce que les deux parties ont à dire avant de soumettre votre bébé à un vaccin contre la grippe porcine. Vous ne souhaitez pas finir comme l’une des mères ci-dessus. S’il vous plaît, aidez-nous en partageant cette information avec autant de personnes que vous le pouvez. Si vous connaissez d’autres témoignages douloureux de fausses couches suite au vaccin de la grippe porcine H1N1 ; s’il vous plaît, postez-les ci-dessous dans la section commentaires.

Traduction Bénédicte Abraham pour unisfaceauvaccin.org

Les témoignages continuent d’affluer…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je relaye un message lu sur un forum. Je trouve cette info info très intéressante. Je transmets, à vous de juger......à lire jusqu'au bout.

Source : L'Apart des spasmos mam » 2009-11-22 06:22.

Grippe H1N1: que faire?

" Juste une info qui pourra en intéresser certains : Comme vous le savez, je vois des médecins à longueur de journées....Lesquels me connaissent du fait d'avoir travaillé de concert avec eux dans leur proximité dans notre amphithéâtre du CHU. Ils sont tous d'accord pour refuser le vaccin contre la grippe A. Hier soir encore ils étaient en réunion avec un pneumologue et ils s'accordent tous à dire qu'il ne faut pas se faire vacciner ! Le vaccin est un vaccin "vivant", et pour le booster un peu, les labos ont mis du mercure à fortes doses. Il n'y a aucun recul sur les effets secondaires et indésirables à long et moyen terme de ce produit. Les labos ont même signé avec le gouvernement français une "décharge" qui les couvre totalement en cas de complications dues aux injections de ce vaccin. L'ÉTAT ayant fait une grosse commande de ces vaccins, il faut maintenant les écouler..... (Ça ne vous rappelle rien?). Les labos ont précisé qu'ils n'ont pas eu le temps de faire les études cliniques normalement obligatoires avant de mettre un médicament sur le marché, "mais

il faut agir vite". Les conséquences peuvent être graves : Syndrome de Guillain-Barré (paralysie totale pouvant aller jusqu'à la mort, paralysie pas toujours réversible, séjours en réa ou soins intensifs avec ou sans séquelles neurologiques...). L'État préconise une vaccination en priorité chez les personnels de santé,

les femmes enceintes et les enfants !!! On imagine le carnage ! D'ailleurs, il est surprenant de voir que les médecins et les pharmaciens refusent catégoriquement de se faire vacciner. Et les médecins que j'ai vu hier au CHU de REIMS refusent de vacciner les patients qui le leur demandent......car ils ne veulent pas prendre le risque de porter de telles responsabilités pour le futur dont on ignore les suites... Voilà, je vous semble sans doute alarmiste... Mais je ne pouvais pas "ne pas partager" ces infos que je tiens de source "sûre" sur le terrain. Chacun est libre de ses choix selon ses convictions intimes.

Mam

Ci-joint les réflexions d'un Neuro-Chirurgien

Source: Dr RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D.

Aucune Personne ne devrait accepter le vaccin contre la grippe porcine….il s'agit d'un des vaccins les plus dangereux jamais conçus. Il contient un adjuvant nommé squalène (MF-59) . Il a été démontré que ce produit pouvait provoquer de graves maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l'arthrite rhumatoïde et le lupus. Il s'agit de l'adjuvant vaccinal qui a été mis en cause dans le syndrome de la Guerre du Golfe qui a tué plus de 10000 soldats et provoqué une augmentation de 200% de la maladie de Lou Gehring (sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot (ALS),

maladie mortelle. Le virus H1N1 tue en provoquant une « tempête de cytokines », entraînant le système immunitaire à réagir de manière excessive. C'est la raison pour laquelle il tue des jeunes personnes et provoque une maladie plus légère chez les personnes plus âgées dont le système immunitaire est

davantage affaibli. Ce vaccin est un puissant stimulateur de l'immunité qui rend le virus capable d'une beaucoup plus grande létalité.

La meilleure protection est la vitamine D 3. Il faudrait dès que possible en prendre 5000 UI (IU en anglais) par jour et quand la maladie commence à s'étendre, augmenter la dose jusqu'à 15.000 UI par jour. La vitamine D 3 module la réaction immunitaire, réduisant le risque de réactions excessives. Elle stimule le corps à produire ce qu'on appelle des peptides antimicrobiens (antimicrobial peptides) puissants destructeurs de virus qui ne font pas intervenir l'immunité. L'effet est proportionnel à la dose administrée. Plus la dose de vitamine D3 est élevée, meilleure la protection Les huiles de poisson contribuent également à réduire une réaction immunitaire excessive. Une cuillère à café par jour serait suffisante. ( La meilleure est l'huile de poisson Norvégienne au citron Carlson ) . En cas de symptômes graves, prendre une cuillère à café deux fois par jour. Divers antioxydants peuvent aussi être utiles comme le curcuma, le « quercetin »,

l'extrait de pépin de pamplemousse, la vitamine C , ainsi que la vitamine E naturelle. Un apport multi minéraux/vitamines est aussi essentiel. Puis-je vous demander de répandre ce message.

