Calypsoh

Biochar ?

17 posts in this topic

J'ai besoin d'un conseil...

Je ne savais pas trop où mettre ce sujet, je trouve qu'on baigne encore dans la politique, donc c'est pas trop mal là.

Donc, une personne proche de moi vient de rentrer à Institut sans frontières, déjà je me pose des questions sur cette boite qui semble à mon goût générer de l'argent (de grosses sommes) en s'ingérant en bon occidentaux dans la manière de gérer des autres pays considéré gentillement en pays en voies de développement... Bref, donneur de leçon, là où justement si ils sont dans la merde c'est en grande partie parce qu'on les y a foutue.

Du coup, ISF, se lance dans une nouvelle campagne qui se nomme Biochar, dont voici le lien de la sous-boite qui lance ça http://www.pronatura...g=fr&page=index suffit de suivre le lien de Biochar ensuite.

J'ai reçu cette plaquette que je place sous GoogleDoc : https://docs.google....iYTViOWQ5&hl=fr

Ce qui me fait me poser des questions, c'est le fière rapport avec la révolution verte, leur mentalité calculatrice de revenus (argent...) après les discussions personnels que j'ai pu avoir et les sponsors... (BP, coca cola, The World Bank, G-7, ONU, EuropeanUnion,Université Paris 6 et 11, Aventis, Exxon Mobil, L'Oréal, Sanofi, Total...)

Bref, j'ai besoin d'un coup de main là, que répondre à ces personnes, comment me comporter, j'enverrai bien tout balader sachant que je vais certainement en encore en rencontrer, mais tout envoyer balader ne servirait à rien.

Je n'ai pas la prétention de changer le monde, mais juste de rendre plus vivante, consciente et responsable ma vie.

Qu'en pensez-vous ?

Soyez indulgent, compréhensif et ouvert :)

Merci pour vos conseils et commentaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou,

C'est vrai que se revendiquer dans la lignée de la révolution verte, ça suscite la méfiance ...

Je ne connaissais pas le mot "biochar" et ai parcouru l'article de Wikipedia en plus de tes liens, qui laisse penser que ça pourrait être une alternative intéressante ... selon la manière dont elle est pratiquée, et on dirait qu'elle a ses limites ... d'ailleurs, y a-t-il beaucoup d'alternatives uniques qui peuvent être généralisées sans créer de déséquilibre global ?

En fin de compte, concrètement, cette méthode et ce projet rendront-ils réellement autonomes ceux qui cultivent la terre, ou encore plus dépendants ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci de ta réponse, j'ai vraiment besoin d'avoir des avis différents, quelques que soit leur importances.

Il s'avère que sans le vouloir ni l'avoir provoquer, je vais rencontrer d'ici peu un représentant ISF et un autre de Biochar (parmi les plus responsables...), alors autant discuter avec eux avec le sourire.

Je pense que non pour répondre à ta première question, non, tout d'abord parce que humainement aucune solution ne peut être généralisées tout simplement parce qu'one st tous duifférent avec nos goût et choix de vie, nous sommes 6,793 milliards aujorud'hui et que les climats, influences géo-politiques, culture, tradition ne créeront jamais la bonne solution et le bon avis.

En tout cas pas sans créer de déséquilibre globaux, spirituels et mentaux.

C'est mon avis :)

Pour ta seconde question, c'est surtout ça au fond ça la questions. À laquelle j'aimerais avoir au moins un semblant de réponses...

Personne d'autre, pour un avis, qui aurait des informations ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si le charbon de bois est un excellent amendement ? C’est ça que tu veux savoir ?

Tu sais comment ça se fabrique le charbon de bois ?

Que les barbecues d'Europe grillent, entre autre avec les forêts de Madagascar ?

La question que je me pose : C’est combien d’hectares de forêt faudrait-il bruler pour obtenir de quoi fertiliser les sols désertiques au Sud de l’équateur ?

Même sur de petites surfaces, c’est à raison de 5 à 20 tonnes de biochar à l’hectare pour faire des complexes à puits CO2 ! Ça fait beaucoup à mon avis.

Où vont-ils les trouver les arbres ?

Bon, puis il n'est pas de bon sens aujourd’hui de nommer les agrocarburants : « Biocarburants » Alors je préfère dors et déjà appeler cet amendement : « Agrochar »

Parce que le charbon bio ou bio-charbon, je ne marche pas.

Ils ne font pas à moitié tes nouveaux amis dans le genre commanditaires et associés ; entre autre avec « Bayer » qui met au point des arbres (mous) à fibres cellulosiques, génétiquement modifié, justement pour la fabrication des agrocarburants et de nouveaux produits agroalimentaires.

Une chose bizarre, toute les informations sur l’utilisation du charbon de bois « Biochar » sont très orientées en faveur de la nouvelle lubie de cette bande de leader et de leur troisième révolution verte.

Ça fait beaucoup de trop pour moi.

Et toi, qui es-tu ? Je te crois sincère ; mais es-tu assez costaud pour constituer un cabinet de travail dans le but de connaitre la vérité, et contrer les nombreux ingénieurs agronomes, talentueux en communication de toutes ces firmes quasi-intouchables ?

Pour finir, depuis le site Pro-Natura qui vante les produits issus de l’agriculture biologique, on lit aussi qu’ils cherchent une cohabitation entre la bio et les OGM ; pour moi, il y a un problème.

