Guest Alain

Toilettes sèches

508 posts in this topic

Nous espérons pouvoir acheter une maison l'année prochaine et je pense installer des toilettes seches aux vus des témoignages anthousiastes .

Share this post


Link to post
Share on other sites

voici qql photos de mes toilettes en fabrication

il faut que modifi le dessu parce que il n'est pas tres confortable ;) ( surtout si on veux passer un peu de temp a lire une BD)tlb38ab.jpg

tlb43fh.jpg

tlb81ux.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai fait pratiquement pareil et pour le confort j'ai posé simplement une lunette WC standard encore dessus...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour rappel, notre association EMPREINTE organise depuis le printemps une enquete auprès des utilisateurs de toilettes sèches. Après une petite pause (bébé), on reprend le collier.

Vous pouvez dorenavant participer à l'enquete en remplissant le formulaire en ligne sur notre site internet à l'adresse suivante : http://www.habitat-ecologique.org/enquete3.html

Les résultats seront affichés et mis à jour regulièrement sur le site.

Nous en sommes aujourd'hui à près de 225 foyers qui ont répondu avec une très forte représentation du grand ouest du fait de notre implantation.

Venez-vite participer à l'enquête et diffuser l'info autour de vous !

Merci d'avance à tous,

Mima pour l'asso EMPREINTE

http://www.habitat-ecologique.org

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Je sors d'une très bonne conférence sur la gestion écologique de l'eau par Nathalie d’"Eau Vivante". Contrairement aux conférences des acteurs officiels de l’eau : Il y avait un chapitre sur les toilettes sèches.

Tout a été expliqué avec tact et précision, de l'impact écolo au compostage en passant par de multiples photos. Il y avait évidement la partie positif / négatif avec les odeurs, le seau plein à minuit, les coliformes dans l’eau potable et le cycle du carbone…. Mais toujours rien sur les avantages concrets que l'usager peut immédiatement mesurer lors de la visite.

C’est malheureusement une constante : Du site www.eautarcie.com en passant par la littérature sur le sujet : Ces petits détails qui font aussi la différence sont plus ou moins laissés de coté car ils sont trop au cœur de l’intimité de l’acte. En parler pourrait choquer celui qui entend parler de toilettes sèches pour la première fois. Il est donc de mise d’insister plutôt sur le coté écologique et l’éco citoyenneté que sur ce qui se passe concrètement quand on utilise les toilettes de l’ancien temps (je veux parler de ceux à chasses, bien sûr).

Il faut aller sur les forums pour lire que ceux passent aux toilettes sèches sont hyper contents et ne veulent plus revenir en arrière. Mais à part quelques allusion, seuls les pratiquants savent pourquoi les TLB : C’est si bien.

Je souhaite donc profiter de ce forum pour lister ces avantages concrets pour l’usager qui font que l’usage de la TLB s’impose d’abord pour son coté pratique et ensuite pour son évidence écologique, rejetant son homologue à chasse aux oubliettes des inventions emmerdante à utiliser.

1/ Il n'y a jamais de brosse à coté d'une TLB(contrairement aux toilettes à chasse qui en sont équipées à 100%). C’est un détail qui en dit long : Passer à la TLB, c'est oublier à jamais les "signatures" qui obligent à se servir de cette fameuse brosse (dont le manche est lui même "signée" par les coliformes des précédent visiteurs).

Je ne passe pas sous silence le fait qu’en général, on commence par retirer la chasse pour voir si ça ne suffirait pas à effacer la signature.

Quand on se résigne à utiliser la brosse : On retire alors la chasse une troisième fois pour évacuer la signature en suspension, puis une quatrième pour rincer dans le tourbillon la brosse maculée. Avec une chasse ancienne, c’est 40 litres d’eau potable par grosse commission sur la facture d’eau contre les 10 litres généralement annoncés.

Je ne passe également pas sous silence le fait qu’il échoit à la maîtresse de maison de retirer les restes de signatures loger au fond des poils de la brosse.

Face à ce désastre : La TLB se contente au pire d’une finition rapide à la « maryse » lors du vidage hebdomadaire (raclette pour les œufs battu en neige). Mais c’est seulement 1 fois la semaine, on est dehors devant la caisse à compost, nous sommes équipé de gants en caoutchouc et contrairement à la brosse : la maryse n’envoie pas partout des projections lors de son nettoyage.

Note 1:

Je parle ici à desseins que de toilette à litière. Car sauf preuve du contraire, c’est le seul modèle de toilettes sèches qui n’a effectivement jamais besoin de brosse.