Les gens doivent savoir comment se protéger.

Dr RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D. "

:chapeau:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici ce que j'ai encore en stock. :victory:

Grippe Vit D 01

Rappel : La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses) synthétisée dans l'organisme humain à partir d'un dérivé du cholestérol sous l'action des rayonnements UVB de la lumière (donc à l’exposition directe sous le soleil, mais aussi en cas de temps nuageux). Elle existe sous deux formes : D2 (ergocalciférol) ou D3 (cholécalciférol).

Comme chacun le sait déjà, La vitamine D est nécessaire à la santé et à la robustesse du squelette humain (…).

La vitamine D est le précurseur d'une hormone stéroïde puissante, calcitriol, ou la forme active de vitamine D (calcitriol = cholécalciférol = D3).

Mais ce qui nous intéresse pour le moment c’est l’impact de la vit. D sur le sytème immunitaire. Au niveau moléculaire, la vitamine D se fixe sur un récepteur proche de l'ADN, dans le noyau cellulaire, permettant ainsi de faciliter la transcription de certains gènes, ce qui expliquerait les effets variés observés.

Citation

Le chercheur britannique, Dr R. Edgar Hope-Simpson, fut le premier à documenter la plus mystérieuse caractéristique de l’épidémie de grippe, sa rareté en été et son niveau élevé en hiver. Il a émit l’hypothèse qu'un "facteur saisonnier" inconnu était à l’œuvre, un facteur qui pourrait affecter l'immunité humaine acquise (innée). Hope-Simpson n'avait pas le moyen de savoir alors que cette vitamine D avait des effets profonds sur l'immunité humaine, aucun moyen de savoir qu'elle augmente la production de peptides anti-microbiens à large spectre, des peptides qui détruisent rapidement le virus de la grippe. Nous avons seulement récemment appris comment la vitamine D augmente la production de peptides antimicrobiens tout en empêchant simultanément le système immunitaire de libérer trop de cellules inflammatoires, appelées chémokines et cytokines, dans les tissus pulmonaires infectés. En 1918, lorsque des scientifiques médicaux firent l’autopsie sur certains des cinquante millions de personnes qui moururent au cours de la pandémie grippale en 1918, ils furent étonnés de trouver les tissus respiratoires détruits (respiratory tracts); parfois ces cytokines inflammatoires avaient déclenché la destruction complète des cellules épithéliales normales tapissant les voies respiratoires. C'était comme si les victimes de la grippe avaient été attaquées et tuées par leur propre système immunitaire. Il a été récemment démontré que c'est cette réaction inflammatoire sévère que la vitamine D a évité / prévenu.

Source (en anglais) (Traduction aimablement fournie) : :sorcerer:

http://www.medicalnewstoday.com/articles/51913.php

Ce passage aussi extrait, intéressant :

La vitamine D activée - comme tous les hormones stéroïdiennes - tisse le génome, mettant la production de protéines sur et hors tension, lorsque votre corps le requiert. Autrement dit, la vitamine D réglemente l’exp​ression génétique dans des centaines de tissus dans tout votre corps. Cela signifie que la vitamine D a autant de mécanismes d’action potentiels qu’il existe de possibilités de tissage / assemblage de gènes

Share this post


Link to post
Share on other sites

merci maître !!

question ... les poumons brûlés et détruits sur des personnes décédées en quelques jours en Ukraine et en Pologne ? ..stimulation excessive du système immunitaire ?

Rapport sur les injections vaccinales au Québec et au Canada... les autorités médicales sont très contentes, et les pharmaceutiques aussi ... tout se déroule comme souhaité, les gens se font vaccinés ''à tour de bras'' ... déjà 2 millions au québec ! sur une population de quasi 8 millions ... au suivant !

Notons que AUCUN écrit ni photo n,est paru dans les quotidiens concernant les vaccinations massives des écoliers, embarqués dans des bus et conduits en clinique. Les seules directives médiatiques à la populace ont été données verbalement à la radio. Encore rien de noir sur blanc ni papier, ni internet... ce qui fait que le reste du monde n'est pas au courant!

