draceana

passage à l'alimentation vivante et système immunitaire

11 posts in this topic

Bonsoir, j'ai beaucoup pris d"information sur l’alimentation vivante et je reste convaincu que ce choix alimentaire me parait très juste.

J'ai 26 ans j'ai toujours consommé de la viande régulièrement je grignote a tout heure et consomme beaucoup de sucre.

Avec cette alimentation je me sent bien sauf en période de digestion ou j'ai une grosse baisse d’énergie

J'ai essayé d'incorporé du cru dans mon alimentation a + de 60% je consommais beaucoup de graine germé et de légumineuse. viande

Je sentait un regain d’énergie mais au bout de quelques jours je tombais malade. je n'ai jamais etait malade depuis 5ans et chaque fois que j'ai changé mes habitudes alimentaire

j'ai était pris par un virus grippal.

Pensez vous que le fait de changé d habitude alimentaire puisse perturbé notre système immunitaire au départ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pensez vous que le fait de changé d habitude alimentaire puisse perturbé notre système immunitaire au départ?

=> je ne poserais pas le problème de cette manière.

Quand tu arrêtes d'ingérer des saloperies, s'il n'y a plus ou pas trop de toxines à neutraliser, le foie en profite pour pour passer en mode purge : Tu as l'impression que les signes de la grippe sont un signe de défaillance du système immunitaire alors que c'est une opportunité pour libérer les émonctoires ...

Surveille le niveau de vitamine D (été pourri), augmente le niveau de magnésium (D-stress 2 comprimés par jour ou nigari 1 càc dans 1.5 l d'eau), surveille le niveau de zinc et de vitamine B pour avoir un fonctionnement optimal enzymatique et tout repassera en mode silencieux ou presque ;) si à côté de cela tu surveilles bien l'apport de crudités et de produits non trafiqués ...

:original:

*) Théorie d’encrassage :

Certains naturopathes affirment que la plupart des maladies (80 %) ne sont que la conséquence d’un encrassage de notre organisme. Nous tombons « malades » lorsque notre organisme sort / évacue les poubelles. Dans ce cas l’organisme n’arrive plus à traiter / évacuer les excès en douceur. C’est comme si vous aviez conservé les excès de déchets produits pdt 6 semaines : Les éboueurs ont refusé l’excès de travail et ils n’ont emporté que la moitié de vos immondices pdt 6 semaines, tout en vous mettant en garde et en essayant de vous appeler à la modération. Vous avez alors ignoré l’avertissement et vous avez enfoui, entassé ces déchets dans la cave, et vous n’y avez plus pensé, jusqu’au jour où une odeur pestilentielle s’est fait sentir (pathologie d’encrassage).

Un grand nombre de macromolécules bactériennes et alimentaires sont susceptibles de pénétrer l'organisme humain. Le principal responsable de cette situation est « l'alimentation moderne » (processed foods => aliments manufacturés).

L'alimentation moderne est fort éloignée de l'alimentation ancestrale à laquelle les enzymes et la muqueuse intestinale étaient / sont adaptées.

Extrait de:

http://www.lappart-des-spasmos.fr/forum/seignalet-presentation-complete-t11285.html#p227563

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pensez vous que le fait de changé d habitude alimentaire puisse perturbé notre système immunitaire au départ?

Hello Draceana!

Il est tout à fait déconseillé de changer d'habitude alimentaire du jour au lendemain, sauf cas spécifiques...

L'idéal est d'y aller progressivement pour que ton organisme s'y habitue et aussi pour que tu t'y habitues sur le plan affectif, émotionnel et psychologique!

Vers ce 15 avril 2011, j'ai commencé par supprimer progressivement tous les aliments glycémiants, je me suis basée sur un tableau facile à consulter et qui a apparemment été modernisé ces derniers jours :

http://www.montignac...n-aliment/#tab_

Je ne suis pas du tout les "menus" de ce Monsieur, mais je respecte son tableau à la lettre depuis le 15 avril 2011... Ça m'a d'ailleurs fait perdre 30 kilos que j'avais en excès... C'est une bonne référence en ce qui concerne l'index glycémique des aliments...