Ils relaient un bilan de l’IFOAM, ils en sont heureux disent-ils ! Pourquoi cela ?

Je connais un peu l’IFOAM pour avoir travaillé avec eux ; c’est Nature et progrès en 1972 qui en est à l’origine, et ils ne tolèrent aucun consensus avec certains sponsors et mécènes cités par Pro-Natura.

D’ailleurs quand j’ai lu la liste, j’ai vu des noms pas vraiment cohérents avec leurs propos pro-néo-durables.

Moi je dis que ça ne sent pas très bon cette histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Re, Calypsoh.

Amour, paix et joie d'en être bien entendu.

Après avoir fouiné dans ma documentation… Il y a bien un procédé qui permet d’obtenir un sous produit noirâtre, qui peut servir en effet à la fertilisation des sols.

Cramer par distillation sèche les déchets industriels et les ordures résiduelles organiques donnerait assez de gaz combustible pour être une alternative au pétrole, par un procédé de géothermie de surface ; les sous produits destinés à l’agriculture.

Appeler ces matériaux riches en Kalium, issus de pyrolyse « Charbon de bois, sans bois. »

C’est aussi me prendre pour un idiot et j’estime ne pas mériter ça !

J’écris en mon nom tout en sachant que plusieurs membres du site connaissent parfaitement le procédé de méthanisation.

Tu diras à tes potes que si c’est moi qui leur fais prendre leurs vessies pour des lanternes, ce sont eux qui vont se bruler.

Voici mon sentiment, il n’est pas en faveur de tes relations douteuses.

N’aies crainte, moi aussi il m’arrive de fréquenter des gens que je n’aime pas beaucoup.

Si tu veux une critique constructive agrobiologique et agro-écologique ; tu mets en ligne sur ce site le protocole d’action ciblé et complet, pour un lieu défini de l’hémisphère Sud, avec les tenants, les aboutissants…etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oulah du calme.

J'apprécie limite le ton mais je comprends ta colère même si elle ne servira jamais à rien, surtout de derrière ton ordinateur. J'apprécie que tu me mette en garde contre mes soi-disant amis, qui ne sont pas les miens (mais ils restent des frères malgré tout, paumé dans cette Babylone monétaire), que je n'ai pas encore rencontré et que je vais vivre en face à face (et pas derrière mon ordinateur).

Mais attention, ta colère envers ces personnes et peut-être même envers moi est plus contraire à ton début de message "Amour, paix et joie".

Être rebelle à tout ne sert à rien, c'est se limiter à s'ouvrir et comprendre. Et la colère c'est plus souvent au fond contre soi qu'on l'a...

Si je dois les rencontrer ce n'est pas pour rien, c'est que ma vie doit passer par là et qu'alors j'ai certainement quelque-chcose à y faire ou y apprendre.

Alors je ré-exprime mon soucis.

Je me doute bien que Pronatura avec leur Biochar sous-couvert d'Institut Sans Frontière est une histoire douteuse de partenariat avec les plus grands dirigeants et leur liste plus que douteuse de "sponsors". Si je viens ici pour en parler c'est justement parce que je le sais.

Je viens ici pour demander des avis, recevoir de la culture et de l'expérience pour ne pas arriver à poil et sans les mots devant un de leur représentant.

Mais surtout !!! Si il le faut donner, à cette personne très proche de moi à laquelle je tiens beaucoup, des arguments et des conseils.

Je précise, il faut bien comprendre la différence entre la personne qui m'est très chère et la personne représentante d'ISF (ou Biochar) que je vais bientôt rencontrer.

Pour revenir à tes conseils et arguments, je suis assez d'accord avec toi et c'est assez proche de ce que je pensais.

Donc les questions sont :

- comment créer ce charbon ? Agro/pétro/bois

- et alors qu'elle est l'impact sur les forêts, directement ou indirectement ?

- l'intérêt par rapport à des cultures traditionnel ?

- ou se trouve l'ingérence européenne dans ce cas ? (à nouveau...)

- comment y gagnent-ils ? (ISF... leurs intérêts ?)

-

Où as-tu vu que Pronatura cherchent une cohabitation entre la bio et les OGM ? C'est un bon argument de discussion je trouve, car nous connaissons bien le sujet, et sans être un intégriste ou un imbécile je suis totalement contre les OGM, et n'apprécie pas qu'on nous fasse croire que c'est un bon point en terme "d'insecticide" (je déteste ce mot, qui veut dire en gros tuons les insectes pour que nous nous survivions... pas logique, pas en accord avec notre mère la Terre)ou contre les maladies etc.

Parle moi plus de Bayer, je ne comprends pas, qui est-ce ?

Donne m'en plus que ça, si tu veux jouer un rôle, je n'ai pas besoin qu'on me donne une leçon, j'ai besoin d'aide, de conseils, d'arguments et de discussions.

Cabinet de travail. Non, je m'en moque complètement à travers le fait que ce n'est pas ma méthode, et que comme tu le pense sous-jacent ça ne sert à rien.

Moi je vis et essaye de rayonner alentours, en portant ce que je vis, quand arrive devant moi une opportunité je la saisi, tout simplement.

Et là j'ai la chance de pouvoir parler directement avec ce que j'ai de mieux : mon cœur.