Note 2 :

Comme il n’y a pas de brosse ni dans les hotels ni dans les grands restaurants : J’ai longtemps pensé que j’étais un des rares qui n’avait pas compris comment ne pas laisser de signature aux toilettes, contrairement aux gens bien éduqués qui eux savent (au point de ne pas avoir besoin de brosse à toilettes).

Après une longue réflexion, j’ai fini par conclure que je ne suis ni un malpropre ni un mammouth : c’est la conception du système qui est responsable, pas nous. La forme de la céramique et la position de l’usager associée à la texture et à la hauteur de chute des matières fait qu’il est quasiment impossible d’éviter la signature. Enfin, comme Jacob Delafon ne s’appelle pas Mr Karcher : C’est à l’usager qu’incombe le choix de retirer ou non sa marque, en mettant dans la balance la propreté du manche de la brosse, le temps de l’opération et le risque qu’il y ai un futur usager qui attende derrière la porte.

Bref : Vivement les TLB dans les hotels et les grands restaurants !!!

2/ Il n’y a pas d’eau au fond d’une TLB.

Cela a plusieurs conséquences majeures qui sont bien plus importante pour l’usager des toilettes à chasse que celle qui consiste à ne pas mettre ses matières fécales dans l’eau potable du voisin en aval.

Mr Delafon aurait tout de même pu s’apercevoir que cette eau au fond des toilettes à chasse est incompatible avec la forme de la céramique, la position de l’usager, la texture et la hauteur de chute des matières : En effet :

2.1/ Il est quasiment impossible d’éviter l’arrosage de son postérieur, de la lunette et parfois celui des murs latéraux.

Je ne m’étendrai pas sur la peur de cette aspersion qui pousse inconsciemment à la constipation (ou au choix délibéré de l’usager de ne pas se positionner correctement sur la lunette, au risque de se trouver confronté de manière magistrale au point 1/ ).

2.2/ Je n’insiste pas non plus sur le problème de ces nouveaux pavillons ou les toilettes donne sur la salle à manger. La peur du « plouf » pousse encore plus à la constipation ou à la sur consommation de papier (afin de créer un matelas sensé limiter le mouvement d’eau et le « plouf » qui l’accompagne). Ce fameux « plouf » peux avoir encore plus d’effet la nuit, quand il réveil le petit dernier qui a eu du mal à s’endormir.

2.3/ Enfin, je voudrais en profiter pour en finir avec un point de discorde dans le couple. Ce n’est pas parce que l’homme urine debout ou parce qu’il est saoul qu’il y a des gouttes sur les murs et la lunette, car nous savons tous viser une mouche à 1,5 mètre depuis l’age de 10 ans. C’est l’eau au fond de la cuvette qui provoque les éclaboussures (la hauteur et la pression compensant l’absence de consistance).

2.4 / Plus d’eau dans les toilettes sèches, c’est plus de fuites d’eau à réparer et encore moins de toilettes qui se bouchent : qui dit encore que les TLB, c’est de la maintenance ?

3/ les TLB sont basée sur le principe de la composition de l’humus en forêt

(je trouve que c’est mieux de le dire comme cela que de parler de « décomposition des matière organique »). Donc, vous n’avez plus besoin de parfum « brizz air weak » au formaldéhydes : les seules odeurs qu’émettent une TLB sont un délicat parfum d’humus, au matin dans la forêt et il serait dommage de chercher à les masquer par de la chimie.

4/ la fonction fondamentale d’un toilettes à chasse repose sur sa capacité à chasser les matières hors de la vue de l’usager suivant.

Encore une fois : on peux se demander si Mr Delafon et ses confrères n’ont jamais tester leurs céramiques avant de les commercialiser.

Combien de toilettes à chasses anémiques ne suffisent qu’à mettre les colombins en rotation afin de parfaire la signature ?

Combien de chasse d’eau faut il encore tirer pour arriver à évacuer le papier qui se refuse à couler ?

Il y a bien eu des progrès ces 15 dernières années, mais chaque fois que je vais chez des gens qui habitent dans des maisons antérieures aux années 90 : Je transpire à l’idée d’aller aux toilettes et de tomber sur ces chasses d’eau molles qui font que l’on passe 15 minutes au toilettes, à batailler avec la brosse (utilisée dans ce cas pas seulement pour les signatures) et le papier toilette pour essayer d’entraîner la matière au fond du siphon.