Mais je n'ai pas supprimé les aliments glycémiants du jour au lendemain... Cela a été progressif... Le plus dur, pour moi, a été de supprimer la pomme de terre sous toute ses formes... Ah, les frites!!!!!??? :o Et la purée de pommes de terre! :unsure:

Et c'est vrai que même en y allant progressivement, au début, j'étais très très fatiguée...

J'ai mis en application les grands principes de Montignac qui sont de revenir à l'alimentation de nos arrière-grands-parents en consommant chaque jour des céréales complètes associées à des légumineuses, de ne consommer que des huiles de première pression à froid d'olive, de colza, de noix, etc... Et de consommer avec parcimonie tout dérivé du lait de vache, même allégé à 0%!

Les deux premiers mois, je me sentais vraiment affaiblie... Et puis tout à coup, j'ai senti monter de je ne sais où une très grande énergie et depuis lors, je ne suis plus du tout fatiguée, je suis même, par moment, un peu trop "en forme" et je dois canaliser cette énergie retrouvée en faisant, par exemple, de la randonnée ou simplement en ne prenant plus le bus en ville...

Normal, mon système digestif étant devenu fainéant suite à des années de nourriture facile à rentabiliser devait apprendre à digérer et rentabiliser du riz complet, du blé complet et des légumineuses qui même cuites sont un fameux changement alimentaire quand on est habitué aux frites/poulet/compote, aux pizzas et autres spaghettis (blancs) bolognese ou carbonara!

Début juillet, ma mère m'a fait découvrir l'alimentation vivante et après avoir lu le livre de Geneviève Dormoy, j'ai commencé à faire germer des graines... Au début, je les mangeais souvent cuites au wok ou à la vapeur mais là, nous sommes en octobre et mon petit déjeuner, ce matin, est composé uniquement de blé et de seigle germé cru, de lentilles, pois chiche et fénugrec germés crus... Bon, j'y viens petit à petit à l'alimentation vivante... :original:

J'ai aussi laissé tomber la viande progressivement et dernièrement tous les autres produits animaux!

J'ai lu sur ce forum qu'il fallait en moyenne un an pour passer presque entièrement à l'alimentation vivante...

J'ai également lu dans ce forum l'histoire d'une fille qui est passée du jour au lendemain à une consommation exclusive de céréales germées crues et de légumineuses germées crues également et qui a fini l'hopital! Elle avait au départ le syndrôme de l'intestin irritable et il faut savoir que dans les légumineuses il y a de la lectine qui peut déclencher des diarrhées chez les personnes qui ont l'intestin sensible...

Donc, il faut être aussi à l'écoute de son corps et y aller en douceur...

Les aliments 100% vivants peuvent donner lieu parfois à des réactions d'intolérance même... Personnellement, je crois que je suis définitivement fâchée avec le radis rose car quand j'en mange, mon estomac devient hyper sensible et il suffit, par exemple, qu'on sonne avec insistance à la porte pendant que j'en mange pour que j'aie des maux d'estomac pendant les deux ou trois heures qui suivent!!! Ça me fait ça aussi avec le quinoa bien que moins quand même qu'avec le radis germé...

Enfin, voilà la façon dont j'ai fait ma conversion alimentaire! :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

merci pour vos réponses. Je ressens en effet un nettoyage du corps mes cheveux deviennent vite gras et j'ai un bouton blanc au bout de la langue. Je pense que c'est des manifestations d’élimination des toxine que m'on corps a ingérer.

je continue cette démarche d'alimentation vivante et "naboukiss" tu as raison je vais y aller progressivement.

Le plus dur dans cette alimentation c'est socialemet dans une société ou la pensée est unique et une alimentation voué aux bénéfices de grandes industrie. Les alternatives parfois peuvent heurté et je trouve que c'est difficile a assumer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le plus dur dans cette alimentation c'est socialemet dans une société ou la pensée est unique et une alimentation voué aux bénéfices de grandes industrie. Les alternatives parfois peuvent heurté et je trouve que c'est difficile a assumer.