Et j'ai perdu beaucoup de colère, car j'ai plus de confiance en ce qui se passe et ce qui arrive, et donc je peux parler aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

C’est toi qui écris en caractères gras, et souligné de surcroit avec :

Qu’en pensez-vous ? Puis tu continues avec :

J’ai vraiment besoin d'avoir des avis différents, quelques que soit leur importances.

Ben voila, tu as mon avis et mon opinion sur la question.

Pour revenir à tes conseils et arguments, je suis assez d'accord avec toi et c'est assez proche de ce que je pensais.

Ben tu vois ! Finalement…

Donc les questions sont :

- comment créer ce charbon ? Agro/pétro/bois

- et alors qu'elle est l'impact sur les forêts, directement ou indirectement ?

- l'intérêt par rapport à des cultures traditionnel ?

- ou se trouve l'ingérence européenne dans ce cas ? (à nouveau...)

- comment y gagnent-ils ? (ISF... leurs intérêts ?)

Pour l’ensemble de tes questions ; si tu souhaites plusieurs avis impartiaux ?

J’en ai besoin aussi parfois et je vais voir sur les forums de Futura-Sciences.

Où as-tu vu que Pronatura cherchent une cohabitation entre la bio et les OGM ?

Après ton post, je suis allé pécher des infos pendant une paire d’heures pour le conclure ; ça ne t’a pas couté un rond ! D’où mon humeur qui t’a gentiment chamboulé.

Cabinet de travail. Non, je m'en moque complètement à travers le fait que ce n'est pas ma méthode, et que comme tu le penses sous-jacent ça ne sert à rien.

Là ; tu fais erreur sur le sens de mes propos. Cette méthode est celle que j’utilise ; je ne sais ni veux faire autrement dans ce cas précis d’analyse.

Moi je vis et essaye de rayonner alentours, en portant ce que je vis, quand arrive devant moi une opportunité je la saisi, tout simplement.

Pas moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

Ben voila, tu as mon avis et mon opinion sur la question.

...

Pour l'ensemble de tes questions ; si tu souhaites plusieurs avis impartiaux ?

J'en ai besoin aussi parfois et je vais voir sur les forums de Futura-Sciences.

...

Merci pour ton aide précieuse.

Paix et amour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que c'est un attrape nigaud.

Le serpent se mord la queue. Il y a des arguments qui se contre-disent:

- ça stocke le CO2 pendant 1000 ans mais c'est aussi un fertiliseur à court terme?

- Si c'est utilisé comme charbon "énergie", le CO2 est relâché tout de suite, ce n'est rien d'autre qu'un agrocarburant à très mauvais rendement.

Si on est limité à 5 à 20 tonnes par hectare et que le charbon reste présent dans la terre pendant 1000 ans, au bout d'un an on est saturé et on ne peut plus en remettre. Pour rappeler les ordres de grandeur: un arbre qui pousse stocke autant que ça et retient autant d'eau. Il serait donc plus efficace de planter des arbres pour stocker le CO2 et de fertiliser les champs directement avec les déchets végétaux (c'est du compostage: procédé révolutionnaire :applaus: ). Les haies qui bordaient nos champs avaient plein d'avantages (sauf de rapporter du pognon à des inventeurs "d'usines à gaz")

Cette plaquette est très néfaste à mes yeux:

- elle réduit le débat de l'écologie au problème du CO2

- ensuite elle propose une solution curative à ce problème donc plus de problème.

en deux mots: ne changez rien à vos comportements, la science s'occupe de tout.

D'autres problèmes: dépendance supplémentaire des agricultures, transport et énergies nécessaires (en plus j'ai du mal à croire que des végétaux encore plein d'eau puissent alimenter la machine...)

Si le but est de fertiliser de nouvelles terres, on peut aussi se poser la question de savoir pourquoi elle ne sont plus fertiles....

Share this post


Link to post
Share on other sites

La charte du forum s'est faite légèrement cracher dessus dans les messages précédents. Quel manque d'ouverture d'esprit et surtout d'information !

Je m'intéresse au charbon-amendement (plus politiquement correct que "biochar" aux yeux de certains) depuis presque deux ans et je suis en train de lire un ouvrage scientifique sur le sujet : Biochar for Environmental Management. J'ai pu aussi lire de nombreux articles (en anglais car le net francophone n'est pas très fourni) et visionné plusieurs vidéos et conférences. Pour finir je fais un test dans mon jardin avec du charbon maison (j'ai appris ce matin que dans mon département le brûlage des déchets de jardin est interdit, quelle poisse).

Voici mes réponses :

- ça stocke le CO2 pendant 1000 ans mais c'est aussi un fertiliseur à court terme?

- Si c'est utilisé comme charbon "énergie"' date=' le CO2 est relâché tout de suite, ce n'est rien d'autre qu'un agrocarburant à très mauvais rendement.[/quote']

Le charbon stocke sous forme de molécules très stables une partie du carbone contenu dans la biomasse. On estime à 50% la part de carbone qui reste dans le charbon, l'autre moitié se retrouve dans les gaz inflammables et le goudron issus de la pyrolyse de la biomasse (cuisson en l'absence d'oxygène). L'amendement des sols par le charbon n'apporte pas un effet immédiat, il se fait sentir après un ou deux ans, de manière graduelle (il faudrait peut-être envisager de vieillir artificiellement le charbon pour qu'il ait un effet immédiat sur la capacité d'échange cationique) . Les particules de charbon possèdent une grande surface de contact chargée négativement, ce qui leur permet de fixer les cations comme l'ammoniaque NH4+, le calcium CA2+ etc, à la manière de l'humus et de l'argile. Le charbon va d'ailleurs se lier à l'argile comme le ferait l'humus pour former un complexe organo-minéral grâce à un pont de calcium ou autre cation similaire.