Encore mieux, lu dans un article de mondialisation.ca ( Erci Beith sur le sujet du vaccin produit pour la Belgique - identique au canadien- ''Pan**ix H1N1...'') que les femmes enceintes canadiennes n'étaient pas dupes du vaccin et ne se présentaient pas aux cliniques à leur intention ! FAUX, archi faux... Il y a eu quelques jours où les cliniques ont été désertées pour des raisons de circonstances, pluie, week-end, erreurs d'horaire, et pÉnurie de vaccin... mais pas pour des raisons de refus et rejet volontaire et clairement manifestés de la part des femmes ou tout autre personne !

Les gens sont ou bien soumis ou bien ils ont peur.. c'est dramatique ce qui se passe au canada et au québec !

Je crois que cette confusion médiatique et politique, que les différents réalités. méthode, effets et conséquences, selon les pays et les territoires tendent à prouver de + en + que des tests divers et différents sont effectués présentement sur les humains ici et là !

lâchons pas

loulie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas la télé et je n'écoute pas la radio, la panique commence? Les étudiants infirmiers qui font un stage dans mon service de pédiatrie sont réquisitionnés. Il disent que les étudiants qui ont étés réquisitionnés avant eux vaccinent jusqu'à 135 personnes par jours (waouh!!!)Pratique les étudiants! Bonne main d'oeuvre, je me demande dans quelle mesure ils peuvent refuser...

Dans le bureau de la cadre la liste du personnel, grippe saisonnière et grippe A, on doit cocher si l'on souhaite la vaccination. Bonjour la confidentialité! à un autre étage chacun a donné sa réponse en main propre à la cadre, rien d'affiché à la vue de tous.

La pression sur le personnel s'accentue, nos médecins sont à 100% pro vaccins. Avec des phrases comme " vous êtes inconscients, vous voulez mourir?" Ils ne font pas dans la finesse mais ça marche puisque plusieurs collègues indécis ont cédé il y a trois semaines. Par contre des phrases comme "vous allez nous foutre dans la merde" (arrêts maladies) ont un peu énervés d'autres indécis et les ont plutôt poussé dans le camps adverse pour l'instant...

Quelle transparence! Des mails nous tiennent informés que tant de médecins et tant d'infirmières ont été vaccinés (les femmes de ménage et les aides soignante on s'en fou, la vaccination de gens si peu instruits ça ne peut pas en inciter d'autres à se faire vacciner, alors que les médecins et les infirmières l'ont fait à la lumière de leur savoir médical...) et on nous détaille les effets secondaires observé. Rien d'alarmant bien entendu, mais si ça n'était pas le cas je ne pense pas que l'on aurais reçu un mail. SI?

Dans un même temps, un médecin vient personnellement placarder en salle de soin la "lettre de Roselyne Bachelot aux soignants" Bla bla bla et je cite " mais je suis persuadées que vous ne prendrez pas le risque de contaminer vos collègues et surtout vos patients", à peu près cette phrase. On en appelle à notre sens des responsabilités. Vive la culpabilisation!

Depuis une quinzaine de jours, quelques cas avérés chez les enfants, vite détectés, par chance, ils n'ont pas eut le temps de contaminer leurs camarades, ils vont bien mais n'étaient pas particulièrement fragiles. ça ne fait que commencer, on en a pour tout l'hivers.Hiers j'ai accueillis un enfant pour une autre pathologie mais devant ses symptômes on a fait un prélévement qui s'est révélé positif. Hop, masque pour 48h. Au fond on en fini presque à souhaiter l'attraper, histoire d'arrêter de se prendre la tête.

Bon courage à tous ceux qui subissent des pressions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques extraits, du dernier article en date, du Dct Marc Girard:

"[i]Au contraire de ce qui se dit un peu partout sur les ondes, les réactions au vaccin ne

sont pas de petites réactions locales (rougeur ou douleur au point d’injection).

· Le rapport d’évaluation distingue clairement « symptômes locaux » et

« symptômes généraux » ; or, chez les sujets vaccinés, ces symptômes

généraux ont été rapportés chez 76,9% des jeunes (18-60 ans) et chez

55,8% des plus âgés (> 60 ans) (Pandemrix CHMP, 9e et 10e lignes du tableau

donné en p. 46).

· Ces symptômes généraux sont décrits comme des diarrhées, des nausées et…

des syndromes pseudo-grippaux (fièvres, douleurs musculaires, fatigue) (ibid,

p. 46, lignes 2 et 3).