Ah ça, à qui le dis-tu!? :crying:

Il a été beaucoup plus difficile pour moi de supporter les remarques, les angoisses et les inquiétudes de mon entourage immédiat que de modifier mes habitudes alimentaires...

Comme cela s'est dit quelques fois sur ce forum, c'est comme si on adhérait à une secte! La secte des céréales complètes, la secte des lentilles germées... Ou la secte du chou frisé! :angry:

Sans blague, c'est ce qui a été le plus difficile pour moi, c'est de convaincre mon entourage que je n'avais pas "pété un cable" et qu'il n'était pas nécessaire que j'aille voir un psy! :nono:

Dans un cercle social plus élargi, j'essaie de trouver des astuces, ça dépend avec quel genre de personnes je suis... Il m'est arrivé de dire que je suis gravement diabétique pour couper court aux explications! :langue:

Si je suis avec un groupe de randonneurs, je sors mes fruits déshydratés et mon pot de pudding "chocolat" à la farine de pois chiche et puis tant pis si on me prend pour une originale... Je laisse les autres s'enfiler leurs saucisses et leur tarte au sucre, bon, qu'on me laisse manger mes pruneaux en paix... Mais c'est vrai qu'il faut souvent se justifier et expliquer le pourquoi de cette "différenciation"... Et parfois, même si ça part d'un bon sentiment et que les gens sont vraiment intéressés par ma façon de manger, ça devient lourd de devoir souvent expliquer en long et en large en quoi consiste ma façon de manger... :pinch:

Voilà pourquoi je préfère de loin manger seule en compagnie de mes chats qui adorent comme moi, en plus, le yaourt de soja/avoine aux fraises, au point de venir en voler dans mon assiette! :cat:

Alors courage, si tu cherches à modifier tes habitudes alimentaires dans l'intérêt de ta santé, tu risques de voir des réactions dans ton entourage et dans ta vie sociale pas très faciles à surmonter... Mais ce changement peut aussi t'amener à rencontrer de nouvelles personnes qui partageront le même souci que toi d'une meilleure hygiène de vie et alimentaire bien sûr! Déjà au magasin bio du quartier, on n'a plus cette impression d'être une extra-terrestre! On y croise des gens comme nous qui ont les mêmes aspirations et qui se posent les mêmes questions et c'est rassurant, sur le moment...

Et en ce qui concerne ton entourage, quand ils verront que tu te sens mieux avec cette nouvelle alimentation, ils se rassureront et comprendront mieux le sens de ta démarche... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jean Seignalet, génie ou charlatan ?

" Il y a trois ou quatre ans décédait un homme dont les travaux en nutrition sont parmi les plus surprenants et les plus controversés de ces dernières décennies. Un homme qui pensait que s’alimenter n’était pas anodin, et que « l’alimentation d’hier doit prendre une grande place dans la médecine de demain ». Il soutenait que l’alimentation pouvait être cause, ou du moins cofacteur, d’un grand nombre de maladies contemporaines. Et conséquemment, que s’alimenter différemment pouvait changer la vie de bien des malades. Ses découvertes lui ont valu l’admiration de quelques-uns de ses pairs, la reconnaissance de quelques milliers de patients, mais aussi le mépris de la classe scientifique dans son ensemble.

Avant de s’intéresser à la nutrition, Seignalet était un scientifique « normal », très apprécié de ses pairs. Il était immunologue, et a travaillé notamment sur des questions de compatibilité de donneurs d’organes. [...]"

La suite ici:

http://senshumus.wordpress.com/2007/03/07/jean-seignalet-genie-ou-charlatan/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

c'est très intéressant tout ça!

Je suis bien d'accord avec tout ce qui est dit plus haut.

Les étapes du changement alimentaire ne se franchissent pas facilement.

J'ai encore très souvent du mal à me détacher moi-même de mes mauvaises habitudes.

Ce qui est ancré dans mon mental, inconscient etc...a du mal à s'en échapper!