Il y a une multitude de charbons différents, suivant la température de cuisson, la vitesse de cuisson, le type de biomasse utilisé, l'humidité de la biomasse etc. Certains charbons peuvent augmenter le pH du sol, d'autres l'abaisseront, il faut bien choisir son produit pour équilibrer le pH de son sol si nécessaire.

La pyrolyse contrôlée peut produire de l'énergie en plus du charbon, c'est pourquoi ce procédé est cité comme une source d'énergie éventuelle (en plus du fait que le charbon peut être utilisé effectivement comme carburant sous forme de briquettes mais c'est un peu du gaspillage au regard de sa fonction d'amendement des sols).

Si on est limité à 5 à 20 tonnes par hectare et que le charbon reste présent dans la terre pendant 1000 ans' date=' au bout d'un an on est saturé et on ne peut plus en remettre.[/quote']

Je n'ai pas trouvé mention d'une quelconque limitation de l'apport de charbon dans le sol sur cette plaquette Pro-Natura. Il y a comme je le disais plus haut une multitude de charbons différents et ainsi on ne peut pas dire d'emblée que tel sol ne pourra recevoir que 20 tonnes de charbon. J'ai lu quelque part une recommandation en volume : 20% de charbon pour 80% de sol, mais encore faut-il savoir sur quelle profondeur on incorpore cet amendement. Quand à la quantité de biomasse nécessaire pour faire une tonne de charbon, cela dépend si on parle en matière sèche ou humide ! Bref, si on a mit la dose maximale, et bien on arrête et l'année suivante on utilise la biomasse pour faire du compost, du BRF, que sais-je encore...

D'autres problèmes: dépendance supplémentaire des agricultures' date=' transport et énergies nécessaires (en plus j'ai du mal à croire que des végétaux encore plein d'eau puissent alimenter la machine...)

Si le but est de fertiliser de nouvelles terres, on peut aussi se poser la question de savoir pourquoi elle ne sont plus fertiles[/quote']

Les tiges de maïs en fin de culture ne sont quand même pas gorgées d'eau ! De même pour la paille de céréale. Pour ce qui est des tailles d'élagage, il suffit de les faire sécher comme on ferait sécher du bois. Au besoin on peut utiliser la chaleur dégagée par la pyrolyse (ou brûler les gaz issus de ce procédé) pour finir de sécher la biomasse avant de la passer dans le pyrolyseur (il y a certains modèles qui marchent ainsi). Je ne vois pas du tout où est la dépendance supplémentaire pour les agriculteurs, car il existe de nombreux designs très simples de foyers efficients produisant du charbon lors de la cuisson des aliments, donc pas besoin d'aller à l'usine. Enfin pour le transport, la solution est un pyrolyseur itinérant comme il s'en fait en Australie : on pyrolyse sur place la biomasse et on la répend sur le champ derchef.

Il est vrai que la solution du charbon-amendement fait penser à l'alopathie : on apporte un remède mais on ne regarde pas la cause de la maladie. C'est moins pire que de ne pas utiliser de remède du tout : l'agriculture conventionnelle gaspille d'énormes quantités d'engrais lessivés par les pluis et hop dans la mer, si le charbon peut les capter pourquoi s'en priver (encore que pour le nitrate j'ai un doute puisque c'est un anion donc non-susceptible d'être attrapé par le charbon - la réponse doit se trouver quelque part).

Je me doute bien que Pronatura avec leur Biochar sous-couvert d'Institut Sans Frontière est une histoire douteuse de partenariat avec les plus grands dirigeants et leur liste plus que douteuse de "sponsors".

C'est un peu léger comme affirmation' date=' proche du conspirationisme ! Je ne sais pas quelles sont les méthodes employées par Pro-Natura pour promouvoir cette technologie, peut-être sont-elles pervertes, mais la technologie en elle-même ne semble pas douteuse, surtout que l'archéologie dans le bassin amazonien a confirmé les hypothèses de fertilité du charbon-amendement sur le long terme.

- comment créer ce charbon ? Agro/pétro/bois

- et alors qu'elle est l'impact sur les forêts, directement ou indirectement ?

- l'intérêt par rapport à des cultures traditionnel ?

- ou se trouve l'ingérence européenne dans ce cas ? (à nouveau...)

- comment y gagnent-ils ? (ISF... leurs intérêts ?)

-> Le charbon peut être créé à partir de fiente de poule, de bouse de vache séchée, de crottes de nez, bref tout ce qui est organique (végétal ou animal). Comme je l'ai dit auparavant les effets du charbon-amendement dépendent notamment du type de biomasse employée. Un bon pyrolyseur ne nécessitera aucune énergie extérieure (à part l'allumette pour lancer le process). L'idée est de récupéré les "déchets" de culture (paille, tige, feuille, élagage) ou les fumiers divers pour les transformer en amendement durable. Il ne s'agit pas de tout carboniser, mais plutôt d'en convertir une partie en charbon pour améliorer la fertilité du sol au fil du temps, le reste étant transformé en compost ou en engrais (par méthanisation par exemple - les boues concentrées peuvent complémenter le biochar).