Conclusion :

Malgré leur coté rustique : Ca fait un paquet d’avantages pratiques et mesurables immédiatement pour les toilettes à litière. Les 15 minutes hebdomadaires pour l’entretien d’une TLB + 1 coup de louche à chaque passage n’ont rien à voir avec le 15 minutes d’entretien hebdomadaire des toilettes à chasse + les coups de brosses et les séances d’épongeage (c’est pour cela qu’il faut du papier triple épaisseur), sans parler du cauchemar des chasses molles.

La meilleurs promo pour les toilettes sèches : ça pourrait simplement être de les faire essayer en expliquant que « sur ce modèle de toilettes du futur : tout les désavantages pour l’usager des anciennes toilettes à chasses ont été supprimés ».

Merci mille fois à Mr Orszagh pour ce progrès décisif.

David

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelle clarté, quelle persuasion, David...

Promis, dès que j'ai terminé l'achat de ma maison, je m'y mets... En essai, puis, j'espère, de façon définitive.

je vous en reparlerai alors.

Bien à tous,

Nico.

Share this post


Link to post
Share on other sites

merci david - quelle merveilleuse description!

tu as modifié à jamais mon attitude v à v des w.c...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Merci. Ca faisait longtemps que les WC m'emmerdais et je suis content d'avoir découvert autre chose. J'avais juste envie d'en parler. Excuser moi pour le coté parfois "cru".

Je vais vous raconter une autre histoire :

Il y a encore 6 mois : ma femme refusait que je mette en route un TLB sur le chantier et m’interdisait de composter les matières sur l’emprise de notre terrain, malgré la catastrophe olfactive des toilettes chimiques du camping car (et le drame lors du vidage).

Une journée à « Terre vivante (38) + 1 pipi dans les toilettes du centre à suffit pour balayer ses idées toutes faites. Après mise en route de notre TLB et de notre « composteur itinérant, spécial petit volume ». Elle a même mis le nez sans le composteur pour constater que c’est génial et rajouté des orties pour que ça composte encore mieux.

Suite à la conférence d’eau vivante de ce WE à E'caux bio, ma femme m’a demandé maintenant de mettre en route une TLB à l’appartement, en parallèle des toilettes à chasse, « au cas où, pour les parents »…. Et hier soir, elle ajouté que quand nous irons chez des amis : il faudra penser à aller au toilettes avant, pour ne pas avoir à « tirer la chasse » chez eux !.

C’est bien la preuve qu’il ne faut jamais cesser d’expliquer, de montrer et surtout : d’essayer et de faire essayer les TLB. Il y en a de plus en plus, entre les éco festival et les centres écolo. Vous pouvez faire le déplacement juste pour cela, ça vaut le coup de se faire une idée in situ et c’est plein de gens intéressant (J'ai fait un crochet de 60 KM cet été pour que ma femme fasse pipi de manière écolo à Terre Vivante !).

…. Et pour ceux qui sont très pressé d'essayer : je vais vous dire un secret (c’est la première fois que je le dis !!).

J'ai découvert les TLB sur le net et j'étais assez circonspect concernant les odeurs. Je m'orientais donc sur un Locus Biolet, quitte à casser la tirelire. Mais l'envie de simplicité devant la débauche technologique ambiante l'a emportée haut la main et j'ai eu une envie pressante de tester une TLB, en cachette évidement.

Je me suis donc saisi de 2 sacs en plastique placé l'un dans l'autre.

J'y ai déposé 4 carrés de carton ondulé. J'y ai délicatement ajouté mes matières (toutes). Puis j'ai recouvert le tout par du carton ondulé émietté.

J’avais déjà conclu de ce petit essai que c’est mieux quand il n’y a pas d’eau au fond et rien à nettoyer. De plus la position accroupie à quelque chose de « déconstipant » qui mériterai vraiment d’être creusée.

Fier de mon essai, je m’en allais porter mon sac à la poubelle dehors quand je me suis dit que je pourrais pousser plus loin l’essai. J’ai donc placé le sac dans le caisson technique derrière les toilettes… En me disant que ça ne choquera pas trop si ça sentait mauvais ici, et qu’il sera facile de fermer le sac avec un coup « d’air weak » et de le porter discrètement à la poubelle. Le sac est resté là 3 semaines. Pas de dérangement, pas d’odeur, pas de mouches, pas de fuites, pas de décollement de papier peint ni de champignon,. Rien, absolument rien ne se passait. Comme nous partions en vacances 15 jours, j’ai préféré sagement jeter le sac à la poubelle plutôt que de pousser le test plus loin.

