Sign in to follow this  
Followers 0
carpensis95

Non Aux Subventions D'Exploitations

4 posts in this topic

discussion : Suite à cette discussion :

Peut-être a-t-il voulu dire que ses subventions étaient supprimées dans ce cas ? Ce qui équivaut souvent pour une petite exploitation à une interdiction...

Tu peux débattre, et m’expliquer ce que tu entends par là ?

Je crois qu’il est nécessaire pour toutes les exploitations Agri, horti, viti, forets… De sortir du système des subventions d’exploitations.

Pour moi, ça n’encourage pas l’installation, ni la production locale, ni la diversification…etc.

Si ton petit producteur ne souhaite plus cultiver des variétés anciennes (ce qui m’étonne !) Sous prétexte qu’il n’a plus les aides à la diversification, en grande partie financées par les régions.

Je ne trouve pas cette attitude très cohérente avec son système d’exploitation de fruits locaux.

Donc, je veux bien que tu m’expliques pourquoi il souhaite faire marche arrière, si j’ai bien tout compris.

merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

discussion : Suite à cette discussion :

Peut-être a-t-il voulu dire que ses subventions étaient supprimées dans ce cas ? Ce qui équivaut souvent pour une petite exploitation à une interdiction...

Tu peux débattre, et m'expliquer ce que tu entends par là ?

Je crois qu'il est nécessaire pour toutes les exploitations Agri, horti, viti, forets… De sortir du système des subventions d'exploitations.

Pour moi, ça n'encourage pas l'installation, ni la production locale, ni la diversification…etc.

Si ton petit producteur ne souhaite plus cultiver des variétés anciennes (ce qui m'étonne !) Sous prétexte qu'il n'a plus les aides à la diversification, en grande partie financées par les régions.

Je ne trouve pas cette attitude très cohérente avec son système d'exploitation de fruits locaux.

Donc, je veux bien que tu m'expliques pourquoi il souhaite faire marche arrière, si j'ai bien tout compris.

merci.

Il peut continuer à exploiter ses vergers de fruits anciens et très peu traités (je l'avais félicité pour un perce-oreille trouvé dans une pêche mûre !).

Comme entre temps, l'orientation des clients s'est renversée = je ne suis plus la seule à vouloir des fruits mûrs résistants naturellement aux maladies, il souhaite développer ce secteur. Mais il a dit à mon mari qu'il n'en avait pas le droit. Mystère que je vais éclaircir sous peu !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça se précise !

Une variété de fruits anciens n’implique pas qu’elle soit résistante à quelques ravageurs spécifiques pour les fruits cultivés. Beaucoup de fruits nouveaux ont été observé, sélectionné, hybridé et multiplié en faveur des résistances aux maladies actuelles et évolutives.

(Il y a quinze à vingt ans de ça, l’aleurode n’évoluait que dans les serres ; de nos jours elle est dehors.)

On dit de ces nouveaux jeunes plants qu’ils sont certifiés (= brevet), donc interdit à reproduire en effet ; il doit acheter ses plants chez l’obtenteur pour les cultiver sans souci.

D’autres raisons phytosanitaires peuvent interdire la culture des fruits locaux, dans des régions qui ont autrefois été frappé par un ravageur. (Les anciennes poires étaient vecteurs du feu bactérien des rosacées.)(Actuellement, les semis d’aubépines sont réglementés, la multiplication des certains cotonéaster est interdite pour les mêmes raisons.)

Mystère que je vais éclaircir sous peu !

Bref, je m’interroge toujours sur ce qui empêcherait à ton brave arboriculteur de plein champ à cultiver ce qu’il veut.

D’autant plus, à te lire ; il n’est tenu à aucun label…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bref, je m'interroge toujours sur ce qui empêcherait à ton brave arboriculteur de plein champ à cultiver ce qu'il veut.

D'autant plus, à te lire ; il n'est tenu à aucun label…

Ce n'est finalement pas une question de subventions.

Il dit qu'il peut avoir des problèmes avec les arboriculteurs. C'est tout. Pas bavard !

Probablement, les variétés qu'il cultive ne sont pas "homologuées", donc il peut continuer à cueillir les fruits et les vendre, mais pas replanter de vergers de ces mêmes espèces... Je ne connais pas assez les lois actuelles pour en discuter. Je sais par contre qu'il existe des catalogues de fruits et légumes "autorisés".

Dans l'article qui suit, il s'agit de pommes, les amateurs se sont constitués en association pour défendre leurs espèces préférées.

http://laurent.meynier.free.fr/pages/pommes-poires-oubliees.html

Ici il s'agit de pêches, je sais que ces arbres sont naturellement résistants à la cloque (qui ravage sauf traitements les espèces modernes). Les fruits sont plutôt petits, pas calibrés, poilus, pas très sucrés ni acides = un peu fade, mais par contre, un parfum inoubliable de fleurs et de noix de coco, un jus très désaltérant.

Je peux en manger six d'affilée sans avoir mal au ventre (mon point faible) ni crise d'hyper-acidité.

S'il y a un petit vers blanc et rose, je l'enlève, avec le petit morceau entamé.

J'aimerais bien planter un verger, un jour, apprendre (ou faire) greffer ces espèces qui vont disparaître, car ne correspondant pas aux goûts (supposés) actuels...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0