->Tout dépend de quelles fôrets on parle. Il serait débile de couper du bois dans la fôret pour en faire du charbon-amendement alors que l'on peut utiliser les déchets de culture et fumiers à cet effet. Il y a assez de carbone dans l'atmosphère pour "nourrir" les fôrets déjà en place, on ne va pas les affamer en faisant du charbon-amendement à grande échelle en utilisant les déchets de culture...

->L'intéret du charbon-amendement saute aux yeux : la fertilité augmente au fil des ans, et les effets sont évidement plus visibles sur des sols pauvres que des sols fertiles. De toute manière il ne s'agit pas d'utiliser toute la biomasse qui nous tombe sous la main pour la carboniser !

->Ingérence européenne ?????????????????? Ce n'est pas les européens qui ont "inventé" cette technique, cela vient (notamment ?) de l'Amazonie et c'est vieux de plusieurs siècles (voir millénaires !). Que des bonnes volontés dispersent cette technique dans les pays pauvres ne me choque pas du tout....

->Intérêts de la "boîte" ? euuuuh.... Selon toi tous les organismes humanitaires ont un intérêt financier dans les actions qu'elles mènent ? Je ne comprends pas... À moins que : oui les employés de ces ONG ont intérêt à avoir des résultats pour avoir des sponsors qui payent leurs salaires, tout à fait.

Après avoir fouiné dans ma documentation… Il y a bien un procédé qui permet d'obtenir un sous produit noirâtre' date=' qui peut servir en effet à la fertilisation des sols.

[b']Cramer par distillation sèche les déchets industriels et les ordures résiduelles organiques donnerait assez de gaz combustible pour être une alternative au pétrole, par un procédé de géothermie de surface ; les sous produits destinés à l'agriculture.

Appeler ces matériaux riches en Kalium, issus de pyrolyse « Charbon de bois, sans bois. »

C'est aussi me prendre pour un idiot et j'estime ne pas mériter ça !

J'écris en mon nom tout en sachant que plusieurs membres du site connaissent parfaitement le procédé de méthanisation.

Moi pas comprendre phrase en gras ! Et le reste aussi en fait. La méthanisation est un processus endothermique alors que la pyrolyse est un procédé légèrement exothermique (suivant le degré d'humidité de la biomasse), de plus les températures des deux procédés sont vraiment différentes.

Tu sais comment ça se fabrique le charbon de bois ?

Que les barbecues d'Europe grillent' date=' entre autre avec les forêts de Madagascar ?

La question que je me pose : C'est combien d'hectares de forêt faudrait-il bruler pour obtenir de quoi fertiliser les sols désertiques au Sud de l'équateur ?

Même sur de petites surfaces, c'est à raison de 5 à 20 tonnes de biochar à l'hectare pour faire des complexes à puits CO2 ! Ça fait beaucoup à mon avis.

Où vont-ils les trouver les arbres ?[/quote']

Le "biochar" n'est en aucune façon du charbon exclusivement fait à partir du bois, qui plus est du bois de fôrets équatoriales primaires. Je ne peux que rigoler devant une telle simplification de la chose ! :lol:

J'ai déjà dit plus haut que le but est de transformer des déchets de culture et des fumiers, pas du bois de la fôret vierge. M'enfin chacun croit ce qu'il veut...

Des "complexes à puits CO2" ? Quelle étrange formulation ! Pour ce qui est de la biomasse de la fôret équatoriale, elle augmenterait de 30 tonnes par an. Même en prenant un poids sec de 20% (6 tonnes), on peut y aller avant de la faire disparaître. Mais encore une fois ce n'est pas l'idée du charbon-amendement que de raser la fôret pour fertiliser les déserts (non mais trop LOOOOL quoi !).

Du coup' date=' ISF, se lance dans une nouvelle campagne qui se nomme Biochar, dont voici le lien de la sous-boite qui lance ça http://www.pronatura...g=fr&page=index suffit de suivre le lien de Biochar ensuite.

J'ai reçu cette plaquette que je place sous GoogleDoc : https://docs.google....iYTViOWQ5&hl=fr

Ce qui me fait me poser des questions, c'est le fière rapport avec la révolution verte, leur mentalité calculatrice de revenus (argent...) après les discussions personnels que j'ai pu avoir et les sponsors... (BP, coca cola, The World Bank, G-7, ONU, EuropeanUnion,Université Paris 6 et 11, Aventis, Exxon Mobil, L'Oréal, Sanofi, Total...)

Aurais-tu un lien internet pour confirmer la parenté entre ISF et Pro-Natura ? Cela me paraît tiré par les cheveux mais bon si c'est ton ami(e) qui te l'a dit.

Je suis moi aussi un peu gêné par la référence à la révolution verte vu que c'était (une catastrophe) un plan fric des occidentaux d'après ce qu'on a pu voir. Je n'ai pas trouvé trace dans la plaquette d'ascpet financier, où font-ils mention de revenus ? Je vois plutôt "améliorer la productivité" ou "améliorer leur alimentation".