Je n’ai jamais osé ouvrir le sac, je sais juste que personne ne s’est jamais douté qu’il y avait une TLB chez nous !

J’étais conquis, et je savais que je ne connecterai pas de WC chez nous. Ma femme allait être également conquise 10 jours plus tard à Terre vivante, vous savez la suite.

david

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu m'as bien fait rire David avec ton ptit secret!!!

Je lis tout vos témoignage et c'est sûr que c'est vraiment une bonne chose ces toilettes sèches.

Pour l'instant on vit en apart, mais on aimerait s'installer, construire notre habitation etc. Mon homme est intéressé par ce système, mais moi ce qui me dérange, c'est le compostage.

C'est sûrement purement psychologique, mais je m'imagine pas manger les légumes du jardin en sachant qu'on les a recouvert avec nos excréments. J'arrive pas à m'y faire!

Pour ceux qui le font, comment avez vous fait pour franchir cette barrière psychologique?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Gwen,

Tu n'es pas obligé d'utiliser le compost pour tes légumes. Ma femme souhaite qu'on ne l'utilise au début qu'au pied des arbres et des fleurs.

Mais franchement : si tu vois du compost mur de TLB ou de jardin... Tu seras incapable de les reconnaître. Alors tu te diras que c'est que de l'humus, comme en forêt.

Surf l'excellentissime site eautarcie.com : l'explication chimique de ce qui ce passe dans du compost devrait te permettre de démystifier les excréments et de les considérer comme un état de la matière vivante, à un certain stade du cycle du carbone et de l'azote.

C'est notre culture qui nous apprend à détester nos rejets. Les enfants jouent avec avant de savoir qu'il ne faut détester ça et les chats les regardent avant de les recouvrir pour que le compostage commence.

Essaie de regarder la chose sur le plan du rationnel plutot que sur celui de l'émotionnel : ça va t'aider aussi. (Ca ma bien aidé avec toutes les bestioles insectes et autre vers de terre. Maintenant : je n’ai plus peur et ce sont mes amis au jardins).

A +

Share this post


Link to post
Share on other sites

moi je n'ai pas encore utilisé le composte pour le jardin ,parce qu'il est pas encore pret mais c'est sans hesitation que je le ferais.

Gwen38 apres tout quel difference entre notre composte et du fumier.Je pense que doucement tu y viendra.

moi je me rejoui a l'idée que nos matieres servent à quelque chose; j'y pense a chaque foi que je vais aux toilettes et plus j'y pense et plus je me dis que c'est peut etres l'interêt principale des tlb.

une demande d'info : on utilise de la siure et du copeau de chêne ramassé chez un ebeniste , mais il me dis que les tanins du chêne sont toxique que la ou il stock ses planches ou billes de chêne (dehors) l'herbe ne repousse pas .

quelqu'un aurait il des renseignement a ce sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites
apres tout quel difference entre notre composte et du fumier

il peut y avoir une différence assez importante dans la mesure ou le fumier provient en principe d'animaux végétaliens ; le lisier de porc c'est déjà très différent par exemple car proche des excréments humains... plus putrescible et plus nauséabond... et je suppose de composition assez différente.

Quasi végétariens/liens nous en étions arrivés à installer des WC différents pour les visiteurs, et nous les compostions séparément et plus longuement et le résultat n'allait pas au potager.

En effet pour des carnivores les selles sont toujours particulièrement nauséabondes, et en plus de cela d'après nos informations la moyenne des gens sont en permanence "soignés" parce que en mauvais état, au moyen de médicaments et antibiotiques qui alors se retrouvent dans les WC pouvant aller jusqu'à entraver la décomposition correcte.

conclusion il vaut donc mieux ne pas manger trop de viandes et produits animaux, et si l'on peut ne pas trop manger non plus de médicaments ou antibiotiques...

Quelqu'un a t-il des renseignements à ce sujet ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut groupe

J'utilise la tlb depuis quelques années, utilisant avant cela la toilette sèche d'un autre type durant plus de 15 ans.

J'avais constuit une fosse en béton en deux sections pour recevoir les matières et lorsqu'un côté était plein je commencais à utiliser l'autre. L'avantage était que le compostage se faisait sans manipulation et après quelques années il ne restait plus qu'à utiliser le compost.