· Dans l’essai H5N1-0028, loin de rapporter ces syndromes pseudo-grippaux à

une réaction (d’ailleurs attendue) au vaccin, les autorités considèrent qu’ils

sont imputables « à des pathologies respiratoires intercurrentes » (ibid, p. 47,

dernier paragraphe avant H5N1-012), alors même qu’il n’est pas contesté que

les sujets recrutés dans l’essai étaient sujets jeunes et en bonne santé

(Pandemrix 2008 CHMP, p. 15, 5e ligne).

On croit rêver.

[...]

3.2.2. Réactions graves au cours des essais cliniques

Comme si la chose allait de soi, on apprend qu’au cours du développement clinique

de l’un des vaccins, pas moins de sept décès ont été rapportés dans trois essais

cliniques regroupant un effectif total de 2000 sujets exposés (Pandemrix CHMP,

p. 57, lignes 2, 4 et 14). Bien entendu, on nous affirme que ces décès n’ont rien à

voir avec le vaccin ; mais :

· il n’est pas dans la pratique usuelle du développement clinique d’écarter sans

une once de justification la responsabilité du médicament à l’étude dans des

événements aussi graves ;

· deux des décès sont survenus dans des essais ayant recrutés des sujets

jeunes en bonne santé : c’est curieux de mourir si brutalement quand on est

jeune et en bonne santé ;

· certes, le troisième essai (H5N1-010) était mené chez des sujets âgés (61 ans

et plus, ibid. p. 19), mais il n’est pas usuel, à ce stade du développement,

d’inclure des sujets malades : de toute façon, 5 décès sur 413 sujets âgés –

même fragilisés par la maladie – c’est plus que ce qu’on attend d’habitude en

matière de mortalité grippale…

On apprend également en passant que deux cas d’hépatite auto-immune ont été

rapportés dans l’étude H5N1-009 (Pandemrix CHMP, p. 57, lignes 25) précisément

consacrée aux effets du vaccin chez des enfants âgés de 3 à 9 ans (ibid. 19,

12

ligne 11) ! Deux cas d’une pathologie aussi grave (débouchant, en gros, sur une

cirrhose du foie) sur 400 patients environ, ça fait un cas d’hépatite auto-immune

chez 200 enfants traités : on est loin de la fréquence de un sur un million

alléguée (faussement, d’ailleurs) par les autorités pour les Guillain-Barré vaccinaux…

Gageons que si des « circonstances exceptionnelles » ne l’avaient interdit, les

autorités européennes et le fabricant auraient mis toutes leurs forces en commun

pour investiguer à fond un aussi troublant concours de circonstances9…

C’est aussi l’occasion de rappeler – en passant, évidemment – une mort inattendue

(unexpected death : Pandemrix CHMP, p. 16, paragraphe 6, lignes 1) a été rapporté

chez une rate enceinte : heureusement pour la pauvre bête (et ses petits), la chose

« a été considérée comme non lié au vaccin » (was judged unrelated to the vaccine :

on croirait entendre D. Rumsfeld après un dégât collatéral…)."[/i]

http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Je_vaccine_mes_enfants_.pdf

Share this post


Link to post
Share on other sites

CANADA.

Grippe A : un vaccin du britannique GSK, similaire à celui utilisé en France, provoque des allergies "graves"

<h1></h1>Lire ici

Extrait:

Les autorités canadiennes ont suspendu un lot de vaccins du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) à la suite d'un "nombre inhabituel de réactions allergiques graves" au vaccin contre le virus grippal H1N1, selon l'OMS (vaccin adjuvanté au squalène comme celui de la Belgique et de la France, mais avec un antigène "similaire", donc légèrement différent, ndlr).

(...)

GSK a de son côté reconnu qu'un lot de 172.000 doses de son vaccin Arepanrix - sur les 7,5 millions de doses expédiées au Canada - semblait avoir entraîné un pourcentage "un peu plus élevé" que les 1/100.000 réactions fortes admises pour de tels produits. Le produit émanant de ce lot a entraîné, entre autres, des réactions affectant le coeur et le poumon. Cette réaction, dite "choc anaphylactique", peut s'avérer fatale dans certains cas.

ça commence : entendu parlé du scénario de JJ crèvecoeur ? :furious:

On est au stade 8. On n'est pas obligé de croire qu'on n'utilisera pas son bon sens et qu'on suivra le troupeau, hein!

Si les infirmières et les médecins continuent à faire de la résistance, la recombinaison sera très limitée et pourra être plus facilement circonscrite / enrayée ...:sorcerer:

lire ici (Scénario de JJ crèvecoeur. Ne pas lire si la théorie du complot vous horripile. Passez au lien ci-dessous)

(extrait caractéristique)

(dégâts "collatéraux")

:chapeau:

Mutation du virus en Norvège

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now