Pour les sponsors, il faut savoir que sous certaines conditions les entreprises peuvent gagner de l'argent en faisant des dons défiscalisés (suivant les tranches d'imposistion ou un truc dans le genre) donc elles ne s'en privent pas. Si ça se trouve ce sont les entreprises qui sont venues voir Pro-Natura plutôt que l'inverse (à vérifier, je serais curieux de savoir la vérité !!).

Bon, voilà, moi je suis à fond pour le biochar, j'aimerais me construire un pyrolyseur pour avoir un procédé peu polluant mais je n'ai pas les outils pour bricoler :(, je fais donc ça à l'arrache, en jetant de l'eau sur les braises de mon feu (tailles d'élagage et autres "déchets" du jardin).

Darwin choisira entre ceux qui utilisent le biochar et les autres :24:. Vive la diversité d'opinion !

L'étiquette aurait voulu que je source mes propos mais là j'ai déjà passé plusieurs heures pour rédiger donc si vous voulez plus d'information, assurez-vous tout d'abord de comprendre l'anglais puis surfez à la recherche du "biochar".

Encore un truc, "biochar" est un terme anglais. En anglais, l'agriculture bio, c'est qualifié "organic" donc pas de confusion possible avec les "biofuels" (biocarburants) ou le "biochar" (charbon "organique" :lol:).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Loup Espiègle,

Merci d'alimenter le débat ! J'ai quelques questions (peut-être idiotes) en attendant de digérer toutes tes informations, si tu veux bien y répondre :

- selon toi, l'intérêt du biochar serait de "capter" les engrais de l'agriculture conventionnelle présents dans une terre devenue toxique à cause d'eux ? Je n'ai pas compris le mécanisme que tu évoques.

- tu présentes le biochar comme une technique qui peut se pratiquer dans la plupart de "nos" jardins. C'est pour ton potager que ça t'intéresse, ou bien tu as une exploitation ?

- Penses-tu que la composition du mâchefer résultant de la combustion de granulés de bois (dans une chaudière domestique) se rapproche de celle du charbon obtenu par le procédé de pyrolyse que tu indiques ? ou ça n'a aucun rapport ?

. Je ne vois pas du tout où est la dépendance supplémentaire pour les agriculteurs, car il existe de nombreux designs très simples de foyers efficients produisant du charbon lors de la cuisson des aliments, donc pas besoin d'aller à l'usine.
Si l'on met de côté l'intérêt du biochar lui-même (pas encore fini de tout comprendre à ce sujet ...), en pratique, cela voudrait dire que des solutions artisanales et autonomes existent.

Alors Calypsoh, si tu repasses par là et que tu en sais plus, pourras-tu nous dire si l'organisation dont on cause ici souhaite les promouvoir, ou bien si c'est autre chose ? Je n'ai toujours pas compris le mode d'action concrète qui est prévu ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Linaigrette,

- selon toi, l'intérêt du biochar serait de "capter" les engrais de l'agriculture conventionnelle présents dans une terre devenue toxique à cause d'eux ? Je n'ai pas compris le mécanisme que tu évoques.

Je n'ai pas voulu dire ça et je ne l'ai pas dit me semble-t-il. La seule toxicité que je peux entrevoir dans les engrais serait issue du phosphate de roche qui contient des traces de métaux lourds (cadmium, nickel). On peut penser que le charbon capterait ces métaux sous peu qu'ils soient sous forme ionique (tel un aimant : le charbon chargé négatif et les cations chargés positif), mais il faudrait vérifier cette hypothèse.

Il a été montré que l'utilisation du charbon en plus des engrais chimiques permet une augmentation du rendement due au fait que le charbon a réduit les pertes d'engrais par lessivage des pluies. Avoir un sol encharbonné permettrait d'utiliser moins d'engrais, donc économie pour les agriculteurs (la réduction des charges, ça leur parle bien).

La plaquette de Pro-Natura parle d'utiliser le charbon en plus d'engrais organiques (donc bio) qui sont en général moins lessivables (par exemple des plumes de canards).

Après il pourrait y avoir un intérêt au niveau pesticides. Le charbon actif capte les molécules organiques comme les pesticides mais il est produit à haute température et vidé de son contenu à l'aide de diazote, donc c'est plus onéreux à produire que le charbon-amendement et surtout c'est très alcanisant dans le sol. Disons que le charbon-amendement pourrait capter les pesticides mais dans une moindre mesure (il doit y avoir des articles sur ce sujet).

- tu présentes le biochar comme une technique qui peut se pratiquer dans la plupart de "nos" jardins. C'est pour ton potager que ça t'intéresse, ou bien tu as une exploitation ?

Si j'avais une exploit... euh une ferme, je me lancerais de suite dans un test sur une parcelle. Comme je n'ai qu'un potager, je vais tester avec mes légumes. J'ai essayé de convaincre un oncle qui produit des légumes bio mais il a déjà trop de soucis pour s'occuper en plus d'un test au charbon !

J'avais dans l'idée d'avoir une ferme pédagogique (formation agricole bio) mais pour l'instant le projet est dans les cartons :siffle:.

- Penses-tu que la composition du mâchefer résultant de la combustion de granulés de bois (dans une chaudière domestique) se rapproche de celle du charbon obtenu par le procédé de pyrolyse que tu indiques ? ou ça n'a aucun rapport ?