Et je rencontre aussi des difficultés avec mon entourage.

A la maison, je dois faire à manger à mon mari et mes enfants qui ne sont pas dans la même mouvance que moi.

ça signifie donc, faire deux types de repas.

Outre le travail supplémentaire que ça engendre, il y a toutes les interrogations qui vont autour!

A l'extérieure, ce n'est pas beaucoup plus simple.

Dans les restaurants, ce n'est pas le top et si j'apporte mon repas au travail, je me mets en marge de mes amis...

Donc, je fais les choses pas à pas, à mon petit rythme et du mieux que je peux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

je confirme également.

Après avoir suivi l'alimentation Seignalet quelques semaines avec grande facilité, des obsessions alimentaires me sont apparues, je rêvais de gâteaux, de sucre etc la liste est longue...et puis pas évident car je m'occupe d'enfants, c'est mon job alors, au goûter : gâteaux. J'en ai donc pris un, puis deux, puis quatre...et l'effet est assez impressionnant sur le cerveau. C'est comme un "shoot" violent. J'étais dans un état second après avoir avalé des gâteaux bio au chocolat au lait !! Ça fait... peur. Du coup, j'essaie de limiter, de revenir doucement à une alimentation saine mais j'en paie les frais càd que depuis je suis malade non stop. Le corps parle... il élimine, se nettoie, c'est une machine plutôt bien faite... il faut l'écouter du mieux que l'on peut (sans tomber dans la psychose)...

Bon courage

Share this post


Link to post
Share on other sites

On met le doigt sur un dilemne:

vaut-il mieux être frustré toute sa vie parce qu'on évite de manger des gateaux?

ou vaut-il mieux se gaver de gateaux lorsqu'on en a marre de se priver?

risque-t on une carence si on stoppe un aliment qu'on a mangé en étant enfant?

:D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Après avoir suivi l'alimentation Seignalet quelques semaines avec grande facilité, des obsessions alimentaires me sont apparues, je rêvais de gâteaux, de sucre etc la liste est longue...

=> au lieu de vous priver jusqu’à la frustration, il vaudrait mieux opter pour une recette avec substitut qui a régalé pas mal de monde.

Voici un grand classique:

Ingrédients :

3 oeufs

40 grammes de farine (mix sans gluten ou 50/50 riz et sarrasin)

40 gr de poudre d’amandes

80 gr de sucre blond de canne

60 gr de purée d’amandes blanches

2 citrons zestes et jus (bio bien sûr)

1 c à c de poudre levante (bicarbonate)

Préparation

Préchauffer le four à 170°

Séparer jaunes et blancs d’oeufs, monter les blancs bien fermes Mélanger sucre et jaunes d’oeufs

jusqu’à ce que ça mousse.

Ajouter la purée d’amandes, les jus de citron, la farine, la poudre levante, la poudre d’amandes,

les zestes de citron.

Incorporer les blancs au mélange très délicatement. Mettre dans un moule rond de 22cm au maximum.

Cuisson pendant 25/30 minutes. Démouler et laisser refroidir sur une grille.

issu du recueil établi par Gurdil, recette sélectionnée par les colocs de l'appart. PDF téléchargeable

http://www.lappart-d...17.html#p278955

Share this post


Link to post
Share on other sites
vaut-il mieux être frustré toute sa vie parce qu'on évite de manger des gateaux?

ou vaut-il mieux se gaver de gateaux lorsqu'on en a marre de se priver?

risque-t on une carence si on stoppe un aliment qu'on a mangé en étant enfant?

Il ne sagit pas de carence mais de dépendance. Que ce soit les addditifs, le sucre, le sel, le chocolat, le café, la viande rouge ... ce sont des stimulants comme les drogues (à un moindre niveau certes).

Ta réflexion pourrait aussi bien se faire à propos de l'héroïne ! On peut tomber ou retomber dedans mais est ce qu'on doit l'accepter comme une fatalité et s'y complaire? Ou essayer d'en sortir pour au final vivre mieux?

Je te laisse y réflechir...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now