Désormais j'y vide mon sceau avec les copeaux durant l'hiver

à suivre

Share this post


Link to post
Share on other sites

geispe ce que je voulai dire c'est juste sur le coté phycologique.je suis d'accord qu'il a une difference entre carnivore et vegetarien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah oui geispe j'avais pas pensé aux antibio et autres médicaments.

par contre je pensai bien à l'odeur des excréments par rapport à ce qu'on mange, et nous on est pas végétariens.

mais bon on a pas encore de terrain pour construire alors j'ai le temps de me faire à l'idée et de lire vos expériences.

Share this post


Link to post
Share on other sites

il y a encore une autre chose à laquelle j'avais pensé, aussi liée au contexte "moderne" : à l'époque les wc humains qui allaient dans une fosse étaient ensuite répandus dans les champs et surtout sur les prairies en automne et en hiver, mais psychologique ou non je ne sais pas... on ne les mettait pas dans le potager où l'on utilisait plutôt du fumier. Il faut dire que ces matières étaient en général répandues directement sans avoir été compostées.

La boucle pouvait facilement se boucler de cette façon : le problème est qu'aujourd'hui on a plein de WC mais plus de champs ni de prairies ou mettre tout çà utilement :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense qu'il y a du vrai, mais on en revient toujours à la question de la concentration... j'utilise aussi de la sciure surtout de feuillu (hêtre) et un peu de sapin, pin et épicéa mais tout cela est amplement mélangé à du fumier de ferme dans lequel çà disparaît...

A mon avis le mieux est d'expérimenter pour voir ce que çà donne : bien composté avec le plus possible d'autres matières çà ne devrait pas poser de problème.

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui c'est ce que je pense de tout façon je vide mes toillettes sur mon tas de composte qui recueille les epluchures de legume feuilles morte dechets de jardin etc .....

mais l'ebiniste insiste sur la toxicitée des tanins

Share this post


Link to post
Share on other sites

BOnjour

concernant les sciures de bois, je crois comprendre que les résineux contiennent des produits qui demandent du temps àa composter et que cela acidifie le compost. Pour ma part j'utilise des copeaux de cerisier et d'érables surtout qui viennent d'un planeur que j'utilise de temps à autre.

Je crois aussi que la forme est importante et à ce sujet Jean Pain avait concu son déchiqueteur pour que la forme des copeaux soient optimal quant au temps de compostage.

Je bouffe des légumes qui sont issus de compost de rejets humains, je suis d'accord qu'il est préférable d'avoir deux tas de composts, un pour les visiteurs et lorsque nous mêmes sommes malades et un autre pour usage domestique.

Une question que je me pose, c'est comment gérer vous, ceux qui utilisent la tlb, la gène que suscite l'usage d'une telle toilette chez des visiteurs occasionnels.

Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour :)

J'ai pas encore oser passer au toilette seche mais c'est pas pour une question d'odeur mais plus de quoi faire des dechets?????

L'homme est au bout de la chaine alimentaire et donc accumule tout les toxines, produits bio-accumulant des produits phyto dans le champs de maïs qui se retrouvent dans la vache qui les mangent (et dans son fumier qui nourira les champs ensuite) et l'homme derriere mange la vache plus les antibio, vermifuge que la vache a eu ... plus ses propres restes de medoc, sans oublier les restes de teflon de sa casserole, etc etc etc... bref a la fin les escrements sont de belles merdes.

Cependant je pense qu'il est possible d'utiliser le compost des toillettes pour le jardin a condition de.....

-manger bio au maximum

-d'etre vegetarien/lien .... ou alors carnivore occasionnelle

-de composter au moins 2ans

- d'utiliser le compost pour les plantes non alimentaires

Bref apres faut soit avoir un grand jardin avec plus de pelouse, fleur que de verger potager ou alors... etre vraiment super constiper :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense que c'est la meilleur solution meme si elle n'est pas parfaite comme tu semble le penser la chevre.Bien mieux que ce que tu utilise actuellement soit tout a l'egout soit fosse septique et bien moins polluante.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir La Chèvre,

En "matière" de toilettes sèches voici qq références pour se faire une opinion :

* www.eautarcie.com

* Le livre de Christophe Elain : Un petit coin pour soulager la planète Editions "Goutte de Sable".

* L'association Toilettes du Monde : www.tdm.asso.fr

Alain

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Alain de récapituler les essentiels ;) le sujet fait maintenant 9 pages :bravo:

Share this post


Link to post
Share on other sites

bon depuis 1 mois j'ai fait des wc secs exterieurs pour faire tester à ma famille avant d'en faire à l'intérieur.

je mettrai des photos plus tard, ça marche, ceux qui hésitent peuvent se lancer, un petit coin de jardin suffit pour composter tout ça.

bonne soirée

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now