Le machefer à proprement parlé n'est pas issu de la combustion de biomasse donc ça ne doit pas être ce que tu penses. Il se peut que cela soit du charbon (comme quand une bûche ne brûle pas complétement dans le pôele). Une photo ? :mellow:

Pour le foyer de cuisson qui produit aussi du biochar, un exemple dans cette conférence à l'Université Stanford de Johannes Lehman, un spécialiste du biochar (regardez à 41min50) :

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour tes explications à propos des engrais organiques, j'avais effectivement mal interprété ce que tu as écrit.

Le machefer à proprement parlé n'est pas issu de la combustion de biomasse donc ça ne doit pas être ce que tu penses. Il se peut que cela soit du charbon (comme quand une bûche ne brûle pas complétement dans le pôele). Une photo ? :mellow:
Mais la biomasse ça peut bien être du bois ... Bon, j'ai vu que tu avais ouvert un sujet lié au jardinage, j'essaierai de prendre une photo et je continuerai là-bas sur ce thème un peu hors-sujet ici !
regardez à 41min50)
Si quelqu'un veut bien faire une copie d'écran de la minute en question ça serait pas de refus blushing.gif... mon adsl rame trop pour la vidéo ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

La charte du forum s'est faite légèrement cracher dessus dans les messages précédents. Quel manque d'ouverture d'esprit et surtout d'information !

C’est vrai ! Un manque d’information sur ce procédé, c’est clair. Pour ma part je m’en excuse auprès de calypsoh.

Un manque d'ouverture d'esprit, c’est vrai aussi car je n’ai pas envie d’étayer quoique ce soit avec Pro-Natura ni ses collaborateurs et associés. Ce qui m’a rendu un soupçon colérique ce jour là.

proche du conspirationisme !

Je ne sais pas quelles sont les méthodes employées par Pro-Natura pour promouvoir cette technologie, peut-être sont-elles pervertes

Je les aime bien ces expressions, et tu as tout à fait raison ! Seulement se sont eux qui ont commencé sur des échelles qui dépassent l’entendement, du moins le mien.

surtout que l'archéologie dans le bassin amazonien a confirmé les hypothèses de fertilité du charbon-amendement sur le long terme.

C’est où ?

7 pays sur 7 millions de Km carré le bassin Amazonien…

(Hors sujet.) En fait ce coup là on me l’a déjà fait pour le Tamaya, qui n’était qu’une ancienne variété de Bégonia Européen ; mais bon (HS…)

Je m'intéresse au charbon-amendement (plus politiquement correct que "biochar" aux yeux de certains)

Ben oui, c’est comme ça. C’est aussi pour ça je présume que pour les francophones, on le nome Agrichar.

Certains charbons peuvent augmenter le pH du sol, d'autres l'abaisseront

Je suis septique, mais si c’est vrai c’est révolutionnaire.

Le PH fait partie intégrante de la nature d’un sol, et la nature du sol ne se modifie pas, ou très peu.

Que cela augmente (La masse humifère ou disponibilité en humus assimilable.) Appelé parfois le potentiel humifère du sol, c’est tout à fait possible ; mais ça n’a rien à voir avec le potentiel en hydrogène qui ne changera pas.

Par exemple chez moi, le potentiel humifère est de 2,5 à 3,5 tandis que le PH est de 8

Dans les bournais de Touraine : PH = 8 et disponibilité en humus assimilable = 4,5 à 5

J'ai lu quelque part une recommandation en volume : 20% de charbon pour 80% de sol, mais encore faut-il savoir sur quelle profondeur on incorpore cet amendement.

Autant je fais mon mea-culpa pour ne pas être objectif quand je suis en rogne, mais là : Je ne suis pas d’accord. Soit c’est un engrais de fond, soit c’est un amendement ; ce dernier, quel qu’il soit se travaille en surface ou sur 1/3 maxi de la hauteur de l’horizon A.

C'est moins pire que de ne pas utiliser de remède du tout : l'agriculture conventionnelle gaspille d'énormes quantités d'engrais lessivés par les pluies et hop dans la mer…

C’est vieux cette rengaine. Il y a longtemps que l’agriculture systématique utilise des quarts, voir des dixièmes de doses en fonction des reliquats de l’assolement. De nos jours les problèmes se situe à un autre niveau de pollution.

En bref : Les engrais et les amendements, ce n’est pas la même chose ; j’imagine que tu le sais évidement, mais à te lire ; je me le demande ?

Les résidus de cultures sont tous recyclés en agriculture ; on sait faire ! Les déchets de l’espace vert aussi. Qu’est ce que ça apporterait de plus de les cramer si ce n’est une charge supplémentaire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La plaquette de Pro-Natura parle d'utiliser le charbon en plus d'engrais organiques (donc bio) qui sont en général moins lessivables

Donc bio ? Non désolé ! Bio est une norme, tout comme Organic farming…

Ce n’est pas parce que c’est organique que c’est bio.

Après il pourrait y avoir un intérêt au niveau pesticides. Le charbon actif capte les molécules organiques comme les pesticides

Pesticides chimiques et molécules organiques ?

Lesquelles: C ; H ; O ; M ou P

Le charbon capte ou intercepte… admettons.

Rend-il en unités à l’hectare ce qui est nécessaire pour la culture choisie ?

Sachant que les végétaux cultivés aux champs ont tous des besoins différents.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trouvé quelques infos à propos du Sénégal et de l'ONG en question :

http://www.terra-eco...n-vert,564.html

Pour les mots : apparemment certains disent "charbon vert" ou "écocharbon" en français, et distinguent aussi "biochar" = charbon de biomasse à usage de chauffe, et "agrichar" = charbon de biomasse à usage agricole ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est où ?

7 pays sur 7 millions de Km carré le bassin Amazonien…

Regarde les petits points rouges sur la carte :

tp_04.jpg

Ben oui, c'est comme ça. C'est aussi pour ça je présume que pour les francophones, on le nome Agrichar.

Ben non, "agrichar" est une appellation anglo-saxonne, pour être plus précis c'est une marque de biochar ! ->Wikipedia : Agrichar

Je suis septique, mais si c'est vrai c'est révolutionnaire.

Le PH fait partie intégrante de la nature d'un sol, et la nature du sol ne se modifie pas, ou très peu.

Que cela augmente (La masse humifère ou disponibilité en humus assimilable.) Appelé parfois le potentiel humifère du sol, c'est tout à fait possible ; mais ça n'a rien à voir avec le potentiel en hydrogène qui ne changera pas.

Par exemple chez moi, le potentiel humifère est de 2,5 à 3,5 tandis que le PH est de 8

Dans les bournais de Touraine : PH = 8 et disponibilité en humus assimilable = 4,5 à 5

Pour qu'on se comprenne bien j'aimerais connaître ta définition du potentiel humifère.

L'application de chaux a bien un rôle alcalinisant, donc ce n'est pas révolutionnaire mon histoire ! Le pH du sol n'est pas une donnée figée.

Un charbon produit à basse température sera acide mais aura une CEC et une surface de contact médiocre (cela devrait s'arranger avec le temps car les micro-organismes vont grignoter les composés chimiques qui se trouvent dans les interstices) :

temperature.JPG

De plus le charbon d'acacia, de bambou ou d'aiguilles de pin a un Carbonate Calcium Equivalent très faible, ce qui évite de faire grimper le pH du sol où l'on l'incorpore (source : résumé doctorat Steiner).

Autant je fais mon mea-culpa pour ne pas être objectif quand je suis en rogne, mais là : Je ne suis pas d'accord. Soit c'est un engrais de fond, soit c'est un amendement ; ce dernier, quel qu'il soit se travaille en surface ou sur 1/3 maxi de la hauteur de l'horizon A.

Mais c'est un amendement, je n'ai pas dit le contraire. Maintenant tu me parles d'un tiers de l'horizon A... C'est pour ça que je parlais d'ouverture d'esprit. Il faut penser "out-of-the-box". Regarde cette belle photo qui nous vient du Braaaaaazil ^_^ :

terra_preta.jpg

Bien évidement on ne pourra pas enfouir aisément du charbon à une si grande profondeur, mais on peut envisager de le faire à profondeur de labour. Dans un potager, si on pratique le double bêchage pour la mise en place de buttes permanentes, on peut l'incorporer sur 50-60cm de sol (pour peu que l'on ait un horizon A important - dans mon jardin, cela varit de 15cm à plus de 70cm, du fait du terrassement de la colline).

C'est vieux cette rengaine. Il y a longtemps que l'agriculture systématique utilise des quarts, voir des dixièmes de doses en fonction des reliquats de l'assolement. De nos jours les problèmes se situe à un autre niveau de pollution.

En bref : Les engrais et les amendements, ce n'est pas la même chose ; j'imagine que tu le sais évidement, mais à te lire ; je me le demande ?

Les résidus de cultures sont tous recyclés en agriculture ; on sait faire ! Les déchets de l'espace vert aussi. Qu'est ce que ça apporterait de plus de les cramer si ce n'est une charge supplémentaire ?

Euh... Il ne s'agit pas de les cramer mais de les pyrolyser, d'une chose, et de deux l'eutrophisation tu connais ? L'estuaire du Mississippi est un bon exemple de pollution par les engrais (zone morte de 20 000km²).

Donc bio ? Non désolé ! Bio est une norme, tout comme Organic farming…

Ce n'est pas parce que c'est organique que c'est bio.

Okay my mistake, ce n'est pas forcément bio (par exemple du tourteau de soja OGM).

Pesticides chimiques et molécules organiques ?

Lesquelles: C ; H ; O ; M ou P

Le charbon actif est très adsorbant, mais certaines molécules passent à travers, comme le monoxyde de carbone, l'ammoniac et d'autres :

Activated carbon does not bind well to certain chemicals, including alcohols, glycols, strong acids and bases, metals and most inorganics, such as lithium, sodium, iron, lead, arsenic, fluorine, and boric acid.

Source : Wikipedia - Activated Carbon

Peux-tu m'expliquer ce que représentent les 5 lettres dont tu parles ? Je n'ai juste qu'une vague idée de leur signification.

Le charbon capte ou intercepte… admettons.

Rend-il en unités à l'hectare ce qui est nécessaire pour la culture choisie ?

Sachant que les végétaux cultivés aux champs ont tous des besoins différents.

L'échange est sensé se faire entre le charbon (avec ou sans mycorhyzes) et les racines des plantes.Les tests pratiqués montrent que le charbon augmente l'impact des engrais chimiques car il les rends disponibles pour les plantes (ou les mycorhyzes) en empêchant leur lessivage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now